Tim Cook n'ira pas parler fiscalité en Irlande

Florian Innocente |

Tim Cook n'ira pas s'expliquer devant une commission des finances du parlement irlandais. Le patron d'Apple avait été invité le 15 décembre dernier pour venir discuter devant des membres du parlement. Une occasion offerte à la suite de l'enquête de Bruxelles qui réclame 13 milliards d'euros à Apple, au titre de largesses fiscales indues.

Tim Cook a confié à Claire Thwaites, chargée chez Apple des relations avec les gouvernements dans la zone EMIEA, la charge de décliner l'invitation prévue pour le mois prochain. Dans sa réponse [pdf] elle écrit :

Comme vous le savez, il s'agit d'une question complexe et difficile, à propos de laquelle nous recevons de manière continue des recommandations juridiques. Nous collaborons avec le ministère des Finances et les commissions fiscales, ainsi qu'avec la Commission européenne. Étant donné la nature délicate de l'enquête et le calendrier, il nous a été conseillé de ne pas nous engager dans d'autres activités directes, qui pourraient nuire aux résultats futurs. C'est sur cette base que nous ne pouvons comparaître à cette occasion devant la commission.

Cliquer pour agrandir

Pearse Doherty, porte-parole de la commission, a exprimé sa déception et sa colère devant ce refus qu'il n'avait pas envisagé. Et de le mettre en regard du déplacement qu'avait volontiers fait Tim Cook à Washington, il y a trois ans, devant les sénateurs (lire Tim Cook a passé son oral devant les sénateurs). Ceux-ci l'avaient également convié à venir parler fiscalité. À la différence peut-être qu'aucune action en justice n'avait été engagée contre Apple par le gouvernement américain.

Tim Cook en 2013, encadré par ses directeurs financier et juridique

Pearse Doherty y voit un « manque de respect pour le peuple irlandais. On aurait pu penser que M. Cook aurait été disposé à donner le point de vue d'Apple devant les citoyens irlandais. », ajoutant que cette affaire avait ouvert un immense débat dans le pays sur la manière dont le gouvernement gérait les questions fiscales. L'un de ses collègues député, Sean Sherlock, parle « d'occasion manquée ».

Mi-décembre, le ministère des finances irlandais avait répondu à la Commission européenne qu'elle avait « outrepassé ses pouvoirs et violé la souveraineté fiscale [de l'Irlande] ». Bruce Sewell, le directeur des affaires juridiques d'Apple avait lui estimé qu'« Apple [est] une cible commode parce qu’elle génère beaucoup de battage médiatique. » et de vouloir en donner la preuve par cet argument singulier « Cela a permis à la commissaire [Margrethe Vestager] de devenir la Danoise de l’année 2016 ».

Dans l'attente de nouveaux développements (Apple a fait appel de la décision de Bruxelles), le gouvernement irlandais travaille avec Cupertino pour récupérer les 13 milliards d'euros et les déposer sur un compte sous séquestre en attendant l'issue de cette affaire et la destination de cet argent.


avatar Mike Mac | 

Tim Cook rejouant Tartuffe :

"Fisc Fucking, fisc fucking .... Cachez-moi ce trou fiscal que je ne saurais voir "

avatar thierry37 | 

Je vois pas trop ce qu'un PDG irait raconter...
C'est une affaire de justice et les avocats iront parler aux avocats.

Vous voulez que Tim Cook fasse son show ?
La seule chose qu'il pourra répondre et répéter : apple n'a rien à se reprocher. Apple n'a rien à se reprocher.

Et la deuxième réponse serait "pour cette question précise, je ne sais pas"

Ils seraient bien avancés les députés entre le "tout va bien" ou le "je ne sais pas".

avatar youpla77 | 

Il est bien allé devant une commission des sénateurs américains...

avatar XiliX | 

@youpla77

La différence est que l'Irlande ET Apple sont convoqués devant la commission européenne

avatar byte_order | 

Avant d'être une affaire de "justice", c'est une affaire de fiscalité des entreprises.
A ce titre, le CEO de la plus riche de toute a clairement des choses à dire.

Mais, en l’occurrence, dire le fond de sa pensée desservirait probablement l'intérêt de l'entreprise, l'impact en terme d'image de marque à un tel niveau de médiatisation peut être collosal. D'où cette décision de jouer le muet.

avatar poco | 

Ajouter la couardise au cynisme après la pingrerie. Apple V2016-17.

avatar béber1 | 

poco
"Ajouter la couardise au cynisme après la pingrerie. Apple V2016-17"

La politique fiscale très en faveur à Apple en Irlande date d'avant les années 2000

avatar en ballade | 

Tim ne peut se rabaisser à la petite Europe voyons!

avatar Espcustom | 

C'est du bon gros dossier politique et financier. Ça n'aboutira jamais. C'est pour se donner bonne conscience et avoir un sujet de discussion pendant l'apéro ??

avatar byte_order | 

c'est pas le premier "gros" dossier politique et financier de la CE. Et pourtant, tous ceux avant celui-ci ont aboutis. A priori, donc, y'a pas de raison de croire que celui-ci y échapperait.

avatar béber1 | 

"...tous ceux avant celui-ci ont aboutis. A priori, donc, y'a pas de raison de croire que celui-ci y échapperait."

je plussois

avatar romainhc | 

Ah les pisseuses. Ca n'assume même pas.

avatar alfatech | 

@romainhc

assumer quoi? Qu'est ce que Cook irait faire devant un gouvernement qui a lui même défini le deal, pis s'expliquer sur quoi? C'est comme si tu achètes une maison 200000€ et 6 mois plus tard l'ancien proprio sonne à ta porte et te dis "bonjour, j'en voudrais 50000 de plus car on m'en offre plus"......tu l'envois paitre.

avatar Philbee | 

Sewell a raison : l'image d'Apple est assez désastreuse comme ça...

avatar popeye1 | 

L'image d'Apple était ddéjà bien dégradée : autisme, grippe-sous... Elle en prend encore un coup avec l'attitude de Tim Cook.
Quant aux Irlandais qui accusent l'Europe d'outrepasser ses droits en s'immisçant dans leurs affaires, ils auraient pu le dire aussi lorsqu'elle leur a versé des sommes conséquentes pour qu'ils sortent. C'est leur façon de dire merci !
Et à ceux qui donnent raison au capitalisme forcené qui exploitent la moindre faille commerciale pour "voler" leurs semblables, je répondrai que les fautes des uns n'excusent pas celles des autres et qu'une grande nation qui ne connaît que cette morale connaîtra de graves problèmes à court terme.

avatar gabonetge | 

on crois rêver !! d'un coté il y a les multinationales qui font le maximum pour ne pas payer d'impôt , de l'autre les petits contribuables qui sont de plus en plus pressurés pour que la protection sociale veuille dire encore quelque chose .
le déséquilibre est encore plus criant vis vis à des P M E qui n'ont pas les moyens de se payer des fiscalistes renomés pour échapper à l'impôt ....

Pages

CONNEXION UTILISATEUR