Fermer le menu
 

Résultats financiers T4 2016 : Apple en termine avec son annus horribilis

Anthony Nelzin-... | | 22:38 |  111

Apple clôt son année fiscale 2016 avec la première baisse de son chiffre d’affaires annuel en quinze ans. Ses résultats sont plombés par les fluctuations des devises et le ralentissement de l’économie chinoise, mais aussi par la stagnation de la gamme Mac et surtout le plafonnement des ventes d’iPhone.

Leur annonce a été avancée de deux jours, comme pour en finir au plus vite. Dans deux jours justement, Apple présentera de nouveaux Mac : avec l’iPhone 7 et l’Apple Watch Series 2, elle sera prête à ouvrir son année fiscale 2017 sur les fêtes de fin d’année. Et à oublier cet annus horribilis.

Les bureaux d’Apple à Results Way (Cupertino). Image Apple.
Les bureaux d’Apple à Results Way (Cupertino). Image Apple.

Chiffre d’affaires

Luca Maestri avait préparé les esprits à une nouvelle chute du chiffre d’affaires trimestriel de la firme de Cupertino. Le directeur financier d’Apple n’avait pas menti : à 46,85 milliards de dollars, le chiffre d’affaires baisse pour le troisième trimestre de rang, de 9 % cette fois.

Alors que les ventes d’iPhone 6s avaient plafonné à 75,9 millions d’exemplaires, le premier trimestre n’avait connu qu’une toute petite progression de 1,71 %. Ajoutez-y trois trimestres de baisse à deux chiffres, et Apple finit logiquement l’année sur une note négative.

Son revenu atteint « péniblement » 215,6 milliards de dollars, une baisse de 7,7 %, la première depuis 2001. Son chiffre d’affaires annuel atteignait alors 5,36 milliards de dollars — son bénéfice trimestriel atteint aujourd’hui 9 milliards de dollars, pour un total de 45,7 milliards de dollars sur l’année.

Autant dire qu’il n’y a donc pas péril en la demeure, même si cette baisse de 18,8 % est frappante. La forte croissance d’Apple en 2015 semblait avoir démenti la thèse de l’« atterrissage » de la société, mais cette année 2016 ressemble à un crash. Toutes les sociétés technologiques ont souffert de la conjoncture, mais aucune autant qu’Apple.

Ventes d’iPhone

Elle paye là sa « dépendance » à l’iPhone, qui représente les deux tiers de son activité, et dont les ventes ont baissé pour la première fois cette année. Cette baisse s’est poursuivie au quatrième trimestre, au cours duquel 45,513 millions d’iPhone ont trouvé preneur (–5,27 %). Une baisse ralentie par le lancement de l’iPhone 7, intervenu à la toute fin du trimestre, mais dont les effets ne se feront pas vraiment sentir avant le prochain trimestre.

Malgré un ralentissement sensible de ses ventes, Apple sera parvenue à vendre plus de 200 millions d’iPhone cette année, 211,9 millions pour être précis. Les pessimistes retiendront le chiffre de 8,4 %, comme le taux de la baisse des ventes, alors que les optimistes retiendront le chiffre d’un milliard, comme la barre symbolique — franchie ce trimestre — du nombre d’iPhone vendus depuis 2007.

Ventes d’iPad

Sans surprise, les ventes d’iPad baissent pour le onzième trimestre d’affilée, et peinent à atteindre les 9,3 millions d’unités. Il faut toutefois noter que le rythme de cette baisse ne cesse de réduire : 24,73 % au premier trimestre, 18,79 % au deuxième, 8,97 % au troisième, et seulement 6,23 % au quatrième.

Le pire semble être passé, à la faveur peut-être d’un plus grand nombre de renouvèlements, mais plus probablement d’un certain succès de l’iPad Pro, notamment dans le monde de l’entreprise. Son effet se voit notamment dans le panier, qui est passé de 433 à 459 dollars dans l’année. Au total, Apple a écoulé 45,6 millions de tablettes ces douze derniers mois (–16,9 %).

Ventes de Mac

Le Mac finit l’année comme il l’a commencé, c’est-à-dire dans le rouge. À deux jours d’un special event qui lui sera entièrement consacré, Apple reconnait à peine l’existence de sa gamme d’ordinateurs. Et pour cause : ses ventes baissent pour le quatrième trimestre consécutif, de 14,42 % cette fois, pour atteindre 4,9 millions d’unités.

La situation actuelle du Mac rappelle celle de 2013, où un manque patent de nouveautés s’était conjugué avec des turbulences économiques pour faire baisser les ventes de 9,78 %. Avec 18,5 millions d’unités vendues, elles baissent cette année de 10,2 %. Vite, une nouvelle gamme !

Services et autres produits

Aux antipodes du matériel, le logiciel et les services ont connu une très forte croissance cette année. Avant de promettre des revenus récurrents à long terme, ils permettent d’enchainer les bonnes nouvelles à court terme, comme cette hausse de 24,4 % de leur chiffre d’affaires. Les services, parmi lesquels iCloud et Apple Music, pèsent 24,4 milliards de dollars sur l’année, plus encore que le Mac.

La catégorie fourre-tout des « autres produits » a connu une année plus contrastée. Si Apple domine le marché des casques Bluetooth par l’entremise de sa filiale Beats, les ventes d’Apple TV n’ont pas décollé et celles d’iPod sont réduites à peau de chagrin, tandis que l’activité de l’Apple Watch varie considérablement selon les saisons. Reste qu’à 11,1 milliards de dollars sur l’année, cette ligne comptable gagne 10,6 %.

Pour le premier trimestre 2017

« Les résultats solides de notre trimestre de septembre concluent une année fiscale pleine de succès », assure Tim Coué. À défaut de pouvoir s’enthousiasmer des ventes d’iPhone et de Mac, le CEO d’Apple se dit ravi « par la dynamique de notre activité de services, qui a gagné 24 % pour établir un nouveau record », et se félicite du succès du lancement de l’iPhone 7 et de l’Apple Watch Series 2.

Des lancements qui, renforcés par une nouvelle gamme de Mac à la veille des fêtes, devraient permettre de redémarrer la machine Apple. Luca Maestri, le directeur financier de la société, table ainsi sur un chiffre d’affaires compris entre 76 et 78 milliards de dollars au T1 2017, contre 75,872 milliards au T1 2016.

Aller plus loin

En marge de ces résultats, notez ces quelques chiffres, donnés pêle-mêle :

  • la société a « rendu » 9,3 milliards de dollars aux actionnaires ce trimestre ;
  • son programme de rachat d’actions et de versement d’un dividende atteint ainsi 186 milliards de dollars ;
  • le 10 novembre prochain, elle versera d’ailleurs un dividende de 0,57 $ par action à tous les actionnaires de référence au 7 novembre ;
  • la marge nette d’Apple s’établit à 21,2 % sur l’année ;
  • les ventes à l’international représentent 64,5 % de son activité.

Les annonces effectuées à l’occasion de la conférence téléphonique qui a suivi l’annonce de ces résultats, sur MacGeneration et iGeneration :

Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


111 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar R1x_Fr1x 25/10/2016 - 22:44

C'est la faute au Note7

avatar C1rc3@0rc 26/10/2016 - 02:01 (edité)

Ben c'est pas Apple qui produit le Note7, si?
;)

En fait c'est surtout la faute aux erreurs majeures commisent depuis 2012, depuis que Ive est a la tete de la conception et qu'il n'a plus personne pour le canaliser.

Le traitement infligé aux Mac d'avant 2012 est une honte ignoble, ceux conçus aprés 2012, sont des hontes ignobles, avec le summum du ridicule qu'est le Macbook retina et le souffreteux Mac Pro.

L'obsession d'iPhone plus plat au détriment de la solidité et de l'autonomie se paye aussi.

Les iPad, apres une hausse monstrueuse de tarif sont dans une nebuleuse incomprehensible: quoi de plus illogique que le suffixe pro pour un appareil fait pour le tres grand public. Le tabletPC dispose d'un marcher de niche stable et inaquable, et l'iPad ne sera jamais un tabletPC, meme avec un stylet...

L'AppleTV s'en tire bien... si elle etait resté au tarif raisonnable de l'AppleTV 3. Comment rester credible envers le grand public avec un appareil hors de prix, la ou les roku et settopbox chinois se multiplient comme des petits pains: on est sur du GP de masse!

La tocante, suite et fin: IDC a donné les analyses des livraisons, en 1 an c'est -50% qui ont ete produites.
Y a pas de demande, les constructeurs ont divisé par deux leurs production. Au 3eme trimestre il s'est livré 2.7 millions de tocantes!
Apple aurait vu sa production s'effondr de 72% avec un petit 1.1 million de tocantes livrées!
Pas de doute c'est un marché d'avenir!

Les services croissent... mais les services sont hyperdependant des appareils chez Apple, et jusqu'a preuve du contraire Apple est un constructeur, ni un editeur, ni un prestataire...

Apple s'est vautré lors de la WWDC, a la keynote precedente, a la keynote precedente,... cela depuis 2012. Les promesses et annonces tombent meme plus a l'eau mais dans la mélass.
Les chiffres commencent a traduire, avec une certaine latence du a l'effet de masse, la realité decevante d'Apple depuis 2012!

Tout repose sur le Mac...

avatar awk 26/10/2016 - 02:20 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

Es-tu si certains qu'une autre offres produit changerait radicalement ces résultats ?

J'en doute fort 😎

D'autant que ce résultat sont exceptionnels si on veut bien faire abstraction de l'improbable exercice 2015 où toutes les planètes étaient alignés pour produire un bon quasi magique du ca et des résultats pour une entreprise de cette taille en croissance continue depuis des années.

On n'a pas suffisamment insister dur ce qu'avait de presque hallucinant cet exercice 2015 avec c'est +27,8% de CA et +35% de résultats.

Pour une entreprise de cette taille, en croissance continue alors depuis 14 ans c'est quasiment sans comparaison possibles



avatar occam 26/10/2016 - 03:03 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

« Les services croissent... mais les services sont hyperdependant des appareils chez Apple, et jusqu'a preuve du contraire Apple est un constructeur, ni un editeur, ni un prestataire...»

Pour Apple comme éditeur, c'est encore raté.
Mais pour Apple prestataire, ne faudra-t-il pas qu'il le devienne ?
Après tout, si les services chez Apple sont hyperdépendants des appareils, la corollaire est tout aussi vraie : les utilisateurs d'engins iOS sont à la merci des services d'Apple.

Or c'est le seul grand secteur à part l'édition qui permette une croissance nette sans augmentation massive de la base matérielle installée, alors que le marché hardware arrive à maturité et se sature.

avatar melaure 26/10/2016 - 09:35

Je suis tout à fait d'accord avec C1rc3, mais il peut aussi ajouter la sortie annuelle d'un OS X qui est une absurdité sans nom. Est-ce que les clients micro ont envie de changer d'OS une fois par an avec toutes les galères et incompatibilités qui vont avec ? Bien sur que non !!!

Le bilan de l'ère Cook commence à se faire sentir et ça finira comme avec Amelio à force de ne penser qu'au fric et aux délire de Ive sur le design ...

avatar awk 26/10/2016 - 13:39 via iGeneration pour iOS

@melaure

Quand on veut noyer son chien...

Pas certain que faire feu de tous bois soit très convaincant 😎

avatar melaure 26/10/2016 - 14:31

Je voudrais juste noyer mon fanboy ... ;)

avatar awk 26/10/2016 - 15:12 via iGeneration pour iOS

@melaure

😆😛😜..

avatar Chanteloux 26/10/2016 - 17:32 (edité)

Trés d'accord avec vous. Une course en avant d'OS X qui déboussolle le client et ce en fait pour pas grand chose... Snow Léopard ressemble étrangement à OS sierra... mon MBPro 2009 démaree sur tous les OS depuis SL, et la timidité des évolutions est étonnante... Je reste fidèle au Capitan

avatar macfredx 26/10/2016 - 16:40 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

Quel ramassis de conneries ! 😳

avatar fautedegout 25/10/2016 - 22:44 (edité)

Ben alors Tim ? Avec tes mac poussiéreux et couteux, tes iPhone sans innovation et ta qualité générale qui sombre, tu vois enfin les résultats dans ta face ?

avatar NEWIPHONE76 25/10/2016 - 22:49 via iGeneration pour iOS

@fautedegout

Ben alors le grincheux, on en reparlera au prochain trimestre !

avatar melaure 26/10/2016 - 09:37

Attendons le renouvellement demain soir, mais il y a des chances pour qu'on en ait encore moins dans la boite pour plus cher ... ;)

avatar reborn 25/10/2016 - 22:55 via iGeneration pour iOS

@fautedegout

Alors je pense que c'est voulu et que c'est un mal pour un bien selon la roadmap d'Apple. Depuis juillet 2015 ils ont annoncé que les ventes de matos seraient amené à diminuer.

Ils ont tiré à max la gamme existante et attendu que certains composants et techno soit dispo pour une update sérieuse.

avatar C1rc3@0rc 26/10/2016 - 02:08

«Ils ont tiré à max la gamme existante et attendu que certains composants et techno soit dispo pour une update sérieuse.»

Non.
Aucune justification de cet ordre pour le Mac Mini: sa regression est volontaire et n'a rien a voir avec la disponibilité technologique.
Pareil pour le Mac Pro
Pareil pour les Macbook Pro
Pire pour le Macbook Air, machine la plus vendue par Apple

Le Macbook retina, un netbook indigent, issu d'un choix des plus volontaire de prendre le pire et de concevoir le plus inutile et inadapté qui soit

Les augmentation de tarifs invraisemblables tout en laissant stagner ou en degradant les performances d'une generation a l'autre: c'est un choix pas une fatalité.

La perte d'ergonomie, les failles, les instabilités du logiciel sortie trop tot, pas fini, de plus en plus moche. C'est pas une question de techno, c'est un choix

La berezina de la tocante, toutes les immenses ressources marketing mises sur un produit inutile et futile, alors que les Mac et iPad etaient relegués dans les coins, c'est un choix.

Tout ça pour 2 raisons: la prise de direction de Ive et la recherche de la croissance maximale de marge dans une periode de récession.

avatar awk 26/10/2016 - 02:22 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

Si ce n'est que la marge d'Apple n'a en rien explosé ces dernières années par rapport à sa fourchette normale depuis bien longtemps😎

avatar melaure 26/10/2016 - 09:36

Ils n'ont pas le choix, les ventes chutes, il faut donc augmenter la marge. Mais bon il reste encore pas mal de bobos à faire raquer, c'est jouable ...

avatar pocketalex 26/10/2016 - 13:00

@awk : c'est moi au tu essaies d'expliquer à des trolls que la boite génère des milliards de bénéfices et s'en sort extrêmement bien dans un marché où tout le monde perd de l'argent, si ce n'est jette l'éponge ?

bon courage mon gars, moi j'ai arrêté de lutter contre des moulins à vent

Tu es le Don Quichotte des temps modernes :)

avatar awk 26/10/2016 - 13:23 via iGeneration pour iOS

@pocketalex

De temps à autre sur un malentendu ça peut en sortir un ou deux de la connerie 😛😶

avatar macfredx 26/10/2016 - 16:47 via iGeneration pour iOS

@awk

Excellent 😁😁😁

avatar awk 26/10/2016 - 13:38 via iGeneration pour iOS

@melaure

L'augmentation de la marge est loin d'être avérée 😎

avatar Nialpac 25/10/2016 - 23:22 via iGeneration pour iOS

@fautedegout dans tes commentaires !

avatar xx-os 25/10/2016 - 23:29

Personne n'arrive à comprendre que 2015 a été plus qu'exceptionnelle par la pleine entrée de la Chine initiée mi 2014 et qui a battu son plein en 2015 augmenté de la sortie des séries "plus"... On ne peut pas demander à Apple de trouver un nouveau pays comme la Chine tous les 2 ans... Bref, on se tue à ne comparer que d'une année sur l'autre... Et bien 2017 sera comparée à 2016 et sera donc exceptionnelle... Pour retrouver un ralentissement en 2018 puisque l'écart 2016-2017 sera considérable et ne pourra sans doute pas être augmenté dans les mêmes proportions... (cependant, peut-être que l'iPhone 8 contrera cette baisse de croissance mécanique)...
Bref, vous pouvez agonir Apple de tout ce qui vous arrange, mais le problème n'est pas là... ni même conjoncturel (même si ça a joué), mais bien une trop bonne année 2015...

avatar Chanteloux 26/10/2016 - 03:05

Comme vous le démontrez très bien, le succès de l'année de 2015 est artificiel et n'est pas dû au mérite des produits Apple. L'échec de 2016 est plus significatif de la situation réelle d'Apple.

avatar awk 26/10/2016 - 03:16 (edité)

@Chanteloux

2015 a effectivement était une années comme n'en connaissent quasiment jamais des société du périmètre d'Apple connaissant 14 années de croissance continue : +27,8% de CA et +35% de résultat 😱

C'est un événement dont il n'a pas assez était dit qu'il tenait presque du prodige et qui était effectivement en grande partie le fruit d'une conjoncture où l'ensemble des plante était parfaitement alignée il n'empêche que :

L'exercice qui se clôt représente par rapport à 2014 une croissance de 18% du CA et 15,6% du bénéfice, comme situation réelle on a connu pire 😎

Pages