Bruxelles accuserait Apple d'avantages fiscaux illégaux en Irlande

Florian Innocente |

Les conclusions de l'enquête de la Commission Européenne sur Apple s'annoncent mauvaises pour le groupe, explique le Financial Times. Il est évoqué la perpective d'une amende record, exprimée en milliards d'euros. Apple, mais aussi Starbuck et Fiat Finance and Trade font chacun l'objet d'une enquête sur leurs politiques fiscales respectives en Irlande, aux Pays-Bas et aux Luxembourg.

Apple, Cork

Dans le cas d'Apple, la Commission a voulu savoir si le groupe avait bénéficié — aux dépens de ses concurrents et du contribuable — d'un traitement fiscal particulièrement avantageux et en définitive illégal, fruit de négociations conduites en catimini. C'est en tout cas vers cette conclusion que s'acheminent apparement les conclusions du rapport de Bruxelles. L'enquête contiendrait des éléments à charge potentiellement « explosifs » sur certaines négociations entre Apple et le gouvernement irlandais.

Luca Maestri, tout nouveau directeur financier d'Apple depuis le début de l'été, a réfuté toutes pratiques litigieuses « Il est très important que les gens comprennent que nous n'avons négocié aucun traitement de faveur avec l'Irlande. Nous avons simplement respecté les règles en vigueur dans le pays depuis 35 ans où nous y sommes présents. »

Apple est l'un des principaux employeurs de la ville de Cork (la 2e du pays, avec 119 000 habitants) et y a investi 100 millions de dollars ces dernières années. Elle y a un centre logistique et des activités liée à AppleCare

Luca Maestri

Il serait reproché à Apple d'avoir exercé un chantage à l'emploi en échange de faveurs fiscales. Là-aussi, Maestri dément au Financial Times « Nous avons toujours été transparents avec le gouvernement irlandais sur le fait que nous voulions être une entreprise citoyenne ». Quant aux négociations, là-aussi il réfute tout anormalité « Il s'agissait de discussions très classiques qu'a toute entreprise avec n'importe quelle autorité souveraine. Il n'y a rien que nous ayons essayé de dissimuler. Si un pays change ses règles fiscales, nous nous y conformerons et paierons les impôts en accord avec la nouvelle réglementation. »

L'enquête de la Commission porte sur deux accords. Entre 1980 et 1991, Apple bénéficiait d'une imposition à taux zéro. Un changement des lois fiscales a poussé Apple à vouloir rencontrer les autorités du pays pour négocier un nouvel accord qui a perduré jusqu'en 2007. Une durée jugée anormalement longue selon les enquêteurs. En 2007, alors qu'Apple avait vu ses résultats exploser au fil des ans, l'Irlande a souhaité réviser cet accord pour refléter cette nouvelle donne. Apple, en réponse, a de nouveau demandé au gouvernement de lui préciser de manière « claire » ses obligations fiscales. Au final, Apple profiterait d'une imposition inférieure à seulement 2%, six fois moins que ce qui prévaut en général.

« Nous savons que nous n'avions rien fait qui aille à l'encontre de la loi et nous sommes tout à fait confiants dans le fait qu'au fil de l'enquête il sera démontré qu'il n'y a eu aucun traitement de faveur à notre égard » (lire aussi Le secret de polichinelle de l'optimisation fiscale d'Apple)

Apple, explique encore le Financial Times, devrait d'abord répondre que la Commission cherche, à tort, à faire valoir de manière rétroactive des règles internationales sur la taxation des filiales. Des règles édictées par l'OCDE en 2010 (Organisation de coopération et de développement économiques) et que l'Irlande n'a pas encore appliquées.

Deuxième argument, Apple va s'attacher à prouver que les taux négociés avec le gouvernement sont justes, proportionnels aux résultats imputables à sa filiale irlandaise et dans les niveaux de ce que payent d'autre groupes similaires. Le quotidien se fait d'ailleurs l'écho de bruits de couloirs au sein de la Commission sur une enquête qui pourrait s'étendre aux pratiques de Google et de Microsoft.

Quelles que soient les conclusions de l'enquête, Luca Maestri assure qu'Apple restera en Irlande, non sans glisser quelques réalités économiques au passage « Nous sommes restés en Irlande pendant les mauvais moments et pendant les bons moments. Au fil du temps, nous nous sommes développés. Nous sommes le principal employeur de la ville. Nous sommes un contribuable très important pour l'économie irlandaise. » Un gouvernement irlandais qui s'est rangé du côté d'Apple, en niant aussi toute entente illégale.


avatar Hideyasu | 

Le problème est toujours le même, les députés européens qui ont fait les lois fiscales n'importe comme permettant l'optimisation fiscale en toute légalité.

Car oui l'optimisation fiscale est légale. À eu de réparer leurs erreurs avant de sanctionner les entreprises qui profitent de la loi légalement.

avatar Claude Pelletier | 

L'optimisation est légale en effet (j'ajoute 'malheureusement' pour exprimer un point de vue citoyen). Mais les " députés européens " n'y sont pour rien. Le prétendre c'est ignorer les mécanismes propres de la construction européenne. Cette construction a avancé pas à pas car ce sont les États qui restent les maîtres du jeu. Ils ont mutualisé un certain nombre de compétences en restant très jaloux de leur souveraineté. Un peu comme un groupe d'amis qui décident de temps en temps une activité en commun, une randonnée, une soirée au cinéma, un banquet, le partage d'une maison de campagne, l'achat d'un billet de loterie. Mais chacun garde la haute main sur son porte-feuille, ses revenus, ses activités. La fiscalité des pays européens c'est " chacun pour soi ". Et chaque pays offre des conditions différentes.
Les grands groupes choisissent l'offre qui leur convient le plus, et souvent donc, le " moins—disant fiscal ". À ce petit jeu, l'Irlande sort gagnant. Mais ce n'est pas la faute des députés européens dont les attributions sont limitées. Les règles de ce jeu regrettable ont été écrites et voulues, et signées par les États membres. On peut espérer un rapprochement des règles fiscales entre tous les États du continent. Ce serait pertinent.
Voilà pour l'optimisation. Un truc légal que tout contribuable (assez fortuné pour être " bien conseillé ") connaît et pratique.
Mais ici, dans cette affaire, il semblerait que l'exécutif européen (ce qui exclut le Parlement avec ses députés) aurait découvert une fraude, une anomalie eu égard aux règles existantes. La multinationale aurait exercé un chantage en mettant en avant son poids économique (sa capacité de nuisance sur l'emploi en Irlande) pour obtenir des taux d'imposition encore plus alléchant ! La faute en reviendrait donc à Apple d'une part, et aux hommes politiques qui ont accepté le deal !

Vivement que l'Europe puisse agir de façon moins marginale ! Pour cela, il faudrait une volonté des États membres d'aller vers une bonne unité et homogénéité fiscale !

avatar SkeletonGamer | 

La Commission Européenne n'a-t-elle pas autre chose à faire ?

avatar iRobot 5S | 

@SkeletonGamer :
Non c'est bien comme ça, parce que pendant que certains pays voient le entreprises fuir, d'autres petits pays (parce qu'a l'échelle d'un grand pays c'est plus compliqué) cannibalisent leurs voisins avec des taux très très bas. Et tu l'a compris même plus bas que la loi en vigueur dans leur propre pays.

avatar MacMarc | 

Oui, mais en même temps, c'est plus intéressant pour nous de voir des emplois rester en Irlande plutôt que de partir vers la Chine ou l'Inde, où là, ce sont les salaires des gens qui sont plus bas...

avatar Manao | 

Ni, le GVT Irlandais, ni Apple ne semblent s'opposer. Comment dire ? Ça sent le gaz. Je suis content que l'UE regarde ces agissements comme elle le fait. C'est insupportable, si délit il y a, que ces entreprises ne participent pas à la hauteur de ce qui leur est normalement demandé.
Sur un autre registre, plus léger, c'est une drôle de période pour Apple. Ça tire de tous les côtés depuis la sortie des iPhone. Pour jouer de mon instrument préféré, la polémique, Apple attire la foudre de partout, en ce moment, ce qui est bien louche ! La main visible ?

avatar fredseg | 

@Manao :
Si main invisible il y a elle est à trouver du côté de la finance. Or c'est un camp tout acquis à Apple... Non juste que les citoyens européens ou plutôt leurs représentants commence à se réveiller.

avatar Wolf | 

@fredseg : On le sait, la finance a toujours le mauvais rôle. A priori c'est bien les états qui sont demandeurs de prêts et autres coup de mains de "la finance".

avatar fredseg | 

@Wolf :
Le gros des prêts est accordé par les banques centrales en dernier ressort, non pas par les établissements financiers, grâce à l'effet de levier. Par contre le secteur financier fait tout pour payer le moins d'impôts possible et cela a un impact dans la vie quotidienne des populations très important.

avatar Manao | 

@fredseg : Bien sûr ! Je faisais une boutade (une arme réservée au pauvre) concernant la main VISIBLE. Bien entendu ce que tu dis est juste.

avatar iRobot 5S | 

@Manao :
Ça fait un moment q'uApple la cherche la foudre, les bugs de Plan puis Mavericks et d'iOS 7 sont encore frais dans la tête des gens, c'est donc ce qu'ils ont cherchés en 1er dans iOS 8 (et ils ont pas eu à chercher longtemps).

Celebgate ? Vu qu'ils ont l'habitude de ne pas prendre au sérieux ce que certains hackers découvrent comme failles dans leur système ca devrait arriver !

Question fiscalité ça fait des années qu'Apple jour au chat et à la souris avec la commission, et ça se poursuivra encore quelques années.

avatar Manao | 

@iRobot 5S : Je risque de te décevoir mais j'ai jamais eu de problèmes avec mes Mac, mes iPhone (si ce n'est celui avec lequel j'écris). Plan était pas à la hauteur, bon et bien personne ne m'obligeait à l'utiliser. Quant iOS 7, je ne me souviens pas de quelque problème que ce soit (rien de marquant).
Apple cristallise les esprits et attire la foudre. C'est comme ça. La rançon du succès sans doute.

avatar iRobot 5S | 

@Manao :
Je t'avouerais qu'hormis iOS 8 et de temps en temps Mavericks (1 fois tous les 3 mois) tout tournais bien pour moi, mais pour d'autres ce n'est pas le cas.

avatar Lestat1886 | 

@iRobot 5S :
Quels bugs de Mavericks? Les bugs de Plans ont en effet marque, iOS 7 aussi dans une moindre mesure (il n'y a pas eu de gros bugs qui ait fait les gros titres non plus) mais Mavericks je n'en ai jamais entendu parler...

avatar Claude Pelletier | 

J'utilise des produits Apple depuis les années 80. Mais là, ça ne va plus. J'esssplique.
Je suis mécontent de ne pouvoir utiliser mon iPhone comme je le faisais sans problème il y a environ un an. Mon utilisation ? Je télécharge grâce à iTunes une foule d'émissions de radio que j'écoute à mon gré tout au long de la journée. Je suis abonné à une bonne vingtaine de choses intéressantes. Mais depuis quelques mois, le téléchargement et le transfert vers le mobile grâce à iTunes devient ALÉATOIRE. La matinale de F-C parfois ça marche, parfois non. Les fenêtres de iTunes ont un fonctionnement parkinsonien !

Est-ce digne d'une entreprise de cette taille qui pompe si bien les dollars, les euros ici et là ? Comment offrir un produit aussi mal ficelé quand on a de telles réserves de trésorerie ? J'aurais accepté de telles imperfections d'une petite entreprise mais là, fichtre ! Du coup j'utilise Downcast mais ce soft non produit par Apple est un peu limité……

avatar iRobot 5S | 

@Lestat1886 :

Mail ?

Il m'est déjà arrivé que l'écran del'ordi clignote après l'avoir allumé et que je ne puisse faire aucune action dessus, mais c'était plus pour les versions 10.9.2.

avatar Zik | 

C'est bien fait pour leur gueule, ça m'énerve que des pays comme l'Irlande bénéficie d'aides de l'UE et par ailleurs permette à des entreprises de payer le moins possible en UE.

avatar broc_058 | 

@Zik :
Il fallait en 2008 faire pression durant la crise. La vraie question est la raison qu ils ne l ont pas fait. La seule raison était l effet d avalanche par rapport à l euro. apple est plus attrayant que Amazon, oh Google. Par contre le financial Times est rarement crédible.
C est un journal à sensation de la finance. Il vaut se réduire à Reuters ou Bloomberg.

avatar enzo0511 | 

L'Irlande applique depuis toujours une fiscalité avantageuse, tout comme le Luxembourg et d'autres pays

c'est la libéralisation de l'Europe qui a permis ça et maintenant la Commission Européenne se réveille soudainement...

avatar lukasmars | 

On n'aurait jamais du faire entrer les Anglais (et tous les pays de doit anglais )dans l'Europe, ils n’arrêtent pas de savonner la planche de toute reforme fiscale Européenne.

Pas etonnant, la City draine 14 % de leur PIB .
On l'a vu a l'oeuvre la semaine derniére pour le referendum Ecossais; Cameron a appelé ses amis banquiers et hop, ils ont filé la petoche aux pauvre Ecossais en ne garantissant pas les paiement si l'independance etait votée.

avatar Silverscreen | 

La commission de l'UE va avoir du mal à prouver ce qu'elle avance, à savoir qu'Apple a fait pression pour obtenir des avantages fiscaux...

Si les avantages fiscaux (énormes...) ont été proposés de bonne foi par l'Irlande à Apple, afin de développer l'emploi à Cork (où Apple a sa division Applecare et entretenu de longues années des usines et une plateforme logistique), ça va être coton à démonter...

C'est le fonctionnement même de l'UE qui pose problème, où un membre peut choisir de faire du dumping fiscal à la barbe des autres...

avatar domshovel | 

L'Europe compte 28 pays avec 28 système fiscaux différents et ils voudraient mettre à l'amende les sociétés qui profiteraient du système le plus avantageux... Par contre, rien contre le dumping social, les intérêts notionnels belge, les lobbies... Vaste blague, comme d'habitude. Et puis qui est le nouveau président de la commission ??? Ne serait ce pas l'ancien premier Luxembourgeois ??

avatar Claude Pelletier | 

C'est terrible cette diversité des fiscalités européennes, en effet. Il vaudrait mieux que les fiscs européens se présentent unis et pas en ordre dispersé, même si cela signifie une mutualisation de la souveraineté de chacun des États européens dans ce domaine. Le rapprochement des fiscs ou cette mutualisation donneraient plus de force, de consistance à l'ensemble de ces États.

Par contre, relis bien l'article. Il n'est pas question de mettre à l'amende les "sociétés qui profiteraient du système le plus avantageux" mais de poursuivre une anomalie, une pression de la grande société internationale vue comme anormale. Une sorte de "chantage" à l'emploi (me semble-t-il) pour obtenir un taux d'imposition encore plus alléchant !

avatar MacRôt | 

J'aime depuis l'Apple II les produits Apple.
Ils m'ont coûte cher et apporté beaucoup, ont complètement changé ma vie professionnelle, et ma vie tout court, on ne se passionne pas impunément pour l'informatique.
J'aime cette entreprise, avec quelque inquiétude depuis la disparition d'iPapy.

Mais je déteste penser qu'une entreprise qui se fait autant d'argent en vendant en France (en Europe au sens large) autant de matériel puisse échapper à l'impôt à ce point.
Avec pour conséquence, avec ses consœurs, de gros manques à gagner fiscaux, mais aussi de concurrences déloyales terribles par rapport aux entreprises locales qui ont peu de chances de décoller.

Si ils ont commis des délits, j'espère très sincèrement qu'ils vont payer, et bien payer.

Si ce n'est que de l'optimisation légale, permise par des armadas d'avocats fiscalistes que ne peuvent se payer de plus petites entreprises, la faute en est bien au manque de volonté (de compétences en plus?) de la commission et des états membres qui laissent faire depuis des années ce quasi trafic.

Le simplet ci dessus qui demande si la commission n'a rien d'autre à faire que de s'occuper de ça ne voit pas à quel point la naïveté et/ou la collusion avec les gros intérêts financiers peut considérablement impacter l'économie européenne.

Je suis assez d'accord avec l'intervenant qui voit dans la rentrée de l'Angleterre en Europe l'origine de ces mal fonctionnements.
Mais historiquement, culturellement, géographiquement, bien que ce ne soient que des Rosbifs, comment faire une Europe sans eux, sans notre meilleur ennemi?
Tiens... Je regrette plus sur jamais le Non à l'écosse indépendante!

avatar Claude Pelletier | 

Bravo avec votre propos.
Sauf pour le mot "Rosbif" !
;—)

avatar YARK | 

???

Ah bon ?
"Les paradis fiscaux, c'est fini..." disait l'exfutur président KékéRolex...

J'aime le re-re-re-dire à chaque fois.

Bon, on enlève les îles importatrices de bananes pour gogos ou Jersey et consorts selon votre degré d'information, la Belgique, le Luxembourg, Bruxelles, l'Irlande, Monaco, Andorre, et bien sûr la City of London, conglomérat de bandits endimanchés.
Et puis, on récupère les sommes justement dues, d'Apple, Microsoft, Google, Amazone et bien d'autres et il n'y aura plus de problème.

A moins que les mots Egalité, ou Démocratie n'aient plus de sens ?
Je crois que malheureusement, on se fout tellement de notre gueule de pauvres imposables qu'on ne verra jamais le paradis de justice de Sarko. (Et faudrait déjà que ce gars là soit irréprochable, comme quoi y'a du boulot...).

avatar Silverscreen | 

@ Claude Pelletier. L'Europe devait être une alliance des peuples, c'est devenu une zone de libre échange économique sur la base du moins contraignant socialement.

On a l'Europe ultra libérale qu'on mérite et Apple aurait bien tort d'être plus royaliste que le roi...

Maintenant si chantage il y a eu, alors, oui Apple mérite une condamnation. Mais j'ai toujours du mal avec les autorités qui jouent les vierges effarouchées alors que la situation fiscale (trop) avantageuse de l'Irlande et consorts est connue depuis des décennies...

avatar Claude Pelletier | 

Les peuples ont des besoins naturels et culturels …… qu'ils satisfont grâce au fonctionnement de l'économie. Depuis l'abandon du troc, la monnaie assure les échanges, et on a appris qu'il existait une demande pour les besoins humains d'une part, et une autre demande, différente hélas, celle de la demande solvable ce qui exclut les Terriens les plus pauvres. Les échanges économiques entre voisins d'une commune, d'une région, d'un État, d'un continent, d'une planète sont donc importants.

Cette Europe n'est pas simplement "ultra-libérale". Elle est contradictoire. Au niveau de la planète, elle est une source de réglementation puissante. Même si cela peut faire sourire quand ses experts codifient la taille des concombres ou l'épaisseur des préservatifs …… Qui dit réglementation ne dit pas "libéralisme". Pour un libéral, toute règle est une contrainte, un obstacle à l'expression de sa "liberté" d'entreprendre et de commercer. Un vrai libéral ne peut que regretter les normes des États et de l'échafaudage européen. Pour lui, c'est la simple loi de l'offre et de la demande, la main invisible du marché qui doit prévaloir.

Oui on a l'économie libérale que l'on mérite (pour l'instant) vu qu'en Europe, on a affaire à des démocraties. Même dans un pays comme le nôtre qui tient autant de la tradition républicaine que de la monarchie avec un Président de la République bardé de pouvoirs, les pouvoirs sont distribués et contrôlés par "le" peuple grâce à un système électoral direct (sauf pour le Sénat ;—) )

avatar Mécréant | 

@Silverscreen:

"L'Europe devait être une alliance des peuples..."

...alliance par l'économie uniquement !
L'idée de la CECA, c'est que si l'on est chacun client de l'autre, on ne peut plus se taper dessus. Les termes ont évolué ("Marché commun", "Communauté Économique Européenne" "Union Européenne"), mais les fondations de ce grand bazar sont économiques, sa construction a été quasiment anarchique et les notions plus humanistes sont arrivées sur le tard...

avatar John Maynard Keynes | 

Il y a effectivement un enjeu certain à repenser les mécanismes de taxation des entreprises transnationales à l'aune d'une économie mondialisée et pas seulement en ce qui concerne la taxation des bénéfices (la problématique de la TVA est elle aussi conséquente)

Après il faut quand même mettre en perspective cela, cet enjeu n'est pas l'alpha et l'omega d'une solution efficaces aux nombreuses inégalités que nous vivons.

Le cas des industrielles est quasiment véniel par rapport à bien d'autres sources d'optimisation ou d'évasion fiscale.

Il faut aussi avoir conscience que nous parlons ici à la fois d'un pb de localisation des ressources fiscales et d'optimisation de leur montant.

On a un peu vite tendance à caricaturer en pensant que les entreprises tel Appel ne payent que très peu d'impôt sur les bénéfices, ce qui est faux.

Apple par exemple à un ratio de plus de 26% de fiscalité sur ses résultats.

Nous sommes là sur des optimisation relativement marginales même si elles représentent en valeur absolu des montant impressionnant.

La problématique de la localisation de la TVA est pour moi en fait bien plus importante.

Bref attention aux points de fixation qui sont souvent des arbres cachant la forêt ;-)

avatar Claude Pelletier | 

@ John Maynard Keynes

Très intéressant même si je n'ai pas tout saisi.

On oublie souvent en France (ailleurs je ne sais pas) que l'IRPP est un impôt qui ne rapporte pas beaucoup. En fait, la TVA rapporte bien plus. Et un contribuable pauvre (qui ne paie pas d'impôt sur le revenu) paie beaucoup de taxes sur des biens indispensables.

Pourriez-vous nous en dire plus sur cette question de la localisation de la TVA ?

avatar John Maynard Keynes | 

@Claude Pelletier

Pourriez-vous nous en dire plus sur cette question de la localisation de la TVA ?

Pour être très concret, un exemple :

à quel état doit être versé la TVA sur l'achat en ligne d'un bien ou d'un service dématérialisé ?

avatar Neurotron | 

Tout à fait, un exemple, Apple verse 20 % d'impôt (TVA) à la France sur la vente d'un Mac à Paris, alors qu'elle n'en verse que 8,375 % pour un Mac vendu à New York. Mais pour l'UE ce n'est bien évidemment pas suffisant, il lui en faut davantage…
Heureusement qu'il y a des pays qui sont moins gourmands — et donc moins dépensiers — que la France. Sans cela les Mac et iPhone seraient encore plus chers. Car vous oubliez que, in fine, c'est toujours sur le client que pèse impôts et taxes.

avatar Claude Pelletier | 

@ NEUROTRON

Vous dites ; " Car vous oubliez que, in fine, c'est toujours sur le client que pèse impôts et taxes. "

N'oubliez pas que le client est aussi un citoyen qui profite d'un système éducatif pour ses rejetons, d'un système de santé pour lui et les siens, d'une armée et d'une police pour sa tranquillité, d'un système de solidarité en cas d'accident de la vie comme celui du chômage, etc……

Merci à nos anciens qui ont bâti une société plus solidaire donc plus civilisée. Ce qui n'empêche pas d'évaluer, et de tarir les dépenses excessives bien sûr.

Signé : Un type qui en a marre d'entendre au mons une fois par jour qu'il y a trop d'impôts ! Marre de cette overdose de propos à courte vue.

avatar John Maynard Keynes | 

@Neurotron

et donc moins dépensiers

Amusant quand on met en avant le taux de TVA à NYC :-)

avatar Neurotron | 

Comme quoi on peut être ambitieux sans forcément taxer à outrance !

avatar MacRôt | 

Apple ne "paie" pas la TVA, elle la collecte et la reverse.
C'est effectivement le client qui paie, mais ce n'est pas le pb.

Le pb vient du fait que Apple (et autres) gagnent de l'argent sur le territoire français, utilisant donc ses infrastructures, mais ne paie presque rien sur les bénéfices qu'il y réalise.

Ainsi, il ne participe presque pas à la construction des infrastructures, éducation, santé des salariés et clients etc...
Donc celui qui le fait, ce n'est pas le client, c'est le contribuable... ce qui est infiniment plus injuste!

avatar John Maynard Keynes | 

@MacRôt

C'est effectivement le client qui paie

C'est là l'objectif de ce remarquable système qui ne l'oublions pas est une création française.

avatar John Maynard Keynes | 

@MacRôt

Ainsi, il ne participe presque pas à la construction des infrastructures, éducation, santé des salariés et clients etc...

Certain te ferait remarquer qu'ils y contribuent quand même, l'activité d'Apple (comme des autres transnationales) est loin d'être neutre en France en terme de retombée fiscales directe et indirecte, de contribution sociale, de création de valeur, d'activité ...

L'IS n'est qu'un des pans de la contributions des entreprise à l'économie d'un état et à la redistribution de la valeur crée, ne l'oublions pas.

avatar Neurotron | 

Rein que les charges sociales des salariés des Apple Store, ça représente une contribution royalisime à notre fabuleux système.

avatar MacRôt | 

Quand au "Rosbif", c'est une boutade vis à vis des anglais (ces goddons!) que nous adorons détester et lycée de Versailles.
Je suis très content d'être pour eux un froggie, ou autres noms d'oiseaux.

avatar Neurotron | 

@ Pelletier « Signé : Un type qui en a marre d'entendre au mons une fois par jour qu'il y a trop d'impôts ! Marre de cette overdose de propos à courte vue. »

Si tu n'en payes pas assez, je veux bien que tu payes les miens. Ainsi tu auras une vue plus perçante sur les gaspillages de l'État qui justifie ces augmentations.
J'étais ce WE chez des gens qui vote « pour plus de justice par l'impôt » mais se plaignent maintenant d'en payer trop et qui, pour en payer moins, viens d'investir dans du locatif…

avatar KalouiZBack | 

Il y a tellement d'autres niches fiscales pour devenir non imposable que c'en est ridicule (DOM-TOM, Art moderne...) !

avatar Claude Pelletier | 

@ ce cher Neurotron.

Je suis bien content de savoir que (peut-être) tu es plus imposé que moi. Ce qui est une hypothèse. Mais faisons avec. Et bien, quoique je sois peu sensible à la jalousie, je t'envie d'en payer plus que moi !

Fou ? Non, je ne suis pas fou… simplement je réalise que tes revenus sont supérieurs aux miens. Et je veux donc bien prendre ta place, prendre tes revenus et payer les impôts afférents, parce qu'après la ponction fiscale, il en reste quand même plus ……… J'y songe. J'aimerais bien renouveler mon parc informatique tous les 2 ans voire moins, au lieu de 5 ou 6 ans. J'aimerais bien acquérir une petite ferme pour y cultiver des fruits et légumes sans biocides, acquérir un petit bateau pour aller aux îles. Alors que toi, pauvre ami, tu le pourrais.   ;< }

avatar Neurotron | 

@ ce cher (au sens fiscal) Pelletier

Sais-tu que tu peux payer des impôts sans avoir de revenus ? Apparemment non. Tu peux être non salarié et payer des charges, taxes et impôts sans que ça ait un rapport avec ce qu'il te reste à la fin du mois ! Et il y a beaucoup de non salariés qui ne touchent même pas le SMIC. Visiblement tu dois être salarié fonctionnaire…
Sais-tu également que tu peux faire un don ? Oui, tu peux faire un don à l'administration fiscale, puisque tu ne payes pas assez d'impôts. Cet argent ira directement dans le puits sans fond du budget de l'État. Et tu auras droit à une médaille en chocolat.

avatar Psylo | 

Chaque fois qu'un mec de la com chez Apple à Cupertino arrive à faire placer « .... être une entreprise citoyenne » dans un article de presse, il se passe quelque chose de magique : on entend une grande clameur s'élever des camps de iConcentration en Chine. Les esclaves se mettent à danser autour des chaînes de montage et se mettent chanter, le coeur remplit de joie et d'allégresse.
Parce qu'Apple c'est des valeurs, mais c'est avant tout de l'humain et de l'émotion !

avatar Mme Michu | 

@Psylo "des camps de iConcentration en Chine"
Trop idiot et complètement ***hors sujet***
Je ne te parlerai donc pas des camps de concentration chinois

avatar Psylo | 

Effectivement, les conditions ignobles des gens qui assemblent vos iMerdes sont toujours totalement hors-sujet.

avatar Mme Michu | 

@Psylo Toujours aussi grossier et hors sujet Psylo...
C'est pas grave peut-être un jour tu comprendras ce qu'est un sujet mais surtout la politesse

avatar KalouiZBack | 

Vouloir tout vouloir et ne rien donner !
On a vu en Grèce où cela mène.

Pour les US et la TVA à 8,375 (pas vérifié), on paye moins de taxes mais l'école, la santé, l'assurance chômage, on n'en parle jamais, on ne compare jamais.

En Europe, pour que les derniers arrivés vivent mieux, faut que nous les aidions.
La solidarité, le social coute un certain prix mais quand personne ne veux payer, il y a un gros problème. Dans les multi-nationales on appelle cela de l'optimisation fiscale.
D'Apple au chômeur en passant par le boulanger, tout le monde fait du "black" en fait.
Quand il a été question de surveiller les chômeurs de près en France il y a quelques semaines on a faillit avoir une guerre civile car il est insupportable d'avoir des comptes à rendre. Juste des droits jamais des devoirs.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR