Ce "Made in USA" qui n'a jamais marché pour Apple

Florian Innocente |

Investissements dans l'emploi, dans les centres de données… Apple la semaine dernière a annoncé qu'elle visait la création de 20 000 nouveaux emplois sur le sol américain à l'horizon 2023.

Toutefois, nulle part dans son communiqué elle ne parle d'emplois spécifiquement liés à la fabrication et à l'assemblage de ses produits. Aucun de ses partenaires, à qui elle confie ces tâches, ne s'est non plus engagé à le faire aux États-Unis (lire Taxe sur les importations chinoises : la délocalisation de la production de l'iPhone envisagée).

L'usine américaine du Mac, en 1984. Crédit : NY Times/T.McCarthy

Le New York Times s'est replongé dans la période où Steve Jobs, fasciné à la fois par Henry Ford et par l'excellence japonaise dans les méthodes de fabrication, avait rêvé de faire fabriquer ses ordinateurs aux États-Unis et en Californie.

Il y eut l'usine de Fremont, près de San Francisco, construite en 1983 en prévision du Macintosh. Une installation moderne mais qui ferma ses portes 5 ans plus tard, notamment parce que le Mac ne se vendit pas aussi bien qu'escompté, et parce que les techniques d'assemblage n'étaient pas aussi huilées qu'espéré.

Jobs répéta l'expérience avec NeXT, en 1990, et une autre usine, toujours en Californie. Mais les stations NeXT se vendirent encore moins. Deux exemples qui rappellent le cas du Mac Pro, échec commercial et qui lui aussi était (est ?) fabriqué en Amérique du Nord.

Avec l'embauche de Tim Cook, spécialiste dans le "faire fabriquer", Apple passa à la vitesse supérieure dans sa politique de sous-traitance vers l'Asie. L'iPod fut le premier produit véritablement de masse pour Apple, l'article cite Tony Fadell : « Au début de ma carrière, je ne prenais l'avion que pour aller au Japon. Puis tous mes vols sont allés vers la Corée, puis Taïwan, et enfin la Chine ».

La Californie, berceau américain de la haute-technologie, n'est pas outillée pour la fabrication à grande échelle, « elle n'a pas la culture, au niveau de l'éducation, de l'apprentissage, des sous-traitants » déclare Jean-Louis Gassée qui a vécu l'échec de l'usine américaine du premier Mac. La Californie est plutôt une terre de fabrication à petite échelle, pour le prototypage de produits.

Tim Cook n'avait pas dit autre chose il y a deux ans, en parlant des efforts énormes consentis par la Chine pour devenir l'usine du monde et à côté de laquelle les Etats-Unis font pâle figure. Ramener la production en Amérique — au sens large du pays, pas spécifiquement en Californie — cela signifie déplacer une myriade d'acteurs qui entourent les gros assembleurs d'Apple, souligne un ancien designer produit pour les portables de la Pomme. S'adjoindre les services de quelques fournisseurs américains, spécialisés dans tel ou tel composant oui, mais leur faire fabriquer ou assembler un produit dans son entier, non.

La Californie est restée une zone fertile pour la technologie et elle n'a certainement pas souffert de perdre les activités de production, conclut le New York Times, elle demeure un épicentre pour la création et la conception de services et de produits, qui seront fabriqués ailleurs. Il demeure une exception avec l'Irlande où sont assemblés des iMac personnalisés par leurs clients, pour limiter les coûts de transport, eu égard au poids de la machine.

Tags
avatar Liena | 

Et très « marginalement » le coût de la main d’œuvre... ?

avatar anonx | 

Apple n’a jamais marché sans l’iPhone tout court ?

avatar shaba | 

@anonx

C’est vrai que l’iPod a été un bide retentissant...

avatar redchou | 

@anonx

Si l’iPhone a eu ce succès et cet aura, c’est bien parce que jobs avait déjà restauré l’image de la pomme.
Après si on compare le CA avant l’iPhone et après l’iPhone pour dire qu’ils n’ont jamais "marché" avant c’est n’avoir qu’une vue assez limité de l’avant et de l’après...

avatar anonx | 

@redchou

Ah bah je t’invite à comparer ☺️

avatar iPop | 

@anonx

Que penser de l’iMac ? ?

avatar Switcher | 

@anonx : Révisionnisme historique. La situation a commencé à largement s'améliorer dès l'arrivée du iMac G3. Le iPod puis iTunes ont ensuite remis Cupertino sur les rails de la reconnaissance du grand public.

avatar totoguile | 

En attendant, Foxconn va se séparer de 10% de sa masse salariale en asie.
Des rumeurs de fab de l'iPhone au Vietnam sur l'un des 2 centres de Foxconn proche de Hanoi sont aussi dans l'air du temps.

avatar XiliX | 

@totoguile

"En attendant, Foxconn va se séparer de 10% de sa masse salariale en asie.
Des rumeurs de fab de l'iPhone au Vietnam sur l'un des 2 centres de Foxconn proche de Hanoi sont aussi dans l'air du temps."

Ben du coup ça reste en Asie ? non ? :p

avatar totoguile | 

@XiliX

Oui... mais pas soumis aux taxes trump! Et en plus la main d’œuvre au Vietnam est moins chère qu’en chine....

avatar Biking Dutch Man | 

@totoguile

Parce qu’ils payent leurs employés?

avatar oomu | 

Obama avait expliqué qu'il ne s'agissait pas de ramener des emplois de la Chine aux USA, parce que ces emplois n'avaient jamais existé aux USA.

-
Avant l'emploi et son coût, c'est un problème d'outil industriel (et donc de formation, prestataires, infrastructures, etc). Mais il serait faux de tout ramener au seul assemblage en Chine. Y a tout un monde autour de fabrication et conceptions de composants par diverses entreprises dans divers pays.

Se concentrer sur un seul et unique détail, c'est à coup sur se rendre malheureux.

avatar totoguile | 

Oui tu as parfaitement raison: la chine a réussi à créer tout un ecosysteme de fabrication, incluant les sous traitants (mécanique, logistique...) et la fabrication de certains composants connecteurs...
D'ailleurs, les usines Foxconn du Vietnam sont proches de la chine et il y a une route construite pour acheminer plus facilement les composants de chine.
C'est un sujet complexe qui ne se résume pas à la fabrication.

avatar barbe | 

"elle n'a pas la culture, au niveau de l'éducation, de l'apprentissage, des sous-traitants" déclare Jean-Louis Gassée.
Traduction : les américains (comme les européens) ne sont plus prêts à passer des heures et des heures à jouer les petites mains, pour un salaire de misère et avec des perspectives d'évolution proches du néant. (oui Oomu nous n'avons plus ni l'outil industriel ni la compétence technique spécifique mais je dirais que ça vient après pas avant, et désormais il nous faudrait revoir toute notre stratégie industrielle pour rattraper ce retard)

avatar totoguile | 

@barbe

Tu as parfaitement raison! Dans mon travail, j’ai pu visiter des centres de refurbishing en France : c’est du travail d’usine! Lorsque je vois certaines critiques sur Foxconn , ce n’sont pour la plupart des critiques relatives au travail d’usine, pas aux conditions de travail chez Foxconn.
C’est un travail ingrat, indéniablement, mais chest malheureusement un travail nécessaire dans notre monde...

avatar Moumou92 | 

@totoguile

Vous parlez des usines comme d’un travail basique et dégradant... un peu de respect, il existe des usines où il fait bon travailler et où le boulot est enrichissant et épanouissant !! Heureusement!

avatar Lucas | 

« Ramener la production en Amérique — au sens large du pays, pas spécifiquement en Californie » : « l’Amérique » n’est pas un pays - pas plus que l’Afrique ou l’Europe n’en sont !

Déjà se laisser faire en disant « les Américains » au lieu de dire « les États-Uniens » c’est céder à leur fantasme hégémonique, mais alors dire « l’Amérique » pour parler des États-Unis d’Amérique qui n’est qu’un pays parmi des dizaines, c’est vraiment pas sympa ni légitime ni vrai.

Par pitié dites « les États-Uniens » et le nom complet du pays ?

C’est l’inverse de dire « les Chinois » pour désigner les asiatiques mais c’est tout aussi problématique. Vous imaginez si on disait « l’Europe » pour parler de l’Allemagne ?

avatar Ali Ibn Bachir Le Gros | 

Je sais qu'on devrait dire « les États-Uniens », mais j'y arrive pas. Ça sonne tellement bizarre que je continue à utiliser le mot Américain. Mais an fond je pense pas que ce soit grave parce que tout le monde s'entend sur le fait que le mot Américain désigne dans le language général, et en l'absence de précision, les habitants des États-Unis. C'est juste historique.

avatar Link1993 | 

Les powermac, et les Xserve aussi étaient assemblés en Irlande ^^
Et je crois bien que les Mac Pro camion aussi by the way. (Les premiers en tout cas)

avatar MacGyver | 

je sais pas, mais l'irlande etait le pauvre de l'europe il y a 20-30 ans, et de grosses subventions ont aider des boites IT a s'y implementer

a ne pas comparer avec l'Irlande d'aujourdhui

avatar Zara2stra | 

A voir la photo d'illustration, effectivement le mac ne se vendait pas des masses puisque je ne vois qu'un mac sur la chaine... Ou alors c'était adapté au rythme des américains :-)

avatar corben | 

Comment peut on comparer une situation en 2018 et en 1984 ?

Pas les mêmes situations économiques et (géo)politiques
Pas les mêmes habitudes de consommation
Rien n’est comparable

avatar occam | 

La Californie, « terre de fabrication à petite échelle, pour le prototypage de produits » ?
Voyons donc le contre-exemple, Hewlett-Packard :
http://www.thocp.net/companies/hewlett_packard/hp_company.htm

Le déclin technologique de HP coïncide avec l’abandon de sa propre production et la décision de se concentrer sur le traffic de doses homéopathiques d’encre à des prix d’Alprolix™ plutôt que sur l’électronique de bonne tenue.
https://www.eetimes.com/author.asp?section_id=28&doc_id=1285836

À propos HP, j’ai passé ce week-end à trouver un remplaçant pour une alimentation électrique linéaire de laboratoire.
• Les meilleures que nous ayons jamais eues, des Hewlett-Packard (vendues aujourd’hui sous le label Agilent) se trouvent sur le marché de l’occasion, à des prix toujours croissants. Mais gare aux pièces manquantes : si elles ne sont pas disponibles usagées, Agilent les deale à prix d’or. Mon budget et les règles de financement régissant mon projet me les interdisent.
• Les usual suspects, Rohde+Schwarz, Keithley, Aim-TTi : my tailor is waaay too rich.
• Les POS de la Paix Céleste : à l’usage, on se rend vite compte que l’acronyme le plus fréquemment utilisé pour décrire ces clinquantes quincailles ne signifie pas Point Of Sale, mais Piece Of Shit. Diagnostic exact et vérifié.
• Reste un survivant de l’ex-RDA, une petite boîte de Fürstenwalde sur Spree, bourgade perdue tout à l’est du Brandebourg, qui continue à construire des alims de labo increvables, très bien conçues (la RDA formait de très bons ingénieurs électro) et infiniment réparables. À des prix qui en font des no-brainer. Appareils qui m’ont sauvé la mise, vu le peu qui me reste de pennies pour cette année.
Bien entendu, zéro bling-bling, zéro styling, le charme vétuste et rugueux des nageuses Est-Allemandes.

Et je réalise que c’est le genre de technologie sur-dimensionnée et increvable qui faisait jadis la force des produits américains, habillage Ramond Loewy en moins. Dont nombre des meilleurs produits, tels HP, provenaient de Californie.

Les raisons qui font que l’industrie américaine n’est plus en mesure de subvenir à ses propres besoins sont multiples, et trop complexes pour que l’on en traite dans ce cadre. Mais deux sont saillantes :
1. WYGIWYP : What You Get Is What You Pay for.
2. L’éducation (scil. manque de). Tim Cook y fait allusion, mais il est l’un des rares industriels à confronter l’ampleur du problème.

Bien entendu, ce n’est pas la bourrique bronzée et MAGAlomane présidant à l’auto-dissolution de l’empire qui changera cet état de choses en érigeant des murailles. Mais au moins aura-t-on désigné des coupables. Par ces temps de jaunisse virulente, c’est toujours ça d’infligé.

avatar iPop | 

@occam

Tout empire s’effondre un jour sur lui même. C’est comme les étoiles en fait.

avatar IceWizard | 

@iPop
"Tout empire s’effondre un jour sur lui même. C’est comme les étoiles en fait."

Le soleil a une espérance de vie de 10 milliards d'années, dont 5 sont déjà passés. Certaines étoiles moins denses pourront tenir jusqu'à 15 milliards d'années. C'est long pour un empire ..

Sans parler qu'une étoile ou un empire qui s'effondre sert de germe pour les suivants. L'Empire romain n'existe plus, mais l'Occident domine culturellement le monde (même si les chinois travaillent sur la question). Le monothéisme, les légendes du paradis perdu et de la chute, du fruit de la connaissance, le déluge, la tour de Babel, l'écriture, les codes de lois, la comptabilité, les plans cadastraux, les impôts, etc.. viennent du lointain passé des babyloniens et des sumériens, bien avant que les premiers tribus sémitiques n'émergent du désert.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR