Libra, Libra pas ?

Anthony Nelzin-Santos |

Malgré la défection des grands noms du secteur du paiement, les membres fondateurs du projet Libra se sont bien réunis à Genève pour signer les statuts de l’association et élire les premiers membres du conseil d’administration. L’association Libra veut minimiser les secousses des derniers jours, en assurant que « plus de 1 500 institutions ont fait part de leur intérêt » dans cette nouvelle cryptomonnaie, et qu’environ 180 d’entre elles « répondent aux critères préliminaires pour devenir membres ».

Les membres et anciens membres de l’association Libra. Image Facebook, modifiée par MacGeneration.

L’association Libra pourrait ainsi atteindre la centaine de membres avant la fin de l’année prochaine, comme prévu. Reste qu’elle débute avec 21 membres fondateurs, alors que 28 institutions formaient le « groupe de travail » qui a défini la charte de fonctionnement du projet. Sept membres ont quitté le navire dans les derniers jours :

  • cinq acteurs majeurs du paiement : Mastercard, Mercado Pago, PayPal, Stripe, Visa ;
  • deux géants du commerce en ligne : eBay et Booking.

La liste des membres fondateurs s’établit donc ainsi :

  • Facebook par l’intermédiaire de son faux-nez Calibra ;
  • spécialistes des blockchains : Anchorage, Bison Trails, Coinbase, Xapo ;
  • réseaux de paiement : PayU ;
  • capital-risque : Andreessen Horowitz, Breakthrough Initiatives, Ribbit Capital, Thrive Capital, Union Square Ventures ;
  • opérateurs de télécommunications : Iliad, Vodafone Group ;
  • vente en ligne : Farfetch, Lyft, Spotify, Uber ;
  • ONG : Creative Destruction Lab, Kiva, Mercy Corps, Women’s World Banking.

Les membres fondateurs opèreront les nœuds de validation garantissant la sécurité du réseau et la validité des transactions, pourront modifier la composition du panier de monnaies qui assoit la valeur de la Libra, et investiront 10 millions de dollars chacun. Dans un second temps, l’association est censée aller vers un modèle de blockchain ouverte, dont la gouvernance serait complètement décentralisée, et vers une gestion automatisée.

Le premier conseil d’administration compte cinq membres : Patrick Ellis de PayU, Matthew Davie de Kiva, Katie Haun d’Andreessen Horowitz, Wences Casares de Xapo, et David Marcus de Calibra. Passé par la présidence de PayPal et le conseil d’administration de Coinbase, Marcus fut le vice-président de Facebook en charge de Messenger, et se présente comme le « cocréateur de Libra ». Libra « n’est pas la monnaie de Facebook », assure Xavier Niel, mais un peu quand même.

L’un de ses anciens collègues chez PayPal, Bertrand Perez, prend la direction des opérations de l’association. Dante Disparte, porte-parole du projet et spécialiste de la gestion des risques stratégiques, prend la tête de la communication. Ces deux-là auront fort à faire pour tenir l’échéance d’un lancement de la cryptomonnaie d’ici à la mi-2020, alors que la pression politique n’a jamais été aussi forte.

Dans une interview accordée à Capital, Perez dit ne pas être « à quelques trimestres près », car « un décalage de la date ne sera un drame pour personne et surtout pas pour nous. » Il devra convaincre le régulateur et le législateur américain, qui a réussi à convaincre Mastercard et Visa de quitter le projet, mais surtout les autorités européennes. « Nous ne pouvons pas autoriser le développement de la Libra sur le sol européen », disait encore récemment le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire.

avatar umrk | 

Li petit bras

avatar iftwst | 

Qui Libra verra !

avatar souze | 

Libra moi de jamais utiliser un seul « service » Facebook

avatar macfredx | 

@souze

+1000

avatar ForzaDesmo | 

@souze @macfredx

+100000

avatar David | 

J’ai vue Facebook sur le logo j’ai stoppé la lecture mdr

avatar mk3d | 

Libra? Le nom d’une prison? Bien trouvé.

avatar Bigdidou | 

Les multinationales sont en train de créer un véritable état virtuel avec ses lois, sa monnaie. Je ne sais pas comment on appelle ça. Une kerdocratie ?
Ça va être rigolo quand elles vont créer un état réel quelque part, comme dans certaines dystopies...

avatar Malouin | 

@Bigdidou

... Je partage ! Petit à petit, ces entreprise posent les briques d’un état virtuel. D’un état dont elles auront les clefs. Bien ou mal, je ne sais pas : le truc est qu’elles avancent et que nos gesticulations n’y font (et ni feront) rien.
Par contre, elles visent, au contraire, le bonheur de leurs membres ! Une définition du bonheur qu’elles ont définie. et qui, visiblement, va correspondre au plus grand nombre !

avatar Matlouf | 

Vouloir faire le bonheur des gens malgré eux est bien souvent à l'origine des pires dictatures.

Bon, là, ils font cela plus pour leur propre compte que par philanthropie.

avatar Malouin | 

@Matlouf

On y va pourtant à pleine balle !

avatar marc_os | 

@Matlouf

« ils font cela plus pour leur propre compte que par philanthropie »

C'est le principe même du capitalisme, poursuivre son propre intérêt égoïste.
S'ils étaient philanthropes, il créeraient des associations à but non lucratif.
Mais ils ne le font pas.
CQFD.

avatar ForzaDesmo | 

@Matlouf @marc_os

Tout à fait. Comment créer une belle timocratie 2.0.

avatar Bigdidou | 

@marc_os

"S'ils étaient philanthropes, il créeraient des associations à but non lucratif.
Mais ils ne le font pas.
CQFD."

CQFD rien du tout. Ta haine du capitalisme ne suffira et il va falloir trouver une explication moins simpliste : Libra est précisément une association à but non lucratif... ;)

De ce qu'on peut en lire dans la presse, les profits attendus sont ailleurs et le pouvoir qu'une telle monnaie pourrait donner sont immenses (et probablement déraisonnables).

avatar MacWare | 

Pas du tout rassuré par un tel service !!!
Surtout avec Facebook et toutes ces casseroles bien remplies... Notre monde part bien en dérive, mais laquelle, c’est très sombre !
Jamais de mon vivant je succomberai...

avatar mimolette51 | 

Encore et toujours un visionnaire ce Philip K. Dick, une fois de plus il a raison.

Franchement, faire confiance à facebook pour gérer une monnaie, faut être incurable, déjà que faire confiance à facebook est un signe de maladie mentale avancée!

avatar zoubi2 | 

"Ces deux-là auront fort à faire pour tenir l’échéance d’un lancement de la cryptomonnaie d’ici à la mi-2010"

Là, je suis tout à fait d'accord ! 😜

avatar raoolito | 

je me demandais si j'etais le seul à voir la coquille  :)

avatar marc_os | 

En quoi cette nouvelle est-elle « dédiée à l’actualité Apple et Mac » ?

avatar mimolette51 | 

Bof une nouvelle monnaie mondiale, juste un détail pour une boite qui pousse Apple Pay sans doute XD

avatar Ktv75 | 

@marc_os
Je trouve cet article déjà plus approprié que ceux sur Fortnite par exemple ^^

avatar sinbad21 | 

Pourquoi Libra plutôt que Bitcoin ? Au moins avec Bitcoin on évite toute forme de régulation.

avatar mimolette51 | 

Pourquoi? Tu vois le pouvoir accepter de perdre la régulation sur le pognon?
Sur tout le reste oui, mais pas sur le pognon!

avatar Zara2stra | 

Résumé de notre feuilleton « Le monde merveilleux de Facebook » :

— Installer une « Oversight Board » capable de juger les conflits sur les contenus que les gens publieront, qui a été comparée par M. Zuckerberg à la « Cour suprême » → Fait

— Battre monnaie et définir un code monétaire et financier → En cours

— Soumettre à approbation de Facebook l’achat de publicité politique, tout en refusant toute ingérence sur la véracité du message de ladite publicité → Fait

avatar FearyK | 

Je pense pas qu’ils arriverons à lancer la monnaie mi-2010 ça me parais vraiment juste 🙃

Sorry j’avais pas recharger l’article !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR