Silicon Valley et automobile : le patron de Mercedes-Benz confiant

Mickaël Bazoge |

Les voitures ne se limitent plus à quatre roues, un moteur et un volant. Les automobiles sont devenues aussi de véritables ordinateurs roulants, quitte même à supprimer de l’équation le facteur humain, comme la voiture autonome de Google l’annonce… tout comme la rumeur qui voit Apple investir pour concevoir une voiture électrique et autonome. Toute cette agitation dans la Silicon Valley n’effraie pas Dieter Zetsche, directeur général de Daimler : les entreprises technologiques comme Google ne se transformeront pas en constructeurs automobiles grand public, a-t-il estimé devant des analystes.

Le prototype de voiture autonome de Google.

Zetsche explique que si Google s’est lancé dans la conception d’un véhicule autonome, c’était surtout pour étudier un cas pratique plus que pour devenir un constructeur à proprement parler. « Google et les autres veulent être impliqués, je ne pense pas qu’ils veulent construire des véhicules ». Après tout, ajoute t-il, la voiture est, à l’instar de la maison et du bureau un endroit où les gens passent du temps.

Celui qui préside aux destinées de Mercedes-Benz dit aussi que le secteur de l’industrie auto a besoin de Google et de sa technologie (bien que Mercedes se soit engagé aux côtés de CarPlay, mais pas d’Android Auto). Il s’agit cependant de comprendre les rôles de chacun et de déterminer « quand nous sommes complémentaires, quand nous sommes dépendants, quand nous sommes concurrents ».

Dieter Zetsche conclut son exposé par un petit tacle envers le moteur de recherche et son grand appétit pour la récolte de données confidentielles. « Quand nous parlons de la grande sécurité des Mercedes, cela ne s’applique pas uniquement à la protection contre les accidents : cela signifie aussi la sécurité des informations privées [des conducteurs] ». Et pour préserver la vie privée de ses clients, Daimler a besoin de garder le contrôle, « ce que nous ne pouvons faire quand c’est collecté par Google ».


avatar DouceProp | 

Gal, quand tu wine ton bumpa, ça m'rend dingue, dingue, dingue.

avatar r e m y | 

mais... c'est la voiture d'inspecteur Gadget, non?

avatar Titov | 

On y sait ça ... bien évidemment

Le danger c'est ce qui est entre le volant et la pédale d'accélération ;-)

avatar Rubyist | 

C'est pas le premier. Le patron de Kodak aussi était confiant, à l'époque. Celui de Microsoft aussi. Celui de Nokia aussi. Etc.

avatar Thegoldfinger | 

Un gros +1 Rubyist

avatar Darth Philou (non vérifié) | 

D'autres patrons tenaient le même discours...
J'espère pour lui et pour son entreprise que devant un plublic plus restreint il est plus paranoïaque. Sinon, il va au devant de grandes déconvenues.

avatar Rigat0n | 

Laisse-moi zoom zoom zang

avatar JLG01 | 

"les entreprises technologiques comme Google ne se transformeront pas en constructeurs automobiles grand public"
Certes non, mais Apple n'est pas toujours le constructeur de ces produits, principalement un concepteur qui en confie la réalisation à des usines spécialisées.
Il existe dans le monde bien des usines capables de construire massivement des véhicules conçus par d'autres, et Mercedes le sait très bien.
Cela étant, la gestation risque de durer encore quelques années.

avatar Stardustxxx | 

Quand voit Google et sa voiture autonome, Tesla et ses voitures electriques.
On se dit que c'est la Silicon Valley qui fait avancer les choses en ce moment au niveau voiture.

avatar Silverscreen | 

Il est à peu près évident que l'avenir est aux voitures électriques et à la conduite assistée par logiciel, ne serait-ce que parce que le pétrole c'est cher, les quantités limitées, les pays fournisseurs instables et les possibilités d'amélioration du concept de moteur à explosion bien plus limitées que les progrès dans l'industrie du micro-processeur et des batteries.

Ceci étant dit, pour cette voiture "2.0", les connaissances des fabricants actuels sont à peu près nulles. Actuellement, l'agencement du châssis, la direction, les dispositifs de transmission, les espaces intérieurs, quasiment tout est lié à la technologie du moteur à carburant et à la place qu'il prend.

On va rentrer dans une ère où tout devra être repris de zéro, y compris les matériaux et les procédés industriels de fabrication : Apple, ses poches profondes et ses connaissances en process industriels, Google et sa science de la cartographie numérique, Tesla et son savoir-faire en matière de batteries : les 3 sont au moins aussi bien armé que n'importe quel Ford, Renault ou Daimler pour la conception de ces nouvelles voitures… voire mieux armés (le logiciel deviendra primordial).

Et quand on a le budget d'un Apple ou d'un Google, on peut tout à fait racheter une marque d'un claquement de doigts, construire une usine à 20 milliards $ en deux ans ou débaucher une armée d'experts, un luxe que les fabricants auto ne peuvent plus se permettre depuis plusieurs décennies…

J'imagine mal un dirigeant à ce niveau ignorer la menace que représentent Apple ou Google même s'il feint l'inverse. Mais, bon, ce qui va se passer dans l'horlogerie servira de test…

avatar joneskind | 

@Silverscreen

Le rachat pur et simple d'une marque automobile me semble en effet la meilleure solution si Apple veut vraiment faire une iCar. Elle aura la culture et les connaissances auxquelles elle pourra ajouter son savoir-faire logiciel. Mais j'ai du mal à imaginer Apple fabriquer de zéro une voiture sous la marque Apple.

Le choix qui parait le plus évident serait sans doute un rachat de Tesla, mais je vois mal le monsieur vendre son bébé, même à Apple. Une collaboration aurait sans doute plus de sens. Je me demande d'ailleurs si la gueguerre autour du jeu de débauchage Apple/Tesla ne serait pas un écran de fumée cachant en réalité une collaboration de longue date.

On verra bien !

avatar enzo0511 | 

De toute façon le but d'Apple et de Google n'est pas de menacer l'industrie automobile
Tout comme la watch aura son marché et en mettra jamais en péril la montre mécanique

avatar joneskind | 

Alors que je me suis bien foutu de la gueule de l'industrie horlogère suisse (et pourtant chui pas fan de l'Apple Watch) je dois bien admettre que je suis d'accord avec lui (et alors même que j'ai pas de bagnole).

Autant y a pas besoin d'avoir de talent particulier pour faire un objet qui se porte au poignet et qui donne l'heure parce qu'on peut facilement remplacer un mécanisme par son équivalant virtuel qui rendra exactement le même service, autant j'ai encore jamais vu de voiture virtuelle capable de me conduire d'un bout à l'autre de Paris. Donc si Apple veut vraiment faire une voiture, il va falloir qu'elle mette les mains dans le cambouis, littéralement. Et s'il est bien possible d'acquérir des talents et des compétences, ça me semble déjà plus compliqué d'acquérir une culture.

D'autre part, Google développe l'intelligence artificielle de l'autopilote, et compte tenu de la manière dont Google fonctionne, il y a fort à parier que cette IA sera disponible pour tous les constructeurs automobiles. Donc là encore, Apple n'a pas beaucoup de marge de manoeuvre pour proposer une expérience vraiment nouvelle (Y a pas d'UI dans une voiture, juste des fauteuils confortables)

Pour résumer donc, une Mercedes avec un autopilote Google fera aussi bien qu'une Apple Car tout en restant une Mercedes. La plus-value Apple semble assez dérisoire. D'autant plus qu'il y a un gros potentiel confiance dans l'achat d'une voiture. Vous vous imaginez vraiment acheter la première Apple Car ? genre "Ouais je sais bien que c'est une V1 et que j'ai des gosses mais bon, j'ai toujours été fan d'Apple". Y a quand même un enjeu sécurité dont on peut difficilement faire abstraction.

NB: J'aurais pas plus confiance en l'autopilote de Google qu'en celui d'Apple, mais j'aurais certainement plus confiance en la garantie du constructeur automobile (j'ai entendu Class A dans le fond de la salle?)

avatar oomu | 

ces entreprises ont les moyens de mettre les mains dans le cambouis, elles peuvent même acheter les mains dans le cambouis et le cambouis avec.

Tesla avant de mettre les mains dans le cambouis ne faisait rien : elle s'est créée de toute pièce et ensuite à mis les mains dans le cambouis.

En quoi un Apple, dont le métier est bel et bien de faire fabriquer des objets manufacturés EN PLUS d'une forte compétence logicielle, ne serait pas capable d'investir et s'immerger dans le cambouis ?

Avant de faire, on faisait pas.

-
L'anti-discours "apple va faire une voiture" est le même qui fut tenu sur les baladeurs, les téléphones, etc.

La logique étant la même, en quoi cela serait différent ?

Parce qu'une voiture c'est gros avec plein de régulations ? gros ou petit ça se manufacture, et le téléphone est aussi un domaine bardé de régulations qu'Apple a appris à naviguer.

La compétence s'achète, et si tôt qu'on parle d'un produit qu'on peut informatiser à mort et apporter un savoir faire en "interface", Apple est dans son corps de métier. Voiture, téléphone, imprimante ou station orbitale galactique.

Après, même si Apple avait décidé cela, il faudra des années pour développer l'activité et on serait nécessairement au courant vite.

Mais mon point reste: "Si Telsa l'a fait, Apple peut le faire sans sourciller".

avatar oomu | 

" Vous vous imaginez vraiment acheter la première Apple Car ? genre "Ouais je sais bien que c'est une V1 et que j'ai des gosses mais bon, j'ai toujours été fan d'Apple". Y a quand même un enjeu sécurité dont on peut difficilement faire abstraction.
"

les gens l'ont bien fait avec Toyota ou Tesla.

avatar debione | 

"Autant y a pas besoin d'avoir de talent particulier pour faire un objet qui se porte au poignet et qui donne l'heure parce qu'on peut facilement remplacer un mécanisme par son équivalant virtuel qui rendra exactement le même service,"

Autant Seiko pensait la même chose dans les années 80... Il ne faut pas un talent particulier pour faire un objet qui se porte au poignet et qui donne l'heure... Ben euh leurs concept à marché 10 ans... Après ils se sont vautré quand les gens se sont rendu compte, qu'en fait tout ce qu'offrait en plus ces montres était très inutiles, surtout qu'au bout de 5 ans elle partaient à la poubelle... Et elle valaient pas 500€.
Mais en fait on parle avant tout d'un bijou, sinon, le tel portable aurait buter les montres il y a bien longtemps... Jamais les gens n'ont eu autant accès à l'heure grâce aux téléphone portable... et jamais le marché de la montre ne s'est autant bien porté...

Après il faudra voir aussi ce que les autres présentent, et je n'enterrerais pas si vite les constructeurs "traditionnel" de voiture... Déjà parce que par exemple la comparaison avec Nokia ne tient pas, ne serait-ce du au fait que les constructeurs traditionnels sont sur le créneau. Volvo teste des solution sans pilote depuis...Pffff, bien avant la création de Google! Toyota, Renault etc, tous les grands constructeurs sont sur le moteur électrique, hybride, pile à combustion.... Tous les constructeurs ont déjà validé une foulitude d'aide à la conduite, tous les grand constructeurs bossent sur des voitures sans pilotes...

Bref, que ce soit la Google Car, une possible Applecar, ils arrivent sur un marché qui n'a rien à voir en terme de vision du futur des acteurs présents, que la vision de Nokia au moment ou Apple lance l'iphone... Ce que pensent les Apple, Google, Tesla, les autres constructeurs le pense aussi...

avatar 406 | 

Classe A mais la nouvelle alors. L ancienne , c était une blague aux éléments bas de gamme avec juste une étoile dessus =)) . Ils y ont mis beaucoup d élan pour la lancer mais elle s est retourner pendant ce test =))

avatar joneskind | 

@406

Oui, c'est bien pour ça que j'ai parlé de la Class A. Précisément à cause de la V1 qui se renversait dans les virages. C'était une manière de modérer la confiance qu'on peut avoir en un constructeur automobile, et particulièrement en Mercedes.

NB: C'est pas l'équipe de Turbo qui avait réussi à retourner la Class A d'ailleurs ?

avatar 406 | 

Non. le test appelé de l'élan, ce sont les suédois.
à première vue, porsche n'est pas non plus à l'abri =))
http://www.321auto.com/Actu/Actu/2859-le-porsche-macan-échoue-au-test-de-l.htm

avatar tbr | 

C'est pas le premier. Le patron de Kodak aussi était confiant, à l'époque. Celui de Microsoft aussi. Celui de Nokia aussi

Sauras-tu trouver l'intrus dans cette liste ?
Indice : sa boîte n'a pas pas mis la clé sous la porte.

avatar Dr Fatalis | 

Hum. Il y en a qui rêvent en couleurs, 3D et THX.
Apple ne fabriquera pas de voiture (je n'appelle pas fabriquer des voitures intégrer des ipads ou iphones dans les trottinettes à Bolloré).

Pour diverses raisons:
1 - la marge. Les meilleurs constructeurs, les plus rentables, margent entre 7 et 8 %. 4 fois moins qu'Apple. Tesla (bonnes voitures au demeurant) n'a toujours pas gagné un rond en vendant des voitures : tout leur bénef provient de la valorisation boursière et des droits de CO2...

2 - le marché : non, tout le monde ne se pâme pas pour un "déplaçoir" électrique capable de faire automatiquement le tour du pâté de maison à 30 km/h en vendu 30000 euro primes déduites et batteries louées ! Car les clients potentiels susceptibles de dépenser des sous dans une auto ont un énorme défaut: ils aiment conduire (oui, cela existe, il n'y a pas que des citadins...), donc la conduite automatique, comment dire... sans intérêt. En gros, les clients Apple pour une voiture auraient le profil des acheteurs de Porsche...

3 - la construction : bien que des constructeurs spécialisés (Valmet, Magna St) puissent réaliser des voitures pour les autres, ce sont toujours des productions en petite séries.

4 - les lois de la physique : électrique ou pas, une suspension fonctionne de la même façon, idem pour l'énergie cinétique à dissiper en cas d'accident, l'adhérence...

Et enfin, pour Débione qui raconte n'importe quoi: Seiko a mis une branlée mémorable à l'industrie horlogère suisse (voir "crise du quartz"), faisant disparaitre 80 % des fabricants, et laminant les profits des survivants. Le groupe s'est tellement "vautré" qu'il cote actuellement 128 milliards, et vend de "vrai" montres, alliant technologies exceptionnelle (cinétique, spring drive, GPS auto-alimenté...) et tarifs "abordables". Ils se sont tellement "vautrés" q'ils ont obtenus quelques menus prix en Suisse, justement, et fournissent à présent "officiellement" Tag Heuer (La Joux-Perret, eux, se sont carrément vendus à Citizen).

En face, les "haute horlogerie" survivent surtout grâce à leurs pubs massives et à leur image de marque, qui leur permet de vendre du reve avec de banales montres à Quartz rebadgés (hein, Breitling) ou des coucous à entretenir religieusement si l'on veut, péniblement, atteindre le dixième de la précision d'un quartz à moins de 100 euro. Et je ne parle pas des Richard Mille et autres fournisseurs d'Emirs.

Si Apple arrivait à faire quelque chose de plans, ce serait déjà bien. Parce que la vue d'avion, c'est très zouli pour mr yve, mais moi, perso, je ne suis pas un aigle, et je conduis dans des rues, au ras du sol, alors street view m'est mille fois plus utile.

avatar Baptiste.A | 

Il y a une chose qu'Apple et Google ne pourrons enlever aux VRAIES voitures, c'est le plaisir automobile, le plaisir de conduire, d'avoir une belle automobile, une voiture puissante, luxueuse...

Certes c'est politiquement incorrecte d'aimer les bagnoles de nos jours (et surtout en France !) mais il y a une part non négligeable de la population qui ne se voit pas rouler dans un pot de yaourt dégueulasse qui ne dépasse pas 70km/h et qui est conduite par un logiciel...

CONNEXION UTILISATEUR