Avec Calibra, Facebook ouvre Libra aux cryptomonnaies

Anthony Nelzin-Santos |

La rumeur enflait depuis plusieurs semaines. Facebook vient de lever le voile sur sa cryptomonnaie, la Libra, en lui consacrant un livre blanc. Conçue comme une véritable devise numérique, la Libra est placée sous l’égide d’une association basée à Genève, officiellement indépendante. Mais il ne fait aucun doute que Facebook mène la barque : Calibra, l’un des 28 membres de l’association, est la nouvelle filiale bancaire du plus grand réseau social du monde.

Les partenaires de l’association Libra. Image Facebook.

Comme la plupart des cryptomonnaies, la Libra repose sur une blockchain, une base de données distribuée et sécurisée qui renferme toutes les transactions. Contrairement à la plupart des cryptomonnaies, la Libra est soutenue par une réserve d’actifs, qui limite les fluctuations de son cours. L’association Libra, « chargée de guider l’évolution de l’écosystème », agit comme une caisse d’émission, seule habilitée à créer et détruire des « pièces » Libra.

Cette association sort de l’ombre avec un « groupe de travail » comptant 28 membres, qui sont chargés de finaliser une charte de fonctionnement, et deviendront les « Membres fondateurs » de la Libra. Pour cette première étape, Facebook s’est entourée de spécialistes du paiement et des réseaux :

La suite est réservée aux membre du Club iGen.

Déjà abonné ? Se connecter
Abonnez-vous au Club iGen !