Test de l'iMac 21,5" Retina 4K 2017 (Core i5 3,4 GHz)

Stéphane Moussie |

Réparer les erreurs du passé, c’est la mission de la deuxième génération d’iMac 21,5" Retina 4K. Le premier modèle lancé fin 2015 inaugurait certes un très bel écran, mais le reste ne suivait pas, au point que nous ne lui avions pas attribué la moyenne. Sur le papier, son successeur est autrement mieux équipé : Fusion Drive, carte graphique AMD, processeur Kaby Lake et ports Thunderbolt 3 font leur apparition. Alors, mission réussie ?

Cliquer pour agrandir

Plus pour le même prix

Il est nécessaire de faire le point sur l’évolution de la gamme d’iMac 21,5“, car les changements sont significatifs. Le modèle 21,5” d’entrée de gamme sans écran Retina coûte certes 50 € de plus qu’avant, mais il gagne un processeur de dernière génération (on passe directement de la 5e génération Broadwell à la 7e Kaby Lake) bien plus rapide et deux ports Thunderbolt 3.

Mieux encore, pour 1 499 €, on a dorénavant un écran Retina 4K et une carte graphique dédiée (Radeon Pro 555 avec 2 Go de mémoire). Par contre, ce modèle traîne un disque dur de 1 To à 5 400 tr/min. Ce disque dur, c’est ce qui avait coûté la moyenne à l’ancien modèle car il ralentissait clairement toute l’expérience. On déplore qu’Apple reconduise ce composant antédiluvien en 2017.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Dès lors, il faut se tourner vers le modèle à 1 699 € qui est, lui, équipé d’un Fusion Drive de 1 To. Il dispose en outre d’un processeur plus rapide (3,4 GHz de base, Turbo Boost jusqu’à 3,8 GHz) et d’une carte graphique plus puissante (Radeon Pro 560 avec 4 Go de mémoire). Ce modèle, c’est celui qui nous paraît le plus intéressant et que nous testons.

Il y a aussi du nouveau concernant les options. Un SSD de 1 To fait son apparition à 840 €, le SSD de 512 Go coûte 360 € au lieu de 600 et on peut augmenter la quantité de mémoire vive jusqu’à 32 Go pour 720 €. La bonne nouvelle, c’est que la RAM n’est plus soudée à la carte mère et qu’elle est donc théoriquement remplaçable par des barrettes moins chères. La mauvaise nouvelle, c’est que l’iMac 21,5" Retina 4K est très difficile à démonter.

Voici le détail des options disponibles sur l’iMac à 1 699 € :

  • Core i7 quadricœur à 3,6 GHz (Turbo Boost jusqu’à 4,2 GHz) à 240 €
  • 16 Go de mémoire à 240 €
  • 32 Go de mémoire à 720 €
  • SSD de 256 Go à 120 €
  • SSD de 512 Go à 360 €
  • SSD de 1 To à 840 €
  • Magic Keyboard avec pavé numérique : + 30 €
  • Magic Trackpad 2 : + 60 €
  • Magic Mouse 2 + Magic Trackpad 2 : + 149 €

Dommage qu’il n’y ait pas de stockage supérieur à 1 To en option ni de carte graphique aussi puissante que sur l’iMac 27" Retina 5K.

L’iMac 21,5" Retina 4K vu par un utilisateur de portables

Parenthèse dans ce test pour vous faire part de mon point de vue d’utilisateur de portables. En effet, contrairement à Florian et Anthony qui utilisent quotidiennement des iMac et qui se chargent généralement de leurs tests, le tout-en-un d’Apple est une machine qui m’est assez étrangère — je ne m’en étais jamais servi comme ordinateur principal pendant plusieurs jours d’affilée jusqu’à présent. Cet iMac 21,5“ Retina 4K remplace un MacBook Pro 13” Touch Bar 2016 accompagné d’un écran LG de 29" au format très allongé (2 560 x 1 080) et d’un dock Thunderbolt 3.

MacBook Pro 13" Touch Bar et iMac 21,5 Retina 4K. Cliquer pour agrandir

Première impression quand j’ai posé l’iMac sur le bureau (et deux livres pour le surélever) : c’est petit — et mignon. Il faut dire qu’outre remplacer un écran 29“, il est aussi entouré d’iMac ou de moniteurs qui font tous 27” au minimum. Dans cet environnement, l’iMac 21,5" fait riquiqui. Cela étant, je ne doute absolument pas de l’intérêt de cette taille. Cette machine est parfaite pour les endroits où l’espace est compté.

L’impression de petitesse s’est sinon rapidement estompée en raison du grand espace de travail disponible à l’écran. C’est un des avantages du Retina : en plus d'améliorer le confort de lecture grâce à un rendu plus net, il est possible de sélectionner des définitions plus élevées — le contenu est alors plus petit à l’écran.

Quand l’iMac 21,5“ sans écran Retina se limite à un espace de travail Full HD (1 920 x 1 080 pixels), l’iMac Retina 4K propose par défaut du 2 048 x 1 152 (avec en plus une grande netteté, donc) et permet de grimper à 2 304 x 1 296 et même jusqu’à 2 560 x 1 440, soit la définition standard d’un 27”. Ça change tout pour ceux qui utilisent des applications volumineuses (GarageBand, Final Cut Pro et compagnie) ou qui ont besoin d’avoir plusieurs logiciels affichés en même temps, si bien que je pourrais tout à fait abandonner mon 29“ non Retina pour un 21,5” Retina 4K.

Cliquer pour agrandir

Comme sur la précédente génération, l’écran Retina 4K utilise l’espace colorimétrique DCI-P3, ce qui signifie qu’il restitue plus de nuances de couleurs pour un rendu plus fidèle au bout du compte (plus d’explications dans le test du précédent modèle). La différence par rapport au sRGB traditionnel ne saute pas aux yeux, sauf à comparer les deux côte à côte avec des images adaptées, mais les améliorations d’affichage sont toujours bonnes à prendre, aussi subtiles soient-elles.

En parlant d’amélioration subtile, l’écran est 43 % plus lumineux que celui de la génération précédente, d’après Apple. Il atteint les 500 nits, soit autant que les MacBook Pro 2016–2017, mais moins que les nouveaux iPad Pro (600 nits). Ce n’est pas bien grave, il devrait y avoir plus d’iPad Pro aux terrasses des cafés cet été que d’iMac. Dans les bureaux, cette luminosité supérieure pourra en tout cas servir à diminuer les reflets de ceux qui se trouvent à côté des fenêtres, à défaut d’avoir un écran mat.

Cliquer pour agrandir

Si Apple continue de perfectionner l’écran de l’iMac, les évolutions les plus significatives sont réservées à l’iPad à l’heure actuelle. True Tone serait le bienvenu sur les écrans de 21,5“ et 27” qui nous bombardent de lumière bleue (certes, on peut maintenant utiliser Night Shift sur Mac), et le 120 Hz pourrait apporter une nouvelle fluidité aux animations. À quand ces raffinements sur Mac ?

De même, à quand un iMac débarrassé de ses larges bordures ? L’iPad Pro 10,5", mais aussi le MacBook Pro 2016 et la concurrence bénéficient de fines bordures qui allègent le design. Après avoir offert à l’iMac une taille de guêpe qui fait seulement de l’effet à ceux qui reluquent son derrière et son profil, il serait bon qu’Apple pense à ceux qui sont devant l’écran.

Toujours avec ce point de vue de novice en iMac (et d’utilisateur devant l’écran), l’emplacement des ports n’est pas pratique. Inutile de prendre vos torches et vos fourches dans les commentaires, je sais que cela n’a rien de nouveau et je comprends que les ports ne soient pas en façade pour des raisons esthétiques évidentes… toujours est-il que ce n’est pas commode.

Pour prendre un exemple, avec mon MacBook Pro et le dock Thunderbolt 3 associé, je bascule régulièrement entre les haut-parleurs internes et le casque en passant simplement par le menu Son (le casque a sa sortie sonore dédiée). Et quand je n’utilise pas le dock, la prise jack du MacBook Pro est facilement accessible. C’est moins simple sur iMac, où il n’y a pas de sortie son dédiée et où la prise est moins accessible. Cette réserve posée, l’iMac 21,5" Retina 4K a une connectique assez complète et moderne pour remplacer mon dock Thunderbolt 3 — il fait même mieux avec son lecteur de carte SD.

Cliquer pour agrandir
La connectique est la même que sur l'iMac Retina 5K : entrée et sortie audio combinée, carte SDXC, quatre USB-A, deux Thunderbolt 3, un Ethernet Gigabit.Cliquer pour agrandir

Les deux ports Thunderbolt 3, qui remplacent les Thunderbolt 2, permettent de brancher du matériel professionnel très performant, comme le LaCie Bolt3 qui ajoute un 1 To de stockage externe plus rapide que le stockage interne (nous y reviendrons dans la suite de l’article), mais aussi tous les périphériques et câbles USB-C qui se multiplient. On peut également brancher un MacBook ou un MacBook Pro récents grâce à cette nouvelle connectique, ce qui a pour effet de recharger le MacBook, mais pas le MacBook Pro (ou très lentement), l’iMac ne fournissant que 15 W.

Parmi les autres considérations générales et non nouvelles, la qualité sonore est à saluer. Le son, riche et puissant, permet de se passer d’enceintes externes. En dépit de la chaleur qui règne actuellement à la rédaction, l’iMac est silencieux. Quand les ventilateurs tournent à fond, ce qui n’arrive que lors des tâches les plus exigeantes, comme les jeux, ils ne font pas de brouhaha. Enfin, Touch ID me manque, la Touch Bar un peu moins.

Un CPU Kaby Lake

Explorons les entrailles de ce nouvel iMac 21,5" Retina 4K à 1 699 €. Le CPU Core i5–5675R quadricœur Broadwell (3,1 GHz de base, jusqu’à 3,6 GHz en Turbo Boost) est remplacé par un Core i5–7500 quadricœur Kaby Lake (3,4 GHz de base, jusqu’à 3,8 GHz en Turbo Boost). Il y a deux générations d’écart entre ces processeurs, puisque les iMac n’ont pas eu droit à Skylake, mais on reste sur une gravure en 14 nm, Intel ayant ralenti son cycle.

Sur le test mono-cœur de Geekbench 3, le nouveau Core i5 est 8 % plus rapide que l’ancien et fait un score similaire au Core i7 de l’iMac Retina 4K fin 2015. L’écart par rapport au précédent Core i5 s’amoindrit à environ 4 % sur le test multi-cœur, tandis que l’ancien Core i7 passe devant. Il faut dire que ce dernier bénéficie de la fonction Hyper-Threading qui « transforme » les quatre cœurs physiques en huit cœurs logiques, ce qui n’est pas le cas des Core i5.

Cliquer pour agrandir

Sur Geekbench 4, la nouvelle version qui remplace peu à peu l’ancienne dans nos tests, on constate que le Core i5 de l’iMac Retina 4K est supérieur aux Core i7 des MacBook Pro 15" 2016.

Cliquer pour agrandir

Nos tests applicatifs confirment ces mesures brutes. L’iMac 21,5“ est bien plus véloce dans toutes les tâches que son prédécesseur et que le MacBook Pro 15” 2016 — ce dernier fait mieux uniquement dans Logic grâce à son double de RAM. Par rapport à l’ancien iMac 21,5" Core i5, le temps gagné n’est pas négligeable : plus d’une minute dans l’export Photos, pas loin d’une minute dans iMovie et de belles progressions dans Final Cut Pro X et GarageBand. Le nouvel iMac fait même mieux que l’ancien avec un Core i7, sauf dans iMovie.

Export de 500 photos dans iPhoto ; export d’une séquence 4K en 1080p dans iMovie ; export 5K vers 1080p dans FCP X ; export d’un podcast de 30 min dans GarageBand ; nombre de pistes lues en simultané dans Logic. Cliquer pour agrandir

Un GPU dédié !

Mais ce n’est pas tout. L’évolution la plus importante concerne la carte graphique : l’iMac Retina 4K gagne enfin un GPU dédié, une Radeon Pro 560 avec 4 Go de RAM sur le modèle testé (celle du modèle d’entrée de gamme est une Radeon Pro 555 avec 2 Go de RAM). Il faut remonter à fin 2013 pour trouver la trace d’un iMac 21,5" bénéficiant d’une carte graphique dédiée — c’était alors une GeForce GT 750M.

Évidemment, les performances graphiques s’en retrouvent chamboulées. Sur le test OpenGL CineBench R15, le dernier tout-en-un fait presque deux fois mieux que son prédécesseur et aussi bien que l’iMac Retina 5K fin 2015 équipé d’une Radeon R9 M390.

Cliquer pour agrandir

Sur Valley Benchmark, on multiplie carrément par trois le nombre d’images par seconde. En définition native comme en 1080p, les performances sont aussi supérieures au MacBook Pro 15" fin 2016 doté d’une Radeon Pro 450.

Cliquer pour agrandir

Dans tous les jeux, même les plus récents, nos essais ont été concluants en définition native. Dans Tomb Raider, on obtient une moyenne de 42 i/s avec les réglages graphiques élevés. Dans F1 2016, qui exploite l’API Metal, les 60 i/s recherchés par les joueurs exigeants sont quasiment atteints en baissant la qualité des graphismes sur le niveau « inférieur ». En optant pour des graphismes plus poussés (niveau « supérieur »), le jeu tourne à 42 i/s, ce qui est tout à fait satisfaisant. Quant à Hitman qui vient de sortir, en faisant des concessions sur les options graphiques, pas de ralentissements à noter.

En dépit de son avancée spectaculaire — il faut dire qu’il partait de loin —, l’iMac Retina 4K 2017 a tout de même un handicap par rapport au Retina 5K : il n’est pas taillé pour la réalité virtuelle. Il faudra lui adjoindre une carte graphique externe si on veut profiter de la VR.

Cliquer pour agrandir

Pour en terminer avec la partie graphique, l’iMac Retina 4K 2017 sera capable de décoder et encoder matériellement les vidéos HEVC qui vont faire leur apparition dans macOS High Sierra (lire notre dossier sur HEVC et HEIF). Ce n’est pas le cas des iMac 21,5" précédents, qui vont donc consommer plus de ressources processeur pour cette tâche.

Un Fusion Drive !

Le vieux disque dur à 5 400 tr/min est enfin mis au placard, en tout cas sur l’iMac à 1 699 €. À la place, un Fusion Drive de 1 To qui combine un disque dur de 1 To avec un SSD de 32 Go.

32 Go de stockage flash, c’est un peu plus que les 24 Go du Fusion Drive 1 To fin 2015, mais c’est toujours quatre fois moins que le SSD de 128 Go du Fusion Drive 1 To d’avant et des Fusion Drive 2 et 3 To actuels. On peut donc toujours parler de pingrerie.

Et qui dit petit SSD, dit débits limités. Alors que l’iMac Retina 5K 2017 frôle les 3 Go/s en lecture, le 21,5" ne dépasse pas 1,5 Go/s. En écriture, les deux machines ont des débits similaires autour de 800 Mo/s. Par contre, comparé au précédent iMac Retina 4K équipé d’un disque dur, il y a véritablement de quoi se réjouir. Celui-ci ne dépassait pas les 100 Mo/s…

Cliquer pour agrandir

Les ralentissements que l’on déplorait (10 rebonds dans le Dock avant l’ouverture de GarageBand, iMovie ou encore des Préférences Système) ont disparu, l’iMac Retina 4K devient réactif comme doit l’être une machine à 1 699 €.

Un petit bémol néanmoins : je ne trouve pas cette machine aussi réactive que les portables, MacBook 12" y compris. Quand je parle de réactivité, je parle du lancement des applications, pas de fluidité des animations — je n’ai rien à reprocher à ce sujet.

C’est le Fusion Drive avec SSD de 32 Go qui est en cause : assez peu d’applications et de fichiers peuvent être stockés sur la mémoire flash et donc se lancer instantanément. Cela étant, au bout du troisième jour d’utilisation, j’ai remarqué une plus grande rapidité pour les applications que j’utilise fréquemment — c’était le temps nécessaire pour que le système « apprenne » mes apps favorites et les place sur le SSD. Mais cela fait d’autant plus ressortir les apps qui sont stockées sur le disque dur : iMovie, que je n’avais pas utilisé depuis deux jours, s’est lancé après 7 rebonds.

Je suis sans aucun doute sensible à ce petit manque de punch parce que je n’utilise que des Mac équipés de SSD depuis plusieurs années. L’iMac Retina 4K Fusion Drive n’est absolument pas lent, il est juste un petit peu moins véloce que les Mac à SSD. Un utilisateur qui passerait d’un disque dur à un Fusion Drive aurait de quoi être ravi du progrès apporté par le système hybride.

En revanche, si vous manipulez régulièrement de gros fichiers et des applications lourdes, vous risquez d’être vite bridé par le petit SSD du Fusion Drive. Pour des performances optimales, mieux vaut opter pour un SSD seul… à moins d’attendre de voir si APFS tient ses promesses.

Le nouveau système de fichiers qui sera introduit dans macOS High Sierra devrait gérer plus intelligemment les Fusion Drive. APFS pourra par exemple décider de ne pas déplacer sur le SSD un gros fichier (par exemple un film) que l’on consulte souvent mais qui n’a pas besoin de la vitesse du SSD, laissant ainsi de la place à d’autres éléments plus critiques. Sans compter qu’APFS va accélérer sensiblement tout ce qui est duplication de fichiers.

Est-ce que cela va fluidifier l’utilisation au point de faire passer un Fusion Drive pour un SSD ? C’est là toute la question. Anthony, qui a fait un essai avec la 1re bêta de macOS High Sierra sur son iMac fin 2012 Fusion Drive (SSD 128 Go), n’a pas remarqué de différences significatives, mais il est encore tôt pour se prononcer clairement, le système étant en bêta. Nous y reviendrons plus tard.

Pour conclure

Quand Apple veut, elle peut ! Sans augmenter son tarif, la Pomme a corrigé les principaux problèmes de l’iMac 21,5" Retina 4K. Avec son Fusion Drive plus vif et sa carte graphique dédiée de bonne tenue, cet iMac devient une machine équilibrée et performante. Il ne faut pas oublier non plus l’ajout des ports Thunderbolt 3/USB-C, qui ouvrent l’ordinateur à des périphériques toujours plus performants et nombreux.

Cliquer pour agrandir

Certes, il y a matière à chipoter : certains utilisateurs ressentiront vite la limite du SSD de 32 Go au sein du Fusion Drive, et les larges bordures autour de l’écran commencent à peser sur la modernité du design. Mais ce sont de petits désagréments sur une machine assez unique.

Essayez donc de trouver un moniteur ou un tout-en-un de 21“ avec une définition 4K. Hormis l’UltraFine 4K de LG — conçu avec Apple —, il n’y en a pas à notre connaissance. Son tarif est aussi très compétitif : le Dell XPS 27, qui est vendu le même prix grâce à une remise temporaire de 100 €, a certes un écran 27” 4K, mais il traîne un disque dur à 5 400 tr/min et un GPU Intel.

Au bout du compte, l’iMac 21,5“ Retina 4K est hautement recommandable. Il peut convenir à un large public : possesseurs d’iMac 21,5” non Retina qui cherchent plus de confort ou de puissance, possesseurs d’iMac 27“ non Retina qui veulent un ordinateur plus compact ou qui trouvent les nouveaux 27” trop chers, et nouveaux utilisateurs qui veulent une machine au goût du jour.

Note

Les plus :

  • Superbe écran Retina 4K
  • Carte graphique dédiée de bonne facture
  • Haut-parleurs puissants
  • Silence de fonctionnement
  • Ports Thunderbolt 3 polyvalents

Les moins :

  • SSD de seulement 32 Go dans le Fusion Drive
  • Pas d'option de stockage supérieure à 1 To
  • Bordures trop épaisses autour de l'écran
8.5
10

Prix :

avatar fousfous | 

Personnellement pour de la bureautique je trouve que l'iMac d'entrée de gamme si on lui mettait un écran Retina serait parfait. Vue que tout le monde n'a pas forcément besoin de toute cette puissance et si ça peut permettre de baisser le prix justement.

avatar NestorK | 

@fousfous

De "toute cette puissance" ? Rassure-moi, tu nous parles du prochain Mac Pro ? Car si ce nouvel iMac est très capable, ce n'est pas un monstre non plus.

avatar fousfous | 

@NestorK

Bah pour faire de la bureautique on est d'accord que c'est largement surdimensionné non?

avatar leber726 | 

Mac Mini

avatar Mika974 | 

Merci beaucoup pour ce test.
C'est le modèle que je vais prendre dans quelques semaines.

avatar pillouti | 

@Mika974

Le temps qu'il arrive chez Microstor ? ;-)

avatar amnesic | 

Quelqu'un connait un simple adaptateur USB-C vers HDMI qui fonctionne avec ce modèle iMac ?
Car malheureusement mon câble Lidlife A0102, qui fonctionne pourtant très bien avec un MacBook Pro 2016 ne fonctionne étrangement pas avec ce nouvel iMac.

avatar LeGrosJeanLou | 

J'ai vraiment du mal à comprendre pourquoi vous avez besoin de réhausser cet iMac. Toutes les études d'ergologie montrent que pour éviter de se niquer les cervicales il faut que l'écran soit plus bas que le regard.

Quand vous lisez un bouquin ou utilisez votre téléphone vous le tenez en l'air aussi ?

avatar Karamazow | 

@LeGrosJeanLou

Je partage également votre constat !

Au boulot j'ai mon écran externe positionné comme celui d'un portable: au ras de la table.

avatar C1rc3@0rc | 

@LeGrosJeanLou

Donnes les references des etudes d'ergologie qui demontreraient ça, je suis curieux de les lire.

Ce que je peux te dire c'est que pour l'ergonomie, l'iMac est une ineptie totale, entre le pied non reglable, le mirroir de l'ecran, la position des connecteurs, on frole le sans faute du contre-exemple, un cas d'ecole.

avatar Kaporal5 | 

Et pourtant, c'est le seul ordinateur monobloc au monde à avoir rencontré le succès et ce, depuis presque vingt ans. J'aurais aimé concevoir une "ineptie" qui se vende aussi bien !

avatar levincefr | 

32go de ssd pour le fusion drive ! Autant dire que ça ne sert strictement à rien. A c'est beau le marketing ! Et surtout qu'il faut vraiment le vouloir pour trouver l'info sur le site d'apple.

avatar Average Joe | 

Quand je vois mon iMac 2012, Fusion Drive dont 128 Go de SSD…

avatar lotheram | 

Bonsoir , merci pour le test top bien fait .J'ai besoin d'un conseil ,8 Mo de mémoire vive c'est assez où il faut passer à 16 ?

avatar rikki finefleur | 

lotheram
SI tu ne fais pas de vm , de vidéos lourdes et autres , bref une utilisation orientée bureautique, 8go c'est suffisant si tes moyens sont réduits.

Le gros souci de cette machine est vraiment le ssd car vraiment les disques durs à plateau sur lequel figure l'OS , en 2017 ce n'est plus possible !
Surtout quand on voit le faible prix des SSD et l'apport qu'il a au quotidien.
Mais bon c'est Apple et ses entourloupes à la noix.

avatar fte | 

@lotheram

16 !

avatar jopaone | 

Merci beaucoup Macg pour tous vos tests de Mac cuvée 2017! Pouvons-nous espérer un futur test du nouveau MBP 13 avec touch bar (du moins est-ce prévu ?)

avatar Stéphane Moussie | 
@jopaone : on va voir. Il y a beaucoup de choses qui sont tombées en même temps…
avatar cv21 | 

Merci MacG pour ce test de la machine qui m'a tapé dans l'oeil lors de la présentation de la nouvelle gamme d'iMac. Travaillant en HD uniquement sur un 27 surement moins performant et suffisant, je me suis dit enfin une machine neuve dans mon budget.

Et puis paf...en allant sur le site d'Apple avec l'option 16go ce modèle 21 sans trappe ram a le même tarif que le modèle équivalent en 27 (+ 100 euros, 8go avec trappe (jusqu'à 32go),carte graphique 570 au lieu de 560). C'est .on. Dans l'absolu, cela reste dans mon cas une bonne nouvelle avec la perspective de suivre le refurb pour ces machines, enfin.

avatar jb18v | 

Le coup des bordures c'est juste pour avoir un point négatif de plus non ? 😅

avatar Stéphane Moussie | 

@jb18v : ben je trouve que comparé aux derniers produits (MBP et iPad Pro en particulier), le design de l'iMac a pris un coup de vieux à cause de ces grosses bordures. On est d'accord sur le fait que ce n'est pas un motif pour repousser l'achat et que c'est purement esthétique, mais l'esthétique ça compte chez Apple. En réduisant les bords, ça pourrait donner un coup de jeune à l'iMac, et le rendre plus compact au passage.

avatar Malum | 

Un coup de vieux pour les bordures épaisses ? Parce que, esthétiquement, des bordures minces veut dire neuf, ou nouveau ? Je vous conseille de revenir au monocle, aucune bordure. Et d'un cela n'a pas de sens de parler de nouveau ou neuf esthétiquement parlant et de deux ce n'est que votre goût et donc ce n'est pas un jugement objectif qui puisse intervenir dans une note.
Pour en revenir aux bordures épaisses et à l'esthétique je vous conseille vivement d'étudier le comportement des designers et de la lunetterie. Ce raccourci bordures minces = technologie avancée = esthétique hyper plus bien est tout ce que c'est un raccourci simpliste qui sert comme servent les slogans c'est-à-dire qui fait croire à une vérité mais qui n'est qu'une opinion présentée comme telle.

avatar rikki finefleur | 

Malum
Bizarrement c'est ce qui se passe avec les TV et les écrans d'ordis.
Je vois pas le rapport avec les lunettes.

Pourquoi donc sur l'ipad et sur l'iphone on réduit les bordures ? C'est en contradiction avec ce que vous dites.
Ive devrait donc demander aux fabricants de lunettes.

Ive, faites nous des bordures plus grosses, c'est malum qui le dit, car il a vu des lunettes et il en connait un rayon. Au moins celui de son vélo.

avatar feefee | 

@rikki finefleur

"Pourquoi donc sur l'ipad et sur l'iphone on réduit les bordures ? C'est en contradiction avec ce que vous dites."

Parce que ce sont des appareils mobiles et tenant dans les mains ?
Et donc demandant un maximum de surface visible pour un minimum d’encombrement ?
j'ai bon ?

Mais bon c'est comme la finesse , mais la tu critiques plus volontiers si ma mémoire est bonne :-)

avatar françois bayrou | 

+1000
Et par ricochet, un appareil non mobile demande un minimum de surface visible pour un maximum d'emcombrement, cqfd

avatar gsf | 

Cherche pas j'ai lu un post du même auteur qui justifiait les bordures larges par les tigres de la grotte Chauvet qui sont intemporels ... On en a pour 40000 ans de bordures larges sur les iMac. Personnellement j'ai un MBP 2016 15" et c'est vrai que mon iMac 2010 à coté fait vieillot, ça n'en reste pas moins une belle machine, moins vieillotte que mon Amstrad 6128+ qui avait pourtant lui aussi de la gueule à sa sortie... bref c'est des débats sans fins, certains pensent que le design de l'Imac c'est le 5eme élément, parfait, intouchable. Et d'autres aiment bien un peu de surprise et de nouveauté de temps en temps...

avatar françois bayrou | 

C'est dommage de ne pas en avoir mis sur le clavier, on aurait eu une certaine cohérence

avatar feefee | 

@gsf

"bref c'est des débats sans fins, certains pensent que le design de l'Imac c'est le 5eme élément, parfait, intouchable. Et d'autres aiment bien un peu de surprise et de nouveauté de temps en temps..."

C'est marrant ces interprétations 🤔

Perso je n'ai vu aucun dire que l'iMac était le 5eme élément dans sa conception .
Par contre je constate que comme toujours ici les critiques sur les points les moins dignes d'intérêt poussent comme des champignons vénéneux .

Mais c'est comme ça , Apple fera toujours cristalliser la frustration, utile ou inutile .

avatar rikki finefleur | 

Feefee .
Pour ma part je cherche encore le rapport entre les bandes sur un ordinateur et l’épaisseur des branches de lunettes.
Je creuse, je creuse , peut être y trouverai je au fond d'une galerie un malum.

avatar gsf | 

mais je crois qu'il y a aussi beaucoup de compliments sur les nouveaux iMac, simplement y a moyen de trouver les bordures larges désuètes sans forcément être frustré. Si cela ne te semble pas digne d'intérêt ne t'inflige pas la perte de temps de répondre.

avatar françois bayrou | 

Je suis tout à fait d'accord avec toi.
De mon côté, avec un peu de créativité et du papier plastifié, j'ai réussi à reproduire des bordures comme les lunettes de Michou ( le plus dur a été de trouver le bon bleu )

Collé sur mon macbook air c'est vraiment superbe, vraiment rien à voir avec ces petites bordures toutes nazes qu'ils nous font aujourd'hui

avatar Florian Innocente | 

@Malum

Certes mais le monobloc de Dell à bordures fines fait plus léger esthétiquement que l’iMac avec ses grosses bordures épaisses.

avatar Nico S | 

2017. Fusion Drive de 32GB. "We strive to make the best computers". Mouais...

avatar Kaporal5 | 

Ils osent encore proposer des disques durs 5400 tours sur les modèles d'entrée de gamme... Alors le fusion drive à 32Go de SSD, c'est déjà un sacré luxe ! :)

avatar xipiron | 

Encore un belle exemple d'attendre les V2 avant de prendre un nouveau produit pommé.

Pour le choix du 8 ou 16 go. Je me dis quand même que 16 aura son avantage dans quelques années pour qui voudra garder sa machine longtemps.
Car que se soit le système ou les softs, se sera toujours de plus en plus gourmand alors mieux vaut anticiper sauf si on souhaite mettre les mains dans le cambouis !!!

avatar fousfous | 

@xipiron

Ou d'attendre la V3 au lieu de prendre la V2... Encore heureux que la génération suivante est meilleur quand même.

avatar guyo | 

@xipiron :
Ha Fvrhrbrrrfecrecf c

avatar Liena | 

Merci pour le test !
Perso, quand on a un 27" difficile d'avoir un écran plus petit... le changement c'est pas maintenant pour moi... 😅

avatar Stéphane Moussie | 

@Liena

C'est ce que je pensais aussi au départ, mais en fait grâce au Retina 4K on a un espace de travail confortable (aussi bien en dimensions qu'en netteté). Après, c'est sûr que si on a la place et l'argent pour un 27" Retina 5K, pourquoi se priver.

avatar Keor | 

Ils savent pas faire autre chose comme design ? Ça commence à dater... Des contours énorme, aucune possibilité de réglage bref on est bien loin du magnifique surface studio, qui est bien plus en adéquation avec les usages d'aujourd'hui avec ces possibilités de réglage et son surface dial.
Bref cet iMac c'est que du rechauffer sans grand intérêt.

avatar fte | 

A mon sens il manque un point d'importance dans l'évaluation finale.

L'ergonomie est excessivement mauvaise : pas de réglage en hauteur, la dalle ne pivote pas (même de quelques degrés) pour compenser un bureau pas parfaitement horizontal, les prises au dos, l'écran très brillant, etc.

avatar Noam | 

D'où vient le fond d'écran du MacBook Pro? 🙄

avatar rolmeyer | 

@Noam

Du système. Sinon tape waves apple wallpaper dans Google image.

avatar dtb06 | 

Le prix du SSD 1To est juste stratosphérique.
On arrive à un prix final délirant pour une machine avec un écran 21 pouces.

avatar fte | 

@dtb06

Yep.

avatar Crkm | 

"Après avoir offert à l’iMac une taille de guêpe qui fait seulement de l’effet à ceux qui reluquent son derrière et son profil, il serait bon qu’Apple pense à ceux qui sont devant l’écran."

OH WOW ça clash sévère dis donc

avatar gavroche68 | 

C'est vrai que les bords larges font un peu "vieux" dommage qu'Apple n'ai pas corrigé ce "défaut" qui peut être aurait permis au passage d'avoir un écran un peu plus grand. D'ailleurs un 21" à ce prix là c'est un peu juste sachant que l'ajout d'un deuxième écran d'un point de vu design est assez "compliqué". Me concernant la meilleure configuration de cet Imac serait 16 Go de ram et 256 Go de ssd (bien plus souple qu'un fusion drive) mais la facture grimpe trop vite 2 059,00 € !!!.

Je ne sais pas si je suis le seul développeur qui a du mal à trouver une machine chez Apple mais perso je trouve que c'est compliqué.

avatar fte | 

@gavroche68

"Je ne sais pas si je suis le seul développeur qui a du mal à trouver une machine chez Apple mais perso je trouve que c'est compliqué. "

Tu n'es pas seul.

Dans mon petit clan de devs, 80% ont un hackintosh aujourd'hui. Je résistais avec patience et espoir d'une machine acceptable. La dernière keynote et ce stupide iMac Pro m'ont convaincu qu'il n'y a plus rien à espérer. J'ai achevé ma shopping list pour un kabylakintosh, je monte ça cet été. Problème, cartes AMD indisponibles et prix surgonflés. Le GPU attendra que ça se calme, celui d'Intel fera l'affaire. Même pas sûr que ça ait le moindre intérêt.

avatar gavroche68 | 

Ah c'est rassurant de voir que je ne suis pas seul, à lire certains commentateurs, il n y a absolument aucun problème chez la pomme, tout va bien ! Vous me rassurez également à propos de l'Imac Pro, je n'en suis pas du tout convaincu, et je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi le Mac Pro se fait autant attendre ( 2018 dans le meilleur des cas... ) Mais bon tout va toujours très bien chez Apple ! Cela dit, il est vrai que le hackintosh devient de plus en plus intéressant, je sens que va se finir comme ça aussi.

avatar feefee | 

@gavroche68

"Ah c'est rassurant de voir que je ne suis pas seul, à lire certains commentateurs, il n y a absolument aucun problème chez la pomme, tout va bien ! "

Ou ca ?? 🤔

La ? Ha non
La bas ? Non plus !
Ici ? Pas vu !

Ha ou alors tu considères que ceux qui disent rien pensent que y'a aucun problème ??? Haaaaaaaa okeeeeee 😳

Donc tu aurais dû dire : "à ne pas lire certains "

Effectivement, Ca fait plein de monde alors .
On est pas sorti de l'auberge !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR