Bill Gates trouve Apple « incroyable » et Warren Buffett voudrait 100 % du capital

Florian Innocente |

« C'est une société incroyable », le compliment à égard d'Apple est venu de Bill Gates, lors d'une interview hier sur CNBC. Le cofondateur de Microsoft, qui n'exerce plus de fonctions opérationnelle dans le groupe depuis quelques années, ajoutait : « Les ratios ne sont pas gigantesques, ce n'est pas comme des entreprises technologiques spéculatives qui perdent toujours de l'argent, ou autre. Les meilleures entreprises high tech aujourd'hui affichent de très fortes positions sur leurs bénéfices, mais Apple est à la meilleure place de toutes ».

Bill Gates était accompagné de Warren Buffett et de Charlie Munger, tous deux à la tête de Berkshire Hathaway. Bill Gates, ami intime de Buffett, fait partie du conseil d'administration de ce fonds d'investissement.

À la faveur d'un achat de 75 millions d'actions la semaine dernière, Berkshire Hathaway est devenu le troisième plus gros actionnaire d'Apple, avec 240 millions de titres, soit environ 5 % du capital.

Warren Buffett déclarait, en plaisantant à moitié, qu'il « adorerait posséder 100 % du capital ». De son point de vue, c'est une bonne marque de confiance. Une confiance qu'il a solide dans l'équipe qui dirige Apple : « Nous aimons beaucoup l'économie qui résulte de leurs activités, leur gestion et leur mode de réflexion ».

Warren Buffett, Charlie Munger et Bill Gates

Ce que Buffet apprécie notamment c'est la relation qu'Apple a su nouer avec ses clients sur la durée, au travers du petit nombre de produits qu'elle propose : « C'est le comportement du client avec le produit, ce qu'ils font avec, la manière dont il s'insère dans leur vie, c'est ça que j'observe en tout premier lieu. Ils vont lancer un produit et tout le monde va le vouloir. Elle [Apple, ndlr] s'est fait une place dans l'esprit des consommateurs, elle a une valeur pratique, c'est très, très utile et ils sont parvenus, au fil du temps, à dégager des bénéfices d'un incroyable écosystème ».

Charlie Munger, vice-président de Berkshire Hathaway, abonde, il déclare lui aussi qu'il juge insuffisante la part du capital d'Apple en leur possession : « L'action est à un prix raisonnable et l'entreprise est forte, c'est une combinaison très séduisante, et j'aime bien leur direction, c'est un management très intelligent ».

Un management qui s'est lancé depuis quelques années dans un programme d'achat d'actions — 100 milliards de dollars de plus vont y être consacrés — à la grande satisfaction des actionnaires, et parmi eux les plus gros comme Berkshire Hathaway. Dès lors qu'Apple achète ses propres actions, ça en laisse moins sur le marché et cela fait monter mécaniquement le volume détenu par ceux qui en ont.

Warren Buffet encore :

Lorsque j'achète de l'Apple, je sais qu'Apple va acheter beaucoup de ses actions. Nous en possédons environ 5 %. Mais je sais que sans rien faire, dans probablement deux ans, nous en aurons 6 % sans avoir à sortir un seul dollar. J'adore l'idée d'avoir 5 % qui vont se transformer en 6 %.

La déclaration de Gates à la télévision n'a pas manqué de faire réagir Sataya Nadella qui, quelques heures plus tard, ouvrait la conférence développeurs Build 2018. Sur le ton de la plaisanterie, le patron de Microsoft a voulu se servir de cet exemple pour montrer à l'assistance que sa société a évolué dans son rapport avec la concurrence, que les propos de Bill Gates en sont une bonne illustration (lire aussi Cortana et Alexa vont devenir les meilleurs amis virtuels du monde) :

Ce matin je lisais les nouvelles après m'être levé, et j'ai entendu Bill Gates en train de parler d'action, il parlait de l'action d'Apple. Et je me suis dit 'wow', depuis 30 ans au moins que je connais Bill, je ne l'ai jamais vu discuter actions, mais aujourd'hui doit être vraiment un autre jour lorsque vous entendez Bill parler de l'action d'Apple. Voilà comment est le nouveau Microsoft.

Pour l'anecdote, Warren Buffet dit avoir reçu récemment d'un ami un iPhone X, avec une lettre comportant des conseils d'utilisation comme s'il avait 3 ans, mais il n'a pas encore eu le loisir de l'utiliser. Quant à son compère Charlie Munger, celui-ci répond, comme s'il s'agissait d'une évidence, qu'il n'a bien sûr pas d'iPhone. La journaliste n'a pas posé la question à Bill Gates.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Ok. On a enfin ta logique et ta vue de l'entreprise »

Tu comprends vite mais il faut t’expliquer longtemps dit donc ?

Pour le reste heureux que tu découvre les principes d’une entreprise capitaliste.

Qui malgré la com et le marketing sont aussi ceux d’Apple depuis le début.

Pour le reste tu tombes dans un grave travers : ton évaluation des produits n’est pas universel.

Ce que tu appel un produit de merde séduit des millions d’acheteurs, c’est d’une folle arrogance de croire que son nombril est le centre du Monde.

avatar pocketalex | 

@ForzaDesmo

quand je vois tes échanges avec @Yacc, je me dis qu'il doit être fatiguant d'avoir des conversations avec toi. Soit tu es arc-bouté, soit tu cherches la petite bête.

Je n'ai pas d'actions dans l'entreprise de @Yacc, mais force est de constater qu'il ne fait que coucher sur l'écran des choses simples et relativement établies

Nul besoin de vendre un "bon" produit pour avoir un succès commercial... C'est ce que tu lui répond après qu'il t'aie exactement expliqué ça.
La meilleure preuve est Windows qui est arrivé à s'imposer avec un OS vraiment pourrave à ses débuts.
Mais Windows est-il "pourrave" vraiment ? Oui pour les utilisateurs lambda, non pour de très nombreux utilisateurs pro à qui il a apporté une réponse crédible dans le domaine balbutiant de la "micro informatique". Et il s'est imposé comme ça.
Donc c'est aussi un bon produit, donc il mérite son succès.

Il est naïf de croire que les entreprises ne raisonnent pas en terme de profit. Pour autant, il est tout aussi naïf de croire que les entreprises n'ont pas de valeur ou de savoir faire, et cherchent avant tout le profit sans aucune autre considération

Croire qu'Apple refile les merdes les plus rentables possible, c'est être à coté de la plaque. Apple est rentable car ils travaillent à mort leur produits, et sur tous les aspects : intérieur, extérieur (design), software, expérience utilisateur, et ils les vendent à un prix où ils gagnent de l'argent sur les ventes, ce que l'on peut difficilement reprocher.

Croire qu'Apple refile les merdes les plus rentables possible, c'est naïvement croire que des millions d'utilisateurs sont prêt à payer, et payer cher, des produits qui sont des arnaques.
Perso, je me vois mal seul dans mon coin expliquer à 20 millions de personne qu'ils sont des "gros crétins". Bon, c'est mon point de vue hein, on peut aussi être seul dans son coin et être persuadé qu'on est la raison et le savoir incarné ...

Ce qui n'est pas normal, ce n'est pas les marges d'Apple, c'est plutôt que les concurrents n'en fasse pas ou peu, et doivent se réfugier sur des logiques de volumes et de promo pour arriver à quelquechose.

avatar Yacc | 

@pocketalex

C’est toujours une expérience impressionnante de voir certaines personnes résister de tout leur être à la compréhension de principes de base

avatar pagaupa | 

@ForzaDesmo

"J'aimerai bien que ce ne soit que de la caricature. Parce que quand on en est à tout souder, tout coller, tout sous dimensionner et que tout lache et que plus rien est réparable c'est là où je dis que le curseur de la stratégie financière a été trop loin placé. "

+1 ???

avatar webHAL1 | 

@ForzaDesmo
« Tout ça pour comparer les différentes ères et philosophies de la société d'Apple qui n'a plus rien avoir avec son apophtegme d'origine. C'est en cela que l'on peut considérer que la philosophie d'Apple n'est plus, ainsi que sa stratégie ou sa vision pour le futur. »

C'est quelque chose que certains ici refusent de voir. Ils restent persuadés qu'Apple en 2018 est identique à ce qu'elle était en 1984. Ou à la fin des années 90. Ou en 2010. Alors que bien sûr presque rien n'est identique chez la Pomme, que ce soit sa situation financière, son importance sur le marché, les personnes qui font partie de son équipe dirigeante, etc.
L'équipe marketing de la société parle de "l'ADN Apple", pour donner l'impression que sa philosophie est toujours la même, qu'elle fonctionne de manière identique, qu'elle est toujours cette "petite start-up cool fondée par deux passionnés dans un garage". C'est le rôle d'un département marketing, mais prendre ça comme argent comptant n'a pas de sens.
De manière similaire, dire que Steve Jobs "a toujours été comme ça" est totalement faux. Comme tous les êtres humains, il a vécu des expériences qui ont profondément changé sa vie et sa façon de voir les choses (par exemple : son voyage en Inde, ses relations familiales, son éviction d'Apple, son cancer).
Mais voilà, certaines personnes ont sans doute besoin de se rassurer et de croire qu'il y a des gens et des entreprises qui ne changent pas. Ça permet d'avoir des repères.

Cordialement,

HAL1

avatar Yacc | 

@webHAL1

Et oui Apple et SJ ont changé comme le monde et les marchés.

Ici beaucoup mettent en avant les changements d’Apple et nient ceux de SJ

Par contre il y a des invariants, parmi eux le fait qu’Apple soit une société capitaliste visant à créer de la valeur et le fait que SJ était un vrai bon capitaliste plein d’ambitions ?

avatar jazz678 | 

@ForzaDesmo

« Bien sûr tout le monde évolue (plus ou moins) mais il y a des curseurs qui font toute le différence. Une personne peut changer/évoluer avec l'air du temps sans perdre son identité et idem pour une entreprise. »

L’identité d’une personne comme d’une entreprise est intrinsèque. Ce n’est ni à toi ni à quiconque de définir ce qu’est l’identité passée ou actuelle d’Apple. C’est d’abord elle qui la construit et la définit. Elle est ensuite perçue par les autres (toi, moi,...) d’une certaine manière.
A partir de là dire qu’elle n’est plus ce qu’elle a été n’a aucun sens. Elle en a juste une qui ne te convient pas ou plus.
Mais ça ils s’en accommoderont...

avatar jazz678 | 

@ForzaDesmo

« Je ne vais même pas prendre la peine de répondre personnellement tellement webHal1 l'a très bien déjà dit »

C’est facile hein de faire faire le boulot par les autres...

avatar pagaupa | 

@ForzaDesmo

Humilité? Es-tu sûr qu'ils sachent de quoi tu parles? ?

avatar jazz678 | 

@ForzaDesmo

« Il faut essayer d'avoir un minimum de recule pour comprendre la "Story Apple" et c'est là que tu comprendras que @C1rc3@0rc en a une bonne lecture. »

Il te remerciera de venir à sa rescousse...mais même après ça je n’en ai pas la même lecture que lui.

Je ne nie absolument pas le fond de l’interview qui de fait est axé sur les aspects financiers...puisque ce sont des hommes d’affaire.
Ça c’est si on reste a la surface des choses. Tous leurs propos ont un point commun : c’est l’admiration pour Apple et ce qui fait qu’elle est différente des autres.

Ils auraient pu s’asseoir et parler de Samsung, Huawei, Xiaomi, ou Walmart. Mais ils ont choisi de parler d’Apple

avatar Yacc | 

@jazz678

N’oublions pas que Circé voit Apple comme une entreprise financière.

Ses construction mentale se forge sur ce biais qui est évidemment indéfendable pour qui a un rien de connaissance sur ces questions.

avatar C1rc3@0rc | 

@jazz678
«Je ne nie absolument pas le fond de l’interview qui de fait est axé sur les aspects financiers...puisque ce sont des hommes d’affaire.»

Ce ne sont pas des hommes d'affaires, ce sont des purs financiers du fond spéculatif Berkshire...

Gates dit: «Apple est la compagnie technologique la plus intéressantes en terme de profits»
Il n'est pas question des produits d'Apple d'un point de vue technologique ou d'usage, il est question de la rentabilité de l'action et du pognon que rapporte le fait d'etre actionnaire d'Apple...
Oui l'action d'Apple est la plus rentable dans le secteur technologique, c'est evident, ça fait depuis 2011 que Cook et Maestri en font un produit financier ultra-interressant et il sont doues pour ça.

Berkshire est le 3eme detenteur d'actions d'Apple... lorsque les dirigeants de Berkshire vont parler de leurs autres poulains, on ne lira pas ce qui en ressort sur des sites technologiques, mais dans le Financial Times ou peut etre dans des revues grand public de boursicoteurs comme Capital...

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

"Que crois-tu que ces messieurs cherchent à faire en disant ce qu'ils disent sachant qu'ils sont très écoutés pour leur sens du business ?
Faire monter l'action AAPL et comme le dit très bien Buffet sans dépenser le moindre $."

Vision trivial et primaire :-)

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

Justement c’est tellement le b-a-b-a que ça ne fonctionne pas ;-)
« C'est pourtant le b.a.-ba de la communication dans les milieux spéculatifs.
C'est même tellement utilisé de façon excessive dans certain cas que l'AMF est obligé d'intervenir et que cela peut-être condamnable. »

C’est la manipulation boursière à la portée des caniches, pas un mode sérieux d’influence sur le titre pour une action ayant un aussi grand nombre de transaction journalière qu’Apple;

ça peut marcher pour des entreprises relativement obscures pas pour les boites du fortune 500 ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« C'est que l'on habite pas la même planète où que les traductions des journaux économiques ont deux versions différentes pour noyer le poisson !
Il est étrange de prendre des décisions en ignorant ce que peuvent dire les personnes d'influences. »

Ou que tu interprètes mal ce que tu lis.

L’impact d’une ITW de ce type est quasi nulle.

As-tu vu une envolée du cours de l’action depuis cette ITW ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

AMF a pris parti sur cette ITW ?

Ou tu donnes ton interprétation personnelle des règles de l’AMF sans la moindre considération pour le contexte ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR