Bill Gates trouve Apple « incroyable » et Warren Buffett voudrait 100 % du capital

Florian Innocente |

« C'est une société incroyable », le compliment à égard d'Apple est venu de Bill Gates, lors d'une interview hier sur CNBC. Le cofondateur de Microsoft, qui n'exerce plus de fonctions opérationnelle dans le groupe depuis quelques années, ajoutait : « Les ratios ne sont pas gigantesques, ce n'est pas comme des entreprises technologiques spéculatives qui perdent toujours de l'argent, ou autre. Les meilleures entreprises high tech aujourd'hui affichent de très fortes positions sur leurs bénéfices, mais Apple est à la meilleure place de toutes ».

Bill Gates était accompagné de Warren Buffett et de Charlie Munger, tous deux à la tête de Berkshire Hathaway. Bill Gates, ami intime de Buffett, fait partie du conseil d'administration de ce fonds d'investissement.

À la faveur d'un achat de 75 millions d'actions la semaine dernière, Berkshire Hathaway est devenu le troisième plus gros actionnaire d'Apple, avec 240 millions de titres, soit environ 5 % du capital.

Warren Buffett déclarait, en plaisantant à moitié, qu'il « adorerait posséder 100 % du capital ». De son point de vue, c'est une bonne marque de confiance. Une confiance qu'il a solide dans l'équipe qui dirige Apple : « Nous aimons beaucoup l'économie qui résulte de leurs activités, leur gestion et leur mode de réflexion ».

Warren Buffett, Charlie Munger et Bill Gates

Ce que Buffet apprécie notamment c'est la relation qu'Apple a su nouer avec ses clients sur la durée, au travers du petit nombre de produits qu'elle propose : « C'est le comportement du client avec le produit, ce qu'ils font avec, la manière dont il s'insère dans leur vie, c'est ça que j'observe en tout premier lieu. Ils vont lancer un produit et tout le monde va le vouloir. Elle [Apple, ndlr] s'est fait une place dans l'esprit des consommateurs, elle a une valeur pratique, c'est très, très utile et ils sont parvenus, au fil du temps, à dégager des bénéfices d'un incroyable écosystème ».

Charlie Munger, vice-président de Berkshire Hathaway, abonde, il déclare lui aussi qu'il juge insuffisante la part du capital d'Apple en leur possession : « L'action est à un prix raisonnable et l'entreprise est forte, c'est une combinaison très séduisante, et j'aime bien leur direction, c'est un management très intelligent ».

Un management qui s'est lancé depuis quelques années dans un programme d'achat d'actions — 100 milliards de dollars de plus vont y être consacrés — à la grande satisfaction des actionnaires, et parmi eux les plus gros comme Berkshire Hathaway. Dès lors qu'Apple achète ses propres actions, ça en laisse moins sur le marché et cela fait monter mécaniquement le volume détenu par ceux qui en ont.

Warren Buffet encore :

Lorsque j'achète de l'Apple, je sais qu'Apple va acheter beaucoup de ses actions. Nous en possédons environ 5 %. Mais je sais que sans rien faire, dans probablement deux ans, nous en aurons 6 % sans avoir à sortir un seul dollar. J'adore l'idée d'avoir 5 % qui vont se transformer en 6 %.

La déclaration de Gates à la télévision n'a pas manqué de faire réagir Sataya Nadella qui, quelques heures plus tard, ouvrait la conférence développeurs Build 2018. Sur le ton de la plaisanterie, le patron de Microsoft a voulu se servir de cet exemple pour montrer à l'assistance que sa société a évolué dans son rapport avec la concurrence, que les propos de Bill Gates en sont une bonne illustration (lire aussi Cortana et Alexa vont devenir les meilleurs amis virtuels du monde) :

Ce matin je lisais les nouvelles après m'être levé, et j'ai entendu Bill Gates en train de parler d'action, il parlait de l'action d'Apple. Et je me suis dit 'wow', depuis 30 ans au moins que je connais Bill, je ne l'ai jamais vu discuter actions, mais aujourd'hui doit être vraiment un autre jour lorsque vous entendez Bill parler de l'action d'Apple. Voilà comment est le nouveau Microsoft.

Pour l'anecdote, Warren Buffet dit avoir reçu récemment d'un ami un iPhone X, avec une lettre comportant des conseils d'utilisation comme s'il avait 3 ans, mais il n'a pas encore eu le loisir de l'utiliser. Quant à son compère Charlie Munger, celui-ci répond, comme s'il s'agissait d'une évidence, qu'il n'a bien sûr pas d'iPhone. La journaliste n'a pas posé la question à Bill Gates.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Ferrari, Maserati, Porsche, Vyrus, Honda, Yamaha, Chanel, Cartier ... en vrac et il y en a tant »

Nope là c’est le marketing et la communication qui te font croire que ces entreprises sont fidèle à leur ADN.

C’est ce qu’elle vende : une histoire légendaire avec un beau story-telling.

Pas un de tes exemples ne tiens l’épreuve de faits.

C’est puissant le marketing et la com ?

avatar webHAL1 | 

@ForzaDesmo
« Si justement, garder les valeurs d'une entreprise est essentielle sauf si on veut faire de cette entreprise une autre entreprise avec d'autre objectifs et motivations.
Garder les valeurs d'une entreprise n'empêche nullement d'aller de l'avant. »

Pour ma part je pense qu'il est possible pour une entreprise de conserver ses valeurs et sa philosophie, mais ça devient de plus en plus difficile au fur et à mesure que les personnes présentes au départ s'en vont (surtout au niveau de sa direction), que l'entreprise grandit et, surtout, du moment qu'elle rentre en bourse.
Les personnes qui se lancent dans la création d'une entreprise le font dans la grande majorité des cas par passion, dans l'idée de créer quelque chose et d'apporter leur pierre à l'édifice. C'est souvent beaucoup d'efforts et ça aboutit très rarement à des gains financiers importants. Les fondateurs d'entreprise se sentent généralement une grande responsabilité vis-à-vis de leur clients et de leurs employés. Il y a d'ailleurs de nombreux cas de patrons ayant fait des dépressions ou même étant allés jusqu'au suicide à cause de la mauvaise marché de leur entreprise et des conséquences que ça avait sur leur personnel (obligation de licencier). Par contre, les personnes qui reprennent la tête de la société n'ont pas nécessairement le même rapport avec celle-ci et les employés. Et si en plus ils sont soumis à la pression dès actionnaires, leur tâche principale devient souvent de créer de la rentabilité et de la valeur, et rien de plus.
D'ailleurs, l'inverse est également vrai : un "simple employé" ne sera pas forcément là pour "travailler le moins possible et gagner le plus possible" (comme je l'ai encore lu ici l'autre jour), mais pourra tout à fait avoir un lien fort avec l'entreprise.
Croire que tout se résume à l'argent est une vision plutôt triste du monde. C'est celle de certaines personnes, mais heureusement de loin pas toutes, surtout parmi les entrepreneurs. :-)

Cordialement,

HAL1

avatar reborn | 

@webHAL1

Selon toi Cook correspond vraiment à la caricature que l’on en fait ici ?

avatar webHAL1 | 

@reborn
« Selon toi Cook correspond vraiment à la caricature que l’on en fait ici ? »

Qui est "on" ?
Ceux qui disent que Tim Cook est un crétin et qu'il est en train de faire couler Apple ? Alors bien sûr que non !
Par contre, je rejoins les personnes qui pensent qu'il est loin d'avoir la même vision et le même "instinct" que Steve Jobs, et que sous son commandement Apple s'est un peu enfermée dans une routine où consolider les acquis est plus important qu'innover.
J'ai pas mal d'admiration pour Tim Cook, car je pense qu'il avait un défi énorme à relever en prenant la suite de Steve Jobs et qu'il s'en sort bien. Je préférerais simplement qu'il fasse parfois preuve de plus de charisme et ait des avis plus tranchés (on sent qu'il cherche souvent à ménager la chèvre et le chou). C'est un excellent gestionnaire pour une entreprise qui veut continuer sur sa lancée, mais pas tellement un patron qui va bouleverser les choses (comme peut le faire Sataya Nadella chez Microsoft, par exemple).
Est-ce que je suis dans la caricature ?

avatar reborn | 

@webHAL1

Je pensais un peu comme toi, puis j’ai lu "inside Apple"

Entre l’iPhone et l’iPhone 5 (dernier iPhone supervisé par Jobs avant sa mort), et entre le 5s et maintenant de quel coté à t’on le plus d’innovation ?

L’iPhone devait rester en 3.5"..
L’iPad mini aurait du ne jamais exister..

Jobs était contre un rapprochement des OS d’Apple, qui aujourd’hui en fait la force de l’écosystème..

Entre iOS 4 et iOS 6 qu’est-ce qui a vraiment changé dans iOS ? Pas grand-chose !

Par contre les versions d’après c’est le soulagement ! Merci Airdrop sous iOS, merci l’application fichier, le rafraîchissement du design sous iOS 7, merci l’ouverture d’iOS qui est beaucoup moins restreint que sous Jobs..

Etc..

Merci Apple de Cook pour, l’Apple Pencil, l’Apple watch, les airpods..

Pour en revenir à l’iPad, la force de l’Apple de Jobs fut surtout d’imposer le type d’experience qui doit être présent sur ce type d’appareil. Là où tous le monde attendais un OS de bureau..

Sinon Le matos c’était celui de l’iPhone avec un écran plus grand.

L’innovation, celle qui nous excite et impressionne à l’usage comme lors de la décennie précédente, ne se retrouve pas tellement au niveau du prochain grand produit materiel qui va changer le monde, et d’un coup rendre l’existant obsolète, mais au niveau soft (A.I et cie) et là Google à une longueur d’avance sur la valeur que l’on peut tirer des données.

Cook est pragmatique et n’essaye pas de construire Apple autour de lui, Jobs n’étant plus là. Selon moi c’est une excellente chose, son mandat actuel se terminant en 2021, son successeur héritera d’un Apple porteur de valeurs forte, qui ne lui feront pas d’ombre.

avatar webHAL1 | 

@reborn
« Entre l’iPhone et l’iPhone 5 (dernier iPhone supervisé par Jobs avant sa mort), et entre le 5s et maintenant de quel coté à t’on le plus d’innovation ? »

Je te trouve dur. Entre le retour de Steve Jobs chez Apple en 1997 et 2010 (sachant qu'il a dû prendre de la distance à partir de 2009 à cause de son cancer), on a eu comme produits qui ont vraiment marqué les esprits :
- L'iMac (et Mac OS X dans une moindre mesure, en tout cas en-dehors de l'éco-système Mac)
- AirPort
- L'iPod et iTunes, avec un bouleversement complet du marché de la musique
- Le MacBook Air
- L'iPhone
- iOS et sa boutique en ligne qui a complètement changé la donne sur la distribution des applications
- L'iPad
- Touch ID

En 13 ans, c'est quand même pas mal du tout.

Entre 2010 et aujourd'hui, quels produits Apple ont eu un impact comparable ? Lesquels ont été si novateurs qu'ils ont laissé la concurrence sonnée et forcée de, tant bien que mal, tenter de faire quelque chose d'à peu près aussi bien ?
La Pomme a bien sûr amélioré ses produits phare (écran plus grand pour l'iPhone, stylet pour l'iPad, Face ID au lieu de Touch ID), mais à part ça...

avatar reborn | 

@webHAL1

je parle uniquement des iPhones de 2007 à 2012, le reste est un autre débat.

TouchiD c’est venu avec l’iPhone 5S par contre.

avatar webHAL1 | 

@reborn

Oui, pardon pour Touch ID. Il est en effet apparu plus tard et je n'ai aucune idée si Steve Jobs a supervisé son implémentation.
Sinon, il y a en effet eu assez peu d'améliorations matérielles entre l'iPhone Edge et le 5 (3G, écran Retina, puis plus grand, meilleur processeur et appareil photo). Mais, même s'il y avait moins de concurrence à l'époque, il me semble que les améliorations sur les modèles d'iPhone depuis le 5 ne sont pas beaucoup plus marquantes, non ? Touch ID (puis Face ID), écran (encore) plus grand (et OLED), toujours des meilleurs processeurs et appareils photo...
Mais sinon, pour ma part je parlais des innovations entre l'ère Jobs et celle de Cook, pas uniquement de l'iPhone. :-)

avatar webHAL1 | 

@ForzaDesmo
« Voilà quelqu'un qui sait faire la part des choses et qui a une vision globale et sait prendre le recul nécessaire sur toute l'histoire Apple pour en sortir une très bonne analyse et synthèse? »

Hé, merci beaucoup ! :-)

avatar reborn | 

@webHAL1

"Je préférerais simplement qu'il fasse parfois preuve de plus de charisme et ait des avis plus tranchés"

Oui il pourrait faire ça en public avoir plus d’avis tranché, mais à quoi bon si c’est pour changer d’avis par la suite ?

https://m.lesechos.fr/0211867007551.htm
https://www.igen.fr/ipad/steve-jobs-s-etait-fait-l-idee-d-un-ipad-7-99842

Le charisme ? Ce n’est pas sa stratégie, il s’efface au seul profit d’Apple et de son remplaçant dans quelques années. Il essaye de construire Apple autour d’autre chose que de sa seule personnalité.

http://www.iphon.fr/post/qui-succede-tim-cook-hypotheses-futur-ceo-apple...

"C'est un excellent gestionnaire pour une entreprise qui veut continuer sur sa lancée, mais pas tellement un patron qui va bouleverser les choses (comme peut le faire Sataya Nadella chez Microsoft, par exemple)."

Nadella = mobile first et cloud. Pour les rentrées d’argent on passe de la license à l’abonnement..

Tout ce que les fanboy 2000’s d’Apple détestent quoi. Et si microsoft explose aujourd’hui c’est bien grace au cloud..

Ça pourrait faire relativiser ceux qui persistent à rester dans les années 2000 avec "le mac en centre de l'écosystème" non ? Concept d'ailleurs tué par Jobs lors de la présentation d'icloud.

Cook est assimilé (sur macg..) au cloud et à l’argent facile = Tim le financier qui ne pense qu’à l’argent. Cook est plus qu’un simple gestionnaire, c’est un chef d’orchestre.

https://www.mac4ever.com/iphone/article?id=93902&app=true

Pour ce qui est de l’innovation, si Cook va dans la mauvaise direction, bizarrement Samsung tient le même discours que lui maintenant.

https://www.igen.fr/android/2018/02/samsung-linnovation-ne-fait-pas-tout...

Samsung pendant des années a couru après "l’innovation" et les fonctionnalités jusqu’au galaxy S4 et S5. Fonctions qui ont étaient retiré sur les modèles suivants. Où est passé le capteur cardiaque du S5 par exemple ?

http://www.phonandroid.com/forum/s7-ou-sont-passees-certaines-fonctions-...

Pour répondre à ton interrogation "pourquoi sous Cook il n’y a plus rien d’impactant ? " Mon avis perso est que, the next big thing ne sera pas forcement un produit physique à succès, mais des services nés de l’IA, blockchain et cie. Il y a de fortes chances pour que the next big thing ne soit pas créé par les GAFA ou NATU

Durant cette décennie Uber et Airbnb ont innové en terme de business model, est deja cela fut suffisant pour avoir un impact significatif sur nos vies.

Mais cela irai au delà de la micro informatique et de l’écosystème numérique actuel.

Des avancés apporté par l’approche des "deeptech"

http://www.rtl.fr/actu/futur/comment-les-start-up-deep-tech-veulent-chan...

Avec l’Apple watch et ses différentes initiatives santé, Apple reste sur la bonne voie.
Apple compte aussi proposer quelque chose pour le monde des transports. Wait and see

Je ne dis pas qu’Apple va triompher, mais je ne pense pas qu’actuellement ils soient perdu que les autres.

avatar webHAL1 | 

@reborn
« Il y a de fortes chances pour que the next big thing ne soit pas créé par les GAFA ou NATU »

Je suis d'accord avec ça. Même si je pense que des entreprises comme Google et Amazon ont davantage, en 2018, une culture de l'innovation que la Pomme.
Pour le reste, je ne te rejoins pas. Ton discours me donne l'impression que tu cherches à faire passer Tim Cook pour quelqu'un avec un esprit d'innovation du même niveau que Steve Jobs, alors que pour ma part je pense qu'il n'est pas comme ça. Et les produits (pas forcément matériels) que j'ai listés qui sont sortis entre 2007 et 2010, comparés à ceux de ces 8 dernières années, démontrent bien, à mon sens, cette différence entre les deux PDG.

avatar reborn | 

@webHAL1

Bien sur, Cook n’a pas l’esprit de Jobs. Je ne cherche pas à prouver le contraire. Cook lui même l’affirme.

D’après ce que j’ai compris, ta conclusion est que l’Apple de Jobs à sorti plus de produits, et plus de produits interessant que l’Apple de Cook. Donc l’Apple de Cook est moins bon que celui de Jobs.

Je pense que c’est plus subtile que cela. Et Samsung l’a compris (précédent message)

Mais se focaliser de la sorte sur les produits alors que les contextes et époques sont different n’est pas pertinent selon moi.

Parce que durant cette décennie qui a réellement produit de l’innovation de rupture ?

Et doit-on seulement accorder de l’importance aux seules innovations de rupture ?

https://www.seemy.com/fr/2016/06/4-types-innovation.html

Est-ce que le produit de l’innovation est pertinent pour l’utilisateur ? Est-ce commercialement viable ?

Est-ce bon pour la société ?

https://www.theguardian.com/technology/2018/feb/14/google-tests-robot-ch...

Actuellement l’utilisateur est comblé par l’high-tech, tellement qu’il n’utilise même pas toute les ressources et capacités qui sont à sa disposition.

Mon point de vue c’est qu’Apple n’a pas forcement besoin de quelqu’un comme Jobs à sa tête pour réussir.
Il y a des gens formidable chez Apple. Et ça Jobs l’avait bien compris en le recommandant pour le poste de CEO.
Un chef d’orchestre essayant de pousser Apple à tirer le meilleur de ses ressources.

Pour ce qui est d’Amazon et de Google, ces 2 boites n’ont pas la même approche sur le traitement des données et vie privée qu’Apple. Donc l’on verra plus de choses nouvelles chez eux que chez Apple.

avatar webHAL1 | 

@reborn
« Parce que durant cette décennie qui a réellement produit de l’innovation de rupture ? »

De tête, sans trop réfléchir, je pourrais dire :
- WhatsApp
- Uber
- Spotify
- Netflix
- Les drones

Des produits qui ont radicalement bouleversés les habitudes et, pour certains d'entre eux, qui auraient pu sortir de chez Apple.
Je ne crois vraiment pas que l'innovation dans le monde informatique ou des nouvelles technologies ait ralenti ces dernières années.

« Mon point de vue c’est qu’Apple n’a pas forcement besoin de quelqu’un comme Jobs à sa tête pour réussir. »

Tout dépend de ce qu'on entend par "réussir" (même chose quand à la question de savoir si l'Apple de Cook est "moins bon" que celui de Jobs). Financièrement, la Pomme connaît une réussite insolente. Mais tout comme Microsoft se porte très bien, et l'ère Ballmer n'a pas entraîné sa perte... même si on a l'impression qu'elle était davantage dans une "routine" sous son commandement, et que Nadella, lui, insuffle un souffle plus dynamique. De manière identique, je trouve, et c'est le cas de beaucoup de personnes avec qui je discute, que l'innovation se trouve aujourd'hui davantage chez Google et Amazon (et aussi justement chez Microsoft) que chez Apple.

avatar reborn | 

@webHAL1

Tu classe whatsapp (2009) dans l’innovation de rupture ?

Uber (2009), innovation niveau business model (pareil pour Airbnb, 2008)

Netflix, (streaming débuté en Janv 2007)
Spofity (2006)

https://thenextweb.com/apple/2015/06/08/steve-jobs-opinions-on-streaming...

https://www.mac4ever.com/iphone/article?id=101577&app=true

(2007)
https://www.fool.com/investing/2018/04/03/steve-jobs-was-wrong-about-mus...

Le streaming (video, musique) chez Apple n’aurait pas pu voir le jour sous Jobs.

"Financièrement, la Pomme connaît une réussite insolente." Commercialement aussi, ça vend à rythme soutenu.

"Mais tout comme Microsoft se porte très bien, et l'ère Ballmer n'a pas entraîné sa perte..."

Merci à la vente lié de PC windows qui a apporté à microsoft des rentrées d’argent constante. Mais Microsoft a raté le mobile, et Google lui a pris sa place.

"Nadella, lui, insuffle un souffle plus dynamique"

Il mise tout sur l’experience mobile et le cloud, Apple est deja positionné là dessus.

"De manière identique, je trouve, et c'est le cas de beaucoup de personnes avec qui je discute, que l'innovation se trouve aujourd'hui d’avantage chez la concurrence"

Il faut se demander pourquoi, et ce n’est pas une fatalité, le business model d’Apple ne lui permet d’être 1er partout. Sur ce qui implique l’utilisation des données clients (l’or du 21ème siècle) Apple aura toujours "du retard".

Grace aux données, Google optimise ses régies Pub, Amazon sa boutique en ligne, Microsoft optimise son business orienté pro avec les données issue de Linkedin.

https://www.mediego.com/fr/blog/la-data-or-noir-du-21-zeme-siecle/

Peut-être qu’Apple devrait changer de position sur la vie privée ?

Si en innovation tu fait aussi référence à l’Hololens (projet présenté en janv 2015 branché à un gros PC) la version commerciale n’est pas prévu avant 2020.

Pour ce qui est des surface studio, Apple ne veut pas le faire. Depuis au moins 2010.

http://www.patentlyapple.com/patently-apple/2010/08/the-mother-lode-welc...

avatar webHAL1 | 

@reborn
« Tu classe whatsapp (2009) dans l’innovation de rupture ? »

Est-ce que WhatsApp a changé la vie des gens ? Personnellement je trouve que oui, donc je l'inclus dans la liste. Ce n'est pas tant la technologie derrière que le service et son excellente qualité qui lui ont permis de toucher des centaines de millions de clients.

Je constate que nous sommes d'accord sur certains points. Comme tu le soulignes très bien, Microsoft dirigée par Ballmer est complètement passée à côté du marché mobile. Tout comme Apple sous Cook a raté celui du streaming musicale et vidéo (la chance de la Pomme ici c'est qu'elle n'a en face que de "petits" acteurs – Spotify et Netflix –, ce qui lui permettra(it) de l'emporter commercialement au final).
Et je te rejoins également sur l'analyse qu'Apple est en train de perdre la course de l'utilisation des données. Selon moi, l'argument de la vie on privée est en (grande ?) partie une mauvaise excuse. Qu'Apple ne veuille pas les exploiter commercialement est tout à son honneur (et c'est une bonne chose selon moi), même si c'est un discourt marketing (elle estime que cela lui permet de gagner de l'argent en mettant cela en avant, plutôt que d'en gagner en commercialisant ces données). Mais elle pourrait utiliser les données qu'elle collecte par exemple pour améliorer Siri. Ces données pourraient tout à fait être anonymisées, cela n'empêcherait pas à son assistant-maison de devenir plus intelligent et pouvoir mieux répondre aux requêtes de ses utilisateurs (comme par exemple pouvoir répondre à plus de questions, réussir à comprendre le contexte d'une discussion, pouvoir s'interfacer avec plus d'applications et de services, etc.). Cependant elle ne le fait pas, car elle se désintéresse de ce secteur. On peut en outre constater que des centaines de millions (voire des millards) de personnes utilisent les services de Google et d'Amazon (qui exploitent les données utilisateur... ce qui ne veut pas dire qu'ils revendent des informations sur ceux-ci comme on peut souvent le lire ici). Même chose pour Facebook. Il faut donc croire que les gens n'ont pas de soucis avec le fait que Google sache qu'il y a du pain, du lait et du café sur leur liste de course stockée dans leur smartphone.
Je terminerai en disant qu'il y a un domaine dans lequel je trouve Tim Cook visionnaire : celui de la santé. Mais, à part l'Apple Watch, je ne trouve pas que la Pomme ait montré qu'elle le considère comme important. Et même sa montre connectée est bien limitée dans ses fonctions liées à ce secteur pour le moment.

Merci à toi pour ces échanges intéressants.
Cordialement,

HAL1

avatar reborn | 

@webHAL1

"Je terminerai en disant qu'il y a un domaine dans lequel je trouve Tim Cook visionnaire : celui de la santé. Mais, à part l'Apple Watch, je ne trouve pas que la Pomme ait montré qu'elle le considère comme important. Et même sa montre connectée est bien limitée dans ses fonctions liées à ce secteur pour le moment."

Il y a les initiatives et recherches santé avec les hôpitaux et l’IA arrive aussi pour offrir plus en matière de diagnostique. Pour la montre il faut attendre pour qu’elle offre plus de chose les défis techniques et en terme d’experience sont conséquent.

La FDA doit aussi approuver ces produits et services, le processus prend des années.

Pour en revenir aux données

"Cependant elle ne le fait pas, car elle se désintéresse de ce secteur"

Les données et donc l’efficacité de la pub, c’est 98% des rentrées d’argent de Facebook, 86% pour Google.

Slide 45: http://static2.statista.com/download/pdf/Digital_Economy_Compass_2018.pdf

Le reste du dossier est aussi très interessant.

Tu m’étonne qu’ils y vont à fond dans ce domaine là.. c’est là où se trouve la valeur pour eux

Pour en revenir à Siri c’est un gros gros bordel initié sous Jobs. Entre les limites technique, et la gestion de la vie privée.. ??‍♂️

https://www.igen.fr/ios/2018/03/les-coulisses-chaotiques-de-siri-103315

Apple lance peu de produits et de services, mais quand elle le fait (en general) ça marche bien.

Combien de services et de produits lancé par Google et Microsoft depuis le début de la décennie puis ensuite arrêté ?

avatar webHAL1 | 

@reborn
« Combien de services et de produits lancé par Google et Microsoft depuis le début de la décennie puis ensuite arrêté ? »

Honnêtement, je n'en sais rien. Combien ? ^_^

avatar reborn | 

Beaucoup plus qu’Apple c’est sur, (j’ai pas compté^^) mais rien qu’en terme de messageries Google en a sortit beaucoup, pour au final en arriver à l’approche d’Apple avec son iMessage. Apple ? juste imessage. Simple et efficace.

avatar webHAL1 | 

@reborn
« j’ai pas compté^^ »

Dommage, donc on ne saura jamais. ^_^
Ce qui signifie que le doute subsiste : Apple a peut-être abandonné plus de produits (le Mac mini et le Mac Pro doivent-ils être comptés ?! :-D) que Google et Microsoft !

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Je suis plus optimiste que toi au vu de l'Histoire (et heureusement sinon il ni aurait jamais d'évolution), il n'y a qu'avoir dans d'autres domaines où de nouveaux visionnaires et créateurs sortent du lot avec justement l'intelligence de se démarquer en intégrant les méthodes d'aujourd'hui et les valeurs d'hier. Le meilleur des mondes. »

ils créent leur propre boîte, ils ne prennent pas la direction d’une multinationale.

Cook est remarquable et ce serait déjà un grand challenge de trouver quelqu’un qui fasse aussi bien dans le futur.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR