Tim Cook viendra sans doute en Irlande pour défendre Apple contre la Commission

Mickaël Bazoge |

Tim Cook pourrait bien faire le voyage de Dublin en janvier. Le CEO d’Apple a été invité par la commission des finances du parlement irlandais, qui va débattre le mois prochain sur les implications de la décision de la Commission européenne de cet été. Apple doit rembourser au fisc irlandais 13 milliards d’euros, en compensation d’avantages fiscaux indus (lire : Bruxelles demande à Apple de rembourser 13 milliards d'euros au fisc Irlandais).

Cliquer pour agrandir

Après quelques palabres, le gouvernement irlandais a décidé de se ranger derrière Apple pour faire appel de ce jugement. D’après Pearse Doherty, porte-parole de la commission, il est probable que Tim Cook se présente à cette réunion. Il aura l’occasion d’entendre les arguments de Margrethe Vestager, la Commissaire à la concurrence de l’UE, et sans doute de reprendre des arguments déjà énoncés peu après la décision (lire : Irlande : Apple conteste le taux d'imposition de 0,005% en 2014).

Dans une interview début septembre, le patron d’Apple n’y était pas allé de main morte en qualifiant cette affaire de « grosse connerie politicienne ». Des mots qui ne seront sans doute pas réitérés au parlement irlandais… Tim Cook peut déjà se préparer à répondre à une des questions que compte poser Doherty : « Nous sommes particulièrement désireux de demander à monsieur Cook et à d’autres dirigeants d’Apple [de nous éclairer sur] leur témoignage devant le Congrès américain, où ils ont admis que le taux d’imposition effectif d’Apple pour ses filiales en Irlande était de 2%, bien au-dessous du taux d’imposition de 12,5% [en cours en Irlande] ».


avatar deltiox | 

Il ira surtout défendre un taux d'imposition quasi nul

Après il reprendra son blabla habituel sur l'éthique, l'implication dans la communauté, le respect de ceci et cela et autre Pipo marketing

avatar reborn | 

@deltiox

Il va defendre Apple quoi..

avatar deltiox | 

@reborn :
Je dirais plutot qu'il va enfoncer l'image d'Apple en pensant la défendre

Mais c'est une interprétation toute personnelle

Steve me manque vraiment, et c'est également tout personnel (y compris avec tous ses défauts)

avatar melaure | 

@deltiox :
Ca doit etre tout un art de défendre l'évasion fiscale et d'expliquer aux citoyens européens pourquoi ils doivent payer des impôts pour compenser le manque à gagner sur les entreprises hors-cee mais surtout américaines ;)

avatar Ginger bread | 

Gsper qu ils vont casquer et cher.

avatar béber1 | 

Ginger bread

la somme correspondante aux années d'impôts indûs à l'administration fiscale irlandaise,
d'après le calcul de l'administration de l'UE (depuis 2003), plus des majorations/interêts de retards et frais divers.
Pas plus, ni moins

avatar Seb42 | 

+1 Ginger
Et surtout que beaucoup d'autres sanctions suivront Google, Amazon etc.. mais surtout que ça fasse bouger les choses en matière de fiscalité en Europe.
Ils sont indéfendables meme si on peut se ranger derrière des optimisations très sophistiquées, c'est immoral pour la grande majeur partie des gens.
Par contre même si Tim Cook me laisse sur ma faim, dire que steve Jobs aurait fait autrement n'a rien d'acquis sur cette affaire.

avatar deltiox | 

@Seb42 :
Steve aurait sûrement chercher à défendre ses intérêts... Mais le bla bla politique et moralisateur permanent de Tim et selon moi la politique actuel (dev/design/stratégie/produits) qui lui est imputable me font le regretter

Et comme communiquant il n'y a pas photo. Tim n'y va pas, laisse les avocats communiquer ils s'en sortent mieux que toi

avatar Silverscreen | 

Apple Est moralement condamnable mais :

1- elle n' a fait qu'utiliser les outils d'optimisation fiscale tolérés voir voulus par les politiques européenes (d'ailleurs des structures semi-publiques, notamment françaises, y ont également recours).
Si la Commissaire européenne en charge des questions de concurrence n'avait pas soudainement décidé que les taux bas de l'Irlande pouvaient, rétroactivement (et c'est légalement discutable), faire l'objet d'une réparation financière pour cause de concurrence faussée entre états, tout le monde aurait continué ni vu ni connu, Luxembourg et Pays-Bas notamment...

Apple, Amazon et Google ont été dénoncés parce que connus et visibles et que la Commissaire européenne tente un gros bluff (défendre une nouvelle interprétation des directives européennes et la rendre rétroactive).

2- Les entreprises ne sont pas 2 fois imposables. Il y a zéro chances que l'Europe puisse taxer Apple : le gouvernement US préférera faire une fleur à ses mastodontes en baissant le taux d'imposition pour rapatrier leurs fonds off-shore que laisser l'Europe les taxer sur leurs bénéfices.

Bref, l'EU tape du point sur la table mais, dans les faits, Apple et cie ne font pas pire que certaines multinationales françaises (certes plus petites) et tant qu'on tolère la pratique US d'imposer les bénéfices offshore uniquement au moment de leur retour au pays, on l'a dans l'os. L'EU le sait, Apple le sait et Trump aussi.

Bref, bombage de torse et jeu de dupes. Tim Cook va défendre Apple "la vertueuse", l'Irlande arrondir les angles avec un super client et l'UE essayer de péter plus haut que son cul.

Au temps de Jobs, ça aurait été exactement pareil, l'amabilité en moins. Me font bien rire les gens qui jugent de la moralité d'une entreprise... C'est une entité juridique, conçue pour générer de la richesse pour ses investisseurs. Rien de plus.

Après on peut parler des dirigeants et de leur moralité mais celle-ci n'interviendra que si elle n'entrave pas la bonne marche de la boite.

avatar deltiox | 

@Silverscreen :
Il n'y a pas de rétro activité
Quand l'administration fiscale estime que depuis X années votre impôt n'est pas le bon, elle vous envoie ce qui reste à payer
Qu'Apple gagne ou pas, il n'y a pas de rétro activité

Si l'Europe parlait d'une voix unie et avec une politique fiscale unique pour les impôts des multinationales, elles s'y plieraient. C'est loin d'être le cas et déjà certaines ont payé des amendes fiscales très vite (et pas par plaisir) dans des pays européens (meme en Angleterre). Quand les politiques le veulent vraiment, les entreprises cèdent (c'est pour cela que la plupart dépensent des fortunes en lobbying). Arrêtons de nous croire plus faibles que nous sommes.

avatar Un Type Vrai | 

"C'est une entité juridique, conçue pour générer de la richesse pour ses investisseurs. Rien de plus."

Non.
Un fond de pension, peut-être (encore que le but est de faire fructifier de l'argent).

Une entreprise est une entité juridique qui s'endette AFIN DE répondre à un besoin de marché.
POUR s'endetter, elle a besoin d'investisseurs qui demandent des royalties.
Mais faire de l'argent n'est jamais LE BUT d'une entreprise, c'est un MOYEN.

Et c'est vrai pour Apple comme pour une entreprise individuelle.

Bref.

avatar Un Type Vrai | 

2- Les entreprises ne sont pas 2 fois imposables

Mais elles DOIVENT ABSOLUMENT TOUTE l'être une fois.

Si j'ai un concurrent qui use d'un montage financier du type d'Apple, et que je paye mes impôts normaux, il n'y a AUCUNE CHANCE que mes clients comprennent pourquoi je suis 30% plus cher.
Peu importe où, les entreprises doivent être taxées dans un pays au moins d'une manière équivalente (pas identique). Sinon, il y a bien un défaut de concurrence loyale...

avatar poco | 

Quand on parle $$$ et risque pour les actionnaires, ce clown sort de sa tour d'ivoire. Immédiatement. Par contre rien en ce qui concerne le Mac qui prends l'eau de partout...

avatar Florian Innocente | 

Tout ce qui a été dit ici est complètement faux.
Mais ce n'est que mon avis

avatar deltiox | 

@innocente :
Tu es dur avec l'article

:-)

avatar fte | 

La vraie solution je pense est que les états d'Europe harmonisent les lois fiscales et rendent impraticables et illégaux les montages fiscaux permettant de contourner le système.

Rappelons que ce n'est pas Apple qui est condamné strictement, mais l'état Irlandais. Apple n'a rien fait d'illégal aux dernières nouvelles. C'est la fiscalité européenne qui est mal branlée.

CONNEXION UTILISATEUR