Fermer le menu
 

Des patrons de la high-tech américaine inquiets ou révoltés par le décret sur l'immigration

Florian Innocente | | 00:22 |  374

Plusieurs grands groupes américains de la high-tech américaine ont exprimé leur préoccupation, en des termes plus ou moins mesurés, face à l'un des décrets signés ce vendredi par le président Trump.

Donald Trump après la signature du décret intitulé « Protéger la nation contre l’entrée de terroristes étrangers aux États-Unis », limitant l'entrée de certains ressortissants de pays musulmans.

Le texte interdit, pour une durée d'au moins 90 jours, l'entrée sur le sol américain des ressortissants (hors diplomates et employés d'organisations internationales) de sept pays musulmans (Syrie, Iran, Soudan, Libye, Somalie, Iraq et Yémen). Quand bien même ils seraient détenteurs de visa en règle ou d'une carte verte leur permettant de travailler aux États-Unis.

Cette décision a sorti les Microsoft, Apple, Google, Facebook, Box, Netflix ou encore Uber d'une certaine léthargie depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. Car l'application immédiate de ce décret a bloqué de facto l'entrée de certains de leurs salariés ou de membres de leurs familles.

Tim Cook qui a discuté de la question de l'immigration cette fin de semaine à Washington, a envoyé un courrier à ses équipes, dans lequel il ne cite pas Donald Trump mais insiste sur l'importance que revêt l'immigration à ses yeux, pour Apple comme pour l'Amérique.

Aucune allusion en revanche aux origines syriennes de Steve Jobs (par son père). Il s'agit peut-être pour Cook de ne pas instrumentaliser cet élément biographique de son ancien patron et ami. Cook a indiqué toutefois que plusieurs employés d'Apple étaient concernés par ce décret et que son entreprise s'en était émue auprès de la Maison Blanche. La communication se termine sur une déclaration de Martin Luther King : « Nous sommes peut-être arrivés sur des navires différents, mais nous sommes désormais réunis sur le même ». Ca ne mange pas de pain, mais d'autres chefs d'entreprises comme lui ont été bien plus offensifs.

Le courrier de Tim Cook

Team,

In my conversations with officials here in Washington this week, I've made it clear that Apple believes deeply in the importance of immigration -- both to our company and to our nation's future. Apple would not exist without immigration, let alone thrive and innovate the way we do.

I've heard from many of you who are deeply concerned about the executive order issued yesterday restricting immigration from seven Muslim-majority countries. I share your concerns. It is not a policy we support.

There are employees at Apple who are directly affected by yesterday's immigration order. Our HR, Legal and Security teams are in contact with them, and Apple will do everything we can to support them. We're providing resources on AppleWeb for anyone with questions or concerns about immigration policies. And we have reached out to the White House to explain the negative effect on our coworkers and our company.

As I've said many times, diversity makes our team stronger. And if there's one thing I know about the people at Apple, it's the depth of our empathy and support for one another. It's as important now as it's ever been, and it will not weaken one bit. I know I can count on all of you to make sure everyone at Apple feels welcome, respected and valued.

Apple is open. Open to everyone, no matter where they come from, which language they speak, who they love or how they worship. Our employees represent the finest talent in the world, and our team hails from every corner of the globe.

In the words of Dr. Martin Luther King, "We may have all come on different ships, but we are in the same boat now."

Tim

Même son de cloche chez Microsoft, dont le patron Satya Nadella a rappelé ses origines étrangères (lui, comme les dirigeants de Google et d'Adobe, pour ne citer qu'eux, sont d'origine indienne). 76 employés de Microsoft sont touchés par ce décret, explique Brad Smith, le directeur des affaires juridiques, dans un courrier envoyé en interne. Il y parle également des risques que cette décision fait peser sur la vie même de certains immigrés en possession ou en attente d'un visa.

Chez Google, 100 employés sont concernés. Sundar Pichai, a déclaré dans un courrier qu'il était préoccupé par les conséquences de ce décret et de toute autre proposition qui conduirait à gêner la venue aux États-Unis de talents désireux de travailler pour Google.

Reed Hasting, le patron de Netflix, est plus virulent. N'hésitant pas à citer nommément le président américain et à juger ses actions en contradiction avec ce que l'Amérique représente.

Il évoque les risques que cela pourrait faire peser sur les États-Unis qui vont se retrouver « détestés et lâchés par leurs alliés ». Et de conclure par un appel à la résistance : « Il est temps de se serrer les coudes pour protéger les valeurs américaines de liberté et d'opportunités ».

Reed Hasting, Netflix Cliquer pour agrandir
Aaron Levie, fondateur de Box, le spécialiste du stockage dans le nuage

Cette actualité américaine a poussé le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, à déclarer à nouveau sur Twitter, son pays ouvert à tous ceux qui, indépendamment de leur foi, « fuient la persécution, la terreur et la guerre. La diversité fait notre force. »

Catégories: 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


374 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar Bigdidou 29/01/2017 - 18:33 via iGeneration pour iOS (edité)

@occam
'Alors, la prochaine fois que vous mettrez en doute ma bonne foi, t'ar ta gueule à la récré ! 😜"

😏
Ceci étant, la mauvaise foi n'est pas pour moi un procédé forcément "répréhensible". Rien à voir avec le cynisme, par exemple (au sens moderne du mot), ou le foutage de gueule.
Mais c'est un autre débat.

avatar SMDL 30/01/2017 - 16:21 via iGeneration pour iOS (edité)

@Bigdidou

"Ceci étant, la mauvaise foi n'est pas pour moi un procédé forcément "répréhensible"."

Pour ma part, ça me fait coincer. Aucun intérêt, mais dans une telle avalanche, peut-être resterai-je dans l'anonymat ;)

avatar rikki finefleur 29/01/2017 - 12:09

occam

Ce qui est aussi drôle, c'est d'apprendre qu'avec la rétention de l'immigration avec le Mexique, certains américains ne pourront plus employer de la main d’œuvre à 1 dollar de l'heure, de gens qui travaillent durement sans dire mot.

C'est juste atterrant cela comme discours.
Celle de regretter l'abandon d' une forme d'esclavagisme.

Vous faites l'apologie du PDG de MS , c'est bien, mais combien de travailleurs, non déclarés employés dans les bas fonds pour des taches obscures ?

Bref, une immigration choisie peut tout a fait voir apparaitre des PDG comme celui de MS , tout en ayant des immigrés parfaitement reconnus et payés. Mais cela vous l’oubliez dans votre discours !
Car aujourd’hui ces appels d'air favorisent l'immigration illégale et donc des immigrés qui vivent aussi dans l’insécurité.

Car une nation peut tout a fait avoir le besoin de réguler son flux migratoire en fonction de ses besoins et faire en sorte que les immigrés acceptés vivent dans de bonnes conditions.
Tirez vers le haut et non vers le bas.



avatar Bigdidou 29/01/2017 - 12:47 via iGeneration pour iOS

@rikki finefleur

"Car une nation peut tout a fait avoir le besoin de réguler son flux migratoire en fonction de ses besoins et faire en sorte que les immigrés acceptés vivent dans de bonnes conditions. "

Mais pas changer les règles du jeu en plein milieu.
L'article explique bien que même ceux qui ont une carte verte sont concernés tous au fond, il n'y a qu'eux que ça concerne).
Il obtenu un droit : celui de travailler aux États Unis, et en échange, ils participe la vie économique et sociale du pays.
Et là boum, de façon unilatérale brutale, on leur dit que, en fait, non.
Je n'imaginais même pas possible, légal.

avatar harisson 29/01/2017 - 15:00 (edité)

@Bigdidou

"Et là boum, de façon unilatérale brutale, on leur dit que, en fait, non."

Ca changera une fois que EgoNarcisse Trump aura "figure out, what's going on here"... or not (pas sûr qu'il comprenne quoique ce soit à la géopolitique ^_^)

C'est pareil partout, même chez nous certains politiques abrogent des lois qui ne leur plaisent pas (et en promulguent certaines qui ne nous arrangent pas ou ont des conséquences "déplaisantes" : suppression des quotas laitiers par ex.).

avatar Bigdidou 29/01/2017 - 18:21 via iGeneration pour iOS (edité)

@harisson

Je comprends pas trop,le rapport avec les quotas laitiers, là.
Les gens ont obtenus leur carte verte, et sans raison directe les concernant de façon individuelle, de façon totalement arbitraire, sans pourquoi (ok pour le Godwin), on leur dit ben non, votre carte, vous pouvez vous torcher avec.
Il n'y a donc plus de parole qui tienne. Trump peut donner et retirer à sa guise, foutre en l'air la vie des gens, en revenant sur la parole donnée qui n'a donc plus aucune valeur, sans raison.

avatar harisson 29/01/2017 - 19:23

@Bigdidou

Le rapport, c'est juste qu'il arrive aux politiques de prendre de mauvaises décisions (ou que les électeurs font un mauvais choix de vote) sans trop comprendre qu'elles en seront les conséquences et que ça nous affecte, les "lambdas", et on essaye de vivre au mieux avec ;) (je ferai moins de cake si il n'y a plus de beurre ou que les prix explosent ^_^).

Pour les titulaires de cartes vertes, les entreprises concernées trouveront peut-être des solutions alternatives (une réorganisation provisoire par exemple le temps que la tempête passe).

Il n'est pas impossible que Trump prenne des décisions non réfléchies (qu'il croit de "bon sens" dans notre vaste mécano terrestre) qui vont faire s'effondrer le système (2e secousse après la crise des subprime), à chacun de s'activer pour que ça n'arrive pas ou anticiper la création de nouveaux systèmes si ça arrive (en trashant Milton, Reagan et Trump au passage).

avatar ddrmysti 29/01/2017 - 18:43 (edité)

Au détail près que pour les grands patrons en question, la main d'oeuvre pas cher travail à l'extérieur du pays, et que ceux qui y viennent sont des ingénieurs et des informaticiens qualifiés, très loin d'être sous payé.
Mais c'est toujours très drôle d'entendre des hypocrites accuser les grandes sociétés d'esclavagisme, mais d'acheter tout de même leurs produit, et donc d'être complice de ce qu'ils critiquent.

avatar modx1 29/01/2017 - 03:22 via iGeneration pour iOS

Par définition une entreprise internationale n'a pas de frontière.
Le décret est applicable 90 jours.
À coup sûr, Trump ne pourra pas le prolonger.

avatar SIMOMAX1512 29/01/2017 - 09:38 via iGeneration pour iOS

@modx1

Le but du décret à durée limité c'est de laisser le temps à ces conseillers de préparer le texte de lois qu'il fera voter aux républicains qui détiennent les 2 chambres votante aux US. Il va le faire le Mec il est assez fou pour ça .

avatar iPoivre 29/01/2017 - 09:49 via iGeneration pour iOS

@SIMOMAX1512

Je suis pas sûr que tous les républicains le suivent dans ses lubies justement. Il risque de se heurter à un mur lors de son premier passage de loi au Congrès. C'est pour ça qu'il profite maintenant de son "pouvoir" en faisant tout un tas de décrets débiles.

avatar bonnepoire 29/01/2017 - 10:24 (edité)

Cette loi sera votée sans souffrance. Ne rêve pas trop.

avatar Paquito06 29/01/2017 - 03:22 via iGeneration pour iOS (edité)

Il nous a gaché le weekend Trumpounet. J'ai fait un aller-retour en Floride today, ce matin ca allait, ce soir en passant par JFK c'etait le bordel. Sa decision est tellement ridicule et pleine de non sens, pour un pays qui existe grace a l'immigration. Meme sa famille est composee d'immigres. 7 pays muslim? C'est du racisme et de la naivete pure. Les menaces si elles doivent avoir lieu proviennent davantage de l'interieur que de l'exterieur. 90 jours? Inutile. Ca embete tout le monde et donne une sale image du pays qui n'a pas besoin de ca. Il s'est refusé a integrer les pays dans lesquels il fait du business, eternel conflit d'interets. Aussi demagogue que le mur avec le Mexique, qu'il commence par virer 80% du staff hotellerie-restauration a NY y a que du clandestin, mais ca lui ferait trop mal. Mais quel idiot. J'ai presque envie de rendre le passeport ca donne la gerbe.

Edit: la Justice de mon quartier (Brooklyn 😋) vient de bloquer au moins temporairement son action. Hourra 🇺🇸

avatar bonnepoire 29/01/2017 - 10:29

Il ne ferme pas la port à tout les immigrations. Il va vers une immigration choisie comme c'est le cas au Canada et en Australie. Cet excès est très partisan.

Un pays a le droit et même le devoir de protéger son peuple. Et le danger est bien réel, ne vous en déplaise.

avatar zoubi2 29/01/2017 - 13:10 (edité)

@bonnepoire

" Il va vers une immigration choisie"... Vous voulez dire qu'il va finir par accepter les Iraniens "blancs" et catholiques (voire protestants) ?

avatar vince29 29/01/2017 - 13:51

de gens qui (dans leur ensemble) partagent un minimum de valeurs communes.

avatar bonnepoire 29/01/2017 - 14:08

Et qui soient moins enclins à mettre la culture et la démocratie américaine à genoux. Les américains ont vôté pour un candidat avec des défauts mais des projets clairs. Il les applique, je ne vois pas le problème.

On attend toujours que normal 1er fasse fléchir la courbe du chômage... S'il n'y avait que ça...

avatar XiliX 29/01/2017 - 10:31 via iGeneration pour iOS

@Paquito06

Wow congrats sincèrement. Certains ont encore des balls face à ces conneries

avatar occam 29/01/2017 - 10:31 via iGeneration pour iOS

@Paquito06

Pour égayer le reste de votre week-end, l'histoire d'un précédent :
http://www.smithsonianmag.com/history/us-government-turned-away-thousand...

I❤NY

avatar Paquito06 29/01/2017 - 17:21 via iGeneration pour iOS

@occam

Oh j'etais au courant pour ce fait d'Histoire. Quel monde de merde vraiment :)

avatar Pongo 29/01/2017 - 04:52 via iGeneration pour iOS

Il y a des patrons contre et il y a des patrons pour ...
Ce genre de sujet clivant ne devrait pas avoir sa place sur un site consacré aux machines et aux technologies Apple.
Il existe d'autre sites pour se défouler.

avatar gwen 29/01/2017 - 05:43 via iGeneration pour iOS

@Pongo

Ce genre d'infos impact la politique d'Apple sur le long terme. Elle a tout à fait sa place sur MacG qui est censé nous informer. Ne pas en parler serait pire.

avatar ckermo80Dqy 29/01/2017 - 16:40 via iGeneration pour iOS

@Pongo

Si t'es pas content ne lis pas. On parle de ce qui offusque le monde entier et monsieur est dérangé... non mais.

avatar Philbee 29/01/2017 - 06:39 (edité)

Juste quelques considérations :

- Est-ce juste au nom des grands principes humanistes que Timmy defend les ressortissants de Syrie, d'Iran, du Soudan, de Libye, de Somalie, d'Irak et du Yémen ?

Je remarque qu'une des raisons évoquées est l'impact négatif sur certains employés et donc sur le business...
Plutôt pragmatique (cynique ?)...

- Est-ce juste parceque Trump est un effroyable raciste (je garde le mot nazi pour plus tard, histoire de ne pas atteindre le point godwin trop tot ! :-D ) qu'il veut empecher les ressortissants de ces pays d'entrer aux USA ?

Je remarque que les pays visés par le décret de Trump ont un "léger" problème de terrorisme (certains étant clairement des bases arrières du terrorisme islamiste).
Alors, si la méthode est critiquable car radicale (et peut-être même inutile...), l'intention parait tout de même assez louable, à savoir protéger le peuple américain de possibles attentats.

Maintenant, pourquoi 90 jours ? Est-ce le temps nécessaire à l'administration américaine pour faire une enquête sur les personnes visées par ce décret ?

avatar bonnepoire 29/01/2017 - 10:32 (edité)

LOL, analyse de comptoir qui fait abstraction totale des enjeux géopolitique. Le petit fransquillon incapable de sortir de sa bulle franco-française.

Pages