Apple prépare un troisième data center pour l'Europe

Florian Innocente |

Apple prévoit de mettre en route un troisième data center en Europe, au Danemark, à l'horizon 2019. Il sera utilisé pour ses différents services en ligne tels que iTunes, l'App Store, Siri, Plans et iMessages. Une proximité qui peut laisser espérer des temps d'accès plus réduits.

Un rendu du data center de Viborg au Danemark

En février 2015, Apple avait annoncé la construction de ses deux premiers data centers hors des États-Unis, en Irlande à Athenry et, déjà au Danemark, à Viborg. Ces deux installations de 166 000 m² chacune devaient commencer à fonctionner cette année. Ce sera le cas pour le danois mais l'irlandais a fait face à une opposition des habitants et le feu vert pour sa construction a été retardé de plusieurs mois avant d'être finalement donné l'été dernier.

Le premier centre danois représente un investissement de 850 millions d'euros et le nouveau projet coûtera environ 920 millions, rapporte Reuters. Il sera installé à Aabenraa (16 000 habitants) dans le sud du pays et fonctionnera uniquement avec des énergies renouvelables. Il devrait créer 300 emplois lors de la phase de construction puis 50 à 100 personnes y travailleront une fois mis en service.

avatar rolmeyer | 

Google veut en mettre un au Luxembourg depuis des mois et l'Etat n'est même pas capable de trouver un terrain. C'est pas à cause des impôts c'est parce que le prix de l'électricité entreprise est un des plus bas d'Europe.

avatar Average Joe | 

Faut dire, le Luxembourg, ce n'est pas bien grand. (l'État, tu veux dire le Grand Duché ?)

avatar cv21 | 

Je suppose que cela a été évoqué : Apple semble en tête du classement des géants du net en terme d'usage des sources d'énergies renouvelables. (source Greenpeace)

https://www.greenpeace.fr/il-est-temps-de-renouveler-internet/

Vert ou pas, cette consommation d'énergie "nouvelle", le cloud, va faire exploser les compteurs ! ;-))

avatar toto_tutute | 

Par rapport à la surface de ces bouzins (les centres de données) et leur consommation énergétique, le nombre d'employés est ridicule....

Au passage, note pour la rédaction, pourquoi un énième anglicisme de plus ? Centre de données, c'est pourtant simple, clair, compréhensible de tous non ?

avatar occam | 

@toto_tutute

« Centre de données » étant simplement la traduction de data center, l'anglais étant de facto la lingua franca de l'informatique, et le terme étant courant partout au monde, on peut tout aussi bien faire l'économie d'un réétiquetage cocardier.

Pour imposer des noms, mieux vaut s'agencer à inventer les choses plutôt qu'à les rebaptiser.

De toute façon, le nom le plus court et le plus universel tend à la longue à gagner, par simple sélection linguistique. Si l'on répugne à s'accommoder de l'anglais, il faut inventer des termes courts, éloquents, conceptuellement riches.

« Informatique » est le parfait exemple d'un tel néologisme.
(Même si « informatique » est à l'origine un terme allemand qui a eu la chance d'être propulsé par un grand informaticien et fin pédagogue français, Philippe Dreyfus. Encore une fois, les cocoricos ne sont pas de mise.)

avatar toto_tutute | 

@occam

C'est faux, y'a qu'en France qu'on se laisse tant séduire (soumettre ?) par les anglicismes ... Dans toutes les autres langues, il y a un terme local. Et en quoi l'anglais serait-elle la linga franca de l'informatique ? En quoi "data center" est-il plus universel ? Non, il s'agit de bien de soumission dont on parle. De soumission à l'anglais. Et il n'y a bien qu'avec les français qu'il y a une telle perméabilité.

avatar occam | 

@toto_tutute

"Dans toutes les autres langues, il y a un terme local."

Auriez-vous la bonté d'étayer vos dires, en présentant non seulement les prétendus termes locaux mais encore l'usage effectif qui en est fait, et son incidence ?
Je travaille dans plusieurs pays en plusieurs langues, et vos allégations sont contraires à mon expérience.

• "Et en quoi l'anglais serait-elle la linga franca de l'informatique ?"

Cette question entraîne celle de votre familiarité avec l'informatique tout court, telle qu'elle est pratiquée.

• "Non, il s'agit de bien de soumission dont on parle."

À la méprise linguistique semble s'ajouter une lecture fort mal digérée de Houellebecq.

avatar Average Joe | 

Occam
+1

CONNEXION UTILISATEUR