Apple/Adobe : petits massacres entre amis

Arnaud de la Grandière |
Tout est consommé

Si jusqu'ici la guerre entre Adobe et Apple restait quelque peu larvée, avec des piques lancées par les sous-lieutenants, puis les aides de camp, puis les dirigeants eux-mêmes dans des "offs" savamment orchestrés, elle a éclaté au grand jour avec une lettre cinglante signée de la main même de Steve Jobs, et avec une réponse non moins fielleuse de la bouche du dirigeant d'Adobe. On ne fera pas plus officiel et plus formel. Que deux grandes entreprises manifestent ainsi leurs désaccords et leur animosité réciproques de manière aussi publique a toujours quelque chose d'embarrassant, tant pour les acteurs que les témoins. Un peu comme lorsqu'on se retrouve pris au milieu d'une dispute conjugale chez un couple qui vous a invité pour le dîner.

Après la fameuse règle 3.3.1 du SDK d'iPhone OS 4.0 qui visait directement Adobe sans jamais la nommer (privilège s'il en est de voir une règle taillée sur mesure à son endroit), rendue publique seulement quatre jours avant la sortie de la Creative Suite 5 qui était censée permettre à Flash de créer des applications iPhone, Apple ne fait plus rien pour cacher son hostilité envers la plateforme d'Adobe. Il est intéressant de noter que, de toute son histoire, jamais Apple n'aura été aussi vindicative contre ses ennemis déclarés : ni IBM, ni Microsoft, ni Nokia n'auront eu à endurer de tels camouflets, pas même au plus fort de batailles judiciaires. Ça n'est pourtant pas les querelles qui auront manqué.

Comment a-t-on pu en arriver à ce point, alors qu'Apple et Adobe ont une longue histoire commune ? Précisément, on n'est jamais si bien trahi que par les siens. Il y a manifestement une dimension affective et émotionnelle qui sous-tend ce pugilat et qui motive ce que certains ne manqueront pas d'appeler un manque de professionnalisme : on ne lave pas son linge sale en public. Mais tout ceci n'est-il pas au contraire savamment orchestré, comme toute communication de la part d'Apple ? À y regarder de plus près, le discours de chaque partie est parsemé de sous-entendus, voire de pieux mensonges, et la lettre ouverte de Jobs elle-même est un message dans le message.

Jobs commence d'ailleurs par rappeler la vieille histoire commune des deux sociétés, en soulignant qu'Apple fut le premier gros client d'Adobe (lire également Apple/Adobe : une vielle histoire d'amour/haine). On peut y voir un sous-entendu qu'Adobe n'en serait pas là où elle est aujourd'hui sans Apple, on pourrait d'ailleurs y répondre l'inverse, tant le Macintosh des débuts a pu séduire les créatifs grâce à des logiciels tels que Photoshop, Illustrator ou Premiere, qui lui furent exclusifs quelques années. Le patron d'Apple ne manque pas de souligner qu'environ la moitié des Creative Suite qu'Adobe vend est à destination de Mac, histoire d'indiquer qu'aussi vexante qu'Apple puisse être, Adobe ne fera jamais la folie de laisser tomber le Mac… ce qu'Adobe n'a pu que confirmer.

Adobe et Apple, "champions" du monde libre ?

Premier point d'achoppement, Flash n'est pas "ouvert", à l'inverse de HTML5, qu'Apple lui préfère. Cette question à elle seule aura fait couler beaucoup d'encre : même si Apple soutient différents projets libres, on ne peut pas dire que la société n’ait jamais brillé pour l'ouverture de ses technologies, l'App Store étant sans aucun doute le coffre fort qu'Apple verrouille le plus jalousement du monde (et le véritable opposant à la plateforme Flash). Ce à quoi le patron d'Adobe répond que la Creative Suite est au contraire très ouverte, puisqu'elle s'ouvre à une multiplicité de plateformes… mais on ne parle là clairement pas du même type d'ouverture. D'autres sont montés au créneau pour souligner que Flash était bel et bien ouvert : citant l'Open Screen Project, ou encore Gnash, un lecteur libre de fichiers Flash. Mais à y regarder de plus près, il n'en est rien : si Adobe a bel et bien ouvert les spécifications des formats SWF, FLV et F4V, le lecteur Flash quant à lui reste lui-même entièrement sous la coupe d'Adobe, comme l'indique la FAQ de l'Open Screen Project :

Does this mean that it is possible for companies or developers to distribute Flash Player within their product offerings?
Adobe has removed the restrictions on the SWF and FLV/F4V specifications, not on Flash Player itself. Future versions starting with the next major versions of Flash Player and AIR for devices are royalty free as part of the Open Screen Project. However, a license (contract) still needs to be in place between Adobe and the licensee


Quant à Gnash, s'il s'agit d'un lecteur open source de fichiers Flash soutenu par la Free Software Foundation, il ne s'agit là que de reverse-engineering sans le moindre soutien ni bénédiction de la part d'Adobe. Gnash n'est d'ailleurs toujours pas compatible avec la dernière version de Flash, et ne fonctionne qu'avec Mozilla, Firefox, Konqueror et Opera. Prétendre que Flash est open source revient donc à dire que H.264 est libre du seul fait de l'existence de x264. Il n'en est rien, hélas.

Les partisans du monde libre ont d'ailleurs eu tôt fait de rappeler la contradiction qui existe entre le soutien qu'Apple donne à HTML5 d'un côté, et à H.264 de l'autre, qui fait tant débat face à Ogg Theora, le tout sur fond de querelle de vocabulaire pour définir ce qu'est un "standard ouvert". Pour Steve Jobs, un standard peut être ouvert sans être libre (au sens où les industriels l'entendent, à l'image du DVD, de la VHS ou du Blu-ray que chaque constructeur peut exploiter pour peu qu'il réponde aux conditions d'admission), pour les partisans du libre, il ne s'agit là que de standards soumis aux règles RAND (Reasonable And Non-Discriminatory), mais pas des standards ouverts.

Mais au fond, peu importe, la question n'est pas là pour Apple : l'ouverture de Flash en tant que telle ne pose pas problème à Apple pour des questions idéologiques, mais purement pratiques, comme Steve Jobs l'évoquera plus loin dans sa lettre. Apple ne peut pas se permettre de dépendre du bon vouloir d'une tierce partie pour faire avancer ses technologies, ce que les standards ouverts tout comme les logiciels libres permettent d'éviter.

Un web "complet" ou "presque complet"

Adobe souligne que les produits d'Apple proposent un web amputé de tous les contenus en Flash, Jobs répond que le tableau n'est pas aussi sombre qu'Adobe veut bien le brosser, dans la mesure où une part de plus en plus importante de vidéos sont proposées au format H.264. Quant aux jeux en Flash, ils trouveront un pendant avantageux dans les quelque 50.000 titres du genre qu'on peut trouver sur l'App Store. Mais Jobs a beau dire, il n'en reste pas moins que nombre de contenus restent et demeurent inaccessibles sur iPad, iPhone et iPod touch, et de quelque manière qu'on regarde le problème, abstraction faite des considérations techniques, leurs utilisateurs n'auraient rien contre le fait de pouvoir les consulter, ou du moins, d'avoir eux-mêmes le choix et la possibilité d'y accéder. D'autre part, s'il y a nombre de genres vidéoludiques qui sont représentés de manière égale du côté Flash comme du côté App Store, il en reste malgré tout qui n'ont pas leur équivalent.

Cependant, c'est bien cet embargo sur Flash qui finira par donner raison à Steve Jobs, puisque la popularité d'iPhone OS pousse les concepteurs de sites à prendre en compte Safari Mobile. Et c'est bien là le plus gros souci d'Adobe, car Apple met là un terme à l'universalisme de Flash, et l'ampute donc de son tout premier intérêt pour ses utilisateurs, malgré les tentatives désespérées de garder un pied sur iPhone OS (lire : Quand Adobe et Apple se disputent le web).
iphone_flash_blue_lego_block_ambiguity


"C'est pas moi, c'est lui"

Steve Jobs appuie ensuite là où ça fait mal : la stabilité et la fiabilité de Flash. Il commence par citer Symantec (dont l'impartialité, en qualité de fournisseur de solutions de sécurité, peut faire débat), qui pointait du doigt les nombreuses failles de sécurité de Flash en 2009. Jobs souligne également que Flash est la première cause de plantages sur Mac (on ne peut en l'espèce que se fier à sa parole, aucun chiffre indépendant n'étant disponible sur ce point). Des arguments qui font écho à ce qu'Apple disait de Windows il n'y a pas si longtemps encore. La réponse de Shantanu Narayen, le patron d'Adobe, surprend par sa faiblesse : le coupable de l'instabilité de Flash ne serait autre que Mac OS X lui-même. On aurait aimé que l'argument soit un peu plus développé et qu'il en fasse un semblant de démonstration. Après tout, les plug-ins équivalents de Flash, que ce soit Shockwave, Unity, ou encore Silverlight, fonctionnent sans problème sur Mac. On peut toutefois arguer que les contenus en Flash étant autrement plus récurrents, et le plug-in Flash étant utilisé bien plus souvent, il est bien plus facile de tomber sur un problème avec Flash qu'avec ses concurrents, d'un point de vue purement statistique. Quoi qu'il en soit, il n'en reste pas moins que l'argument est un peu court, si ce n'est puéril, d'autant que Flash n'est pas exempt de plantages sur Windows.

Steve Jobs avait déjà qualifié Adobe de "fainéante" lors d'un "off" savamment orchestré devant les employés d'Apple (lire Steve Jobs descend en flammes Adobe et Google), ce à quoi Kevin Lynch, directeur technique d'Adobe, avait répondu que Flash n'était pas livré avec des bugs connus susceptibles de causer un plantage (lire Flash : de meilleures performances espérées sur Mac)… Voire ! Le développeur Matthew Dempsky a souligné qu'un bug, vieux de 16 mois, causait irrémédiablement le plantage du plug-in sur quelque système que ce soit (lire Flash : un vilain bogue qui traine depuis 16 mois), ce pour quoi Adobe a fini par présenter de penaudes excuses (lire Flash : Adobe fait profil bas). À tout le moins, on peut être sûr que Mac OS X n'est pas la cause de ce bug en particulier, reste à déterminer ce qu'il en est pour les autres. Et coup de théâtre, Steve Jobs se voit soutenu dans ses propos par nulle autre que Microsoft elle-même ! (Lire Microsoft prend position en faveur du H.264 et critique Flash). Résolument, au jeu des alliances et des guerres, les temps changent. N'oublions pas toutefois que Microsoft est loin d'être désintéressée, puisqu'elle est en concurrence avec Adobe, et notamment Flash, sur quantité de domaines, de Windows Media jusqu'à Silverlight. Elle a donc tout intérêt à jeter l'opprobre sur sa concurrente, tout comme Apple d'ailleurs.

Quoi qu'il en soit, pour qui s'y entend un peu en termes de développement, les allégations de Shantanu Narayen ont de quoi faire sourciller. Elles reviennent à dire que ça n'est pas Flash qui n'est pas compatible avec Mac OS X, mais que c'est Mac OS X qui n'est pas compatible avec Flash. Or c'est bien Adobe qui fournit Flash sur Mac OS X et non l'inverse, c'est donc à Flash de s'adapter. L'argument aurait pu tenir à l'époque où les systèmes d'exploitation pouvaient subir un crash général face au moindre problème, mais voilà longtemps que ça n'est plus le cas (heureusement d'ailleurs, une telle perspective avec Flash aurait de quoi faire frémir). Les interactions entre le plug-in Flash et Mac OS X se limitent à des appels d'API et à l'intégration dans Safari. De deux choses l'une, dans cette hypothèse, soit Mac OS X tolère mal les messages de Flash, soit c'est l'inverse. Or ça n'est pas Safari, ni Mac OS X qui plantent, mais bien le plugin, comme on a pu en faire l'amer constat depuis que Snow Leopard l'a confiné dans un bac à sable.

Quand l'appel à une fonction du système fait irrémédiablement planter votre programme, vous ne livrez pas votre programme tel quel en vous contentant de blâmer le développeur de l'OS : à défaut de pouvoir régler le plantage proprement, vous cessez de faire appel à la fonction en question et vous vous tournez vers une autre solution, quitte à réinventer la roue dans la mesure du possible, ou au pire, vous faites l'impasse dessus, une fonction manquante, voire une alerte associée à l'interruption du processus en cours, valant mieux qu'un plantage franc et massif.

Quelle que soit la raison des plantages récurrents de Flash sur Mac, qu'ils proviennent du plug-in en lui-même ou de problèmes inhérents à Mac OS X, le résultat est le même et ne semble pas même faire débat : Flash plante beaucoup trop sur Mac. À charge d'Adobe de contourner les problèmes, quelle que soit leur origine, pour que son produit soit fiable, quitte à travailler avec Apple. De la même manière, Apple livrant Flash avec son système, il est de sa responsabilité (et de son intérêt) de faire en sorte que toute "incompatibilité" entre les deux soit résolue, dans la mesure de ses moyens. Il faut malgré tout souligner qu'en l'espèce, Adobe a bien plus de latitude qu'Apple de régler la question, étant la seule à avoir accès au code source de Flash, sachant que c'est bien Flash qui plante et non Safari ou Mac OS X, ces deux derniers étant désormais résistants face à de tels soucis. De ce point de vue, Apple a corrigé ce qui était de son strict ressort, reste à savoir si Adobe lui a fait part des éléments qui seraient fautifs selon elle.

"C'est pas moi, c'est lui" (bis)

Les deux points suivants abordés par Steve Jobs sont les deux revers d'une même médaille : la gourmandise proverbiale de Flash tant en matière de ressources du processeur que de l'autonomie de la batterie (la seconde n'étant que la conséquence directe de la première). Et le moins qu'on puisse dire, c'est que Flash fait preuve d'une boulimie surprenante lorsqu'on compare l'exécution d'un même fichier sur Mac OS X et Windows. Lee Brimelow, évangéliste chez Adobe (auquel on devra plus tard des invectives aux termes fleuris envers Apple, lire Evangéliste Adobe : « Apple, va te faire… »), expliqua cette carence par l'impossibilité d'accéder sur Mac à l'accélération matérielle pour la lecture des vidéos H.264 (lire Adobe accuse Apple d'être responsable des lenteurs de Flash).

Une explication quelque peu bancale, dans la mesure où d'autres logiciels, comme VLC, lisent tout autant les vidéos de ce format, sans plus d'accélération matérielle que Flash, mais non moins sans mettre le processeur à genoux… D'autre part, la lourdeur de Flash sur Mac est hélas bien loin de se limiter à la lecture de vidéos. Quoi qu'il en soit, l'argument n'aura plus lieu d'être, puisqu'Apple a fourni avec Mac OS X 10.6.3 une API permettant d'accéder à l'accélération matérielle du H.264 sur certaines cartes vidéos, et qu'Adobe a immédiatement intégrée dans une version beta de Flash (lire Flash 10.1 teste l'accélération matérielle du 10.6). Reste à Adobe à trouver une autre explication pour la lenteur de son plug-in désormais.

Apple et sa chère indépendance

Passons sommairement sur les rollovers exigés par nombre de fichiers Flash qui n'ont pas lieu d'être sur une interface multitouch. Certains ont argué que la question se posait tout autant avec le JavaScript sur certains sites, mais Apple a précisément pu régler toute seule cette question en simulant l'événement rollover par un tapotement de l'écran dans Safari Mobile, ce qui s'avère satisfaisant pour 99% des utilisations de cette fonction en HTML, à savoir l'ouverture d'un menu. Cette solution, bien qu'elle puisse être reprise à son compte par Adobe dans Flash, ne résout pas le problème dans quantité de jeux dont le mécanisme repose sur le rollover en lui-même.

Mais le point qui préoccupe en tout premier lieu Steve Jobs, et qui justifie selon lui d'avoir fermé la porte de l'App Store à Adobe, c'est de ne laisser personne se mettre entre les produits d'Apple et les développeurs qui travaillent dessus. « Nous avons appris, d'amère expérience, que laisser une couche logicielle de tierce partie se mettre entre la plateforme et le développeur ne résultera au bout du compte qu'à des applications de mauvaise qualité et à freiner l'amélioration et l'avancée de la plateforme », dit il. Jobs fait semble-t-il référence à PowerPlant, un très populaire toolkit de MetroWerks pour Mac OS Classic, qui a lourdement freiné la transition vers Mac OS X en ne l'adoptant qu'au lance-pierre. Les applications qui étaient jusque-là réalisées avec PowerPlant étaient donc coincées là où PowerPlant donnait ses limites.

Selon Mark Bernstein, le développeur de TinderBox, une autre cruelle expérience a déterminé Apple à protéger son autonomie coûte que coûte : alors qu'elle était à deux doigts de la faillite à la fin des années 90, il aurait suffi que Microsoft annonce l'abandon de la version Mac d'Office pour sonner son arrêt de mort. C'est aussi cette situation très inconfortable qui aurait déterminé Steve Jobs à se dire "plus jamais ça", et à prendre les mesures nécessaires pour ne plus dépendre aussi facilement du bon vouloir de ses partenaires (d'où selon lui la naissance de la suite iWork).

Jobs souligne qu'Adobe a mis bien du temps à adopter les technologies de Mac OS X, comme par exemple Cocoa. Apple elle-même propose certes toujours des logiciels qui n'en tirent pas parti, mais au moins n'a-t-elle à s'en prendre qu'à elle-même, et elle ne dépend de personne pour le faire. C'est bien ce qui lui pose problème avec les middlewares.

Quoi qu'il en soit, Jobs finit malgré tout par se contredire lui-même avec ce point précis. Alors qu'il commence sa lettre ouverte en assurant que le problème tient plus d'une question technologique que stratégique, il démontre ici que c'est bien ce dont il est question, comme d'ailleurs le patron d'Adobe ne manque pas de le souligner.

Fin des hostilités

Mais avec cette lettre, qui incarne pourtant le paroxysme du conflit, Steve Jobs met en réalité un terme définitif à la querelle. On se souvient que la présence de Flash sur l'iPad était une question en suspens durant les folles semaines de rumeur qui ont précédé son annonce, cette éventualité ne laissera désormais plus la moindre place aux spéculations. La question est définitivement close : Apple ne proposera pas Flash sur ses appareils mobiles. Avec cette réponse ferme, définitive, et tout ce qu'il y a de plus officiel, les médias n'auront plus à aborder le sujet à chaque annonce d'Apple. Adobe en a d'ailleurs pris acte par la plume de son CTO (lire Flash : le directeur technique d'Adobe referme le dossier). Il est temps de tourner la page, et pour Adobe de se consoler comme elle peut.

Nul doute cependant qu'Adobe nourrira quelque rancœur envers Apple pour avoir mis à mal son précieux standard, mais elle n'est pour l'heure guère en position de lui rendre la pareille, comme le sous-entendait perfidement Steve Jobs : Adobe a plus besoin d'Apple qu'Apple n'a besoin d'Adobe. Ça ne sera peut-être pas toujours le cas, mais d'ici là au moins, ce chapitre demeurera clos. Le seul espoir qu'il reste à Adobe de changer les choses, c'est que l'absence de Flash sur les appareils d'Apple devienne un inconvénient face à la concurrence. Jobs en a manifestement pris son parti, on pourra juger de la pertinence de ce pari dès qu'Android intégrera Flash, ce qui est promis pour le mois prochain. Si elle veut pouvoir donner tort à Steve Jobs publiquement, Adobe n'a pas droit à l'erreur, faute de quoi, c'est elle-même qui validera la politique d'Apple.
avatar shenmue | 
Pour moi, le meilleur article de Macgé depuis que je parcours ce site, et de loin; le plus argumenté tout en restant accessible, mais aussi sans hésiter à se mouiller, le plus balancé aussi sans jamais verser dans une tonalité fanboy (pour la partie haters, il suffira malheureusement de consulter les réactions à cet article...) Un bon résumé des stratégies en place, de leurs légitimités réelles, de leurs significations. Une bonne connaissance aussi de l'histoire d'Apple, et d'un parcours qui permet d'expliquer bien des comportements actuels. Vraiment un très très bon article.
avatar NicolasO | 
Bon article. Pour le passage sur OS X qui fait planter Flash. Ce n'est pas du tout ce que dit le CEO d'Adobe. Le journaliste lui demande: "SJ dit que quand OS X crash c'est la plupart du temps a cause de Flash." Le président d'Adobe, qui est informaticien, sourit de la formulation de la question et répond: "Si Flash fait planter OS X, c'est qu'il y a un problème avec OS X". Ce qui est totalement vrai. Un OS ne doit pas planter a cause d'une app. D'ailleurs OS X ne plante pas a cause de Flash. Mais la façon dont SJ a exprimé le problème suggère cela, à priori à cause d'une mauvaise expression. Ce n'est donc pas la peine d'essayer d'analyser la véracité de cette phrase, elle n'est pas revendiquée comme véridique.
avatar NicolasO | 
Sinon ou peut on trouver les t-shirts?
avatar Hellix06 | 
Excellent article qui aborde les facettes et les intérêts de chacun, tout en restant impartial. Reste plus qu'à attendre flash 10.1 sur mac et voir les résultats de cette guéguerre. De toute façon aucune des deux entreprise n'est dépendante l'une de l'autre, mais produisent malgré eux beaucoup de bénéfices chacun de leur coté grâce à cette symbiose, si foireuse soit-elle. A voir si ça leur a servi de leçon...
avatar Newton Pippin | 
c'est plutôt le bal des prétentieux entre 2 entreprises s'estimant incontournables...le problème des arrogants c'est que tôt ou tard ils se prennent un violent retour de boomerang en pleine tronche. sent from my iPhone
avatar Armas | 
Ils ont probablement du s'y mettre tous à la rédaction pour chercher un raisonnement aussi développé. Quoi qu'il en soit, c'est un article très cohérent, et je rejoins ce que disais shenmue pour dire que c'est un des meilleurs articles que j'ai jamais vu sur mac gé. J'aimerais quand même éclaircir sur un pont qu'on ne maitrise pas encore complètement : pourquoi Adobe crie et pleure que Apple ne lui permet pas de régler ses problèmes de performance sur mac ? Il est vrai que lorsqu'on voit les perfs de VLC on peut se poser des questions ... sur leur sincérité, mais peut être que Flash ne fait pas appel aux mêmes API que VLC. D'autre part, l'animation est probablement traitée avec des API particulière qu'apple n'a pas encore bien développé ? Y aurai t'-il y lien entre les retards d'implémentation des dernières versions d'open GL sur mac et ce retard de flash qui ne pourrait pas exploiter toutes les ressources graphiques déjà à disposition sur PC?
avatar Armas | 
PS : Lol, NicolasO, moi aussi, "je kiffe le tshirt"
avatar GStepper | 
Très bon résumé de la situation (et donc très bon article) ! Merci à vous.
avatar jujuhtst | 
Moi j'ai pas Flash sur mon iPhone, et c'est le pied ;-)
avatar Arnaud de la Grandière | 
Ici pour les t-shirt: http://www.365tshirtdesigns.com/2010_01_03_archive.html
avatar lyca | 
1 quand un ami vous a lache dans les moments les plus dures de votre existance commen en 98 quand apple était au bord de la faillite, Adobe à carrément anonncer passer son developement sur windows en priorité et a laisser tomber le mac (presque) 2 quand apple avait besoin d'un logiciel de montage vidéo digne de ce nom, Adobe n'a rien trouver de mieux que de laisser Première prendre du retard technologique et malgré les demandes d'apple ils ont laisser le logiciel perdre tout intérêt, ce qu'ils ont ensuite regretté avec la sortie de final cut 3. leur photoshop a mit 10 ans comme le dit SJ pour être 100% compatible osx, et ce n'est pas une excuse que de faire remarquer que Final Cut ne l'est pas encore puisque Photoshop est la fer de lance d'Adobe voir leur Office à eux, ils avaient rien d'autre a faire que de le développer, 10 ans c'est long Bon après toutes ces expériences, franchement il aurait fallu que Apple soit vraiment un imbécile finit pour aller mettre entre les mains d'adobe son outil de développement. Comme ça au moindre coup dur adobe les lachent et apple se retrouve encore dans la M... franchement moi en tant que internaute, ca ne m'a pas encore poser de problème que je puisse pas voir les site en flash sur mon iphone, et en tant que développeur de site, je n'ai pas de problème non plus a me passer de flash pour mes sites, en plus si je doit mettre du flash juste pour publier mes vidéo c'est franchement trop de boulot pour ce que c'est, il est plus facile et rapide pour moi d'encoder en mpg4 et/ou H264 sans devoir publier un swf just rien que ça, et c'est ce que je fait de plus en plus. Je pense que si on arrête d'utiliser flash pour tout ce qui est vidéo, il ne restera plus que les quelques jeux en ligne qui de toute façon ne sont pas toujours de grand intérêt pour l'internaute lambda
avatar Le Gognol | 
Merci également pour cet article. Pour les performances, je me rappelle de l'époque d'OS 9 et des PowerPC où déjà Flash était bien plus lent sur Mac que sous Windows (avec des animations bien peu complexes à l'époque, et pas de vidéo), où l'argument qui revenait était que c'était "de la faute des processeurs PowerPC". On a vu la suite... Le problème est donc bien à mettre au crédit des développeurs du plugin, et il est très ancien !
avatar Arnaud de la Grandière | 
@ Lyca : ton troisième point m'a rappelé un paragraphe que j'avais oublié d'inclure à l'article, et que je viens d'ajouter.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Félicitations très sincères pour cet article de fond; je lis beaucoup ce forum mais je n'avais pas encore posté de message...; c'est désormais chose faite grace à cette news! Encore bravo!
avatar miKeL | 
Je trouve comme tout le monde ici, que c'est un très bon article. Félicitations. Pour revenir au sujet, je trouve qu'Apple et notamment Steve Jobs, a une incroyable maitrise et un énorme contrôle sur pratiquement toutes les entreprises qui l'entoure, c'est remarquable. Apple est devenu en peu de temps une des sociétés les plus connues, riches, enviables avec des produits qui font tout le temps un carton, un marketing qui ne leur coûte rien, une marque très valorisante pour les clients, et j'en passe. Tout ça avec d'excellents produits (Mac, iPod, iPhone
avatar Dagui | 
Ça fait plaisir un article aussi bien argumenté et sans trop de parti pris. Adobe a effectivement intérêt a avoir sacrément revu son flash pour mobile. Android nous le dira. @Lyca : Photoshop qui n'était pas encore en cocoa est peut-être le fer de lance d'Adobe, ce qui n'est pas le cas de Final Cut (loin d'être grand public, et donc utilisé massivement) mais iTunes, lui l'est, et vu qu'il est la plaque tournante du succès d'Apple (tous ceux qui ont un iPod/iPhone l'ont forcément déjà utilisé et ils sont n°1 aux US pour la vente de musique en ligne), donc on peut facilement dire qu'iTunes est le fer de lance d'Apple. Or, il me semble qu'il n'est toujours pas optimisé pour Snow Leo. Et ça ne lui ferai pas de mal.
avatar davitron | 
Ce qui est clair, c'est que pour comprendre le fond de la pensée de Steve Jobs, il faut se souvenir des expériences amères qu'il a vécues. Le fait qu'il cite la "near death experience" (à deux doigts de la mort) pour Apple montre qu'il a attendu patiemment d'avoir une plateforme à succès pour pouvoir mettre en oeuvre sa vision. C'est sûr qu'il y a beaucoup de restrictions mais cela s'explique par toutes les dérives qu'il a constaté et qu'il veut éviter. C'est peut-être sa dernière grande oeuvre, et il veut la modeler à fond, sans compromis. C'est assez extrême mais ça donne toute sa force à son oeuvre. On n'est pas que spectateurs de cette épopée, on dépense aussi de l'argent pour acheter les produits. Ca nous rend exigeants et impatients. Mais je suis convaincu que Steve Jobs, vue sa personnalité et ce qu'il a vécu, voit et est bien plus loin.
avatar starbus | 
excellent article. bravo Arnaud.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Superbe article sur un sujet qui est loin d'être anodin, ni forcément simple à traiter "journalistiquement. Bravo à son rédacteur et à la qualité de son analyse, néanmoins il semble quelque soit la plate-forme (Mac OSX ou Windows) que Flash ne soit pas indispensable.... donc à mon avis, condamné.
avatar yan73 | 
Yes, bon résumé... de la fin annoncé de Flash J'ai d'ailleurs convaincu mon boss d'abandonner le site en flash de notre entreprise pour qu'il soit développer en html5... pour bien sur naviguer dessus avec mon iphone...mais surtout en pensant aux millions de gens qui se connectent via leur appareils mobiles (iphone, ipod et ipad & co) et qui n'avaient pas accès à nos produits. Merci MacG pour cet article mais aussi pour tout le site & forums et aussi merci aux MacG users pour leur participation . @+
avatar Martin123 | 
Comme tout le monde excellent article de fond à propos de Flash et Apple, mais une idée me vient à l'esprit : Est-ce que SJ n'a pas voulu protéger l'avenir de l'Ipad (ce qui parait normal) en soulageant les opérateurs téléphonique d'un lourd fardeau pour eux, la bande passante. Entre un Iphone et un Ipad il faut 4 fois plus de bande passante avec lIpad pour afficher une page de résolution équivalente si en plus il faut charger qq Mo de données juste pour dire bonjour en flash les choses vont devenir compliquées à gérer pour ces opérateurs, déjà que la 3G dans certaines zones de Paris ne relève que l'argument publicitaire, que les contraintes environnementales interdissent tout renforcement de puissance, les opérateurs vont peut être trouver les choses trop lourdes à leur goût et s'orienter vers des solutions moins luxueuses mais plus rentables pour eux.
avatar gazobu | 
[quote]Arnauld de La Grandière: "Un peu comme lorsqu'on se retrouve pris au milieu d'une dispute conjugale chez un couple qui vous a invité pour le dîner"[/quote] Apple \ Adobe une histoire de cocus, mais c'est nous qui payons le dîner où nous sommes les invités.
avatar Switcher | 
Depuis qu'il est passé à deux doigts de la faucheuse, Jobs lui-même nous est revenu beaucoup plus "in your face", j'ai l'impression qu'il n'hésite plus à aller au "clash" - il se dit que vu ce qu'Apple et lui-même ont vécu, la vie était trop courte pour perdre du temps. On devrait avoir des surprises (bonnes ou mauvaises)... C'est en tout cas mon opinion. Reste à savoir si cette "franchise" et cet aspect émotionnel qu'il n'hésite plus à mettre en avant feront les affaires de son entreprise (je pense avant tout à ceux qui y travaillent) et l'industrie (je pense avant tout aux consommateurs).
avatar Arnaud de la Grandière | 
@ Martin 123 : une page web utilise strictement la même bande passante sur iPhone que sur iPad.
avatar jinxjab | 
Merci MacGe pour cet article dont la pertinence et le recul force l'admiration.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR