Fermer le menu

Les avertisseurs de radars ont encore de beaux jours devant eux

La redaction | | 11:00 |  89

Nous vous présentons aujourd'hui le protocole d’accord signé par l’Afftac avec le gouvernement, en intégralité. Non pas que l’Association française des fournisseurs et utilisateurs de technologies d'aide à la conduite l’ait publié sur son site ni que le Ministère de l’Intérieur l’ait mis en ligne sur le sien… Une attachée de presse nous l’a transmis. Si le texte peut sembler d’une parfaite limpidité, il ne l’est pas, loin de là. Il laisse suffisamment de place à des interprétations susceptibles d’en trahir largement l’esprit.

protocole-radar

Certes, d’ici au 28 novembre au plus tard, les membres de l’Afftac ne devront plus « diffuser (sites internet ou sortie de leurs entrepôts) de supports de communication (emballage, publicité sur le lieu de vente) mentionnant les termes “avertisseurs de radars” » (lire : Coup de frein sur les avertisseurs radars). Et, toujours dans un délai de 4 mois après signature de l’accord - qui a eu lieu le 28 juillet -, les membres de l’Afftac s’engagent « à ne plus indiquer la localisation des radars fixes ou mobiles et des contrôles routiers opérés par les forces de l’ordre. » Alors, fini leur rôle d’avertisseur de radars ? Pas sûr.

Des données, quelles données ?
Les outils des membres de l’Afftac devront signaler des sections de « voies dangereuses » « d’au moins 4 km sur le réseau autoroutier, d’au moins 2 km hors agglomération et d’au moins 300 mètres en agglomération. » Ces sections sont définies par un « danger » qui peut être lié « soit à des sections de voie accidentogènes identifiées par les services de l’État ; soit à des sections de voie de fort trafic […] ; soit à des événements remontés par des sources » définies plus loin.

L’adage veut que le diable se cache dans les détails… Les premiers détails intéressants sont là, dans la succession des « soit ». Le caractère optionnel des différentes origines de dangerosité laisse aux membres de l’Afftac - collectivement ou individuellement - la possibilité de faire l’impasse sur les deux premières origines de dangerosité pour se contenter de signaler des zones remontées par « des sources » (et non pas « les » !) du point III de l’annexe I du protocole d’accord.

Avertisseur radar

Là encore, le texte laisse une large place à l’interprétation, ne précisant pas si les membres de l’Afftac doivent utiliser toutes les sources évoquées ou choisir de s’en contenter d’une ; ni si les utilisateurs de leurs outils auront ou non ce choix… Ces sources sont les suivantes : « état du trafic basé sur les données institutionnelles […] ; informations complémentaires sur l’état du trafic auprès d’autres partenaires […] ; sections de forte accidentalité, basées sur les cartes d’accidentalité du SETRA et la carte départementale des ZAAC (ODSR) ; limites de vitesse en temps réel, basées sur les données de l’État ; bases de données des sociétés membres de l’Afftac ; données issues des utilisateurs des produits des différentes sociétés membres de l’Afftac. » Les membres de l’Afftac qui décideraient de ne s’appuyer que sur leurs données et sur celles remontées par leurs utilisateurs - ou d’en laisser le choix à ces derniers - continueraient donc de fournir de facto des avertisseurs de radars. Le nom et la précision en moins…

Points de dangers précis… avec ou sans les utilisateurs ?
Du moins peut-on être tenté de le penser, car les « points de danger précis » ne peuvent « en aucun cas » être alimentés par « les données fournies par les utilisateurs et signalant des points précis » (point IV de l’annexe I du protocole d’accord), en tout cas pas si elles sont « transmises directement aux autres utilisateurs ».

Radars

Les points de danger précis peuvent cependant être issus des « bases de données des sociétés membres de l’Afftac. » La subtilité est essentielle : les données remontées par les utilisateurs des outils des membres de l’Afftac viennent alimenter leurs bases de données, et certains procèdent déjà à des opérations de contrôle et de filtrage, pour éviter les alertes fantaisistes ou malveillantes. Les signalisations des utilisateurs ne sont donc pas toujours transmises sans traitement et « directement » aux autres utilisateurs…

Des sections dangereuses aux contours libres
Le protocole d’accord laisse enfin une troisième possibilité aux membres de l’Afftac pour continuer de fournir des avertisseurs de radar avec la même précision qu’aujourd’hui : le flou de la définition des zones dangereuses.

Radards

Le texte indique que celles-ci pourront ou non contenir des radars, mais il n’oblige pas les membres de l’Afftac à signaler des sections de voie dangereuses sans radar. De la même manière, il ne précise en rien où doit se trouver le radar dans la section de voie dangereuse : au début, à la fin, au milieu, aléatoirement selon la signalisation ? Libre donc aux membres de l’Afftac de faire démarrer la signalisation de section de voie dangereuse à 2 km d’un radar sur autoroute, ou à 1 km hors agglomération et à 200 mètres en ville.

Bref, les outils des membres de l'Afftac n'auront aucun mal à respecter à la lettre le protocole d'accord, taillé sur mesure, et continueront donc à fournir à leurs utilisateurs le même service — avec des mots différents (lire : Coyote ne signalera plus les radars, mais les zones dangereuses).

Les utilisateurs devront néanmoins rester vigilants : le protocole prévoit la mise en place d’un « comité de suivi » de l’application de l’accord avec un bilan annuel et une possibilité de révision « en tant que de besoin. » Si tant est que la volonté politique suive…

Catégorie : 

Les derniers dossiers

89 Commentaires

avatar Le docteur 10/08/2011 - 11:07

Ecœurant ! Je l'ai dit dès le début : ils se sont déballonnés dans les grandes largeurs. Le lobby de la pédale d'accélération encore gagné ...

avatar Le docteur 10/08/2011 - 11:09

Voir ce qu'en dit un vrai spécialiste : http://www.securite-routiere.org/editoriaux/2011aout.html

avatar Armas 10/08/2011 - 11:11

C'est plutôt pertinent ... Jamais pu supporter ce genre d'outil, certes, le développement des radars est majoritairement motivé par un soucis de rentabilité, mais l'utilisation de ce genre d'outil pour tracer les radars montre clairement un mépris de la sécurité et dans certains cas, un manque de responsabilité.

avatar macinside 10/08/2011 - 11:11

la montagne a accouché d'une souris, reste plus qu'a trouvé une tapette a souris "adapté"

avatar Dv@be 10/08/2011 - 11:21

Il y aura donc "zone dangereuse MOBILE" et "zone dangereuse fixe" ;-)

avatar iwizzz 10/08/2011 - 11:23

Bienvenue dans le monde passionnant et tortueux de l'interprétation juridique!

(désillusions en vue pour certains aussi, je le crains...)

avatar Dv@be 10/08/2011 - 11:25

@Le docteur

A force de vouloir abaisser la vitesse Max, on finira par rouler a du zéro km/h...

avatar vladimir 10/08/2011 - 11:26

Bien dommage mais pas surprenant

avatar aero42 10/08/2011 - 11:40

@ dv@be :

tout à fait d'accord.
Je prends un exemple sur un troncon d'autoroute que j'utilise tous les jours : depuis l'an passé la vitesse à été reduite de 130 à 90. Pour une autoroute à 3 voies, je trouve ça totalement ridicule. Mais bon, je joue le jeu, je roule à 90 sur la voie de droite. Eh bien je peux vous dire que tout le monde me double. Pire les poids-lourds limité à 90 me doublent aisément après m'avoir fait un bon appel de phare.

alors la sécurité routière, ok, mais bon a un moment, il faut arrêter, ça devient de la répression routière dont le seul but est de nous sous-tirer de l'argent. Car qu'on m'explique pourquoi le conducteur sur une autoroute qui était limitée à 130 km/h devient "dangereux" si il roule désormais à 100. Perso, j'ai tous mes points et pris aucune prune depuis 13 ans. Je n'en tire aucune gloire, mais je pars du principe que mon argent est mieux dans ma poche que dans celle de l'Etat que je nourris déjà suffisamment. Parce que l'argument du "y'a un radar, mais c'est pour votre bien"... euh, pas à moi, hein ! :o) Si les routes sont si dangereuses, eh bien c'est simple, on les ferment et on interdit aux gens de rouler, comme ça : Zéro morts sur les routes. Ah oui, mais non, y'aura plus de fric pour l'Etat... C'est comme la clope. L'Etat n'arrête pas de nous dire qu'il faut arrêter de fumer, mais ses finances seraient bien en peine si les fumeurs cessaient de fumer...

avatar jodido 10/08/2011 - 11:42

@ Le docteur :
Alors que le lobby des machines a sous a perdu
Et c'est tant mieux

avatar mediapress 10/08/2011 - 11:46

d'un autre côté, la vitesse n'est pas du tout la première cause d'accident... (autoroute 5% d'accidents, dont la majorité est due à la somnolence)...

66% des radars fixes ne sont pas situés en zones dangereuses mais en zone ou il y a beaucoup de passage pour générer le plus possible d'amendes...

avatar Gr12sable 10/08/2011 - 11:52

Effectivement on parle beaucoup de la vitesse dans les causes d'accidents donc on la contrôle avec des radars, pas de pb il y a des règles on respecte. On pourrait juste discuter sur l'emplacement de certains.
Par contre les accidents liées a l'alcool ou la prise de stupéfiant on contrôle bcp moins et ca par contre c'est innaceptable...
Combien d'entre vous ont deja souffle dans un ballon??
Perso 8 ans de permis, 0 fois par contre je passe tous les jours devant 2 radars....

avatar hermios 10/08/2011 - 11:56

Les radars sont des outils fiscaux avec le faux nez de la sécurité routière. Ils sont placé où ça rapporte et les FDO ont des objectifs de rentabilité. C'est pourquoi, ils ont voulu interdire les avertisseurs. Mais pendant ce temps, que fait-on pour les 12000 suicidés par an par exemple? ben rien, ça ne rapporte pas.
Donc: longue vie aux produits qui rendent un tout petit peu de liberté face à des lois iniques. Les députés l'ont bien compris.

avatar jerome74 10/08/2011 - 12:01

J'ai un peu de mal à comprendre ce que font ces articles sur les radars sur un site d'actualité Mac... Il y a un rapport entre les deux???

avatar guigus31 10/08/2011 - 12:05

"attention, dans 300m vous devrez respecter le code de la route"....
C'est pourtant pas compliqué de rouler en dessous des limitations... Ou alors c'est qu'on est dans un pays de bourins??
Si engraisser l'état vous exaspère, roulez pas comme des branques.

avatar francisco22 10/08/2011 - 12:07

Vivement les vrai voitures électrique !!! on roulera pied au plancher car contrairement aux moteurs a explosions, l'électrique dépense moins au max alors que les moteurs a explosions consomme plus au max

avatar Macuserman 10/08/2011 - 12:10

Les finances de l'état suite à une interdiction du tabac seraient mises à mal pendant environ 5 ans.
Il faut savoir qu'un an de radiothérapie de l'ensemble des cancers imputés au tabagisme coute environ 1 milliard d'euro à la sécu.
Et ça c'est juste la radiothérapie.

En 2009 13 milliards sont rentrés dans les caisses de l'état...

Attali a raison, mais ça serait un suicide financier. 400 milliards sur 13 années, ça fait une dette grecque...

avatar thierry37 10/08/2011 - 12:16

écoeurant de voir comment ils (les boites de l'AFFTAC) ont réussi leur loggy de M...

Encore une belle réussite d'un plouc du gouvernement.
Si c'était pour ce résultat, y'avait pas besoin de faire tant de vagues.

Est ce qu'il y a une pétition quelque part, pour faire remonter au gouvernement qu'ils se sont dégonflés ?

avatar Alex94 10/08/2011 - 12:50

c'est la où tu te dis que l'Etat est vraiment ridicule. c'est exactement le meme système mais pas avec les mots. Des vrais gamins qui jouent sur les mots pendant les réunions.....

avatar SWISSPOWER 10/08/2011 - 12:52

Ce n'est bien sûr pas la vitesse qui est dangereuse, mais "l'incapabilité" des gens. Il faut arrêter de chaque fois mettre la vitesse en cause. Il faudrait peut-être aussi tenir compte du niveau de la personne.

Comme par example, à ski. Qui est le plus dangereux entre un très bon skieur qui descend à 100km/h et un débutant qui va à 30km/h et qui tombe chaque 20m ?

Sur la route, c'est pareil: un très bon pilote qui roule un peu au dessus des limitations est nettement moins dangereux qu'une mamy qui roule en dessous, mais qui voit tout juste la route, qui confond de pédales, et qui peine à tenir son volant.

avatar eden-eden 10/08/2011 - 12:57

Voilà un super sujet : simple et suffisamment "polémique" pour occuper toute la France : t'es pour ou t'es contre ?

Ensuite on passera au sujet suivant (en septembre) : faut-il (encore) augmenter le prix du tabac ? Pareil, c'est simple. Ça fait discuter Jules et Émilie au pieu, Bébert et Philou au bar...

Et puis aller un autre : comment circule l'argent en temps de crise ? ....................... Heu, non pardon, retournons à nos accélérateurs.

avatar Dv@be 10/08/2011 - 12:59

@ SWISSPOWER :
Sur circuit on pilote
Sur route on conduit.

Si tu ne comprend pas cette notion, alors tu es un danger public.

Je fais 80.000 km/an depuis plus de 15 ans. Des pilotes j'en vois tous les jours. Des pilotes dans le fossé aussi.
J'ai un coyote pour éviter la prune mais pas pour "piloter". Pour me défouler, je vais au Mans il y a une Ecole de pilotage et on peut se faire le circuit.
Mais pas sur la route.

avatar michaelprovence 10/08/2011 - 13:05

quel rapport avec le mac ? je veux bien un article sur la nouvelle audi !

avatar sebdeblp 10/08/2011 - 13:06

avatar Le docteur 10/08/2011 - 13:08

@ jodido
Je crains que non ! Si tu regardes bien tu verras qu'en même temps que la récupération des points devient plus facile, si ne m'abuse, les amendes ont augmenté.
Le lobby des "machines à sous", comme tu dis, continue, et pas seulement lui.
Ceux qui gagnent ce sont ceux qui ont le fric pour se payer des grosses bagnoles qui vont vite, payer les excès de vitesse, regagner leurs points (quitte à repasser à la caisse pour un stage où ils feront semblant de "comprendre leurs erreurs") voire les racheter à quelqu'un et repartir comme en 40.
Aujourd'hui, ceux qui sont favorisés sont les gros pleins de thunes dans des bagnoles neuves et qui peuvent surfer entre les amendes.
C'est ça que ce gouvernement est en train de favoriser. C'est le gouvernement de rêve pour tous ceux qui considèrent que les vieux et les vieilles bagnoles doivent dégager de leur piste d'accélération. Etrangement, ils gueulent dessus en lui reprochant des choses qu'ils n'essaie même pas de faire.

Pour être clair : je suis contre les amendes excessives, mais je suis aussi contre la récupération des points trop rapides, telle que l'amendement Fouché la met en place. Tout le monde a le droit à l'erreur, mais pas plusieurs fois par an...

Pages