La nouvelle Apple est-elle en train de diluer son ADN frondeur ?

Christophe Laporte |

Premiers arrivés, premiers servis : dans le secteur des technologies, ce n’est pas nécessairement vrai. À ce petit jeu, Apple sait parfaitement retourner un marché en sa faveur, même plusieurs années après sa mise en route par des produits concurrents. Les exemples sont nombreux : l’iPod a été lancé alors que de nombreux baladeurs étaient déjà disponibles. Les tablettes numériques existaient bien avant l’iPad. L’iPhone est loin d’être le premier smartphone à s’être lancé à l’assaut des poches des consommateurs. Il existait des montres connectées avant l’Apple Watch…

Le fameux drapeau pirate accroché au mur de l’équipe qui développait le Macintosh.

Apple a toujours eu cette capacité de lancer de nouveaux produits sur des marchés où elle était totalement absente des années auparavant. Et quand la firme de Cupertino arrive sur un nouveau marché, elle n'est pas du genre à suivre la tendance. Elle vient avec un concept tout nouveau qui souvent préfigure les grandes tendances de demain. L'iPhone et son écran tactile illustrent parfaitement la capacité d'Apple à s'intéresser à un secteur et à le révolutionner.

Comment Apple parvient-elle en quelques années à s'intéresser à un secteur, à travailler à une réponse technologique, passer à l'action et marquer au fer rouge le domaine d’activité ciblé  ? Ce qui a fait la réussite d'Apple, c'est peut-être son côté start-up. Steve Jobs aimait présenter sa société comme la plus grande start-up du monde.

Cette expression est sur certains points discutable, mais il y a une chose qui est indéniable, c'est qu'Apple a gardé, au fil des années, cette capacité à tout miser sur un produit. On le voit cette année encore avec l'Apple Watch qui constitue la priorité ultime du constructeur, alors que cette montre représente pour le moment une goutte d'eau dans son chiffre d'affaires.

On a beaucoup discuté également de la capacité d'Apple à dire non. Les choses sont plus compliquées sur ce point. La firme de Cupertino a sans doute gardé cette capacité à dire non à certains projets ou bien même à les abandonner en cours de route, alors qu’ils sont très avancés. Dans les années 2000, Apple avait sérieusement planché sur un PDA avant de se rétracter. La Pomme était également prête à lancer son service d'accès internet avant de se rétracter à la dernière minute. Plus récemment encore, c'est son fameux téléviseur, en gestation depuis des années, qui a été remis aux calendes grecques.

Le Newton aurait pu avoir un petit frère.

Mais dans la conception elle-même d'un nouveau produit, l'approche d'Apple a visiblement beaucoup évolué depuis que Tim Cook a pris les pleins pouvoirs. On a déjà pu le constater avec l'Apple Watch et on le devine avec l'Apple Car, connu également sous le nom du projet Titan qui ne doit pas voir le jour avant cinq ans (même si le constructeur a déjà quelques idées derrière la tête).

Sous Jobs, la conception d'un nouveau produit relevait du sacerdoce. Le cas le plus flagrant est sans doute le Macintosh, mais cet exemple remonte à beaucoup trop longtemps pour être pertinent. L'iPhone est sans doute plus intéressant à analyser. Il s'agit du projet qui a le plus mobilisé les équipes d'Apple dans les années 2000.

Lorsque Apple a planché sur l'iPhone, l'idée était selon « les mots d'Apple » de réinventer le téléphone, lui ouvrir les portes de l'internet et inclure les avancées de l'iPod. Pour arriver à ses fins, la firme de Cupertino a travaillé pendant des années avec différentes équipes, chacune planchant sur un point extrêmement précis.

Pour mener à bien le développement du smartphone, la marque à la pomme a pu recruter ici ou là quelques ingénieurs spécialisés dans certains domaines, mais cela n'allait guère plus loin. Au contraire, Steve Jobs ne voulait pas que la vision du produit soit déformée par quelqu'un qui ait une grande expérience dans la téléphonie et dont le regard pouvait être biaisé par cette expertise. Pour Jobs, il était primordial d'avoir et de conserver un regard neuf sur le produit qu'il s'attachait à réinventer.

Une anecdote qui nous a été rapportée par une source fiable, illustre parfaitement la manière de fonctionner à l'époque. Peu de temps avant la sortie de l'iPhone, une filiale d'Apple avait recruté un cadre dirigeant de chez Sony Ericsson. Ce dernier ne rêvait que d'une chose : apporter son expérience pour mener à bien le projet iPhone. Il pensait fort légitimement avoir été recruté pour cela.

Dans les faits, ce fut tout le contraire. Dès qu'une réunion relative à l'iPhone était organisée, il était poliment invité à se tenir à l'écart. La méthode était extrême. Elle permettait sans doute d'avoir un parti pris très fort, de dire non à tout un tas de choses et de sortir un produit révolutionnaire. Après, un tel parti pris n'avait pas que des avantages… Le premier iPhone avait certes plein de qualités, mais l’appareil était tout sauf un excellent téléphone. Il captait mal, la qualité audio était perfectible et certaines fonctionnalités de base comme le copier-coller, l'absence d'accusé de réception sur les SMS ou encore les MMS manquaient à l'appel.

Autre temps, autres mœurs. Pour l'Apple Watch, le constructeur a fait tout le contraire du temps de l’iPhone. Apple a engagé une armada de spécialistes des montres : des ingénieurs, des designers, mais également de hauts responsables comme Angela Ahrendts ou Paul Deneve qui ont joué des rôles clé dans l'Apple Watch. Et pour faire bonne mesure, des historiens de l’horlogerie ont même affranchi les cadres en charge du développement de la montre connectée histoire qu’Apple respecte certaines constantes (c’est de là que provient le concept des complications).

La complexité de l'Apple Watch vient-elle de là ? On peut se poser la question. Cette nouvelle approche a aussi ses avantages : le fabricant s’est ainsi forcé à s'adresser à un public différent, une chose que l'ancienne Apple n'aurait peut-être pas réussi. Faire de l'Apple Watch un objet de design et de mode était sans doute un passage obligé pour inciter les gens à porter une montre connectée.

Apple semble vouloir effectuer les mêmes démarches avec son projet Titan. Elle recrute à tour de bras des spécialistes du monde automobile. Le dernier en date est Doug Betts, l'ancien patron de la qualité de Fiat Chrysler. On n'imagine pas qu'il soit venu chez Apple pour s'assurer de la stabilité d'iOS 9 et d'El Capitan… Il pourra sans doute mettre davantage à profit son expérience que son collègue arrivé quelques années plus tôt pour s'investir dans l'iPhone.

image illustration une : Franco Grassi


avatar xx-os | 

Et bien, Tim Cook fait pareil avec de l'autisme en moins... Il l'a fait pour l'iPhone grand format et pourtant il en a mis du temps... Donc pour moi c'est pareil... la seule chose qu'on pourrait reprocher à Tim Cook c'est d'être plus consensuel que Jobs et de ne pas piquer de crise ou de virer les gens parce qu'il était mal luné !!!

avatar reborn | 

il a mis le temps qu'il fallait..

Iphone 5 voulu par Jobs

Iphone 5S avec touch id, refonte d'ios avec ios 7 voulu par Cook

Iphone 6 avec grand ecran.

Cook n'aurait pas pu tous casser dès la mort de Steve, il y avait pas mal de projet en cours

avatar Chanteloux | 

@Vanton :
Ça, c'est trés trés bien dit. Je ne vois Steve Jobs même songer à une Applewatch. Plus que sur la question de la méthode, comme le dit bien l'article, s'il y a une rupture entre Jobs et Cook, c'est plutôt là que, comme vous, je la vois: l'entrée d'Apple dans le monde du paraître, de la mode, de l'inutile et du clinquant jetable. Je voulais dire dans le monde de la futilité et du snobisme, mais je ne le dirai pas: un monde incompatible selon moi avec Apple/Jobs.

avatar Doctomac | 

" Comme l'article l'explique, chaque méthode a ses bons et ses mauvais côtés."

Et donc la conclusion c'est quoi ?

avatar Christophe Laporte | 

@Doctomac

mais c'est la problème de certains… Vous voulez que je vous dise que c'est bien ou que c'est mal que ce Tim Cook fait ? Je m'en fiche à vrai dire, c'est même pas le propos…

Je fais juste expliquer les différences sous Jobs et Cook. C'est la seule chose qui m'intéresse. Après l'épreuve du temps nous dira si les méthodes de Cook sont les bonnes ou pas notamment pour l'Apple Watch et les nouveaux produits qui sortiront sous son "mandat"

avatar oomu | 

y a une portée émotionnelle dans le propos de l'article; Même si l'émotionnel chez un "fanZ" est irrationnelle, c'est de la mauvaise foi de la nier. Vous devez bien en avoir l'habitude de l'irrationalité des fanZ qui composent votre lectorat.

avatar oomu | 

"J'attends une analyse détaillée pour m'expliquer en quoi cet article dénigre Apple. Je ne fais qu'expliciter des différences, je n'invente rien…"

l'Angle "c'est la fin des temps", que l'on retrouvait habituellement dans les sites pc ou les zAnalystes qui ont des actions Apple à acheter pas cher.

C'est l'angle, selon moi, dans le ton, l'insistance (vous en êtes à combien d'articles sur ça en quelques semaines ?) qui est pour moi spécieuse. Apple est à son sommet, il est donc temps d'annoncer qu'elle va tomber (et violemment).

Il y a une évolution au sein d'Apple, oui. Mais il y en a eu tellement au sein d'Apple sous Steve Jobs aussi.. j'ai du mal à croire donc tout ce propos qu'Apple est "fondamentalement" différente.

-
Il y a pour moi un propos construit dans la répétition de vos articles.

je vais prendre un exemple de votre dernier article:

Vous savez que dire "adn frondeur" a une charge émotionnelle.

Je vais peut être exagérer, mais je ne crois pas que vous êtes des amateurs ni dupes des réactions de votre lectorat (un fandom).

"ADN" touche d'emblée à l'idée d'une fondation, d'une essence, de quelque chose de inné qui est la raison pour laquelle on a aimé Apple.

L'article décrit des faits, oui, mais les expressions utilisées disent émotionnellement autre chose : "Vous allez perdre l'Apple que vous avez aimé."

et ça, ça marche toujours sur un fandom.

Réaction automatique.

-
C'est aussi un propos en germe un peu sur tous les sites de fans Apple (et déconstruit par certains sites généralistes). Y a une prophétie auto-réalisée en oeuvre. Un roman médiatique.

-
Mais j'accorde que Steve Jobs était et restera Atypique, un radical, et que c'était sa grande qualité. Mais pas au point de perdre Apple. Les très grandes lignes restent les même, pour l'heure.

avatar iBenou | 

@cl97 :
Si cet article était le seul. Mais c'est le dernier d'une longue liste de racolage anti-Apple dont par exemple la supposée "interface complexe" de la Watch

Qu'est-ce que c'est complexe oulala. C'est sûrement pour ça que les gens qui la préfère sont les moins geeks!

avatar Nicolas Lellouche | 

L'article constitue une très bonne analyse.
Cependant, je pense que comparer des projets de téléphone à des projets de montre ou de voiture n'est pas possible.
Apple avait tout intérêt à repartir à zéro avec le téléphone, à imaginer un nouveau concept, l'ancien ne pouvant co-exister avec leur technologie.
Pour la Watch, c'est différent, le format d'une montre n'était pas discutable, personne ne remettait réellement en question le marché donc Apple devait s'adapter. De la même manière que pour une voiture, Apple ne peut pas simplement re-inventer le concept de déplacement sur 4 roues. Recruter des spécialistes est élémentaire aux fondations du projet, c'est après qu'ils pourront rentrer dans le profond.
Je ne pense pas qu'Apple change réellement son ADN dans ce sens, elle s'adapte juste à des marches déjà trop existants dans les cas cités ci dessus. Après, il y a évidement une grosse différence entre le Apple de Jobs et celui de Cook.

avatar oomu | 

Ive a expliqué une grande différence, selon lui, entre le mobile et la montre, et je pense qu'il a raison car c'est un sentiment que j'ai vu et lu maintes fois :

- les gens détestaient leur téléphone portable (s'il vous plait, je sais qu'il y a toujours eu des fans de technologies en téléphone, autour de Nokia par exemple, mais ces personnes étaient rares, passionnées de la technologie naissante des usages sur mobile plus que de dire que c'était des appareils plaisants)

- les gens adorent leur montre

On pouvait tourner dans des milliers de forums, on ne lisait pas des "rah je déteste ma montre, c'est un gros bloc LAID, je pige rien à ces aiguilles, les chiffres sont fastidieux, ça marche jamais et raah j'ai activé le menu qui m'a chamboulé le clavier, au secours et j'ai perdu mon stylet."
Sorti de la casio super-folledingue, les gens adorent l'objet montre : beau, pratique, évident.

-
Apple avait donc une opportunité historique avec l'iphone. Comme si le monde attendait enfin un BON téléphone. Rien de tel en montre.

Personne n'attendait Apple pour une montre, au sens "ha si seulement Apple nous faisait une belle montre, on pourrait enfin VIVRE !" (un peu de second degré s'il vous plait)

D'ailleurs, dans le fond, aucun analyste de l'industrie ne voulait une "montre apple". L'urgence était qu'Apple fasse du "wearable computing".

Et pas parce qu'on imaginait qu'Apple était la seule capable de donner ses lettres de noblesses au "wearable computing".

Non. Uniquement parce que le "wearable computing" est décrit comme le seul relai de croissance du futur (avec le "internet des objets") et donc Apple est _forcée_ d'y aller. Alors Apple y va avec une montre.

Y a donc, à mon sens, une histoire différente par essence entre l'iphone et la watch.

Mais Apple garde ses fondamentaux, elle n'a pas changé sur l'iphone, le mac ou ses relations avec les développeurs et regarde de loin les gens s'agiter avant daigner répondre. Elle s'adapte.

avatar ckermo80Dqy | 

@cl97
Vous me faites de plus en plus penser aux critiques musicaux. Vous vous êtes persuadés que pour obtenir votre brevet de grand garçon ou de vrai journaliste, il fallait montrer vos gros bras et accentuer le côté critique, genre "À moi, on ne me la fait pas !". Cette sale manie est malheureusement très répandue. C'est dans le négatif ou la polémique qu'on pense s'exprimer le mieux. Dommage.

avatar Christophe Laporte | 
je ne suis pas dans la polémique…
avatar Sometime | 

@ckermo80Dqy :
Cela veut-il dire qu'il faut nécessairement approuver et admirer tout ce que fait Apple? Le texte me parait assez mesuré. Et au vu de certains commentateurs récurrents qui défendent Apple quelque soit la situation, j'aurai tendance a dire que cela développe l'esprit critique. Souvent avec Apple le problème c'est un débat très polarisé alors que comme souvent la vérité est plus nuancée

avatar fousfous | 

@Vanton

Bah évidement que l'iPod n'est pas intuitive, une unique molette pour se diriger dans toute l'interface c'est nul. A la limite 4 flèches ça aurait été mieux.
C'est pas comme si la watch se dirigeait uniquement avec la couronne digitale.

avatar Vanton | 

@fousfous :
C'est bien tu viens de nous réinventer l'interface de n'importe quel Nokia... :-)

Celle là même que l'iPod ridiculisait à l'époque par sa fluidité, son élégance et sa simplicité.

avatar Fabeme | 

@Vanton :
En terme d'interface personne je n'ai jamais trouvé l'iPod ergonomique. Il se différenciait de la concurrence avec une approche à lui. Pour moi le Zune 1er génération qui est sortit plus tard était un bien meilleur baladeur en terme d'interface et surtout d'ergonomie (pavé tactile pour se déplacer dans les menus)

Mais tout ça n'est que des choix et des goûts personnels...

L'Apple watch est pour moi la plus ergonomique des montres connectées à ce jour. La couronne est vraiment un plus, il y a par contre cette confusion sur les boutons, mais on s'y fait.
En terme d'interface elle fait un peu light mais c'est simple et clair en même temps.

Non pour moi comme tu le dis d'ailleurs ce sont les usages qui n'ont pas été travaillés. Un peu comme l'iPad à sa sortie... Apple n'avait pas trop idée de ce que cela allait devenir, sinon on aurait eu le split screen de suite...

avatar bugman | 

@fousfous :
S't'un blague ?
Cette roulette à marquée son époque !

avatar CaptainBinouz | 

Disons que Jobs, tentait des trucs, faisait sa propre cuisine. Tandis que Cook, lui, se contente de faire le job.

avatar reborn | 

t'idealise beaucoup Jobs, je te conseil inside apple si c'est pas deja fait.

avatar PierreBondurant | 

@CaptainBinouz :
Très bon !
C'est une composition personnelle ou un emprunt ?
Quoiqu'il en soit, ça prouve une fois de plus que la binouze est le petit déjeuner des champions

avatar CaptainBinouz | 

@PierreBondurant :
Non non c'est un copyright à moi ;-)

avatar jazz678 | 

@CaptainBinouz :
Un peu capillotracté mais pas mal, pas mal...;0)

avatar phoenixback | 

@CaptainBinouz :
Lol!

avatar hackarien | 

C'est Jobs qui faisait le job !

Il n'inventait rien, mais filtrait et triait les bonnes des mauvaises idées venant de ses ingénieurs.
Dans le cas du iPhone, des choix que des spécialistes auraient trouvé aberrant à cette époque:

Pas de multi-tache
Pas de plugin dans le navigateur
Environnement fermé
Pas de 3G
Pas de exchange
Pas de clavier
Pas de subvention avec les opérateurs

Tout cela pour préserver les batteries, et simplifier le développement.
Aujourd'hui Apple fait tout le contraire. Les équipes sont 10 fois plus nombreuses et hormis l'Apple Watch qui est plus un complément à l'écosystème qu'une révolution, aucun nouveau concept ne sors de cupertino ...

Apple est dans la position de Sony au début des années 90.

avatar reborn | 

mais bien sur...

pas de 3g ? normal la 3g n'etait pas encore bien développé aux USA
pas de vidéo ? je sais pas pourquoi
exchange ? arrivé sous iphone os 2 à la demande des entreprises, annoncé en mars 2008.
subvention operateur ? Jobs y a cédé bien vite pour vendre plus d'iPhone
j'ajoute aussi que certain brevet lié à l'iPhone implique directement Jobs en tant que createur ou co-createur. Jobs n'inventait rien il faisait juste le trie ?

Les équipes sont 10 fois plus nombreuses ? ben il y avait environ 1000 ingénieurs qui travaillaient sur le projet purple 2, contre environ 100 pour l'apple watch.

avatar reborn | 

"aucun nouveau concept ne sors de cupertino"

tu veux une voiture volante made in Apple ?, tu sais les technologies pour faire des révolutions ne sont pas encore prête. C'est bien pour cela qu'Apple à préférer attendre avant de sortir son iPad. Ipad sur lequel elle travaillait bien avant l'iPhone.

Tu sais aussi qu'Apple a essayé un partenariat avec Motorola pour sortir un téléphone et que cela n'a pas du tout marché ? Mais bon vu que c’était Jobs, c’était du tout bon et c’était pas une erreur..

avatar Vanton | 

@reborn :
Ah si si c'était une erreur... Mais c'était pas vraiment un tel Apple. Plutôt l'interface de l'iPod comme lecteur musical sur un téléphone Motorola.

avatar XiliX | 

@hackarien

Je pense que tu as tout faux...

* Pas de multi-tache

Aucun smartphone de l'époque ne proposait le multitâches, c'est simple.

* Pas de plugin dans le navigateur

Idem, avant la sortie de l'iPhone, il n'existait aucun "vrai" navigateur. Safari était le premier navigateur mobile.

* Environnement fermé

Il n'y avait pas encore de store... donc

* Pas de 3G

Il n'y avait pas non plus de 3G (en France)

* Pas de exchange

Comment implémenter eXchange, sachant qu'il n'y avait encore rien ???

* Pas de clavier

C'est un peu le but de ne plus utiliser un clavier physique qui sera difficile à remplacer si on change de pays ou si on veut un certains types d'applications

* Pas de subvention avec les opérateurs

Pourquoi subventionner les opérateurs quand on a un produit qui se vend ? pouquoi gaspiller des sous je ne comprend pas ? On subventionne lorsqu'on n'est pas sur de vendre.

* Les équipes sont 10 fois plus nombreuses et hormis l'Apple Watch qui est plus un complément à l'écosystème qu'une révolution, aucun nouveau concept ne sors de cupertino ...

Ah bah bien sur s'il faut attendre Cupertino de sortir de nouveaux concepts tous les ans... et puis quoi encore ???

avatar hackarien | 

On ne parle pas de la même chose et je ne veux pas polémiquer.

Mac, IPod, iPhone, iPad ont chacun réinventé et influencé le marché existant avant leur arrivé.
Ce n'est plus le cas depuis.

En 2006 la 3G était présente dans les grandes villes américaine.
Job a certes quelques brevet à son nom, mais une minorité sur les 200 et quelques du lancement du iPhone.
J'avais un Sony M600 à l'époque et oui c'était du multitâche, les apps tournait en fond et alourdissaient le téléphone comme tous les Symbians. Mon opera8 avait des plug-ins flash, pdf et autres.
Le support exchange, la 3G, ...

Pour les équipes faut pas mélanger les programmeurs OSX qui ont fait OSX light pour iphone et les ingénieur qui ont travaillé sur le hardware.

L'iphone a été ce qu'il est grace aux choix de jobs, ce qui a permis sur la même base de crée l'ipad et d'adapter le ipod...

Apple créera encore des choses biens, mais ne révolutionnera pas de nouveaux marché comme elle a pu le faire dans le passé.

L'approche n'est plus la même... mais c'est pas grave !!!

avatar ngille | 

Merci pour ce très bon article.

avatar Macounette | 

L'Apple d'aujourd'hui n'est plus l'Apple d'hier. La société a évolué au même titre que l'environnement technologique, sociologique et économique qu'elle a contribué à façonner. Du coup, rien d'étonnant que ses stratégies évoluent. Alors que Steve Jobs prenait plus de risques, avec son approche genre "pirate" des années 90, Tim Cook est un gestionnaire éclairé, à qui les grands projets réussissent, mais d'une autre façon. L'AppleWatch est un bon exemple, Apple a les moyens maintenant pour "y mettre le paquet" en terme de R&D, de main-d'oeuvre spécialisée, de marketing, de logistique... bref, l'évolution dans la continuité. A voir ce que cela nous réserve pour l'avenir :)

avatar SugarWater | 

Apple est une dictature éclairée, il lui faut un dictateur qui va prendre sur lui toutes les tensions

avatar oomu | 

Steve Jobs était génial dans ce rôle, faut avouer.

avatar Crkm | 

Apple a en effet perdu son côté frondeur,mais pas par choix: l'innovation ayant déserté cette entreprise,ils n'ont pas eu d'autre choix que d'adopter le rôle de suiveur,en enrobant le tout d'une grosse couche de marketing pour faire passer tout ça.

avatar Doctomac | 

De suiveur ? Pourquoi de suiveur ?

Pour l'Apple Watch (je rappelle quand même que les concurrents se sont empressés de sortir des montres connectées bâclées en premier en réponses aux rumeurs qu'Apple travaillait sur ce type de produit), Apple a quand même proposé une interface originale, une couronne pour la navigation (ce qui n'est pas le cas des concurrents), un écran Force Touch (ce qui n'est pas le cas de la concurrence). Ce n'est pas des innovations ? Pourquoi suiveur ? Et suiveur de qui ?

avatar Vanton | 

@Doctomac :
Pour moi l'Apple watch que je porte au poignet est aussi bâclée que ses concurrentes... Tu résumes une liste de caractéristiques matérielles, mais quiconque aime Apple depuis plus de 2 ou 3 ans sait que les caractéristiques techniques ne font pas tout. Beaucoup d'utilisateurs de watch te diront qu'ils ne se servent quasiment pas de la couronne et que l'écran Force Touch n'est pas assez évident à utiliser, imposant de cliquer partout.

L'Apple watch donne le sentiment d'être une somme de technologies intéressantes mal exploitées et mal ficelées.

Globalement je trouve mon nano 6G autrement plus simple à utiliser. La navigation dans l'interface est véritablement plus cohérente qu'avec la watch. Et pourtant il se contente d'un bête écran tactile.

avatar FollowThisCar | 

Et pour illustrer le titre, voire même envenimer la confusion un chouia, je citerai l'inévitable et néanmoins célèbre philosophe Jacques Séguéla, avec sa nouvelle formule choc (adaptée au contexte local) :

"Même si on est clochard, on peut arriver à mettre de côté 18.000 euros"

avatar XiliX | 

Perso je trouve qu'il s'agit ici d'un article "critique" et certainement pas dans le dénigrement.

Après étant journaliste, Christophe est obligé aussi d'être parti pris. D'où un article critique.
Personnellement, je les trouves juste ses critiques, même si je ne suis pas d'accord sur certaines de ses analyses.
Par exemple le copier/coller, pour moi il n'était pas prioritaire, et je pense qu'ils ont mis du temps pour trouver un geste naturel pour déclencher le copier coller. N'oublions pas que le geste en utilisant le doigt était révolusionnaire. Il fallait donc aussi réinventer une méthode pour pouvoir sélectionner un mot, les mots, une ligne, tout...

avatar Christophe Laporte | 
@XiiX sur la question du copier coller, je suis assez d'accord avec toi. J'ai repris les griefs qui étaient souvent fait à l'appareil lors de sa sortie. Par contre, Apple a été assez lente à l'intégrer
avatar Doctomac | 

"Par contre, Apple a été assez lente à l'intégrer"

Oui mais vous ne savez pas de quoi vous parlez. L'implémentation du copier-coller n'a pas été une mince affaire. Il fallait proposer une solution simple et efficace (Google avec son Android vient de réaliser en 2015 que son interface n'était pas bonne et a repris celle d'Apple).

Là encore, on ne peut pas à la fois reprocher à Apple des choses pas abouties et en même temps, quand la compagnie prend son temps, dire qu'Apple a été trop lent.

Cela devient ridicule.

avatar en ballade | 

@Doctomac :
Android a repris quoi d iOS? Tu donnes des vérités que personne ne comprend.

avatar SIMOMAX1512 | 

Une boîte comme Apple la plus riche du monde et la plus puissante ne peu plus vraiment avoir le même adn qu'à ces débuts elle a dû muter pour devenir ce qu'elle est aujourd'hui. Je pense qu'ils essaient de rester un minimum "cool" mais pour ça il faut pas être Goliath, quand Apple était la boîte cool époque iPod Macintosh n'oubliez pas que c'était une petite société ( par rapport à MS par exemple ) à ce moment là avec un CA trimestriel de 3-4 milliards alors que maintenant c'est 40-50 milliards . A un moment donner la jeune boîte qu'était Apple est maintenant devenu adulte et par la même raisonnable. L'âge de la maturité et de la raison. Apple est moins cool oui mais plus sérieuse et viable sur le très long terme.

avatar alan1bangkok | 

pas bien grave tout ça
la CDM de rugby approche ..passerons nous le 1er tour ?

avatar lolo-69 | 

L'ADN d' Apple est mort.

Elle est passée du statut de "boîte d'ingénieurs concepteurs" à celui de "boîte de bureaucrates comptables".

avatar LostLullaby | 

Modéré

avatar ILaw (non vérifié) | 

A quand le retour de la Sainte (i)nquisition ?

avatar Ginger bread | 

Pr la watch le fait d employer des personnes connues a fait monter le titre et a apporté du serieux au projet et aux rumeurs.. Sous l'ère Tim Cook qui n a pas totalement la meme approce que Jobs, la preuve il délegue certaines responsabilité et choix en s appuyant sur les specialistes.

avatar Chanteloux | 

@EBLIS :
C'est pas gentil ce que vous écrivez. Si vous pensez vraiment cela, que faites-vous sur le site? Vous êtes maso? Pourquoi ne pas aller porter votre fiel ailleurs?

avatar Chanteloux | 

Ça devient fatigant, cette vague de fanboys frustrés. Au début je les trouvais chiants mais drôles, ils mettaient de l'ambiance et n'avaient pas toujours tord. Maintenant j'en ai ras-le-bol, et je souhaite vivement qu'ils aillent voir ailleurs là où ils seront plus heureux.

Oui, la ligne éditoriale a changé un peu, mais pour le mieux, avec des articles nuancés, questionnants, qui parlent d'autres choses que de la vitesse du ventilateur, et qui font réfléchir.

Bravo macgé , continuez comme ça, je ne suis pas toujours d'accord mais vous faites réfléchir.

avatar FollowThisCar | 

Rien n'est plus précieux qu'une presse indépendante.

Je me joins donc au concert de louanges pour l'équipe de MacGé qui fait du très bon boulot et qu'on ne peut accuser de manquer de professionnalisme. Ceux qui estiment que les articles critiques sont trop sévères ou fréquents devraient tempérer ou reconsidérer leur jugement, car je n'ai lu pour ma part que des faits, des analyses pertinentes et argumentées, et aucun parti-pris obstiné dans un sens ou un autre.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR