Fermer le menu
 

Résultats financiers T4 2017 : Apple prête pour l'année du X

Mickaël Bazoge | | 21:32 |  168

Ce n'est peut-être qu'une coïncidence, mais elle est significative : Apple présente les résultats de son quatrième trimestre fiscal (qui court de début juillet à fin septembre) la veille du lancement le plus important de l'année — celui de l'iPhone X.

En toute logique, les résultats du lancement du nouveau smartphone tout beau tout neuf ne seront intégrés dans les comptes qu'au prochain trimestre, le premier fiscal pour 2018 qui s'annonce explosif puisqu'il englobe les ventes de Noël.

Mais même sans iPhone X, ce dernier trimestre de l'année fiscale 2017 se présente très bien. À la fin de l'été, Apple a lancé la Series 3 de l'Apple Watch, un nouvel Apple TV 4K et les deux iPhone 8.

En bref

Pour le quatrième trimestre fiscal de 2017
(chiffre d’affaires, bénéfice, services et autres produits : en milliards de dollars. Ventes d’iPhone, d’iPad, et de Mac : en millions d’unités).

T4 2017 T4 2016 Évolution
Chiffre d’affaires 52,6 46,85 12,2 %
Bénéfice 10,7 9,01 18,8 %
Ventes d’iPhone 46,7 45,41 2,61 %
Ventes d’iPad 10,3 9,26 11,15 %
Ventes de Mac 5,4 4,88 8,5 %
Services 8,5 6,32 34,3 %
Autres produits 3,2 2,37 34,8 %

Sur l'ensemble de l'année fiscale 2017
(chiffre d’affaires, bénéfice, services et autres produits : en milliards de dollars. Ventes d’iPhone, d’iPad, et de Mac : en millions d’unités).

2017 2016 Évolution
Chiffre d’affaires 229,23 215,63 6,3 %
Bénéfice 48,35 45,72 5,7 %
Ventes d’iPhone 216,7 211,88 2,3 %
Ventes d’iPad 43,7 45,59 -4 %
Ventes de Mac 19,1 18,48 3,7 %
Services 29,9 24,34 23,1 %
Autres produits 12,8 11,13 15,3 %

Chiffre d'affaires et bénéfice

Luca Maestri, le gardien des cordons de la bourse d'Apple, avait annoncé la couleur durant les résultats du troisième trimestre : pour les trois derniers mois de l'année fiscale, le chiffre d'affaires d'Apple allait osciller entre 49 et 52 milliards de dollars. Une fois encore, il a vu juste puisque le constructeur a engrangé sur le trimestre 52,4 milliards de bons billets verts — plus que les propres estimations d'Apple. À noter que 62% des ventes ont été réalisées à l'international.

Cliquer pour agrandir

Les performances du chiffre d'affaires d'Apple durant son quatrième trimestre, +12%, suivent une tendance haussière depuis le début de cette année fiscale (Apple avait terminé 2016 sur une troisième baisse consécutive de son chiffre d'affaires). Le bénéfice s'établit au dernier trimestre à 10,714 milliards de dollars, avec une marge de 37,9%.

Cliquer pour agrandir

Évidemment, on est très loin des années fastes (2010/2011), et à moins de trouver une nouvelle martingale l'entreprise ne retrouvera plus ces niveaux de croissance qui tapaient au-dessus des 60%. Néanmoins, c'est une rampe de lancement intéressante pour l'iPhone X évidemment, mais aussi pour les deux autres produits qu'Apple lancera en toute fin d'année : le HomePod et, dans une moindre mesure, l'iMac Pro.

Cette bonne santé se répercute au sein des Apple Store : la fréquentation est en hausse de 19% avec 418 millions de visiteurs.

À propos de l'iPhone

Il a fallu attendre la fin du trimestre pour avoir droit à une nouveauté de taille dans le catalogue d'Apple, à savoir les iPhone 8 et 8 Plus bien sûr. Les deux nouveaux smartphones sont disponibles dans le commerce depuis le 22 septembre. Ce lancement a bouleversé la gamme de smartphones, avec en particulier des iPhone 7 toujours très capables et encore plus abordables.

Cliquer pour agrandir

Le prix moyen de l'iPhone s'établit à 618 $, ce qui ne change pas par rapport à l'an dernier. Petite déception ici puisque les analystes s'attendaient à 633 $. Mais avec l'iPhone X au prochain trimestre, nul doute que le panier moyen va sérieusement augmenter.

Les iPhone 8 et 8 Plus sont « instantanément » devenus les meilleurs best-sellers de la gamme, se réjouit Tim Cook… Jusqu'à l'iPhone X ? Quoi qu'il en soit, cette remarque liminaire indique que l'iPhone 7 ne s'est pas vendu plus que l'iPhone 8.

Comme toujours, Apple n'a pas livré la ventilation des ventes par modèle, mais avec 46,7 millions d'unités vendues, le constructeur fait mieux qu'au même trimestre de l'an dernier (+2,61%) et signe le deuxième meilleur trimestre de son année fiscale 2017. Pas si mal pour une gamme dans l'attente de son renouvellement.

À propos de l'iPad

L'iPad, c'est incontestablement la satisfaction de l'année fiscale d'Apple. La tablette est repartie sur de bonnes bases au printemps, avec un iPad 5 d'entrée de gamme abordable, et des iPad Pro vraiment performants. Les résultats ne se sont pas fait attendre avec une hausse significative des ventes (quasiment +15%) dès le troisième trimestre.

Cliquer pour agrandir

Le marché de l'iPad poursuit sur sa lancée avec 10,3 millions d'unités vendues durant le dernier trimestre fiscal. C'est un peu moins qu'au précédent trimestre, mais c'est une progression de 11,15% par rapport à l'an dernier.

À propos du Mac

Certes, les nouveaux iMac ont été lancés fin juin, mais leur effet a surtout porté cet été. Et force est de constater que les tout-en-un ont sans aucun doute participé à la très bonne santé de la catégorie tout entière, même si on sait que ce sont surtout les portables qui tirent les ventes de Mac. En l'occurrence durant ce trimestre, c'est le MacBook Pro qui a été la vedette. Apple a vendu 5,3 millions d'unités au quatrième trimestre, une progression de 8,47%.

Cliquer pour agrandir

Services et autres produits

La ligne « Services » du bilan comptable d'Apple suffirait pour faire entrer cette activité dans le club très fermé des plus grosses entreprises. Entre les revenus tirés des ventes de stockage iCloud, de la commission sur les apps vendus dans l'App Store, des abonnements Apple Music, des sous qui reviennent dans la poche d'Apple à chaque transaction Apple Pay… Bref, il y a de quoi gagner de l'argent.

Cliquer pour agrandir

Beaucoup d'argent même, puisque les services ont rapporté 8,5 milliards de dollars durant ce quatrième trimestre fiscal, un chiffre en progression de 34% (!). L'écosystème d'Apple est en forme et il se muscle encore par la grâce d'un cercle vertueux : plus il y a d'appareils Apple en circulation, plus le constructeur est susceptible de vendre des services maison. Le nombre d'abonnements, tous services confondus, est de 210 millions ; 25 millions de plus sur le dernier trimestre. Quant à Apple Pay, le nombre d'utilisateurs actifs a doublé (mais pas de chiffres précis), avec une croissance de 320% du volume des transactions.

Cliquer pour agrandir

L'autre catégorie qui connait une bonne fortune ce trimestre : la ligne fourre-tout « Autres produits » qui comprend l'Apple TV et l'Apple Watch, deux produits renouvelés fin septembre. On y trouve aussi les écouteurs Beats et les AirPods. Les résultats sont plus que satisfaisants : 3,2 milliards de dollars, en hausse de 34% là aussi.

Comme d'habitude, Apple ne donne aucune précision sur le volume des ventes de chacun des produits. Tim Cook indique toutefois que l'Apple Watch a connu une hausse de ses ventes de 50% d'un trimestre à l'autre. L'activité "wearables", qui comprend la montre et les écouteurs, affiche une croissance de 75% sur un an.

Pour le premier trimestre 2018

Apple s'attend à un monstrueux premier trimestre de son année fiscale 2018, qui correspond aux fêtes de fin d'année toujours très fructueuses : entre 84 et 87 milliards de dollars de chiffres d'affaires ! L'an dernier, le même trimestre avait permis à Apple d'engranger la bagatelle de 78,4 milliards de dollars. L'entreprise est assise sur un trésor de guerre de 269 milliards de dollars, excusez du peu.

Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


168 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar pocketalex 03/11/2017 - 13:05

J'ajoute que si l'Apple Watch était un échec, cela signifierait que les ventes sont ridicules par rapport à la concurrence (et non par rapport à des objectifs dont nous n'avons aucune espèce d'idée)

Or il me semble que c'est exactement le contraire qui se passe...

Ce n'est ni un échec, ni un succès, c'est un nouveau marché dont toute le monde, dont Apple, teste le potentiel. Certains ont déjà jeté l'éponge, Apple est toujours là, le produit à l'air de se vendre assez pour qu'ils restent

Quand au repositionnement, c'était couru d'avance, le coup du produit de Luxe c'était n'importe quoi, le positionnement actuel (mode/sport/santé) est bien plus approprié, et réaliste.

avatar reborn 03/11/2017 - 13:14 via iGeneration pour iOS (edité)

@pocketalex

Je crois qu'en fait il en veut à Apple de tester des choses justement. Que ce soit au niveau du materiel soft ou marketing Apple doit voir juste du premier coup sinon c'est un échec cinglant.

Eh bien ils sont pas dans la merde chez Apple, ils vont allé d'échec en échec 😂

Pour lui c'est synonyme de "manque de vision à long terme."

"L'omniscient" Steve Jobs lui manque.

avatar C1rc3@0rc 04/11/2017 - 00:17

@ reborn

«Apple a changé de com, pas de marché..»

Non, Apple tente de repositionner la tocante sur le secteur paramedical des tracker de sante. C'est un changement de marché.

Concevoir totalement un produit pour l'horlogerie de luxe et la mode (de luxe), ce qui est la conception de l'Apple Watch et la vendre aujourd'hui comme produit en l'adressant a des malades, personnes a risque, personnes agées, et tous les autres qui se préoccupent activement de leurs santé, ce sont deux marchés totalement opposés et clairement dissociés.

Le marketing a changé parce que la cible a ete changé.
Le probleme c'est que le produit lui est toujoure le meme qui a ete lancé chez Colette et qui a achete cherement le droit d'apparaitre quelques heures au poignet d'icone de la mode....

Apple, enfin Ive a tenté de faire d'Apple un producteur sur le marché de la mode et du luxe. C'est un echec, Apple reste un constructeur informatique tres grand public avec des produits onéreux.

«Apple vise le marché des smartwatch.»
Les smartwatch ne sont pas un marché. Les analystes se sont posés la question pendant des annees s'il y avait un marché des smartwatch et aujourd'hui on a plus aucun constructeur qui estime que c'est un marché. Ils ont tous basculé sur soit le tracker de sport ou le trackeur de santé, quand ils n'ont pas totalement abandonné.

Le plus marquant c'est au niveau des applications: une centaines sur l'App Store. Ça bouge pas, les developpeurs ne s'interressent pas aux smartwatch. Les rares applications sont majoritairement des relais de notifications pour les app de l'iPhone...

«Je généralise à tout ce que tu nous raconte depuis des années.»
Au moins tu le reconnais, c'est donc clair.

«Tout est au vert chez Apple donc à un moment donné va falloir arrêter de faire le politicien en changeant de discours tout les trimestres.»

Mon discours ne change pas a chaque trimestre, je reste sur la coherence et la logique de l'analyse factuelle que j'argumente.
Tout n'est pas au verts chez Apple, loin de la, on va commencer par les machines en citant le Mac Pro - et pas plus pour eviter la polementique -, les gadgets mal reçus comme la touch bar, la critiques sur les claviers, les problemes de failles, stabilites, optimisations, des OS,...

Ton discours est celui d'un fanatique qui veut voir son icone immaculée et hors de la realité.
Je te demande pas de changer pour venir dans la realité, continu de clamer ta foi indéfectible, mais arretes au moins de m'attribuer des propos qui ne sont pas les miens et respecte les gens qui ne sont pas de ta chapelle.



avatar Nico S 03/11/2017 - 16:18 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

Quand un produit rapporte plus que ce qu'il a coûté à développer et à produire, c'est pas un échec.

avatar C1rc3@0rc 04/11/2017 - 00:35 (edité)

@Nico S

«Quand un produit rapporte plus que ce qu'il a coûté à développer et à produire, c'est pas un échec.»

Ben non, c'est pas suffisant, en industrie la prix de revient n'a rien a voir avec le prix de vente et une réussite n'est pas liée avec la rentabilité a l'unité. On peut vendre a perte en masse et que ce soit une réussite majeure... Par contre sous-vendre un produit tres rentable unitairement c'est un echec..

Et rien n'indique que l'Apple Watch soit rentable, au contraire.
Peu apres son lancement, l'industriel qui s'occupait de l'assemblage du SoC indiquait que sa rentabilité se situait a 18 millions/ans de produits. L'integralité du marché de la production de smartwatch a eu a peine a atteindre les 17 millions...
Depuis le lancement aucun analystes même ultra optimiste n'a estimé qu'Apple avait reussi a livrer meme 15 millions de produits... Et les consensus tournent plus autours des 10 millions... L'objectif initial d'Apple annoncé au lancement c’était 26 millions d'unités...

Et pourquoi Apple noie consciencieusement les chiffres dans la catégorie autres, avec des trucs hyper-rentables comme les produits Beats qui se vendent comme des petits pains ou les adaptateurs qui sont toujours plus incontournable avec les derniers produits (combien de millions de chargeurs "rapides" ont ete vendus pour compenser ceux sous-dimensionné livrés avec les millions d'iPhone et iPad)...

C'est qu'un produit demandant autant de R&D, une fabrication aussi specifique et necessitant de telles depenses en marketing ça merite une categorie specifique... sauf si c'est trop difficile a vendre et que les chiffres indiquent un echec. Les spéculateurs et actionnaires n'aiment pas qu'un industriel s'entete sur un produit en echec...

avatar ckermo80Dqy 04/11/2017 - 21:16

P… je comprends pourquoi j'ai masqué tes posts sur l'app mobile ! Pour une fois que je lis MacG sur le Mac ;)) Ça m'apprendra.

avatar debione 03/11/2017 - 13:27

@Brice 21:
Les vente annuelle de montre se monte a... 1 milliard. C'est quoi le % d'Apple la dedans?
De plus, de la bouche même de Ive, l'objectif de l'Apple watch était d'enterrer les horlogers Suisse qui allait tous mettre la clef sous la porte dans les 5 ans (vous imaginez, ils ont l'outrecuidance d'envoyer bouler Apple pour son Made in Switzerland).
Résultat de swatch group premier semestre 2017: Bénéfice en hausse de 6,8%. Et la on parle de Swatchgroup , un truc entrée de gamme-milieu de gamme. Les écuries de luxes de l'horlogerie (Vacheron Constantin, Rolex, Maurice Lacroix etc etc) eux se demandent quand est-ce qu'elle va sortir cette fameuse killeuse de l'horlogerie. Elle ne sortira sans doute jamais, car on a affaire à un marché énorme (ils ont volé combien? 5-10 millions de montre sur le milliard produit par année) bien plus en gros en terme de nombre que tous les pc et tous smartphones réunis.

Mais Apple c'est un peu repris depuis, puisque maintenant, l'Apple Watch n'est plus jamais comparée à de l'horlogerie (pourtant ils ont investit des dizaines de millions pour faire croire cela aux gens, mais bon a un moment le marketing niais à ces limites), mais a ce qu'est réellement l'Apple watch: Un mini-micro-ordinateur a porter au poignet....

avatar sachouba 03/11/2017 - 16:47

@reborn :
Est-ce que tu pourrais aussi trouver, tant que tu es sur le coup, un article qui compare les ventes d'iPhone et de calculatrices Texas Instruments, ou les ventes d'iPad et de fenêtres ?

avatar pocketalex 03/11/2017 - 17:37

Pour le coup, je me range du coté de sachouba et débione (et ça me picote de le faire 😂)

Apple s'est essayé à se prendre pour une marque de Luxe, avec la déclinaison Or de son Apple Watch, Apple s'est méchamment viandé, et Apple est reparti dans une autre direction la queue entre les jambes

Apple ne se confronte pas (plus) aux marques horlogères de Luxe, car les clients de ces marques achètent et portent ces produits d'exception pour le travail qui est derrière, réalisé par des artisans dans des ateliers, avec montage à la main, pièce par pièce, et le plaisir de porter sur soi un bel objet souvent composé d'un mouvement complexe

Bon

L'Apple Watch, c'est un joujou technologique qui passe en quelques années de merveille d'intégration à produit obsolète. Une montre de Luxe, ça s'entretient pendant toute sa vie, et ensuite on la transmet à ses enfants ... on la garde pas 3 ans pour la jeter à la poubelle par la suite

Ce sont deux produits totalement incomparables, alors de savoir qu' Apple vend plus que Rolex, ça me touche autant que de savoir que Tati vend plus qu'Hermès

Apple fait mumuse dans la cour des fabricants de produits industriels venant d'usines chinoises, et ça va pas plus loin. Et ça, tous les acheteurs de produits de Luxe le savent très bien, inutile d'essayer de les séduire, c'est mort d'avance

Et c'est pas grave, il y a du fric à se faire chez les acheteurs de montres grand public et chez les amateurs d'hitech.
Percer auprès de cette cible, ce sera déjà un bon début

avatar webHAL1 03/11/2017 - 18:10 (edité)

@pocketalex :
« Et c'est pas grave, il y a du fric à se faire chez les acheteurs de montres grand public et chez les amateurs d'hitech.
Percer auprès de cette cible, ce sera déjà un bon début »

Je pense que chez les amateurs d'high-tech, on peut dire que le pari est réussi pour Apple. Si on excepte ceux qui ne sont de toute manière pas dans la clientèle visée (parce qu'ils n'ont pas d'iPhone), la Pomme est parvenue à convaincre les plus "geeks" de ses clients de craquer pour l'Apple Watch.

Par contre, au niveau du grand public, je crois qu'on pourrait presque parler d'échec. Apple n'est pas du tout parvenue à démocratiser la smartwatch comme elle l'a fait pour le smartphone, et c'est un appareil qui reste encore profondément "gadget" pour la grande majorité des gens. On est bien loin des scénarios alléchants des équipes marketing qui dépeignaient un monde où une multitude d'opérations se feraient avec l'Apple Watch (répondre à des messages, payer, accéder à sa chambre d'hôtel, valider son billet d'avion, etc.). Quant aux premières déclarations de Tim Cook, qui affirmait que chaque possesseur d'iPhone voudrait une Apple Watch, il y a bien longtemps qu'il ne se risque plus à faire ce genre de sortie.

Je trouve d'ailleurs très révélateur ce côté "on ne dévoile jamais ô grand jamais de chiffres de vente", mais on laisse glisser des "la smartwatch la plus vendue et la plus aimée au monde" ou "une augmentation de x% par rapport au trimestre y", qui ne permettent absolument pas de se faire une idée du succès de cet appareil, dont les ventes sont noyées dans une catégorie "fourre-tout" des résultats. Typiquement, la Series 3 est disponible depuis septembre, ça aurait quand même été très étonnant que les ventes soient en baisse par rapport au trimestre précédent...

Cordialement,

HAL1

avatar pocketalex 06/11/2017 - 10:01

@HAL1

"Par contre, au niveau du grand public, je crois qu'on pourrait presque parler d'échec. Apple n'est pas du tout parvenue à démocratiser la smartwatch comme elle l'a fait pour le smartphone, et c'est un appareil qui reste encore profondément "gadget" pour la grande majorité des gens."

Est-ce la faute d'Apple ? Tout le monde s'est essayé à l'exercice pour tester le marché, un marché inexistant (les succès passés d'Apple étaient basés sur des marchés existants : l'informatique, la musique portable, la téléphonie), et c'est au client final de décider si le produit est un indispensable ou un gadget

Tu réagis comme si Apple était garant du succès d'un produit car tout ce qu'ils sortent est excellent. L'Apple Watch est peut-être nulle ou excellente, je ne sais pas, je n'en ai pas, mais si excellente soit elle, si elle ne répond pas à un besoin massif, elle ne sera pas un succès comme l'iPhone. Et alors ? est-ce un échec de la marque ? Il ne me semble pas

Il me semble, que sur ce marché de l'offre et non de la demande, Apple a au moins réussi à imposer son produit sur une majorité de personnes intéressées par ces produits. Et par par le monde entier ? La belle affaire...

avatar webHAL1 06/11/2017 - 10:51

@pocketalex :

« Est-ce la faute d'Apple ? »

Pourquoi vouloir parler de "faute" ? Je faisais simplement un parallèle avec l'iPhone. Avant celui-ci, il existait des smartphones, mais ils n'intéressaient qu'un public restreint de "geeks". La Pomme a réussi le tour de force de démocratiser cet appareil, au point qu'aujourd'hui peu de personnes choisissent volontairement un "dumbphone" plutôt qu'un smartphone.
Pour ce qui est des smartwatches, on ne peut pas dire que le même scénario se soit répété. Est-ce parce que l'appareil lui-même n'intéressera jamais le grand public ? Ou bien parce qu'Apple n'a pas trouvé la bonne formule ? Chacun aura son propre avis (personnellement, je ne pense pas que la smartwatch, dans sa forme actuelle et avec les limitations qu'on lui connaît, puisse se démocratiser). Je pense simplement que les dirigeants de la Pomme se sont montrés excessivement confiants, ou alors passablement naïfs, par rapport à ce marché.

Cordialement,

HAL1

avatar capelovici 03/11/2017 - 18:50

La Watch n'est certainement pas le fossoyeur de l'horlogerie Suisse, mais elle leur a quand même fait un peu mal. Tout dépend du segment. La cible est l'entrée - milieu de gamme et pas le haut de gamme. Un mec qui est prêt à coller 2 500 / 3 000 balles sur la table pour une Speed n'est pas forcément ému par une montre connectée de chez Apple. Mais un client Tissot ou Swatch, sans doute un peu plus. Mais il est nettement plus crédible de penser que le client Apple Watch n'aurait pas acheté de montres à la place de la watch, mais un autre objet connecté, oui. Celui-ci donne l'heure, voilà tout.
Ce n'est évidemment pas le vent de panique que Ive appelait de ses voeux (pieux ?) mais un petit accroc par ci, par là dans le business helvétique fait par Apple.
Je vous renvoie à ce lien : https://blogs.letemps.ch/olivier-muller/2017/09/28/la-montre-connectee-n...
où on peut lire cette assertion :

" Si certains sont encore sceptiques sur l’impact des montres connectées sur les chiffres de ventes des marques horlogères d’entrée de gamme, je les invite à consulter les statistiques de la fédération horlogère Suisse (fhs/ Statistiques d’exportations horlogères 2000-2016 par FHS). On peut constater une baisse de 28% des volumes de ventes et de 10% de la valeur (sur une période courant de 2000 à 2016) des montres exportées pour un prix d’exportation inférieur à CHF 200 (approx. CHF 500 prix public), soit le niveau de prix des Apple Watch !"

J'imagine que le fait que JC Biver mette Tag sur les rangs des montres connectées avec deux itérations successives et un lancement plutôt bruyant de la seconde version est un indice plutôt crédible que certains pensent qu'il existe une niche exploitable. Il est quand même à la tête de l'horlogerie LVMH (secteur du luxe, donc) avec Hublot, Zenith et Tag donc. C'est pas rien. Il pense (comme Montblanc, Breitling, FC etc...) qu'il y a un marché, mais à un tarif plus élevé qui justifierait sans doute leur valeur ajoutée par rapport à Apple.
(C'est dit là-dedans : http://www.agefi.com/home/suisse-economie-politique/detail/edition/onlin...)

Swatch Grp, c'est pas "un truc entrée de gamme-milieu de gamme". Swatch, oui. Mais le groupe c'est aussi Breguet, Harry Winston, Omega, Blancpain, GO etc... http://www.swatchgroup.com/fr/marques_et_entreprises
Du milieu de gamme comme ça, je veux bien en avoir sous le sapin le mois prochain, hein. ;)
Pour le premier trimestre 2017, les chiffres du groupe n'étaient en revanche pas géniaux :
https://www.letemps.ch/economie/2017/07/21/second-semestre-swatch-group-...
Mais apparemment la suite a été meilleure.

avatar C1rc3@0rc 04/11/2017 - 01:15

@capelovici

Biver a la reputation d'etre un sauveur de situation precaire et il est aussi un gros communicant qui sait faire beaucoup de bruit avec pas grand chose. Le fait est qu'il était allé faire produire la smartwatch par Intel... Intel qui a jeté l'eponge et s'occupe plus du tout du secteur...

Mais cette anecdote en etant une, il faut surtout regarder une chose: l'effondrement systématique et general du marché des montres depuis les annees 80.
Communiquer sur le "mal" que feraient les smartwatch aux horlogers, c'est surtout un moyen pour ceux-ci de masquer la chute continuelle du secteur horloger en general. Indiquer qu'on va gratter au fonds de la moindre niche c'est montrer qu'on investit pour trouver des relais de croissance...

Le fait est que la montre est un produit "hasbeen" depuis les annees 80, et la masse de population qui abandonne ou n'a jamais porté une montre est croissante.

Le seul secteur qui résiste c'est la haute bijouterie de luxe mais la aussi c'est pas la joie pour les montres. Le fait que les horlogers de la vallée de Joux soient tombés dans l'escarcelle de gros conglomérats est un symptôme très évident de la situation. Et Swatch est devenu le principal équipementier du secteur.

Et puis faut réfléchir a un autre phenomene.
A quoi sert une smartwatch dans l'optique de l'evolution de l'informatique?
Il y a 5 ans on parlait a tout va de vêtements informatisés... c'est fini.

La tendance de l'informatique c'est qu'avoir des ecrans (ou surfaces d'affichages...) de plus en plus grands, qui affichent de l'information de plus en plus complexe, avec des interactions de plus en plus dynamiques et variee.

Une montre ça a un ecran de 5cm, on peut difficilement faire plus et c'est largement insuffisant pour afficher des choses simples, et c'est horrible en terme d'interface de controle.

Et si on commence a evoquer des considérations autres que fonctionnelles, donc esthétiques, on se retrouve avec un produit moche qu'on tente de cacher avec un ecran qui au mieux singe le cadran d'une vraie montre a aiguilles ou un pavé noir qui casse la ligne du poignet...

avatar capelovici 04/11/2017 - 01:20

Je vous soumets ceci : https://www.ablogtowatch.com/wp-content/uploads/2013/10/Swiss-Watch-Indu...
(Graphe établi à partir des données de la FH et tiré de cet (intéressant) article là : https://www.ablogtowatch.com/a-brief-history-of-eta/1/)

Ce graphique qui ne représente certes que les exportations de l'horlogerie Suisse semble indiquer une (solide) croissance plutôt qu'un effondrement. Après la crise du quartz, il y a eu une embellie notable dans l'industrie de la montre mécanique, avec comme dans pas mal de secteur, un recul en 2008.

Dans le même temps, le Swatch Grp (dont on a vu qu'il n'était pas composé que de marques de luxe)...
https://www.ablogtowatch.com/wp-content/uploads/2013/10/Swatch-Gross-Sal...
(tiré du même article)

Donc plutôt que : "l'effondrement systématique et general du marché des montres depuis les annees 80." je dirais l'inverse.

avatar C1rc3@0rc 04/11/2017 - 03:15

Ces graphiques montrent l'activité financière du groupe Swatch, pas de la production de montres. De plus le poids de l'activité du groupe Swatch repose en grande partie sur son activité d’équipementier, ce qui ne concerne partiellement le secteur purement horloger.

Si on prend quelques chiffres concernant le secteur des montres on a:
Number of watches sold annually worldwide: 1,200,000,000
Number of smartwatches sold: 36,000,000 (tout constructeurs donc, en cpmtant les tracker sportif, santé et les produit comme la Gear et l'apple watch...)
Average price of a smartwatch: $189
Number of Swiss Watches sold annually: 29,200,000
Number of watches produced by China annually: 663,000,000
Average cost of a China watch: $3
Switzerland watch market share in terms of value: 54%

Plus intéressant encore: Swatch Group represente a 18% du marché, Richemont 15%, Rolex 11%, arrivent loin derriere Fossil et LVMH avec 5% et 4%. Les autres, Chine et Asie du sud-est majoritairment representent plus de 45%.

Le group Swatch fait $8,880,000,000 de revenus pendant que Rolex fait un peu plus de la moitié.

autres donnees tres interressantes:
Mechanical Watch market share: 77%
Electronic Watch market share:23 %
Entre 2009 et 2014 le volume de montres electroniques a baissé de 0.9%, alors que les modeles mecaniques ont pris 8%. Cette periode est importante car c'est la periode de développement des smartwatch.

Les montres en metaux precieux (compris les aliages d'or, modeles acier/or) c'est 6% du marché.

sources Federation of the Swiss Watch Industry (FH), Convention Patronale, Bank Vontobel, Contrôle officiel suisse des chronomètres (Official Swiss Chronometer Testing Institute, or COSC), Interbrand.

On observe que si il se vend de moins en moins de montres, se sont les modeles mecaniques haut de gamme, et donc les plus chers qui résistent le mieux, avec même une croissance dans le secteur du haut luxe, surtout sur les marchés asiatiques et du moyen-orient, mais cette croissance ne compense pas l'erosion generale sur les modeles bas et moyen de gamme, surtout electronique.

Cela démontre que la montre n'est plus depuis longtemps un outils mais est devenu un pur produit de bijouterie.

Ce qui indique que si Apple a fait une erreur magistrale de se lancer dans la smartwatch, cibler le secteur du luxe par contre était cohérent.
Le marketing initial d'Apple etait donc bon, ce qui est mauvais c'est le produit, pas sa réalisation, mais dans son principe. L'echec de l'Apple Watch ne vont donc pas du marketing mais du produit...
Le pire c'est que Ive aurait peut être réussi en tant que designer d'horlogerie en dessinant une montre purement mécanique vendue au minimum $30 000...

avatar capelovici 04/11/2017 - 12:05

"Ces graphiques montrent l'activité financière du groupe Swatch, pas de la production de montres. De plus le poids de l'activité du groupe Swatch repose en grande partie sur son activité d’équipementier, ce qui ne concerne partiellement le secteur purement horloger."

Il me paraît difficile de penser que si Swatch Grp a vendu plus de montres entre 1986 et 2012 ils ont produit moins de montres dans le même intervalle.
Ils vendent des mouvements aux autres ? Et bien oui, c'est dans la même logique : les autres marques vendent plus de montres, il leur faut plus de mouvement.
Vous ne réagissez que sur le second graphique, évidemment. Le premier montrait une augmentation globale des ventes de montres Suisses sur la période. Donc pas uniquement Swatch Grp.

"Si on prend quelques chiffres concernant le secteur des montres on a:
Number of watches sold annually worldwide: 1,200,000,000
Number of smartwatches sold: 36,000,000 (tout constructeurs donc, en cpmtant les tracker sportif, santé et les produit comme la Gear et l'apple watch...)
Average price of a smartwatch: $189
Number of Swiss Watches sold annually: 29,200,000
Number of watches produced by China annually: 663,000,000
Average cost of a China watch: $3
Switzerland watch market share in terms of value: 54%"

Vos données semblent venir de là http://www.statisticbrain.com/wrist-watch-industry-statistics/
Par contre elles sont tronquées. Ce sont des stats de 2016.
36 000 000 de smartwatches c'est en 2015. En 2014 c'était 6 800 000. Il y a donc une accélération. L'Apple Watch sort en 2015 justement.

Enfin, une comparaison entre les ventes smartwatches / mécaniques
https://nyoobserver.files.wordpress.com/2016/02/screen-shot-2016-02-22-a...
(http://observer.com/2016/02/its-official-smartwatch-sales-have-exceeded-...)

Et ceci avec les ventes par segment de montres mécaniques pour 2015 (puisqu'on en parle) https://www.ablogtowatch.com/wp-content/uploads/2015/12/Are-Smartwatches...
(https://www.ablogtowatch.com/smartwatches-hurting-luxury-watch-sales/)
On voit que c'est l'entrée / moyen et le très haut de gamme qui marquent le pas. Mais il faut nuancer : les volumes de ventes de montres à moins de 500 ne sont pas du tout les mêmes que celui des montres à plus de 3 000. Donc un ralentissement sur le premier représentent un nombre d'unités beaucoup plus important.
Et on ne parle pas des montres japonaises, chinoises, etc...
Mais le moyen / haut de gamme suisse (500 - 3000) résistait bien en 2015.
Les smartwatches ne sont pas les seules responsables. Certains marchés (chinois notamment) ont effectivement beaucoup ralenti sur cette période. Et c'est sans doute la part "montres à + de 3 000" qui en a souffert.

"Le pire c'est que Ive aurait peut être réussi en tant que designer d'horlogerie en dessinant une montre purement mécanique vendue au minimum $30 000..."
Oui, vous évoquez la Swiss Alp sans doute.
http://www.h-moser.com/fr/collection/5324-0201-swiss-alp-watch-smallseconds

Bref, je ne suis toujours pas de votre avis.

avatar headoverheel 03/11/2017 - 09:41 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

Sur ton analyse des résultats financiers, pourrais tu rajouter un paragraphe sur l’Apple Watch, s’il te plait ? 🤭

avatar alfatech 03/11/2017 - 08:30 via iGeneration pour iOS

@pommedor

"Windows XP, meilleur système d'exploitation de tout les temps, tellement il s'est vendu à des milliards et des milliards d'exemplaires ;)"

Très bon système à l'époque en effet.....Mais qui était d'office dans les ordi vendus de l'époque donc les chiffres de ventes ne veulent rien dire en soit et n'est pas à comparer avec le succès d'Apple ;)

"Ya macdo aussi comme exemple de produits de merde qui se vendent ultra facilement auprès des gogos mais ça reste de la merde comme ce que vend actuellement d'apple."

Marche très bien car pas cher..... Idem pas comparable avec le succès d'Apple ;)

Trouve autre chose le troll.

avatar sachouba 03/11/2017 - 10:08

@alfatech :
"Très bon système à l'époque en effet.....Mais qui était d'office dans les ordi vendus de l'époque donc les chiffres de ventes ne veulent rien dire en soit et n'est pas à comparer avec le succès d'Apple ;)"

Alors que Mac OS n'a jamais été inclus dans les ordinateurs vendus par Apple, c'est vrai...

avatar pocketalex 03/11/2017 - 10:41

@sachouba

Apple n'a pas réussi avec le Mac ce qu'elle a réussi avec l'iPad ou l'iPhone, c'est aussi simple que ça

Apple a toujours fait des produits aboutis à l'extrême, que ce soit le logiciel ou le matériel.
L'échec, si l'on peut parler d'échec, vient du fait que les utilisateurs n'ont que peu accordé d'importance à l'outil "ordinateur" dans les années 80 et 90 et même jusqu'a 2000

Donc tu te retrouvais dans les étals avec des mac qui étaient de véritables chef-d'oeuvre d'ingéniérie, dans un superbe boitier design, et avec un OS magnifique, beau, simple à utiliser
Et en face, tu avais des cages en tôle moches, avec un OS moche, buggué à mort, mais beaucoup, beaucoup moins cher

Le seul critère qui permet à un acheteur de privilégier la belle machine à la moche, c'est l'intérêt. Quand tu as de l'intérêt pour un objet, tu es prêt à investir plus, quand tu n'as aucun intérêt, c'est plutôt l'inverse

Bref, pari loupé, mais avec l'ipad et l'iphone, Apple a revu l'équation en proposant des machines vraiment simples et utiles, plus faciles encore à appréhender pour tout un chacun, et à réussi son pari

Comme les Macs à leur époque, et à notre époque, les iPhones et les iPads sont chers. On peut trouver une tablette Android pour moitié ou le tiers du prix d'un iPad, et idem pour la téléphonie, la situation se répète donc, et pourtant les utilisateurs se ruent sur les solutions Apple.

Il y a surement du suivisme, mais cela n'explique pas tout.

Apple a réussi à imposer sa vision avec l'informatique tactile, et les gens, même les plus modestes, sont très nombreux à investir dans un produit vendu cher plutôt que dans un produit low-cost.

avatar byte_order 03/11/2017 - 12:50

@pocketalex
> Donc tu te retrouvais dans les étals avec des mac qui étaient de véritables
> chef-d'oeuvre d'ingéniérie, dans un superbe boitier design, et avec un OS magnifique,
> beau, simple à utiliser

Et dépassé. MacOS classic était totalement dépassé dans les années 90 et 2000. Même Apple le savait. Copland était hyper en retard, et le rachat de Next a achever de le prouver.

> Et en face, tu avais des cages en tôle moches, avec un OS moche,

Euh, l'esthétisme de Windows 95, 98 ou même 2000 comparé à MacOS Classic, c'est vraiment une affaire de goût. Je trouvais moi assez fade visuellement MacOS 7 et 8. Vous le trouvez beau, chacun ses goûts.

Je préferais surtout la gestion de mémoire virtuelle et le multitâche préemptif. Voir des macs avec des tonnes de mémoire (bien chère, déjà) parce qu'on devait pré-réserver 64Mo pour PhotoShop, 64Mo pour Quark Xpress, 64Mo pour Illustrator, c'était absolument pathétique.

> buggué à mort,

Sérieux. MacOS 7 et 8, malgré des fonctionnalités en dessous de la concurrence, était loin d'être sans bug. Vous avez idéalisé vos souvenirs....

> mais beaucoup, beaucoup moins cher

Et oui. L'ordinateur personnel à la portée de tous, ce n'est pas Apple qui y a contribué.
L'ordinateur personnel facile à utiliser, oui, mais accessible à tous financièrement parlant, tout le contraire.

> Apple a réussi à imposer sa vision avec l'informatique tactile, et les gens,
> même les plus modestes, sont très nombreux à investir dans un produit vendu cher
> plutôt que dans un produit low-cost.

J'ai un très gros doute sur "même les plus modestes", vu que les parts de marché des android low cost dominent largement dans le monde. Sinon la progression des ventes d'iPhone ne seraient pas à + 2.6% alors qu'ils sont encore loin de faire 90% de PDM dans le monde, y'a de la marge encore...

Apple a réussi à imposer que sa vision de l'informatique, en laisse et sous le contrôle d'une richissime gentille dictatrice, elle, était le meilleur des mondes.

Comme dans le livre, y'a pourtant pas qu'un seul meilleur des mondes.
C'est probablement pour cela que tout le monde n'a pas plongé les yeux fermés dans l'utopie vendue par Apple. Et pas uniquement pour des raisons financières.

avatar pocketalex 03/11/2017 - 13:54

@byte_order

Mac OS ne se résume pas qu'a sa période "1998-2002" ou MacOs Classic affichait ses limites et où OS X n'était pas mature. Sur cette période, je te donne raison quoique chez Windows ce n'était pas l'extase non plus

Et pour autant, les Macs étaient des produits tout à fait utilisable et je parle d'expérience

Quand aux "modestes", je sais très bien qu'il se vend de l'android à la pelle pour les gens les moins fortunés, car les smartphones sont accessibles, mais je rencontre de très, très nombreuses personnes qui vivent avec des moyens très limités (étudiants, jeunes arrivant sur le marché du travail, sans emploi, etc) et équipés d'iPhone et parfois de modèles assez haut de gamme

Je critique pas, c'est leur choix, mais je constate tout de même. Si l'on regarde le positionnement tarifaire de l'iPhone, hormis le SE c'est la tranche 600 / 1100€, soit le haut du panier pour ces produits, et pourtant au vu du nombre de ventes, c'est toutes les catégories sociales qui en achètent, et pas que les gens aisés. Ce qui fait, bien sur, très plaisir à Apple

avatar alfatech 03/11/2017 - 23:44 via iGeneration pour iOS

@sachouba

"Alors que Mac OS n'a jamais été inclus dans les ordinateurs vendus par Apple, c'est vrai..."

Et? Tous les ordi de la planète sont fournis avec un exemplaire de Windows hors Mac…Ton cerveau pourra comprendre où je voulais en venir ou c’est trop compliqué? A moins que ce sont les résultats insolents d’  et complètements à l’opposé de ce que tu attendais (et qui t’ont fait ranger ta bouteille de champagne qui était prête pour fêter le flop) qui te brouille la vision des choses.

Pages