'Think Different' : les souvenirs de son co-auteur

Florian Innocente |
Think Different

La campagne 'Think Different' a précédé le retour en grâce des produits d'Apple. Rob Siltanen, qui a imaginé l'un des éléments clefs de cette publicité, revient dans un long article chez Forbes, sur sa genèse et les apports des uns et des autres, de l'agence de pub à Steve Jobs. Avec la volonté d'offrir un récit des faits plus étoffé et parfois plus juste que n'en a fait, à son goût, le biographe de Jobs qui a consacré quelques pages à cet épisode fondateur du nouvel Apple.

Le contexte tout d'abord. En 1997, lorsque Steve Jobs, de retour chez Apple, appelle son ami Lee Clow, l'agence de ce dernier, Chiat/Day, tourne à plein régime et vogue de succès en succès. C'est ce même Clow qui avait conçu pour Apple et le premier Mac le clip 1984. Les deux hommes ne sont pas vus depuis 10 ans. Rob Siltanen (ci-dessous), 33 ans à l'époque, gère les budgets de fabricants d'autos, Nissan et Infinity, dont les campagnes marchent fort.

Entre les succès enregistrés par l'agence et l'historique liant Jobs à Clow, les choses semblent se présenter sous les meilleurs auspices. Clow n’envisage - ni ne compte - défendre son agence contre des concurrents, Apple les choisit d'emblée, ou pas.

siltanenLorsque Clow et Siltanen arrivent à Cupertino, contre toute attente, Jobs les accueille sans effusion particulière «Ca fait plaisir de vous voir, merci d'être venus, maintenant au travail». Il explique à ses visiteurs qu'Apple prend l'eau de toutes parts (l'iMac ne sera là que dans un an, ndr), qu'il est en train de consulter plusieurs agences qui pour certaines semblent compétentes. Il demande donc à Chiat/Day de lui proposer quelques concepts et réflexions.

Jobs, particulièrement autoritaire et arrogant, tel que s'en souvient ce jour là Siltanen, ajoute qu'il envisage uniquement des parutions dans la presse informatique et pas de passage à la télé, en attendant qu'Apple ait davantage à offrir sur un plan produit. «J'avais l'impression qu'il pensait qu'on était juste une société de plus qui avait de la chance d'être en sa présence».

Siltanen a alors exprimé son désaccord avec cette stratégie «La moitié du monde pense qu'Apple va mourir. Ce ne sont pas quelques publicités imprimées dans les magazines informatiques qui vont vous aider en quoi que ce soit. Vous devez montrer au monde qu'Apple est forte comme un lion. On ne voit jamais personne discuter autour d'une machine à café de publicités imprimées. Vous avez besoin de faire quelque chose de plus grand et de plus audacieux. Vous devez passer à la télé et faire d'autres choses qui vous donnent un véritable élan».

Lee Clow renonça finalement à sa stratégie initiale du tout ou rien et, à l'invitation de Jobs, il accepta de faire plancher ses équipes sur quelques idées pour tenter de reprendre à BBDO, son concurrent, le budget d'Apple.

Chez Chiat/Day, une semaine fut donnée aux personnes concernées pour coucher sur le papier les premiers éléments d'une future campagne. Il s'agissait par exemple de cerner la manière dont Apple était perçue à ce moment difficile de son existence. D'un côté elle avait ses fans, ceux des milieux créatifs, et parmi eux quelques célébrités comme Spielberg ou Sting qui pouvaient servir de porte-étendard. De l'autre il y avait les milieux de l'entreprise qui considéraient le Mac comme un "jouet", incapable de faire de l'informatique "sérieuse". Sans oublier les médias qui prédisaient le pire pour Apple, raillant sa singularité au sein du monde PC et déconseillant l'achat de Mac.

Au bout d'une semaine, les équipes de Chiat/Day se réunirent dans une pièce aux murs littéralement couverts de leurs travaux et recherches. Quatre groupes avaient travaillé se souvient Siltanen, mais à peu près tout le fruit de leurs efforts était médiocre. Exception faite d'une esquisse de campagne imaginée par un créatif, Craig Tanimoto, qui se distinguait fortement du lot : «C'était une campagne d'affichage avec de simples photographies en noir et blanc de personnes et d'événements fameux. Une avait une photo d'Einstein. Un autre avait une photo de Thomas Edison. Une autre avait une photo de Gandhi. Un autre avait la fameuse fameuse photo de fleurs placées dans un canon de fusil lors des manifestations contre la guerre du Vietnam. Au dessus de chaque image, il y avait l'arc-en-ciel de couleurs du logo Apple et les mots 'Think Different'. Rien de plus.»

Une approche tout en simplicité qui contrastait avec les autres travaux présentés et remplis de stéréotypes, avec des ordinateurs ou des célébrités les utilisant. Une idée intéressante, mais qu'il fallait expliciter. Craig Tanimoto le fit ainsi «IBM a une campagne pour ses ThinkPad qui déclare 'Think IBM' et je pense qu'Apple est très différente d'IBM, je me suis donc dit que 'Think Different' était intéressant. Ensuite il m'a semblé que ce serait cool de rattacher ces mots à certains des esprits les plus singuliers à travers le monde».

L'association du logo coloré et des photos noir et blanc renforçait encore ce postulat écrit Siltanen. Lee Clow apprécia l'idée et fit travailler tout le monde sur une déclinaison en vidéo. D'autres cherchaient des photos supplémentaires de personnalités ainsi que des extraits vidéo utilisables. Il s'agissait de mettre au point un clip donnant le ton général de la campagne afin de vendre l'idée au client. Comme l'a raconté la biographie de Jobs, la musique et certaines paroles du morceau 'Crazy' de Seal (vidéo) furent sérieusement envisagées “Nous ne survivrons pas si nous ne devenons pas un peu fous - We’re never going to survive unless we get a little crazy". L'idée consistait à jouer un extrait de la chanson et la faire suivre par un déroulé de phrases martelant la philosophie retrouvée d'Apple :

Il y a des gens qui voient le monde différemment.
Ils voient les choses d'une façon nouvelle.
Ils inventent, créent, imaginent.
Nous faisons des outils pour ces gens.
Car pendant que certains les considèrent comme des fous, nous voyons du génie.
- L'image s'estompe et le logo Apple apparaît suivi du slogan :
Think Different.

Il fut toutefois impossible de ramener tout cela à un clip de 60 secondes sans dénaturer le propos et le ton. De même, Siltanen souhaitait revoir le texte pour le rendre plus incisif. Mais il s'agissait d'abord de convaincre Jobs, la réécriture pouvant se faire après.

La présentation se fit chez Apple avec Jobs accompagné de quelques personnes. Clow vendit l'idée de ses équipes à un Jobs apparemment dans de bonnes dispositions. Le responsable de Chiat/Day suggéra de décliner la campagne dans la presse, sur affichages et à la télévision.

tfpostersJobs paru intrigué, mais en regardant les visuels placés autour de lui il fit machine arrière «C'est génial, c'est vraiment super… mais on ne peut pas faire ça. Les gens pensent déjà que je suis un égoïste, si je mets le logo d'Apple au-dessus de tous ces génies la presse va me tailler en pièces». Un rejet qui laissa les gens de l'agence interdits, ils n'avaient rien d'autre à proposer. Puis en quelques secondes, Jobs fit un virage à 180°, décida que c'était ce qu'il fallait faire et donna rendez-vous à ses interlocuteurs pour le lendemain. Le budget était dans la poche.

Il fut cependant impossible de formaliser le clip présenté à Jobs, ce dont il se montra mécontent. Les droits d'utilisation de la vidéo de Seal risquaient de ne pas être accordés, et réduire la longueur du clip se faisait aux dépens du texte qui apportait justement toute la valeur ajoutée. Siltanen proposa de réécrire le script et de s'inspirer du manifeste du film "Le Cercle des Poètes Disparus". Steve Jobs dit qu'il comptait l'acteur Robin Williams parmi ses amis et approuva l'idée.

Siltanen travailla d'arrache-pied à l'écriture du nouveau texte. Il partait de l'idée qu'Apple était comme ces personnalités, tantôt moquée, tantôt célébrée, mais visionnaire. Il s'agissait de pousser ceux qui considéraient le Mac comme un jouet à revoir leur jugement. «Le génie est incompris», cette phrase fut en quelque sorte le concept sous-jacent à toute la campagne.

Le texte de Siltanen fin prêt, il le lut sur une vidéo et le tout fut soumis à Jobs après avoir reçu l'assentiment des équipes de Chiat/Day. Il n'y avait que Lee Clow et Siltanen avec Jobs lorsque ce dernier vit le clip. Le patron d'Apple réagit violemment dès le premier visionnage «C'est nul, je déteste, c'est de la soupe de publicitaire» (un épisode brièvement narré dans la biographie et où Siltanen apparaît comme un "rédacteur" qui resta "pétrifié" et s'en alla pour le plus remettre les pieds chez Apple, ndr). «Je croyais que vous deviez écrire quelque chose comme le Cercle des Poètes Disparus ! C'est à chier». Clow tenta de calmer le jeu, mais Jobs continuait d'exprimer son mécontentement, suggérant que l'agence fasse travailler les scénaristes du film, ou de «vrais écrivains» pour rédiger quelque chose.

Pris de court, Rob Siltanen défendit néanmoins son idée «Vous pouvez dire que vous n'aimez pas, mais ce n'est pas nul». Avec le recul on constate que le travail de Siltanen (premier texte) était en effet très proche de ce qui fut utilisé (ici dans sa version longue, le second texte).

To the crazy ones.
Here’s to the misfits. The rebels. The troublemakers.
Here’s to the ones who see the world differently.
They’re the ones who invent and imagine and create.
They’re the ones who push the human race forward.
While some may see them as the crazy ones, we see genius.
Because the people who are crazy enough to believe they can change the world are the ones who actually do.
“Think different.”

Here’s to the crazy ones. The misfits. The rebels. The troublemakers. The round pegs in the square holes.
The ones who see things differently. They’re not fond of rules.
And they have no respect for the status quo. You can quote them, disagree with them, glorify or vilify them.
About the only thing you can’t do is ignore them. Because they change things. They invent. They imagine. They heal. They explore. They create. They inspire. They push the human race forward.
Maybe they have to be crazy.
How else can you stare at an empty canvas and see a work of art ?
Or sit in silence and hear a song that’s never been written? Or gaze at a red planet and see a laboratory on wheels?
We make tools for these kinds of people.
While some see them as the crazy ones, we see genius. Because the people who are crazy enough to think they can change the world, are the ones who do.
“Think different.”


Siltanen, de retour à New York, se remit au travail pour ses autres clients, Clow fit cogiter d'autres rédacteurs et il embaucha Ken Segall qui avait déjà travaillé avec Jobs par le passé et qui allait participer à d'autres futures campagnes Apple (lire L'inventeur du nom de l'iMac évoque ses souvenirs). Segall vint voir un jour Siltanen et lui raconta que Jobs avait reçu des centaines de scripts et qu'il était revenu à l'idée de départ avec le texte initial… Segall l'avait enrichi de quelques phrases et le texte fut lu par l'acteur Richard Dreyfuss au lieu de Robin Williams (dans la biographie, il est raconté que Jobs appela personnellement Williams, mais il tomba sur sa femme qui refusa de lui passer son mari, sachant que Jobs réussirait certainement à le convaincre de prêter sa voix à cette pub. Apparemment Robin Williams ne versait pas dans la pub).

La publicité fut immédiatement commentée dès sa sortie avec parfois des critiques lapidaires, comme celle-ci dont se souvient encore Siltanen, un article dans le Los Angeles Times «C'est parfait qu'Apple fasse une campagne avec un groupe de gens disparus parce que la marque sera bientôt morte elle aussi». Apple n'était peut-être pas aussi forte qu'un lion à cette époque, mais cette campagne permettait de faire illusion alors même qu'il n'y aurait pas de vrais nouveaux produits à montrer avant presque un an.

En attendant, Apple revenait dans les débats et son action avait triplé. « Si l'iMac n'avait pas été précédé par la campagne "Think Different" il est probable que cette machine aux couleurs et en forme de bonbons aurait simplement été vue par la presse et le public en général comme un énième «jouet» d'Apple. » écrit enfin Rob Siltanen.



Sur le même sujet :
- Apple dépoussière sa marque "Think Different"

avatar noedz | 
Excellent article, comme d'hab MacG. Comme quoi Jobs était quand même une belle pourriture au niveau humain ...
avatar Ovni.94 | 
..... Oui,mais il savait aussi faire des virages à 180° ce qui prouve beaucoup de réflexion et donc d'intelligence.
avatar Johnny B. Good | 
Avec le recul, la phrase du LA Times est vraiment savoureuse.
avatar iBaby | 
Magnifique pub. La plus belle de toutes. PS : c'est dur avec les pubs en bas de laisser un commentaire depuis l'app pour iPhone. C'est même dur de sortir de l'article sans fermer l'application. C'est dur aussi de marquer un favori. ;)
avatar iBaby | 
Oups, je n'avais pas remarqué qu'il fallait double taper. Je l'avais fait mais ça n'avait pas marché. Désolé, n'en tenez pas compte.
avatar françois bayrou | 
@Ovni Comme quoi, on peut être une belle pourriture, et très intelligent ! :)
avatar Orus | 
Qu'il est loin déjà ce temps où Apple nous affirmait qu'il faisait des produits différents pour des gens différents de la masse. Aujourd'hui c'est les iBidules et les iMachins, un OS X Lion qui ravale nos Mac au rang de l'iOS et des iTrucs; le tout pour les masse les plus grande et les moins pensantes, à l'image du PC. Triste évolution.
avatar tap | 
françois bayrou: dans l'histoire, t'en as à la pelle :d
avatar iBaby | 
@orus " Triste évolution." Parle-nous de la tienne. Les iBidules sont dignes d'intérêt.
avatar lukasmars | 
Mon dieu que ça devait être dur de bosser avec Jobs, de le supporter tout court. L'auteur le dit bien, en parlant de son college Clow, "il etait genial dans son boulot, il etait un saint pour arriver à bosser avec Jobs." Le pire, c'est que ce fameux slogan "think different " est attribué à Jobs alors qu'il a été contre jusqu'au bout. Et surtout que le mythique "think different" était la" réponse" à la campagne d'IBM qui était "Think IBM " , donc pas trés original; on est à la limite du plagiat.
avatar Mithrandir | 
@noedz : on n'est pas chez les bisounours. Il misait tout sur cette campagne, il ne devait pas se planter. Que l'agence aie fait la campagne de 1984 ne changeait rien à l'affaire. Son attitude les a obligé à se dépasser, plutôt que de considérer tout acquis, comme avant de le rencontrer.
avatar huexley | 
@orus Je ne suis pas vraiment d'accord, le iMac est clairement le premier iBidule d'une série à succès, la réussite par la démocratisation et l'appropriation de ces produits. Je suis en contact permanent avec les nouveaux clients d'Apple les switchers qui abandonnent leur PC un premier temps effrayés, inquiets de perdre des années d'habitude pour au final embrasser totallement leur nouveau iTruc. Certes les vieux briscards dont je fait partie qui ont connu les OS6 et les suivants, qui se sont fait rire au nez, traité de membre de secte ou d'adorateur de produits morts, de bobos etc on parfois du mal à se dire qu'il ne sont plus des happy few, priviligiés et seuls connaisseurs d'une technologie que a laquelle on pouvait s'attacher par le simple fait d'être dans la même galère... Ces vieux ont parfois le sentiment de voir débarquer des hordes de gens assisté et seulement stupide consommateur à la chaine, des clients avide d'acheter le dernier jouet hype incapable d'en voir la substance et la frustration sur laquelle ils ont été construits. Il ne passe pas une journée sans que je ne sois critique, même virulent sur certains produits, fonction ou services, quand Apple bacle certaines choses je suis furieux. Mais au final, je me lève le matin et allume mon petit iPhone qui passe sa journée au chaud dans ma poche, allume mon MBPro le soir pour travailler... Et peut importe que ces ignards, nous envahissent, je sais reconnaitre les happy few et partager les moments de lutte que nous avons traversés alors que nous n'étions qu'une insignifiante communauté mais Oh combien soudées.. Tout ces nouveau utilisateurs de la pomme sont là pour quelle continue à vivre superbe et j'en profite.
avatar noLLL | 
@ huexley ose de ta iLife
avatar Rigat0n | 
@lukasmars : 'Et surtout que le mythique "think different" était la" réponse" à la campagne d'IBM qui était "Think IBM " , donc pas trés original; on est à la limite du plagiat.' C'est dommage tu disais des trucs intéressants avant ça.
avatar karting1234 | 
Ça va pas la tête de nous pondre un tel pavé à une heure pareille ! ^^" Nan très bon article comme d'habitude ;)
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@mithrandir Tout à fait. Quand on est patron, que sa boîte est au bord du gouffre et que tout repose sur une campagne de pub, il y a plutôt de quoi est stressé non?
avatar hartgers | 
@nolll : encore un autre Apple fan de la dernière pluie... Je comprends parfaitement ce que pense Huexley et partage son avis.
avatar huexley | 
@hartgers Si tu savais comme je me fous du genre d'avis de nolll, ce genre de personnes disparait aussi vite qu'il apparait dans quelques semaines il sera retourné dans l'incognito d'internet avec sa stupidité patente.
avatar Mitchells | 
Vous ne sauriez pas où on peut trouver les images de "Think Different" dans une bonne résolution ? J'aimerais me faire un petit poster en assemblant des feuilles A4, comme dans l'image de l'article. Je me souviens de cette époque comme si c'était hier. Tout le monde se foutait de nous (les utilisateurs d'Apple) et quand ces affiches sont sorties ces pauvres critiqueurs sont restés la bouche ouverte. Ces affiches étaient tout simplement parfaites. Dans la bio qui lui est consacrée, Jobs explique qu'il a eu les larmes aux yeux quand Clow lui a présenté "Think Différent". "J'étais sans voix. (...) C'était mille fois mieux que tout ce que les autres agences avaient pu me proposer. J'avais le souffle coupé (...) Il arrive dans l'existence des moments miraculeux, des moments où l'on se retrouve en présence de la pureté absolue". Qu'est-ce que ça aurait été s'il avait aimé !
avatar Obidjoule | 
@huexley : + 100 000 000 ;-) Belle ode de nos iLife, j'assume et revendique le terme de l'autre comique... Et ma vie pommée a débuté avec un LC 475...
avatar hellhasnofury | 
Cette histoire de "Think different" m'a toujours profondément étonné: n'était-ce pas déjà la signature de Pepsi aux Etats-Unis depuis toujours??
avatar iPadOne | 
@obidjoule , huexley , ma vie digitale a commencé avec un LC II et After Dark, comme huexley l’a si bien dit les petits troll retournerons sous peu dans leur triste et minable vie. Sinon Florian vraiment un super article, mais je me demande si Siltanen ne serais pas un peu aigri d’avoir été évincé, Steve n’était pas facile c’est clair. Si Clow a accepté de continuer avec Steve ce n’était pas pour la gloire ou l’argent a ce moment là mais certainement plus pour le challenge
avatar Psylo | 
Je me souviens surtout que ces affiches étaient d'une qualité d'impression exceptionnelle, ces photographies énormes, avec un piqué magnifique faisaient baver pas mal d'imprimeurs.
avatar Oliange | 
@hellhasnofury " Cette histoire de "Think different" m'a toujours profondément étonné: n'était-ce pas déjà la signature de Pepsi aux Etats-Unis depuis toujours??" Oui, Think Different était la campagne de Pepsi avant qu'Apple la reprenne.
avatar alexadvance | 
Moi qui pensais que "Think different" était le slogan de Pepsi en réponse à Coca... Think Different. Think Pepsi.
avatar Tejavo | 
Au risque de me répéter, MacGé sort décidément du lot de la presse digitale française. Merci et bravo pour vos articles.
avatar yoa | 
@huexley Discours flippant... à la limite sectaire. - Moi seul contre tous - Moi oppressé par les PCistes - Moi, fervent depuis toujours - Moi l'initié contre les nouveaux consommateurs - Moi l'averti contre les néophytes Acheter Apple ce n'est pas être différent. Ce n'a jamais été vrai et ce n'est pas près de changer. Ceux qui pensent le contraire ont été ravagés par le marketing ou par les discours communautarismes. Comme si une marque vous appartenez. Ridicule ! C'est vous qui appartenez à la marque. (A la sortie OS X, je pense que la majorité des Unix-users connaissaient bien plus le système que les Apple-users)
avatar brenda | 
des affiches étaient envoyées aux revendeurs et les critères d'utilisation étaient très stricts : avoir toutes les affiches en même temps, les supprimer, en même temps à la fin de la campagne, et les détruire ... interdiction absolue de les distribuer / donner aux clients etc ... un jour de moindre contrôle du chef j'avais réussi à détruire les affiches moins une que j'ai toujours : Alfred Hitchcok @+
avatar XiliX | 
J'ai toujours adoré cette campagne de publicité. Mais jusqu'à ce jour, je n'ai jamais fait attention au texte. Un texte que je trouve très fort. Peu importe le sens qu'on peut en tirer.
avatar Mitchells | 
@yoa La question n'est pas d'appartenir ou pas à une marque. Apple n'est pas une marque comme les autres et ne l'a jamais été. Compare ça avec Harley-Davidson pour les motos, si ça peut t'aider à comprendre. Un produit Apple n'est pas un produit: c'est une expérience. C'est une création. C'est le futur au présent. Depuis toujours. Soit tu y est sensible, soit tu ne l'est pas. Si tu ne l'est pas, effectivement, tu peux te dire que c'est une marque à la con, une multinationale comme les autres. Sauf que ce n'est pas une multinationale comme les autres. Il y a 15 ans, les utilisateurs Apple étaient effectivement seuls contre tous et oppressés par les pCistes. Ceux qui ont connu le Mac des origines (mon premier n'avait même pas de disque dur et coûtait un oeil), le LC II, le LC 475 ont vécu une époque où cette expérience leur procurait des émotions énormes. Une émotion ne se contrôle pas forcément et te suit toute ta vie. Si tu n'as pas le sentiment d'observer une pâle copie lorsque tu pianotes sur Windows 7 ou sur une tablette Samsung sous Android (Ces contrefaçons n'existeraient pas s'il n'y avait pas eu l'original), il est normal que tu aies cette réaction. Certains entendent un concerto de Mozart comme étant une suite de notes jouées par des instruments de musique, d'autres y entendent le souffle du génie.
avatar Hello. | 
Excellent article, comme tous les autres :) Connaitre l'histoire d'Apple est très édifiant. Ca nous permet de prendre du recul sur ce qu'on peut entendre un peu partout. Et je remarque aussi qu'elle a toujours été très critiquée mais que constamment, elle n'a pas arrêté d'avancer (surtout quand Jobs était là) et de révolutionner le monde informatique. Et quand on analyse la situation présente, il se passe la même chose : critiquée sans cesse, mais continue d'avancer et de montrer la voie aux autres géants de l'informatique.
avatar Philactere | 
Mouais super. L'utilisation de grandes personnalités mortes pour vendre de la lessive, des bagnoles ou des ordinateurs alors qu'elles n'ont rien demandé et surtout pas donné leur accord ça m'a toujours fait gerber. Cette campagne me fait donc gerber aussi. Maintenant pour ceux ici qui s'extasient devant ce think different qui ne respecte pas ces grandes figures en les transformant en VRP, je me réjouis de lire vos réactions quant Saint-Steve sera utilisé pour vendre de la mayonnaise ou une marque de pullovers à col roulé.
avatar Hello. | 
On parle de machines qui ont permis la modernisation du monde, qui ont permis de connecter tous les humains et de communiquer plus facilement. Tous les mérites qu'on vante de la technologie tel que son rôle dans les printemps arabes, ont été rendu possible par les idées d'Apple. (attention je dis ça mais je n'attribue aucunement tous les miracles produits par les ordinateurs à Apple, je dis juste qu'il ne faut pas comparer les Macs et iPhones à un produit lessive, car ceux-ci ont fortement accéléré le développement du monde tel qu'on le connait) PS : et il n'y a évidemment pas qu'Apple qui a permis tout ça hein.
avatar Philactere | 
@Hello. : Oui je sais, Apple est le Messie grâce auquel l'Humanité est sortie de la misère morale, intellectuelle et matérielle. Avant Apple le monde vivant dans l'obscurantisme puis la lumière fut. Merci Apple.
avatar iPadOne | 
@[b]Hello[/b], je pense que tu t’égosille, quand je lis les propos de [b]Philactere[/b] je comprend qu’il n’a aucune sensibilité et que pour lui (comme beaucoup d’autre) tout est normal est lui est dû, le travail qu’il y a derrière les efforts de la marque pour lui faciliter la vie c’est pas son problème. C’est triste mais c’est comme ça, je pense que c’est inutile que je lui explique comment j’ai gagné des parts de marché avec ma Style Writer installé dans le coffre de la voiture et comment mes client était surpris que je le sorte en 2 minutes la facture de mon power-book 100, pas besoin que je te dise que c’était un oeil+un bras l’ensemble. Mon LC II est resté pendant des années sur étagère et de temps en temps je le faisait démarrer juste pour faire tourner after dark. a cette époque les PCiste pour avoir un logiciel de gestion/compta y devais se le faire faire sur mesure ça prenais un an ou deux et ça plantais 3 fois par jours alors que nous on avais toutes la société dans un iOmega
avatar Mitchells | 
@Philactere: Le monde dans lequel tu vis n'est pas tombé du ciel tout seul. Le mouton n'est pas celui que tu crois.
avatar nogui | 
@Philactere "@Hello. : Oui je sais, Apple est le Messie grâce auquel l'Humanité est sortie de la misère morale, intellectuelle et matérielle. Avant Apple le monde vivant dans l'obscurantisme puis la lumière fut. Merci Apple." Mais .... Tu es niais ou quoi ?? désolé j'ai rien trouvé d'autre à te dire ... Tu as tout lu de ce qu'a dit "Hello" ? Ou juste le début et tu t'es mis à répondre frénétiquement comme un bourrin ??
avatar nogui | 
@Yoa " (A la sortie OS X, je pense que la majorité des Unix-users connaissaient bien plus le système que les Apple-users)" Ne confondrais tu pas le coeur du système avec l'interface utilisateur ?? Et dans ce cas tu as tort .. Pas besoin d'être un pro sous Unix pour tirer pleinement profit de MacOSX
avatar Hello. | 
C'est vrai je m'égosille, ça ne sert à rien d'essayer d'apporter un peu de nuance aux gens qui n'en sont visiblement pas capables.
avatar Mitchells | 
Les fous, les marginaux, les rebelles, les anticonformistes, les dissidents... Tous ceux qui voient les choses différemment, qui ne respectent pas les règles. Vous pouvez les admirer, ou les désapprouver, les glorifier, ou les dénigrer. (Philactère) Mais vous ne pouvez pas les ignorer. Car ils changent les choses. Ils inventent, ils imaginent, ils explorent. Ils créent, ils inspirent. Ils font avancer l'humanité. Là où certains ne voient que folie, nous voyons du génie. Car seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu'ils peuvent changer le monde, y parviennent. (Texte lu par Richard Dreyfus sur les images de Think Different pour le spot TV)
avatar Liam128 | 
[quote]Maintenant pour ceux ici qui s'extasient devant ce think different qui ne respecte pas ces grandes figures en les transformant en VRP, je me réjouis de lire vos réactions quant Saint-Steve sera utilisé pour vendre de la mayonnaise ou une marque de pullovers à col roulé. [/quote] Il suffit de voir les réactions offusquées lorsque Libération a sorti un t-shirt reprenant sa Une (la pomme qui pleure) à la mort de Steve Jobs... Les Hello, iPadOne, Mitchells et compagnie ne pourraient pas ressembler davantage à des membres d'une secte.
avatar Hello. | 
@Liam128 D'abord, apprend ce qu'est une secte. Ensuite, qui es-tu pour te permettre de juger des personnes admiratives, voire passionnées de l'histoire de l'informatique ? Je disais juste au départ que c'était intéressant de connaitre l'histoire d'Apple car cela nous permet de prendre du recul et de mieux considérer ses produits, à l'instar des gens qui jugent ce qu'elle fait sans aucune réflexion. Et puis j'ai répondu à Philactère qu'on ne pouvait pas comparer l'informatique à un produit lessive ou à de la mayonnaise car les ordinateurs changent le monde. Alors, excuse-moi, mais c'est vous les pires dans l'histoire, à venir dénigrer des personnes ayant une belle histoire à raconter en s'exclamant qu'ils appartiennent à des sectes et qu'ils ne savent pas réfléchir.
avatar denisbook (non vérifié) | 
Bah ce qui est bien au moins sur MacGé c'est qu'on peut polémiquer sans se faire jeter :-) sinon je rigole aujourd'hui de voir des tas d'anti Mac Users bombant le torse en décriant les produits Apple autant que leurs aficionados, c'est très mode et très dans l'air du temps d'être anti iBidule, et ça le deviendra de plus en plus … aujourd'hui le 'think different' c'est penser Windows ou Androïd :-) il y aura toujours des idiots qui opteront pour un truc moins bien sous prétexte qu'il est moins renommé … vouloir être absolument différent, c'est finalement être très commun ...
avatar Hello. | 
@denisbook : EXACTEMENT :-)
avatar iPadOne | 
[quote=Liam128] Il suffit de voir les réactions offusquées lorsque Libération a sorti un t-shirt reprenant sa Une (la pomme qui pleure) à la mort de Steve Jobs... Les Hello, iPadOne, Mitchells et compagnie ne pourraient pas ressembler davantage à des membres d'une secte. [/quote] Ton patron doit aussi faire parti d’une secte, puisqu’il apprécie ton travail et qu’il te paye tous les mois pour ça, et que quand tu travaille plus de 35h il te paye un bonus et qu’en fin d’année il te donne un 13 eme mois voire une prime et il lui arrivent même de t’augmenter. Les gens qui vont dans les musées font aussi parti de secte, il payent pour voir des vielles choses faite par des gens qu’ils admirent, certains vont même jusqu’à payer des fortunes pour un bout de tissu avec des couleurs peinte dessus. y a meme encore pire comme secte c’est celle de la Télévision, tu te rend compte ils achètent un écran très cher, ils payent une redevance annuelle, il payent un abonnement mensuel, certains payent même des machines pour enregistrer et tout les jours a heures régulière il allume leur télé qui coute cher en électricité pour voir des gens leur annoncer les mauvaise nouvelles de la journée, voir des séries ou ont tue des gens, voire des émissions ou on ridiculise ceux qui participent. il y a même des gens qui restent 4 ou 5 heures devant cet écran. Tu a raison fuyons ce monde de secte, rejetons tout en bloc , détestons ceux qui ont des gouts et qui apprécient ceux qui ont du talent
avatar nogui | 
@Hello & @denisbook Le principal est dit :-) Mais je rajouterai que la principale attaque d'une bonne partie des anti-Apple congénitaux est faite contre les utilisateurs eux mêmes et pas sur ce qu'ils utilisent ... ça permet de pas chercher d'autres arguments, c'est moins chiant ... Le problème vient aussi du fait que, maintenant, être contre Apple, leur fait croire qu'ils sont plus intelligents que les autres .. Qu'ils se démarquent des autres moutons .. Que EUX ne font pas partie de la masse. Qu'ils ne subissent pas le système .. Enfin c'est ce qu'ils croient , ça les flatte .. Pourquoi ? Ben parce que beaucoup d'utilisateurs de base, non spécialistes du sujet, , utilisent des iPhones et autres iMachins et qu'ils montrent qu'ils en sont content sans donner de vraies raisons rationnelles avec des analyses précises du pourquoi du comment ... Et ça ça énerve nos chers fandroid car il faut TOUJOURS prouver TECHNIQUEMENT pourquoi c'est mieux ! C'est vital ! :-) Donc si on aime l'iPhone,sans raisons techniques, c'est donc automatiquement qu'on est un fan décérébré, ça devient leur seule explication .. Apple plait à Mme Michu qui n'y connait rien .. Mais ç'est justement ça le but d'Apple .. Et ils y arrivent en plus. Mais ces fandroid ne comprennent pas que même si on n'y connait rien ça ne veut pas dire qu'on est con et que ce qu'on utilise ne vaut rien .. Si ! C'est possible q'un système soit simple ET performant .. même si ça vous choque :-) On peut être normal, non fan, apprécier les choses à leur juste valeur en utilisant un iMachin ! Merde alors ! :-) Ca me fait penser aux personnes , souvent des musiciens (pas tous) qui critiquent certains genres musicaux qui ne correspondent pas techniquement à leur conception de la musique.. Mais merde ! Non ! La bonne musique n'est pas réservée aux seuls musiciens ! :-) Finalement je me demande si ce ne sont pas les fandroid qu'y s'identifient encore plus à leur smartphones que les autres .. Ils pensent "montre moi ton phone je te dirai qui tu es".. vaste fumisterie ! A une époque, lointaine, l'élitisme était du coté d'Apple et de sa communauté (et d'ailleurs certains vieux de la vieille n'aiment plus ce qu'Apple est devenu). Maintenant c'est le contraire ..Mais les raisons ne sont plus les mêmes ..
avatar Mitchells | 
Apple, une multinationale qui nous pompe le pognon ? ...Je m'en fous ! Moi, utilisateur de Mac, mouton bêlant ? ...Je m'en fous ! Depuis VINGT-CINQ ANS tous les jours je me plante devant mon Mac et ça me plaît. Depuis VINGT-CINQ ANS mon Mac ne m'a jamais déçu. Je suis heureux de l'avoir rencontré un jour, d'avoir croisé la vision de Steve Jobs, il fait partie de ma vie. Il m'a fait progresser, comme il a fait progresser toute l'informatique personnelle et professionnelle. Ceux qui n'aiment pas, amusez-vous avec vos plagiats, vos copies, vos contrefaçons, vos imitations, vos répliques, vos trucs en plastique, vos logiciels piratés, vos virus et laissez-moi en tête-à-tête avec mon pote avec une pomme sur le nez. "Un lion qui copie un lion devient un singe." Victor Hugo "Am willing to tear down walls, build bridges, and light fires." Steve Jobs "Si Léonard de Vinci avait créé une multinationale, il aurait fabriqué quoi ?" Moi
avatar Marc-Alouettes | 
En tant que "Mr.Michu" depuis 1976, (Apple II) je n'avais pas le choix pour faire ma compta car le PC n'existait pas. Puis vint le Mac et enfin OS10. Le passage d'OS9 à OS10 fut délicat, certes, mais j'ai pu transférer mes données depuis 1976 à ce jour. Avais-je un autre choix ? Evidement , non ! En réalité, ce sont les PCistes endurcis (qui nous traitent de moutons) qui sont réellement les moutons sectaires ! PS: Je n'ai rien contre Windows qui permet aux HardGamers de trouver leur compte (encore que les pros sont sous Linux) ou contre Androïd qui permet aux étudiants d'avoir un smartphone pas cher.
avatar Philactere | 
@denisbook et d'autres On peut apprécier les produits Apple, ordinateurs, iBidules, OSX et iOS tout en n'appréciant pas d'autres aspects de la marque à la pomme sans être pour autant un "anti Apple-user bombant le torse" et autre "fandroid", le monde n'est pas noir et blanc. @Hello et d'autres Connaître l'histoire c'est très bien et même édifiant comme l'a dit Hello, mais connaître l'histoire ce n'est pas non plus approuver le moindre fait et geste des acteurs de cette histoire, quand bien même on les apprécie sur certains aspects on peut garder un peut d'esprit critique. Je n'ai pas aimé cette pub think different et je l'ai dit (certes dans des termes peut être durs) parce que je penses que quant on en arrive à montrer des grandes personnalités décédées c'est qu'on n'a pas grand chose à dire en plus en plus d'associer leur mémoire à des produits de consommation, tout Apple qu'ils puissent l'être. Et du reste Apple n'a pas plus de légitimité à reprendre Ghandi pour vendre des ordinateurs que d'autres a utiliser. Or trait de Che Guevara pour vendre des produits financiers. Quant à savoir si le monde est meilleur avec l'informatique voir même grâce à Apple c'est un autre débat qui est loin d'être tranché, on y trouve du positif comme du négatif. Je retiendrais juste cette citation lue ici-même sur macGé pas plus tard qu'hier : "l'informatique fait gagner du temps à l'homme mais il le passe derrière un ordinateur". Je ne pense pas que l'informatique ou Apple ait rendu le monde meilleur quand bien même j'aime utiliser ses produits. Le monde n'a pas attendu l'informatique pour se construire et se détruire parfois, si le printemps arabe à bénéficié des outils technologique actuels, la révolution française ne les possédait pas et pourtant elle a bien existé. L'informatique est un outil dont les usages sont à multiple facettes, ce n'est pas une fin et Apple n'est pas le sauveur du monde. Maintenant si vous n'avez à la bouche que les mots "demeuré", "mouton"
avatar Philactere | 
Maintenant si vous n'avez à la bouche que les mots "demeuré", "mouton" ou "fandroid" ça va être un peut dure pour faire avancer la discussion.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR