Fermer le menu
 

Free Mobile : Xavier Niel et l'ARCEP répondent aux critiques

Nicolas Furno | | 12:45 |  74
C'est à travers une tribune publiée dans le journal Les Echos que le patron de Free Mobile a choisi de s'exprimer à nouveau. Xavier Niel répond aux multiples polémiques qui ont éclaté ces dernières semaines.



L'homme s'exprime rarement dans les médias, mais quand il le fait c'est toujours avec un franc-parler et une virulence qui surprend un peu dans un univers où la parole est souvent très surveillée. Toute intervention de Xavier Niel est donc intéressante, mais celle-ci l'est d'autant plus que les polémiques se sont multipliées contre Free Mobile.



Free Mobile, quatrième opérateur qui doit encore faire ses preuves



Free Mobile communique peu sur ses chiffres. Le seul qui soit officiel est celui de 2,6 millions d'abonnés au 31 mars 2012 donné à l'occasion des résultats trimestriels d'Iliad (lire : Free Mobile n'a pas atteint 3 millions d'abonnés). Ce chiffre correspond à 4 % de part de marché à l'époque, plaçant le nouvel opérateur à la quatrième place.

Les marchés financiers ont favorablement accueilli ce chiffre et il est indéniable qu'accueillir 2,6 millions d'abonnés en à peine plus de deux mois est une belle performance. Depuis, on ne connait pas l'évolution de ce chiffre, mais une étude assez précise estimait en début de semaine que l'opérateur avait largement dépassé les 3 millions avec même 3,6 millions d'abonnés à la mi-mai (lire : Free Mobile aurait largement dépassé les 3 millions d'abonnés). Rappelons que ce cap était la limite que s'était fixée Free Mobile avant d'éventuellement ajuster ses tarifs. Pour l'heure, les deux offres présentées en janvier n'ont pas évolué.



Cette même étude soulève toutefois le problème de fond du quatrième opérateur français : si l'entreprise de Xavier Niel a mis la main sur 7,9 % du marché en nombre d'abonnés, elle n'aurait toutefois droit qu'à 3,6 % du chiffre d'affaires du secteur. La rentabilité de Free Mobile reste encore problématique, notamment parce que l'opérateur ne dispose pas encore de son propre réseau. Le PDG évoque d'ailleurs ce point dans la tribune du jour :


Nous avons un intérêt économique évident à déployer rapidement notre propre réseau, les minutes achetées en itinérance étant bien plus coûteuses que celles produites en propre.


On reste aujourd'hui loin d'un réseau propre, efficace et présent sur tout le territoire. Les abonnés Free Mobile utilisent toujours majoritairement les antennes d'Orange. Cet accord d'itinérance a permis au nouvel entrant de démarrer avec un réseau national, sans avoir à installer préalablement des antennes dans tout le pays, mais cela n'a pas été sans accrocs.

Les abonnés des premiers jours peuvent en témoigner aujourd'hui, il fallait faire avec des appels jamais reçus et des échecs réguliers pour appeler, surtout le soir. Fin mars, une étude montrait ainsi qu'un appel sur deux était rejeté en soirée pour les abonnés… (lire : Free Mobile : un appel sur deux rejeté entre 18h et 21h !)



Depuis, la situation s'est largement améliorée pour les appels, au point que l'on peut dire que Free Mobile n'est plus à la traine sur ce volet (lire : La situation s'améliore chez Free Mobile et Free Mobile annonce avoir réglé les problèmes de capacité). Las, c'est un nouveau problème qui guette l'opérateur depuis quelques jours : les débits en 3G se sont effondrés dans toute la France. Une étude précise montre que les débits sont désormais en moyenne près de trois fois plus lents chez Free Mobile que chez les autres opérateurs.

Ce problème est d'autant plus gênant qu'il ne sera pas facilement réglé. Si Free Mobile peut renforcer ses liens avec le réseau d'Orange, ses propres antennes ont été mal équipées pour des raisons d'économies et la situation ne devrait pas s'améliorer rapidement, en tout cas pas sans un investissement très conséquent. Comment assurer cet investissement si l'entreprise n'est pas rentable ? C'est incontestablement tout l'enjeu pour Xavier Niel…

Xavier Niel défend son entreprise



Depuis le mois de janvier, politiques et analystes économiques ont dénoncée l'entrée du nouvel opérateur sur le marché français avec, en point d'orgue, la critique assez vive d'Arnaud Montebourg contre l'ARCEP et contre Free Mobile (lire : Arnaud Montebourg critique vivement l'ARCEP). Le nouveau ministre du Redressement productif dénonçait la semaine dernière l'« hémorragie » du marché de l'emploi dans le secteur de la téléphonie mobile et accusait alors l'ARCEP d'avoir fait un choix politique en acceptant la candidature de l'opérateur.

Dès le titre de la tribune, le ton est donné : "Free Mobile : mythes et réalités". Xavier Niel entend mettre les points sur les i et donner sa vision des choses :


Free Mobile a lancé ses offres le 10 janvier 2012. Depuis, nombreux sont ceux qui se sont exprimés, généralement pour se réjouir des impacts positifs de cette entreprise, mais aussi pour s'alarmer des effets négatifs supposés, notamment sur l'emploi et l'investissement.


Face à des arguments qu'il juge « simples, voire simplistes », Xavier Niel oppose une « vision positive ». Le PDG d'Iliad, la maison mère de Free Mobile, démonte un à un ces arguments, en commençant par la question des emplois qu'il avait déjà abordée lors de son passage devant les députés (lire : Free riposte aux attaques de ses concurrents).

L'emploi dans ce domaine baisse depuis 1998, c'est une tendance de fond que Free Mobile n'a pas créée cette année. Il ajoute d'ailleurs que le secteur est stable, voire en légère croissance depuis 2009. Une information confirmée par l'observatoire annuel du marché des communications électroniques publié par l'ARCEP.



Reste que ces chiffres s'arrêtent en 2011 et qu'ils ne prévoient pas ce que sera la situation en 2012. Comme un signe de mauvais augure, on apprenait en début de semaine que SFR pourrait réduire ses effectifs à hauteur de 10 % cette année, soit une perte d'environ 1000 emplois selon PC INpact. L'opérateur mis en difficulté par l'arrivée de Free Mobile entend économiser 500 millions d'euros, ce qui devrait passer par un plan de départs volontaires.

Notons que SFR est certainement l'opérateur qui a le moins réagi à l'entrée sur le marché de Free, même si ses deux autres grands concurrents ont aussi perdu un grand nombre d'abonnés depuis le début de l'année. Difficile aussi de dire que ces pertes d'emploi sont directement liées à l'arrivée d'un opérateur supplémentaire.

Xavier Niel s'attaque ensuite à la question des investissements, reprenant là aussi des chiffres qu'il avait déjà évoqués : « France Télécom, SFR et Bouygues Telecom ont des investissements qui représentent de 12 % à 20 % de leur chiffre d'affaires. Iliad est à plus de 50 % en 2011. » L'investissement pèse lourd dans les revenus de son entreprise, mais il faut rappeler qu'il n'est pas nécessairement plus important en valeur que ceux de ses concurrents. Le PDG rappelle d'ailleurs que « les trois opérateurs historiques vont demeurer très prospères » et il donne le chiffre de 5,5 milliards de dividendes distribués pour l'année dernière.

Le patron de Free Mobile concède toutefois que ses concurrents ont augmenté récemment leur investissement pour la 4G, mais il fait de l'entrée du quatrième opérateur leur motivation principale :


En termes d'investissement : les trois opérateurs historiques, qui du temps de l'oligopole avaient attendu des années avant de déployer la 3G, au mépris de leurs obligations, se précipitent sur le déploiement de la 4G pour se différencier du nouvel entrant.




L'actualité mobile est effectivement riche en 4G. Orange ouvrait cette semaine son réseau 4G à Marseille, alors que Bouygues le teste à Lyon. Stéphane Richard, PDG d'Orange, a reconnu justement hier au site ZDNet que l'investissement en 4G était une réponse à l'entrée d'un nouvel opérateur :


Avec l'arrivée du nouvel entrant se pose la question de l'investissement. Il faut des opérateurs qui soient décidés à investir, c'est le cas d'Orange pour être en avance dans le temps et en qualité. Nous investissons chaque année 2,6 milliards d'euros dans nos réseaux dont 500 millions dans le mobile.


Dans sa tribune publiée dans Les Echos, Xavier Niel pose ensuite la question de l'intérêt des clients. Comme il l'avait déjà longuement fait pendant sa présentation de Free Mobile, en janvier, il dénonce à nouveau les méfaits de ce qu'il qualifie d'oligopole. Sa démonstration est, il faut l'avouer, très efficace quant à l'impact de l'entrée d'un nouvel opérateur sur les tarifs :


Les forfaits illimités étaient proposés autour de 180 euros par mois en 2008 quand le projet de quatrième licence était moribond, puis autour de 80 euros quand l'appel d'offres a été ouvert, et miraculeusement, quelques mois avant le lancement commercial de Free Mobile, de 24,90 euros.



Pendant la présentation de Free Mobile, Xavier Niel a comparé directement son offre avec celles de ses concurrents.


Et Xavier Niel d'enfoncer le clou en rappelant le rôle de Free sur les tarifs de l'Internet, il y a une dizaine d'années :


De même qu'au début des années 2000 le lancement par Free des box, du « triple play » et des forfaits à 29,99 euros quand le marché était positionné à 70 euros a accéléré le passage de la France du Minitel à la France numérique, j'affirme que Free Mobile dynamise le marché.


Loin de considérer que son offre contribue à nuire à l'économie française en détruisant un marché par une « concurrence sans limites » comme le nouveau ministre du Redressement productif — Arnaud Montebourg — le dénonçait en fin de semaine dernière, le patron d'Iliad indique que la hausse immédiate du pouvoir d'achat de ses abonnés profite à la communauté.

Xavier Niel indique que les milliards ainsi économisés profiteront à d'autres secteurs et compenseront la baisse du chiffre d'affaires du secteur, une baisse qui reste à prouver selon lui. Il termine en rappelant que Free Mobile crée de l'emploi avec ses boutiques, mais aussi ses cinq centres d'appels tous situés en France.



L'ARCEP monte également au créneau



Xavier Niel n'est pas le seul à réagir contre les polémiques qui visent Free Mobile. L'ARCEP est souvent visée de la même manière et on critique l'autorité pour avoir validé l'entrée de cet opérateur sur le marché et pour n'avoir pas fait un travail suffisant de vérification technique. Dans ce chapitre, c'est à nouveau Arnaud Montebourg qui a fait le plus de bruit en accusant l'ARCEP de « [faire] des choix politiques en lieu et place du politique ».

C'est à l'occasion du Forum des Télécoms et du Net également organisé par Les Echos que l'autorité a pu se défendre, comme le rapporte le site DegroupNews. À la critique qui veut que l'ARCEP fait de la politique et que ce n'est pas son rôle, Jean-Ludovic Silicani, président de l'autorité, répond très simplement : « Pour le principe d'attribution [de la licence 3G] c'est le gouvernement qui a mis cela en place et qui en a fixé le prix. »

C'est le monde politique qui a validé l'entrée sur le marché de Free Mobile rappelle, en substance, le président de l'ARCEP. En décembre 2010, le Canard Enchaîné rapportait que François Fillon, alors premier ministre, avait profité d'une absence de Nicolas Sarkozy, lors de l'épisode du malaise vagal du président fin juillet 2009, pour permettre cette entrée.

Quoi qu'il en soit, l'ARCEP comme Xavier Niel s'en prennent, sans le nommer, aux propos d'Arnaud Montebourg. Le patron de Free Mobile rappelle dans sa tribune que « le marché français du mobile était un oligopole, lourdement sanctionné par l'Autorité de la concurrence en 2005. », avant d'ajouter que les avis favorables à l'attribution d'une licence supplémentaire n'ont pas manqué :


À peu près toutes les institutions à même d'avoir un avis éclairé sur le sujet se sont montrées favorables à l'attribution d'une quatrième licence : l'Autorité de la concurrence, l'ARCEP, la Commission européenne, l'OCDE, la commission Attali, les associations de consommateurs…



Le lendemain de l'annonce de Free Mobile, l'actuel ministre du Redressement productif se félicitait de l'entrée sur le marché de Free Mobile. Les temps changent…
Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


74 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar Wolf 22/06/2012 - 14:23

@ArchiArchibald : Et qui va pointer du doigt Arnaud Montebourg pour qu'ils ne fasse pas trop de conneries ? La venue de Free est une bénédiction pour les utilisateurs. Chaqu'un va pouvoir économiser au minimum 500€ par an sur des forfaits prè-Free mobile. C'est juste du pouvoir d'achat en plus. Après si SFR et consort préfèrent donner à leurs actionnaires plutôt que de favoriser l'emploi, c'est un autre problème, mais Apple a prouvé par le passé qu'on était pas obligé de donner des dividendes aux actionnaires pour les tendres heureux.

avatar 2-fre 22/06/2012 - 14:35

Montbourg... F2P !

avatar Silverscreen 22/06/2012 - 14:35

Oui, les débits de Free sont pas terribles, la messagerie vocale visuelle manquante, la couverture aléatoire et il y a encore pas mal d'appels manqués ou inaudibles. Mais, je paye entre 3 et 4 fois moins cher qu'Orange à options similaires (appels voix illimités, forfait data et mode modem) et je ne suis même pas abonné Free pour internet… À un moment, faut aussi choisir entre le beurre et l'argent du beurre. Perso, je trouve les conditions d'utilisation parfois pénibles mais moins que de me faire empaffer à sec chaque mois par Orange… Maintenant, si les débits remontent au fil des mois, que la MVV est implémentée et que la couverture s'améliore doucement, je ne verrais aucun raison de ne pas rester chez Free.


avatar Vanton 22/06/2012 - 14:37

Plutôt malin de sa part de donner les investissements en pourcentage du chiffre d'affaire et pas en valeur ! Comme ça il donne l'impression qu'il est celui qui investit le plus. Alors que dans les faits, pour mettre en place son réseau qui part de zéro, il dépense plus de 2 fois moins par an que Bouygues, qui a déjà un réseau étendu. Et 4 fois moins qu'orange qui a le meilleur réseau. Mais il est bien trop habile pour reconnaître que ses investissements ne sont pas à la hauteur des enjeux du secteur...

avatar sucellus 22/06/2012 - 16:12

Silverscreen +1 Et pour avoir eu un portable dès 97-98 je peut confirmer que à l'époque Orange heu Itineris ne couvrais pas super bien la France, mieux que bouygue ou SFR mais lors de mes déplacements en provinces j'avais souvent besoin d'une cabine téléphonique. Free s'améliore un peut chaque mois, voire semaine, il me font payer un prix que je trouve en adéquation avec son service, et depuis ce mois si je gagne de l'argent puisque j'ai amortie le coup de ma migration de Orange vers Free.

avatar dodoph 22/06/2012 - 17:37

C'est une ombre! LOOL :D

avatar rackis 22/06/2012 - 17:51

Incroyable qu'il y ait autant de moutons qui défendent Free à tout prix. Surtout ce sombre personnage qui manie contre vérités sur contrevérités (ah la bonne blague de la société qui appartient à ses employés...). Oui, Free a fait baisser le prix des forfaits. C'est une évidence. Bravo et merci, rien à redire. Mais oui, cela va se traduire par de la destruction d'emplois ou la baisse de l'investissement et donc de l'innovation. Stop aux affabulations sur les dividendes mirobolants reversés par les 3 historiques. Ils étaient largement rentables, c'est sur, nous faisaient payer trop cher, c'est sur, mais les montants reversés n'étaient pas si exagérés. Donc pas la peine de leur en vouloir pour ça, d'autant plus que les vrais capitalistes sont ceux qui comme vous et moi ont pris ces forfaits low costs pour payer moins cher sans ce soucier du sort des employés des sociétés. Comme les boursicoteurs en fait... Je ne donne aucune leçon de morale, j'en ai juste conscience, moi.

avatar R1x_Fr1x 22/06/2012 - 17:57

Arnaud Montebourg prouve que la prostitution ne se limite pas aux trottoirs. Virulent contre Sarko et ses potes du cartel, il était l'un des premiers à féliciter XN "d'avoir fait plus pour le pouvoir d'achat que Sarko en 5 ans". En quelques semaines à peine, il a compris la leçon, s'est vite en position du sous fifre en bon politicien qu'ils sont tous, soumis aux lobbies des plus gros.

avatar raphaelmermontagne 22/06/2012 - 18:18

Merci M. Niel, nous vous sommes très reconnaissant. J'espère que cet episode economique permettra aux francais de comprendre les vertus de la concurrence et du liberalisme. Par ailleurs, je ne savai pas que Fillon avait joué un rôle la-dedans quand Sarkozy pratiqué un capitalisme de connivence avec Bouygues... Bravo Fillon aussi

avatar raphaelmermontagne 22/06/2012 - 18:24

@rackis : toi mon coco tu ne comprends pas grand chose a l'economie. Les 3 grands groupes sont en sureffectif et mal gérés, gaspillent leur argent dans des projets innombrables, du marketing, de la pub... Free se concentre sur son coeur de metier : la technique. Quand on fait un achat on ne s'occupe pas de la gestion des effectifs d'une entreprise. L'economie, comme la vie, est faite de changement, d'adaptation. Va vivre a Cuba ou en Corée du Nord si tu veux vivre dans une economie administrée....

avatar raphaelmermontagne 22/06/2012 - 18:27

@Lemmings : bcp d'antenne sont reliées en cuivre. Maxime Lombardini la dit et un pote technicien chez free aussi. Ca va changer a l'avenir mais construction du reseau va prendre du temps.

avatar raphaelmermontagne 22/06/2012 - 18:28

Mon pote m'a aussi dit que toutes les antennes sont deja 4G ready (nouvelle generation d'equipement nokia siemens) il faudra juste rajouter une carte dedans (et fibrer la connection)...

avatar raphaelmermontagne 22/06/2012 - 18:32

Ceux qui disent free detruit l'emploi doivent lire schumpeter et le processus de destruction creatrice qui explique que les transformations de l'economie sont faites de destruction de certaines activités et entreprises obsoletes et de creation, de reaffectation de la force de travail libere a d'autres secteurs.

avatar stravinsky 22/06/2012 - 18:48

Le jour de cette mascarade médiatique, le réseau de Free était planté en Ile de France. 300 000 abonnés privés d'internet et de téléphone. Mais continuez à défendre ce bouffon, c'est la même logique que pour Apple. On est cons ou on ne l'est pas. Pourquoi faire les choses à moitié quand on adore se faire enc..... ?

avatar Vanton 22/06/2012 - 19:08

@raphaelmermontagne : La technique ? Le cœur de métier de free ? :-D J'ai manqué me pisser dessus de rire !!! Merci ! Je te suis complètement quand tu dis que la gestion et l'organisation des trois historiques est catastrophique. Il suffit d'avoir été leur client pour s'en être rendu compte. Et il y a sans doute d'énormes économies à faire de ce côté là, même si un assainissement et une rationalisation de leur fonctionnement et de leurs dépenses conduirait inévitablement à détruire des emplois. C'est le problème de toute boite devenue pachydermique. À l'opposé la logique free est géniale : pas d'éparpillement, pas de dépenses inutiles. Offre claire et efficace sur le papier, la base est là. Mais l'application de tout ça, quelle mascarade !!! Réseau anémique, investissements au rabais, personnel exploité et non qualifié (je t'invite à lire l'article édifiant sur rue89 sur les premiers jours de free vécus en interne, consternant tant sur le plan humain que sur le manque total de préparation), promesses non tenues, et même mensonges éhontés et j'en passe. En ce sens free est un monstrueux échec. Il repose sur une base très saine, extrêmement solide. Mais l'amateurisme caractérisé, dont il est dur de savoir jusqu'à quel niveau la hiérarchie est touchée, rend le tout particulièrement imbuvable ! Le jour où free ne sera plus géré par des gamins qui passent leur temps à mesurer leur b*te, l'avantage énorme que représente sa structure légère pourra pleinement s'exprimer, pour son bien propre et pour celui des consommateurs.

avatar Manueel 22/06/2012 - 19:18

@rackis "Incroyable qu'il y ait autant de moutons qui défendent Free à tout prix." rackis... Tu considères efficace? intelligent? d'insulter les personnes qui ne partagent pas ton point de vue ? :-( "Stop aux affabulations sur les dividendes mirobolants reversés par les 3 historiques. (...) les montants reversés n'étaient pas si exagérés. Affirmation péremptoire... et fausse :-( Connais-tu le au moins le pourcentage des dividendes par rapport à la valeur de l'action avant d'affirmer une telle contre vérité ???

avatar jbmg 22/06/2012 - 19:36

Thomas Edison a inventé la lampe à incandescence, il a ainsi tuer la lampe Pigeon. Il a détruit des milliers d'emploi de tourneur en lampe Pigeon. Quand à ceux qui traite des industriels qui ont assez bien réussi de bouffon, j'aimerais savoir à combien de salariés ils ont réussi à donner du travail. On croirait entendre Staline et ses disciples d'aujourd'hui.

avatar Anonyme (non vérifié) 22/06/2012 - 19:39

Et ben moi je suis passé chez sosh aujourd'hui bien que ça n'intéresse personne et uniquement pour la 3g car c'est ce qui m'intéresse le plus.... La 3g chez free est bridé ou autre, suryoutube j'ai vu une video qui compare les débit sosh avec free MDR!!!!!!! elle date du 18 mai et c'est donc pas près (voir jamais) de s'arranger. http://www.youtube.com/watch?v=Q1acG8AVBI8&feature=related

avatar Vanton 22/06/2012 - 19:48

@Manueel : Et Niel qui traite de pigeons les clients des opérateurs historiques, il n'est pas insultant ?

avatar pokpok33 22/06/2012 - 20:11

Je remercie X.Niel chaque jour qui passe. Sans lui on se ferait encore enflé par les 3 truands.

avatar Manueel 22/06/2012 - 20:32

@vanton Serions nous d'accord vanton ? oui rackis était insultant en nous traitant de moutons :-) traiter de pigeons les clients des opérateurs historiques, est-il insultant ? Pas sur ... Surpris ? Le mouton est un animal stupide qui suit le mouvement par bêtise (il y a donc insulte) Le pigeon est une personne qui s'est fait avoir par les 3 mafiosis Il n'a rien a se reprocher car s'est une victime En conclusion dire que nous avons été pigeonné est un constat d'une réalité et non pas une insulte

avatar Manueel 22/06/2012 - 20:55

@rackis "Stop aux affabulations sur les dividendes mirobolants reversés par les 3 historiques. (...) les montants reversés n'étaient pas si exagérés." Pas exagérés... Sauf erreur de ma part le rendement des dividendes de France telecom est de 14 % Ce niveau de dividende laisse France Telecom exangue, car il est supérieur aux bénéfices de l'entreprise. Si je fais erreur corrigez moi s'il vous plait si je ne fais pas erreur réagissez Les actionnaires d'Orange recevront bel et bien 1,40 euro par action un dividende supérieur (4,4 milliards) à son bénéfice net (3,7 milliards). valeur de l'action proche de 10 euros

avatar levincefr 22/06/2012 - 21:27

Arnaud Montebourg aurait dû s'en tenir à sa première déclaration. Réduire la facture de téléphonie mobile comme Free l'a fait permet de dépenser plus sur un autre poste de dépense. Et puis en faisant son entrée dans la téléphonie mobile, Free a certainement dû embaucher du monde (techniciens, ingénieurs, commerciaux, Hotline...). Bref une déclaration irréfléchie comme souvent de la part de ce monsieur. Personnellement, ça me gène de le voir au gouvernement. Quand on entendait ses déclarations pendant les présidentielles, on aurait pu penser qu'il était communiste révolutionnaire (ou presque) et maintenant qu'il a prit sa carte de l'UMP.

avatar JLG47 22/06/2012 - 21:54

@ Zooztop Là il faut des preuves tangibles, sinon, c'est de la désinformation. Je suis sur FreeBox depuis 7ans et sur FreeMobile depuis février sans jamais avoir perçu quoi que ce soit qui ressemble à votre affirmation. Et les seules pannes de Box proviennent du réseau France Télécom (coupure de câble, …).

avatar JLG47 22/06/2012 - 22:07

@ jbmg +10^10 Même si la comparaison est limite, Free n'a pas réinventé le téléphone mobile comme Edison l'éclaira, juste son économie. @ levincefr Il est même surprenant que Monsieur le Ministre du redressement productif (j'adore cette poésie station-maoïste) ait oublié sont premier twitte pour défendre ainsi le capitalisme le plus racketteur. Non ceci n'est pas surprenant, l'État est actionnaire d'orange. Il défend donc maintenant l'État en pressant l'orange. @ isjmlk : J'ai vu une vidéo … S'est totalement du style : j'ai vu une Anglaise noire, donc toutes les Anglaises sont noires. Il ne faut pas prendre la première affirmation (ou la dernière d'ailleurs) pour vrai sans vérifier qui affirme, comment , pourquoi.

Pages