Fermer le menu
 

Tim Cook : « Nous avons une responsabilité morale »

Florian Innocente | | 08:30 |  42

« On est aujourd'hui dans une situation où le gouvernement, depuis longtemps maintenant, et pour toute une série de raisons, fonctionne moins bien et moins vite que par le passé. Dès lors, ce n'est pas seulement aux entreprises mais à d'autres parties de la société civile qu'échoit la responsabilité de s'impliquer », a déclaré Tim Cook dans une interview vendredi au New York Times.

Le patron d'Apple était à ce moment là au Texas, dernière étape d'un petit périple aux États-Unis qui l'a vu aller chez l'un de ses sous-traitants, puis annoncer la construction d'un data center, rendre visite à un incubateur de start-ups texan et, enfin, lancer un programme d'enseignement de Swift dans plusieurs groupes d'établissements à travers le pays.

Tim Cook chez Cincinnati Test Systems la semaine dernière, une entreprise qui fabrique des machines de test d'étanchéité et qu'Apple utilise pour ses iPhone et Apple Watch

Durant l'entretien, il a dressé une comparaison avec le mandat de Lyndon B. Johnson entre 1963 et 1969, à propos duquel il s'émerveille encore du nombre de lois majeures et touchant à tous les aspects du quotidien qui ont été votées (Civil Rights Act, Voting Act, Medicare, etc).

Cook explique qu'il n'avait jamais prévu de s'engager publiquement derrière certaines causes ou débats de société, mais qu'il a senti, comme d'autres de ses pairs, chefs d'entreprise, qu'il était de son devoir de s'impliquer dans les affaires de politique intérieure.

« Je pense que nous avons une responsabilité morale à aider à la croissance de l'économie, à aider à la création d'emplois, à apporter une contribution à ce pays et dans d'autres pays où nous travaillons ».

Un engagement pas forcément naturel aux yeux de tous, notamment ceux pour qui une entreprise doit s'occuper uniquement de ses affaires économiques. « Je pense qu'il y a encore pas mal de gens qui ont le sentiment que ma seule responsabilité est à l'égard de Wall Street ».

De tels propos peuvent aussi participer à une campagne de communication pour faire un peu oublier le fait que l'essentiel de la trésorerie d'Apple est à l'étranger en attente d'une fiscalité plus douce pour rentrer au pays. Et le New York Times de tempérer quelque peu ces critiques en rappelant que la Pomme a payé 28 milliards d'impôts ces deux dernières années en Amérique, au taux d'imposition moyen de 26 %.

Cook a insisté ensuite sur les efforts en matière d'environnement dont le dernier chapitre a été l'annonce d'un futur data center dans l'Iowa, qui marchera uniquement avec des énergies renouvelables. Aux États-Unis aujourd'hui « nous faisons fonctionner Apple à 100 % avec des énergies renouvelables et nous y sommes arrivés également dans 23 autres pays ».

Pour ce data center, Apple a bénéficié d'une exemption de taxes à hauteur de 208 millions de dollars pour accepter de venir dans l'Iowa. En échange, 550 emplois seront créés pendant les travaux mais, une fois ceux-ci achevés, seulement une fraction, de l'ordre de 50 personnes, suffira pour le faire fonctionner. Apple s'est aussi engagée à verser jusqu'à 100 millions de dollars pour créer différents équipements et améliorer les infrastructures de la région.

Le futur data center de Des Moines

S'agissant des cours de Swift qui vont être donnés à plusieurs dizaines de milliers d'étudiants à compter de la rentrée prochaine, Cook explique qu'Apple a privilégié les "Community colleges", des cycles courts de deux ans, équivalents de nos IUT, plutôt que les colleges proposant des cycles sur quatre ans. D'une part car ces derniers sont souvent déjà bien pourvus en enseignement des sciences informatiques et afin aussi de toucher des profils d'étudiants différents.

« Ce que vous cherchez à faire c'est améliorer et accroitre la diversité des gens qui sont là, diversité raciale, diversité de genre mais aussi géographique. Actuellement il y a un déséquilibre dans certains États dans la manière dont les avantages procurés par la technologie sont redistribués ».

Apprendre du Swift c'est aussi faire fructifier à terme sa propre plate-forme aux dépens de celles des concurrents qui ont leurs propres langages de développement. Cook l'admet tout en ajoutant que cet enseignement spécifique « est réutilisable dans les grandes lignes », il ajoute « on sait que parmi les gens qui font des apps mobiles, certains en feront pour iOS et pour Android aussi. Je préfèrerai qu'ils ne le fassent pas mais il le feront probablement », poursuit-il en plaisantant, « ce n'est pas comme si j'essayais de faire de l'argent avec ça. Nous faisons un don ».

Est-ce que cette petite tournée aux États-Unis est chargée d'arrière-pensées politiques, comme certains le supposent à propos de Mark Zuckerberg qui s'est donné comme objectif d'aller dans les 50 États à la manière d'un futur candidat au poste suprême ? Tim Cook balaie l'idée d'un revers de la main et semble exprimer son peu d'attrait pour la responsabilité politique à Washington : « J'ai un travail à temps complet. J'apprécie le compliment, si c'est un compliment ».


Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


42 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar johndoo 29/08/2017 - 08:48 via iGeneration pour iOS

Très bon article ! 👏🏻 mais la responsabilité morale d'Apple concernant la fabrication des batteries et l'exploitation du personnel ? Je pense qu'il va devoir se tenir à carreau si les chaînes de montages et de fabrications sont toutes établies aux USA 🇺🇸 mais espérons que les autres gouvernements prennent exemple!, et la france en est capable !

avatar madaniso 29/08/2017 - 13:46

Dans le sens ou la morale est une idéologie de soumission, je dirais que non et c'est très bien comme cela.



avatar Pas-un-philosophe 29/08/2017 - 09:13

C'est Tim Cook qui est petit ou son iPhone qui est super grand dans sa poche ?

avatar reborn 29/08/2017 - 10:00 via iGeneration pour iOS

@Pas-un-philosophe

iPhone 7 plus..

avatar r e m y 29/08/2017 - 12:25 via iGeneration pour iOS

@Pas-un-philosophe

C'est pas son téléphone....

avatar rua negundo 30/08/2017 - 01:38 via iGeneration pour iOS

@Pas-un-philosophe

Un iPad mini ? 😁

avatar Mathias10 29/08/2017 - 09:27 via iGeneration pour iOS

Apple c'est combien de dev sur le carreau à cause d'application retirées? Combien d'APR ruinés? Combien de vols de concept ?

Qu'il ne dise pas qu'il doit prendre des responsabilités face à l'autre Trump car il est tout aussi responsable de l'état du pays et détruit autant d'emploi avec son rouleau compresseur Apple qu'il n'en construit

avatar Hideyasu 29/08/2017 - 10:00 via iGeneration pour iOS (edité)

@Mathias10

Et ta bêtise sans nom elle en détruit des emplois ? Je veux bien que tu sois énervé dans la vie, mais de là à dire que Apple est responsable de la misère aux USA, faut pas exagérer

avatar C1rc3@0rc 29/08/2017 - 10:48

@Mathias10

On peut reprocher beaucoup de choses a Apple mais la destruction d'emplois, surtout dans le secteur du développement, c'est totalement irrationnel.

Les APR, c'est un sujet sensible, mais leur disparition est liee a plusieurs facteurs dont l'un est l'Apple Store en ligne, facteur commun et global du commerce en ligne qui touche aussi le monde Apple...

L'etat des USA n'est pas lié a Apple ni a Trump, c'est un probleme de fond, un choix de societe etablie des la constitution des USA et amplifié lors de la guerre civile américaine ou la partie pro-economique industrielle a pris le dessus sur la partie agricultrice, mais ou le fond spenceriste et son corollaire n'a jamais varié d'un iota.

L'article enonce «De tels propos peuvent aussi participer à une campagne de communication pour faire un peu oublier le fait que l'essentiel de la trésorerie d'Apple est à l'étranger en attente d'une fiscalité plus douce pour rentrer au pays.»

Cela participe a cette polemique fallacieuse qui envenime le debat, dissimule de probleme de fond et a conduit a l'election de Trump.
D'une part Apple n'a jamais rien delocalisé et n'a donc rien a relocaliser. Toutes les machines actuelles - a part le Mac Pro poubelle - sont produites depuis le depart et en totalité hors des USA. Apple pourrait delocaliser une partie de la production de Chine, mais ce serait alors de la delocalisation...

Et que dire de la production de composants qui rentrent dans les machines: France, Suisse, Allemagne, Japon, Coree, Chine, plusieurs autres pays d'Europe et d'Asie... et les USA!

Apple Inc devrait donc racheter toutes les societes avec lesquelles elle fait commerce, les fermer en mettant tous les employés sur le carreau, pour tout concevoir et produire aux USA? Meme si financièrement Apple Inc en avait les moyens, ce serait une ineptie totale qui conduirait a la disparition d'Apple et de beaucoup de societes de milliers d'emplois dans le monde entier!

Quant a l'histoire de la tresorerie, la majeure partie est produite et detenue par des societes non americaines, qui ne sont pas Apple Inc, qui n'ont d'autres lien avec Apple Inc que des contrats, dont les emplois sont locaux, dependant des droits nationaux ou ces societes sont etablies.
On peut certes se vautrer dans le populisme visqueux et "denoncer" l'optimisation fiscale de la machine commerciale et financiere Apple, mais c'est du donquichottisme emplie d'ignardise et de désinformation a but polémiste.

Le fait est qu'Apple Inc utilise a merveille les lois fiscales votées et legitimes dans tous les etats ou elle commercialise ces produits.
Mais cette utilisation, jusqu'a preuve du contraire, est totalement legale. Et ce n'est pas Apple Inc qui detient ce fabuleux tresor qui attise les jalousies et les amertumes, mais chaque entité de ce systeme economique...

En l’occurrence cela peut sembler provocateur, mais c'est la verité, Apple Inc et le groupe virtuel Apple sont poussés par le monde financier et politique a toujours plus utiliser les lois fiscales et commerciales dûment votées par des politiciens qui se considèrent, souvent avec raison, en situation de totale impunité.
Ceux qu'ils faut sanctionner ce sont ces politiciens, ces économistes, ces financiers, qui ont tout fait pour installer ce systeme pervers et malfaisant... Apple est une societe fortement concurrentielle, et elle l'a ete quasi depuis son origine, devant survivre face au rouleau compresseur wintel! Qu'elle pratique l'optimisation fiscale c'est une necessité.

Quant a rapatrier l'argent aux USA... qu'elle foutaise: cet argent n'a jamais appartenu aux USA. Certains politiciens canadiens disent des USA que c'est une pierre en train de couler au fond de l'ocean et qu'ils serait stupide de faire de meme... Apple, l'ecosysteme, fait plus de son CA 60% hors des USA, produit plus de 99% de ses produits hors des USA... et ce sont, hors Apple Store en ligne, quasi que des societes non US qui commercialisent les produits de la marque Apple... Il faut remettre l'eglise au centre du village!

avatar Un Type Vrai 29/08/2017 - 09:32 (edité)

"au taux d'imposition moyen de 26 %."

Qui vote pour que ce soit le seul taux unique, unilateral, avec l'interdiction de percevoir une aide de toute entreprise partout dans le monde ?

Parce que si Total, Orange, Apple France etc payaient 26% d'impôts y'aurait de l'argent à ne plus savoir quoi en faire...

Bref.

avatar Hideyasu 29/08/2017 - 09:58 via iGeneration pour iOS

@Un Type Vrai

C'est vrai qu'on aimerai bien voir les entreprises françaises payer 26% ^^

avatar Un Type Vrai 29/08/2017 - 10:43

Surtout les grosses...

(je suis gérant d'une TPE, mon taux d'imposition n'est pas de 26%, j'aimerai bien !)

avatar melaure 29/08/2017 - 09:52 (edité)

Pas de problème,Tim, part vite faire de la politique, il faut un nouveau candidat chez les démocrates !

Si on pouvait avoir un boss qui s’intéresse plus à la technique qu'au fric, ce serait un peu plus motivant ;)

avatar C1rc3@0rc 29/08/2017 - 10:59

Le travail d'un CEO c'est pas de s'interresser a la technique, c'est de maitriser la technique qui permet de diriger une entreprise, de la proteger des "intemperies" et dangers economico-financiero-politique, d'amplifier sa rentabilité, d'assurer sa perenité sur le long terme, parfois de savoir en faire un produit qui sera vendu au plus offrant, et dans tous les cas satisfaire les objectifs edictés par le conseil d'administration...

Cook dans ce role est excellent meme si il a ete sanctionné l'annee derniere pour ne pas avoir tenu les objectifs financiers qui lui etaient imposés.

Apres on peut reprocher a Cook de ne pas savoir virer les incompetents et problematiques assez vite et engager de tres bons a la place. Mais c'est bien la seule chose ou il ne brille pas. D'un autre coté, Apple c'est une structure exceptionnelle, incomparable, et qui s'est construit avec une bande de "genies" mais aux personnalités tres difficiles, et si Jobs excellait a diriger cette fanfare de fortes tetes aux ego problematiques, Cook montre clairement des lacunes dans le domaine.

Ceux qu'il faut blamer dans la conception des produits et leurs realisation ce sont... les concepteurs et ingenieurs responsables de la realisation... A commencer par Ive, meme si ses obsessions et son ego ne sont qu'une partie du probleme.

avatar steph0678 29/08/2017 - 10:02 via iGeneration pour iOS

C’est parti ! Tous les donneurs de leçons et les grands moralisateurs à la manque sont de sortie.

D’ailleurs dans ce domaine comme dans bien d’autres, ce sont ceux qui critiquent le plus qui en font le moins.

Cachés derrière un clavier, tout est si simple, si limpide et si binaire... bref consternant.

avatar vince29 29/08/2017 - 14:22 (edité)

C'est lui qui a commencé

avatar Crkm 29/08/2017 - 10:26

"Et le New York Times de tempérer quelque peu ces critiques en rappelant que la Pomme a payé 28 milliards d'impôts ces deux dernières années en Amérique, au taux d'imposition moyen de 26 %."

Et alors, ils ne calculent pas la somme qu'Apple a évité de payer avec son argent placé à l'étranger, pour qu'on rigole un grand coup? :)

avatar melaure 29/08/2017 - 12:07

Ils ont soit-disant une responsabilité morale, mais surtout pas celle de faire fabriquer leurs iPhone pour 100$ en Chine dans des bétaillères et de les revendre dans le même pays pour 900$ ... ;)

Ils ne s'intéressent à la morale que quand il s'agit d'un problème qui ne leur coûte rien ... critiquer Trump ça coûte rien et c'est un même un sport national et international (quoique Macron est en tête de liste chez nous).

+1 Crkm pour le numéro 1 mondial de l'évasion fiscale ...

avatar J'en_crois Pas_... 29/08/2017 - 11:09

Tim Cook : « Nous avons une responsabilité morale »
C'est plus simple et plus compliqué que ça :
Une pierre, un avion, une usine, une entreprise n'ont aucune responsabilité morale.
Seuls les êtres humains sont dotées de liberté (et conséquemment) de responsabilité.
Que Tim comme chacun des acteurs qui interagissent au sein d'apple ait une responsabilité morale quand aux effets de la pomme sur l'humanité, cela ne fait aucun doute. Mais il serait erroné et même dangereux d'octroyer une responsabilité morale à l'entreprise.

C'est aux citoyens de définir les valeurs morale qu'ils soutiennent et le lobbying morale des entreprises est encore plus dangereux que leur lobbying économique.

avatar debione 29/08/2017 - 18:01

Ben ça dépend pour l'entreprise... En soi, a froid, oui tu as raison, une entreprise n'a aucune responsabilité morale, sauf... si les patrons ont engagé publiquement des valeurs au nom de la boite qu'ils dirigent. Exemple: quand Tim Cook parle d'Apple comme une entreprise pratiquant la multiculturalité, ou l'égalité homme femme, ou encore positionné Apple comme un chantre de l'écologie, oui l'entreprise se dote de valeurs morales, et peut être jugé sur la réalité face au discours.

avatar J'en_crois Pas_... 29/08/2017 - 21:46 (edité)

Merci débione :-)
Exact, à l'époque des grand patrons protestants, dirigée de manière paternaliste, l'entreprise était l'émanation de leur patron, et "culture d'entreprise comme valeurs et morale d'entreprise" pouvaient être autres chose qu'une recette magique de marketeux incultes.
Mais ces temps sont révolus.
Il y a bien eu une aberration à la fin du XX° siècle, un patron "sauveur" un patron tyrannique qui a réussi à confondre ses propres valeurs à celles de l'entreprise. J'ai un sourire plein de tendresse en pensant à lui. Et Wall Street trop apeuré à l'idée de tuer sa poule aux œufs d'or, laissa cette danseuse libre lui permettant ansi de faire renaître une entreprise "morale".

Mais aujourd'hui, les prétentions morales d'Apple, de Google & Cies n'ont plus rien à voir avec les patrons de Michelin ou de Schneider, pas plus que de leur "Saint Batard" (Steve Job). Nous sommes au XXI siècle, les valeurs fondatrices des morales se sont diluées dans un relativisme. Même l'humanisme (valeur fondatrice des dernier sursauts de la morale de la fin du XX° siècle) est moribond.
Alors ***croire*** que les multinationales puissent être la source et le point d'action du vivre ensemble...

avatar C1rc3@0rc 30/08/2017 - 01:31

«Mais aujourd'hui, les prétentions morales d'Apple, de Google & Cies n'ont plus rien à voir avec les patrons de Michelin…»

Puisque tu parles de Michelin justement... On peut évoquer le discours marketing et politique de la dynastie et le confronter a la realité de terrain. La discordance est pire que ce que l'on voit d'Apple ou Google aujourd'hui. Et crois moi, je connais le sujet de manière historique et familiale, donc dans cette entreprise il n'a jamais ete question d'humanisme, de progres social, ou d'autre fait qui ne soit en réalité une prédation productiviste et de recherche de la marge maximale au détriment de l'employé et de l'environnement.
Et niveau pratiques anti-concurrentielles et écrasement des concurrents effectifs ou potentiels locaux, Michelin n'a rien a envier a Microsoft ou Rockefeller. On pourrait aussi parler du poids de Michelin au niveau du politique qu'il soit local, national ou international, mais on devrait aborder des questions de corruption, mises sous contrainte, abus de pouvoir d'influence et autre lobbying desagreables.

Apres, il est vrai que Michelin s'est imposé comme modele paternaliste captant une masse devouée et reconnaissante, totalement aveuglée par le discours lénifiant et les pseudo avantages et engagements sociaux du groupe.

La grosse différence avec aujourd'hui c'est que les entreprises ne pratiquent plus le promotions interne et la "formation" mais engagent par strates a la sortie des écoles et dans les promotions qu'ont catalogué des chasseurs de tetes. La promotion se fait maintenant en extra et non plus en intra, l'entreprise "outsource" la formation et les loisirs...
Chez Michelin, il y avait un système global et extensif ou toute la vie de l'employé et de sa famille était prise en charge: on se logeait Michelin, on mangeait Michelin, on s’éduquait Michelin, on s'habillait Michelin, on partait en vacances Michelin, on se soignait Michelin, et on allait a l’église le dimanche...)

avatar J'en_crois Pas_... 29/08/2017 - 21:49

debione :
Mes excuses pour ma faute d'orthographe sur ton nom
clavier récalcitrant ou correcteur d'orthographe intempestif ... (corrigée)
Bonne soirée

avatar macinoe 29/08/2017 - 11:26 (edité)

Si Tim Cook veut faire de la politique, s’impliquer dans des ONG et bien qu’il le fasse.

Le problème c’est qu’en tant que CEO d’Apple son discours peut être perçu comme schizophrène, contradictoire et incohérent.

D’où tu parles ? Disait-on à une époque révolue.

C’est tout de même difficile, en tant que CEO d’une des plus grande boite au monde, de faire des déclaration incompatibles avec ce poste.

La mode est au «  En même temps », mais il faut choisir qui on est.

Pages