Prise en main du Seigneur des Anneaux : La Guerre du Nord

Paul Tabéry |

Annoncé puis retardé en dernière minute, La Guerre du Nord est finalement sorti il y a quelques jours. Disponible sur Mac deux ans après sa sortie sur PC et consoles, il propose une combinaison inédite de RPG et d’aventure, le tout en solo ou jusqu’à trois joueurs en mode coop. Le joueur incarnera au choix un Humain, un Nain ou une Elfe, unis tous les trois pour tenter de stopper les troupes de Sauron menaçant la Terre du Milieu.


Librement inspirée de l’univers du Seigneur des Anneaux, dont elle suit les événements de façon parallèle, l’histoire du jeu est avant tout prétexte à des affrontements variés, à base de combinaisons de touches à presser au bon moment sous peine d’être submergé par les rangs ennemis. On peut jouer en solo ou avec des amis, améliorer ses armes et ses talents — comme dans tout bon RPG, et surtout chasser de l’Orc. Beaucoup d’Orcs.

Il est en effet astucieux d’affubler un jeu de telle ou telle étiquette, voire de mélanger audacieusement deux genres — comme ici, l’aventure et le RPG. Mais à trop vouloir faire converger le meilleur des deux mondes, on risque tout simplement de donner naissance à un hybride un peu bancal et fade. Tout comme un PC tactile, La Guerre du Nord promet beaucoup, innove le temps de distraire, et finalement sera vite oublié.

Il ne suffit pas d’intégrer des quêtes et une vague notion d’évolution des personnages pour faire un bon RPG. Et les jolis paysages qu’on ne peut finalement pas explorer, forcé à suivre le chemin tracé pour accomplir telle ou telle quête, sont plutôt une source de frustration qu’une bonne définition du mot « aventure ». Du coup, on se rattrape sur les adversaires variés qu’on croisera en chemin.

En mode solo, une bonne vieille attaque frontale et un martèlement frénétique des touches de combat feront des merveilles. En mode coop, on s’autorisera un peu plus de finesse et certains ennemis exigeront même l’élaboration d’une stratégie pour être vaincus. Même si l'IA laisse parfois à désirer : une blessure trop grave vous envoie au tapis, et pendant que vous attendez l'assistance de vos partenaires pour vous relever, les ennemis se contentent de rôder autour de vous sans chercher à vous achever, par exemple.

On regrettera le système perfectible d’inventaire, des dialogues et voix françaises épouvantablement creux, et surtout la maniabilité parfois complexe des personnages. Les combos sont difficiles à maîtriser, cumulant les touches un peu improbables et nécessitant souvent de repasser par les réglages pour voir quel bouton fait quoi. L’incompatibilité avec certaines puces graphiques, pourtant récentes, est également phénomène encore trop fréquent dans les portages Mac.

Les fans de Tolkien et des films de Jackson apprécieront les nombreuses références à la trilogie cinématographique et aux événements des différents ouvrages constituant l’univers du Seigneur des Anneaux. On pourra explorer des contrées simplement évoquées dans les livres et absentes des films. Certains personnages légendaires pourront même être rencontrés et leurs dialogues décrocheront sans doute un sourire aux connaisseurs. Les autres se consoleront avec les jolis paysages (malgré des graphismes vieillissants), la possibilité de changer de personnage à chaque « checkpoint », le mode coop (qui donne tout son sens au jeu), ou, tout simplement, la bonne vieille mécanisme du hack’n slash comme on les aime.


24,99 € en téléchargement

Achat recommandé

Les plus :

  • hack’n slash plaisant
  • mode coop
  • histoire inédite

Les moins :

  • partie RPG peu crédible
  • dialogues creux
  • graphismes vieillissants
  • vite terminé
avatar Yohmi | 

C'est pas la première fois qu'il y a du retard à la Guerre du Nord…

CONNEXION UTILISATEUR