Bill Gates trouve Apple « incroyable » et Warren Buffett voudrait 100 % du capital

Florian Innocente |

« C'est une société incroyable », le compliment à égard d'Apple est venu de Bill Gates, lors d'une interview hier sur CNBC. Le cofondateur de Microsoft, qui n'exerce plus de fonctions opérationnelle dans le groupe depuis quelques années, ajoutait : « Les ratios ne sont pas gigantesques, ce n'est pas comme des entreprises technologiques spéculatives qui perdent toujours de l'argent, ou autre. Les meilleures entreprises high tech aujourd'hui affichent de très fortes positions sur leurs bénéfices, mais Apple est à la meilleure place de toutes ».

Bill Gates était accompagné de Warren Buffett et de Charlie Munger, tous deux à la tête de Berkshire Hathaway. Bill Gates, ami intime de Buffett, fait partie du conseil d'administration de ce fonds d'investissement.

À la faveur d'un achat de 75 millions d'actions la semaine dernière, Berkshire Hathaway est devenu le troisième plus gros actionnaire d'Apple, avec 240 millions de titres, soit environ 5 % du capital.

Warren Buffett déclarait, en plaisantant à moitié, qu'il « adorerait posséder 100 % du capital ». De son point de vue, c'est une bonne marque de confiance. Une confiance qu'il a solide dans l'équipe qui dirige Apple : « Nous aimons beaucoup l'économie qui résulte de leurs activités, leur gestion et leur mode de réflexion ».

Warren Buffett, Charlie Munger et Bill Gates

Ce que Buffet apprécie notamment c'est la relation qu'Apple a su nouer avec ses clients sur la durée, au travers du petit nombre de produits qu'elle propose : « C'est le comportement du client avec le produit, ce qu'ils font avec, la manière dont il s'insère dans leur vie, c'est ça que j'observe en tout premier lieu. Ils vont lancer un produit et tout le monde va le vouloir. Elle [Apple, ndlr] s'est fait une place dans l'esprit des consommateurs, elle a une valeur pratique, c'est très, très utile et ils sont parvenus, au fil du temps, à dégager des bénéfices d'un incroyable écosystème ».

Charlie Munger, vice-président de Berkshire Hathaway, abonde, il déclare lui aussi qu'il juge insuffisante la part du capital d'Apple en leur possession : « L'action est à un prix raisonnable et l'entreprise est forte, c'est une combinaison très séduisante, et j'aime bien leur direction, c'est un management très intelligent ».

Un management qui s'est lancé depuis quelques années dans un programme d'achat d'actions — 100 milliards de dollars de plus vont y être consacrés — à la grande satisfaction des actionnaires, et parmi eux les plus gros comme Berkshire Hathaway. Dès lors qu'Apple achète ses propres actions, ça en laisse moins sur le marché et cela fait monter mécaniquement le volume détenu par ceux qui en ont.

Warren Buffet encore :

Lorsque j'achète de l'Apple, je sais qu'Apple va acheter beaucoup de ses actions. Nous en possédons environ 5 %. Mais je sais que sans rien faire, dans probablement deux ans, nous en aurons 6 % sans avoir à sortir un seul dollar. J'adore l'idée d'avoir 5 % qui vont se transformer en 6 %.

La déclaration de Gates à la télévision n'a pas manqué de faire réagir Sataya Nadella qui, quelques heures plus tard, ouvrait la conférence développeurs Build 2018. Sur le ton de la plaisanterie, le patron de Microsoft a voulu se servir de cet exemple pour montrer à l'assistance que sa société a évolué dans son rapport avec la concurrence, que les propos de Bill Gates en sont une bonne illustration (lire aussi Cortana et Alexa vont devenir les meilleurs amis virtuels du monde) :

Ce matin je lisais les nouvelles après m'être levé, et j'ai entendu Bill Gates en train de parler d'action, il parlait de l'action d'Apple. Et je me suis dit 'wow', depuis 30 ans au moins que je connais Bill, je ne l'ai jamais vu discuter actions, mais aujourd'hui doit être vraiment un autre jour lorsque vous entendez Bill parler de l'action d'Apple. Voilà comment est le nouveau Microsoft.

Pour l'anecdote, Warren Buffet dit avoir reçu récemment d'un ami un iPhone X, avec une lettre comportant des conseils d'utilisation comme s'il avait 3 ans, mais il n'a pas encore eu le loisir de l'utiliser. Quant à son compère Charlie Munger, celui-ci répond, comme s'il s'agissait d'une évidence, qu'il n'a bien sûr pas d'iPhone. La journaliste n'a pas posé la question à Bill Gates.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« c'est là que tu comprendra que @C1rc3@0rc en a une bonne lecture. »

Qu’absolument aucun ouvrage : d’économie, de management, de gestion, de stratégie entrepreneuriale, de finance, d’analyse financière, de marketing ... ne pourrait étayer ?

Mais bon c’est un génie innovant et totalement disruptif face à l’académisme rétrograde des références sur les nombreuses questions qu’il traite.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Tu as oublié le plus important des secteurs de la littérature en ce qui concerne SJ et ce qui a fait la "Story Apple". C'est pour ça que tu passes à côté du pourquoi et du comment de la "Story Apple". Mais tu ne dois pas être très philosophe ce qui explique un regard faussé ou insuffisant pour en avoir une bonne synthèse »

Sur ce point tu te trompes lourdement, ma connaissance de l’histoire d’Apple et de la vie de son cofondateur est reconnue comme de bon niveau.

De même je suis au contraire assez féru de philosophie, particulièrement d’épistémologie et d’esthétique.

Enfin je suis très porté sur l’histoire des sciences informatiques et sur celle de l’industrie.

Mais bon les cela sert à rien de le dire.

Sur quel point de l’histoire d’Apple et de SJ te semble-t-il que j’ai des lacunes ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

Comme le disais à Circé, j'ai une immense admiration pour SJ et je me sent très chanceux d'avoir eu la chance de pouvoir passer un rien de temps avec lui du temps de NeXT.

Mais il ne faut pas l'enfermer dans une légende dorée, le statufier, le mythifier.

L'homme a énormément évolué durant sa vie, une de ses force fût d'être capable de s'adapter aux changement du temps et il y a de grandes chances que s'll n'avait pas perdu la vie il se serait adapter à celle de l'époque.

Apple n'est pas plus une entreprise focaliser sur les profits aujourd'hui qu'hier.

Ce qui a changé ce n'est pas Apple mais le monde et les réalités des marchés.

Ce qui en désespère beaucoup ici c'est que le centre de gravité des marchés porteurs pour Apple n'est plus du tout là où il fût dans un passé idéalisé.

Beaucoup, dont moi, ne se retrouvent plus dans l'offre d'Apple sur les Mac.

Mais croire que c'est là une erreur d'Apple est une lourde erreur c'est au contraire le force d'Apple que d'avoir été capable de s'adapter brillamment aux évolutions du marché.

"Tout ça pour comparer les différentes ères et philosophies de la société d'Apple qui n'a plus rien avoir avec son apophtegme d'origine. C'est en cela que l'on peut considérer que la philosophie d'Apple n'est plus, ainsi que sa stratégie ou sa vision pour le futur."

Oui et c'est heureux, le monde change, les paradigmes changes, les contextes change ...

Et Apple a montré sa capacité à s'adapter à ses changements.

On peut ne pas apprécier ces changements du monde, mais on ne peut faire reproche à Apple de s'y être adapté magistralement.

"Quand on en est à passer son temps et son énergie à trouver des moyens/astuces pour augmenter les marges sans cesse"

ça c'est une contre vérité, la marge est depuis longtemps un dogme chez Apple et elle est relativement constante depuis des années.

" Et pour ma part je pense qu'Apple a mis le curseur bien trop du côté stratégie financière au détriment de la qualité de ses produits et de son R&D (machine à innover)."

Apple n'a jamais autant dépenser en R&D ;-)

Et Apple a toujours peu dépenser en R&D au regard de son CA.

Rien de neuf.

Pour le reste attention à ne pas confondre finance et activité.

Tu ne parles pas ici de la stratégie financière d'Apple (La manière dont elle gère sa trésorerie) mais de la façon dont elle envisage son activité (offre, positionnement, marketing ...)

"Il faut un mec qui pense différemment pour réinventer la roue, car oui SJ savait ré-inventer la roue et précédait les attentes des gens. Il savait créer le futur technologique usuel, et c'est de ça dont parlent ces vieux Messieurs, car ils sont encore sur les souvenirs de l'ancienne philosophie d'Apple."

Tu ne trouvera plus un SJ pour prendre la tête d'Apple.

Les profils comme SJ ne prennent pas la tête d'une multinationale tel Apple, ils créent leur entreprise ;-)

C'est un fait qu'il faut accepter une page se tourne et l'incarnation de l'entreprise par un génie rare n'arrivera plus jamais, c'est ainsi.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Justement c'est même toi qui le dit puisque tu admets qu'Apple a évolué avec son temps et qu'aujourd'hui il faut la "finance" pour arriver. »

je ne dit absolument pas ça ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo
« Là où l'on se rejoint et là où tu te contredis encore une fois c'est que justement Apple n'est plus Apple, »

je ne peux me contredire sur ce que je n’ai pas dit ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

«  Si l'évolution c'est de laisser tomber la fabrication d'ordinateur au détriment de smartphone plus rentable encore une fois financièrement, c'est bien parce que la politique et la philosophie est de faire ce qui rapporte le plus. »

Il n’y strictement aucun abandon du Mac.

Pour le reste l’iPhone ne se développe pas au détriment du Mac.

il y a juste une réalité qui n’est pas propre à Apple, l’ordinateur individuel n’est plus depuis longtemps un marché porteur.

Tu as une très étrange vision des causalités.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Même Cook l'a reconnu en faisant marche arrière pour les Pro en annonçant qui allait reconsidérer le futur du Mac Pro alors qu'il venait à peine de lancer sur le marché l'iMacPro (sans commentaire). ‘

Étrange interprétation des propos de Cook qui étaient adressés à un tout petit segment d’utilisateurs bien plus important en terme d’image que de rentabilité.

Tu fais d’étrange généralisation et prêtes au gens des propos qu’ils n’ont jamais tenu.

Tu viens de me le faire, tu le fais à cook, je me sent en bonne compagnie.

Cook n’a jamais une seconde évoqué l’abandon du Mac c’est juste une fantasme de Circé qu’il répète comme un mantra et qui n’a strictement aucun sens économique pour Apple.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« C'est pas pour rien que les professionnelles au vu de la politique concernant les Mac Pro ont été voir ailleurs. « 

Pas les professionnels, les acteurs d’un petit secteur d’activité nécessitent un type de machines assez marginales en terme de PDM.

Il n’y a jamais eu autant de Mac en entreprise qu’aujourd’hui et donc jamais eu autant d’usage professionnel du Mac qu’en ces jours.

Et je ne parle même pas des iPad et des iPhone en entreprise.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

L’ensemble des chiffres sont largement disponible. google est ton ami.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

Le Mac pourrait parfaitement vivre sans les marchés qu’adressent les Mac Pro. Tu remarqueras d’ailleurs que les chiffres de l’activité Mac ne se sont nullement effondrés avec un Mac Pro au,catalogue fort peu attractif aujourd’hui.

Le marché des stations de travail n’est pas sur Mac depuis très longtemps et le seul secteur ayant un vague périmètre économique restant et celui de la post-production qui ne pèse pas très lourd.

La présence d’Apple sur ce marché et avant tout un enjeu d’image pas de directement de pérennité de l’activité Mac.

Apple va sans doute revenir, mais l’enjeu est extrêmement faible pour eux ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

Complètement à,côté de la plaque tu n’as strictement rien compris à mes propos.

Pas bien grave, je te laisse à tes certitudes sans rancune ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Entièrement d'accord avec toi, c'est pour ça que forcément Apple ira dans une impasse en continuant ainsi où alors elle sera vidée de son apophtegme. »

Ça c’est de la pure projection Apple est loin d’être la première entreprise à devoir survivre à la disparition de de son génial fondateur et nombre de ces entreprises sont encore là cent ans après en très grande forme.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

Tu mélanges deux choses la pérennité de l’entreprise et l’adhésion figée à des valeurs du passé.

Aucune entreprise n’avance en regardant dans le rétroviseur et toute les entreprises qui ont essayer de préserver un dogme supposé du fondateur on mal fini.

Tu veux des listes d’entreprises ?

Ford, Mercedes, IBM, General Electric, Microsoft, Renault, Hearst ... en vrac et il y en tant.

L’Apple que tu fantasmes même avec SJ au commande n’a jamais existé et n’existera jamais, tu as une adhésion issue du marketing et de la communication aux prétendus valeurs identitaires d’une entreprise qui sont toujours des artifices.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR