Les mises jour de High Sierra sont sorties plus rapidement que la moyenne

Stéphane Moussie |

Il s’est écoulé très peu de temps entre la première version finalisée de High Sierra et sa deuxième mise à jour intermédiaire. Disponible depuis le 6 décembre, macOS 10.13.2 est arrivée 72 jours après macOS 10.13.0.

Graphique The Robservatory. Cliquer pour agrandir

Il faut remonter à Mountain Lion, en 2012, pour voir une 10.x.2 sortir aussi rapidement, fait remarquer The Robservatory qui a compilé le calendrier des mises à jour de tous les macOS.

Et alors ? Et alors, ces mises à jour de High Sierra distribuées plus rapidement qu’à l’accoutumée sont peut-être un indice du manque de finition du système dans sa version « finale ». Le graphique ci-dessus ne le montre pas, mais Apple a même sorti une mise à jour spéciale pour le bug d’accès root, elle même suivie par une autre mise à jour corrigeant un problème nouvellement créé.

De son côté, iOS 11.2 est arrivé à la même période qu’iOS 10.2 et iOS 9.2, mais il s’est payé une sortie en catastrophe un samedi matin pour endiguer un potentiel énorme plantage d’iPhone.

Autre signe que tout ne tourne pas rond dans le développement de High Sierra et d’iOS 11, plusieurs nouveautés promises à la WWDC se font toujours attendre. On pense à la synchronisation iCloud de Messages, AirPlay 2 et la compatibilité d’APFS avec les Fusion Drive et les disques durs.

« L’équipe mène un audit des systèmes et regarde soigneusement les processus et elle fait un peu de “soul searching” [elle recherche des négligences]. Elle fait tout ce qu’elle peut pour empêcher que cela ne se reproduise », a récemment déclaré Phil Schiller au sujet de la semaine noire où les ennuis se sont succédés.

avatar Malouin | 

En avant les Trolls...

avatar imatoumi | 

C’est bon signe qu’Apple le reconnaisse et se remette en question.

avatar MarcMame | 

@imatoumi

Il n'y a rien de glorieux à reconnaître ce que la planète entière sait déjà.

avatar C1rc3@0rc | 

Ben quand meme, de la part d'une societe qui a pour habitude de ne jamais commenter quoi que ce soit, utiliser des artifices pour masquer les chiffres que ne l'arrangent pas, d’entretenir un culte du secret, de ne reconnaître les tares de ses produits que sous la menace de class action et de condamnations et d'attendre la dernière extremité legale pour prendre en charge les vices de conception et de production de ses produits, quand c'est pas possible de le mettre sur le dos d'un fournisseur...
Si, c'est un progrès!

Ceci dit, ce type d'information a un avantage: montrer que la com d'Apple c'est de l'enfumement.

Quand Schiller parle de "mauvaise semaine" on est meme plus dans le foutage de gueule ou le champ de distorsion de la realité... on appelle cela une tromperie!

Maintenant il faut qu'Apple vienne avouer que le probleme c'est que l'equipe dediée a MacOS et au Mac avait ete dissoute, et qu'elle est en cours de reconstitution.

Apres le graphique manque d'une information: le nombre, la frequence et le debut des beta...
Car on pourrait se dire que s'il a fallut cette mitraillade de mise a jour c'est que les beta ont ete pas assez poussées ou que le cycle beta a ete arrete trop tot... or il semble bien que ce soit le contraire!!!

avatar iVador | 

Stop la connerie maintenant. Les bugs sont inévitables dans tout développement logiciel et ce quelque soit la rigueur des tests déployés. Apple réagit rapidement pour les fixer, bravo à eux !

avatar Issou la chancla | 

Y'a bug et bug.
Un bug dans l'utilitaire de disque qui donne le mot de passe à la place de l'indice, c'est pas un bug, c'est pas de l'inattention, ni de la négligence, c'est juste être totalement con et incompétent.

C'est un peu comme si, je sais pas, allez tiens, les FAI avaient comme mot de passe WiFi d'origine le nom SSID du réseau.

La semaine d'Apple est inexcusable., même pour ceux qui raffolent de la semence de Tim et Phil.

avatar iVador | 

@Issou la chancla

Il y a des bugs qui sont plus graves que d’autres et qui font l’objet de patchs rapides. Même des développements à priori triviaux peuvent entraîner des bugs graves et stupides comme ceux que vous mentionnez.
Résolu en 24h, qu’est ce que vous voulez de plus ?

avatar Issou la chancla | 

Qu'ils arrêtent de faire de la merde, pour commencer.

avatar iVador | 

@Issou la chancla

J’imagine que certaines personnes ont été recadrees ou virées. En tout cas espérons le.

avatar fte | 

@iVador

"Résolu en 24h, qu’est ce que vous voulez de plus ?"

Résolu avant livraison. C’est ce que je veux de plus.

avatar C1rc3@0rc | 

@ Issou la chancla

Oui il y a bug et bug, mais il y a aussi la raison de ces bug.

Qu'il y ait des bug dans des programmes complexes, c'est quasi impossible a empecher totalement.
Par contre il y a des methodes, pratiques, outils et strategies qui permettent d'eviter totalement les bugs les plus evidents et connus.
Dans le cas present on parle pas de bug alambiqués relevant de soft complexes: ce sont des bug basiques dans des parties archi simples...

Aujourd'hui on ne devrait meme plus entendre parler de buffer overflow ou d'interversion de variable... Ces problemes et leurs causes sont connues depuis tellement longtemps, les formations serieuses apprennent a les eviter et les outils pour eviter qu'ils apparaissent existent depuis longtemps ...

Pourtant on voit que dans le soft d'Apple les bugs basiques et idiots se multiplient.
Si on prend juste Safari, c'etait un soft relativement sain qui etait en tete de resistance lors des conferences de securité. Aujourd'hui il est bon dernier et accumule les failles les plus betes.

Le plus grave c'est que les bug qui ont fait la "mauvaise semaines" de Schiller sont a la fois idiots, evitables, mais surtout ils mettent en evidences des erreurs de conceptions bien plus profondes et anciennes.

L'exemple le plus marquant c'est l'acces root qui a ete revelé par une erreur cosmetique debile, mais qui montre qu'Apple a fait un choix totalement debile de ne pas initialiser le mot de passe du compte root lors de l'installation de MacOS en demandant a l'utilisateur d'entrer son mot de passe. C'est impardonable de betise. Et cela demontre aussi un mepris pour les bases de securité de l'Unix qui sert de fondations a MacOS.

avatar occam | 

@C1rc3@0rc

"cela demontre aussi un mepris pour les bases de securité de l'Unix qui sert de fondations a MacOS"

Ce mépris, ou peut-être cette ignorance de Unix, est de plus en plus sensible.
J'ai l'impression que tout un pan des fondements de la culture Unix est à l'abandon chez Apple.
Or c'est cette culture Unix qui avait permis d'adapter NeXTSTEP et de faire de OS X un des systèmes POSIX les plus utilisés de la planète.

avatar C1rc3@0rc | 

C'est helas une realité observable et indeniable.
Cela coincide d'ailleurs avec les departs d'Apple des ingenieurs en charge de MacOS, a commencer par Avi Tevanian(2006), une reference en la matiere, puis de son successeur Bertrand Serlet(2011) de meme que les embrouilles qui ont conduit Forstall(2012) a s'embourber dans Map au lieu de continuer son travail sur les interfaces et OS.

La question c'est de savoir a quel moment exacte le pole macOS a ete réellement dissout et privé de moyens (techniques, financiers et humains) et integré dans celui iOS (probablement cela a commencé en 2011) et quel a quel moment la conception a echappé aux ingenieurs qui avaient encore la culture NeXT.
On peut remarquer qu’officiellement les poles macOS et iOS ont ete fusionné en octobre 2012, suite au putch de Ive devenant ainsi chef de la conception chez Apple, et que cette fusion a ete confié a Federighi qui s'est retrouvé a devoir gerer les deux equipes en meme temps...

Reste donc a savoir si le probleme vient d'une incapacité manageriale de Federighi ou si au contraire il a limité les degats et travaille toujours a remonter la situation...

Pour ma part, ce que je suspecte c'est que le pole iOS etait en piteux etat, Forstall s'etant embourbé dans sa bataille contre Ive en se consacrant a fond dans Map et Siri qui constituaient son passerport pour devenir chef de la conception chez Apple et que iOS etant le gagne pain d'Apple, Federighi a mis le maximum de moyens a sa disposition pour relancer iOS qui etait devenu un capharnaüm suite a ses intégrations ratées de Map et Siri... et cela au détriment de MacOS.

avatar NestorK | 

@iVador

https://www.journaldulapin.com/2017/12/16/fini-a-la-pisse/

From Master Dandu qui, contrairement à toi, sait de quoi il parle.

avatar iVador | 

Il y a juste à espérer que les gens en charge des tests se soient pris une volée de bois vert

avatar DarthThauron | 

@iVador

D'où la connerie de recourir à des versions bêta publiques... L'expérience prouve que c'est contre productif... C'est connu depuis le début de l'informatique commerciale...

avatar C1rc3@0rc | 

@iVador

Mais tu comprends vraiment rien a rien, ou tu ne veux pas comprendre.

Face a un torrent déchaîné tu peux bien mettre un mec avec une pompe a bras, ça va pas empêcher l’inondation, non de nom!
Le controle qualité comme le processus beta est efficace si la production fait deja tout pour faire de la qualité et eviter les problemes evitables...

Le probleme aujourd'hui et depuis un moment est structurel, managerial et strategique.
On est dans une usine a production de bug ou au lieu de garantir que les bases sont saines avant de rajouter des fonctions de maniere modulaire et cloisonnée, on dirait que tout est fait a la hache et a l'arrache dans une précipitation invraisemblable et en massacrant le travail a la base.

On constate que la dynamique de conception et de realisation c'est celle... d'iTunes.

De plus, et c'est grave, il y a une confusion dans les niveaux.
Il y a des fonctions qui doivent se situer dans l'OS et d'autres qui doivent etre realiser par des applications. C'est le principe meme des Unix.
Et en plus l'OS lui meme doit etre cloisonné en plusieurs niveaux bien distincts, on pas pas foutre une fonction au niveau du noyau si elle doit se situer a un niveau plus eleve, pour la bonne raison que si elle embarque une faille c'est alors le noyau qui est compromis.

Et ben c'est pourtant ce que fait Apple en deplaçant des fonctions du niveau applicatif dans les couches de plus en plus basses de l'OS...

Et le probleme va meme plus loin puisque cela touche depuis quelques annees la conception du materiel.
L'idee geniale de Jobs c'etait de reduire au minimum les fonctions des appareils et de multiplier les appareils en les faisant collaborer: c'est le principe de l'ecosysteme informatique.
Or depuis que Ive est au pouvoir total sur la conception, son idee c'est de faire l'inverse: des appareils de plus en plus polyvalents et compliqués qui ne collaborent plus mais rentrent en concurrence...

Ça veut dire qu'aujourd'hui un appareil iOS est aussi complexe et polyvalent qu'un Mac. Pire encore, le niveau de complication a explosé du fait que ces appareils sont tous infeodés au cloud et qu'ils doivent donc dependre de 2 systemes de gestion: l'OS local et le cloud....
On empile les couches et elles sont ni rangées ni saines...

Et ça ne s'arrange pas pour le Mac. On le voit avec l'iMac Pro et on avait deja vu le debut de la connerie avec le Macbook Pro a touch bar, maintenant il y a 3 niveaux d'OS:
- iOS (T1,T2)
- MacOS (x86)
- iCloud

Les contraintes d'usage pour l'utilisateur sont de plus en plus restrictives, la complication explose et les risques de failles se multiplient, et surtout les niveaux ou les failles se trouvent sont égaux en gravité et de plus en plus difficile a analyser...

Donc le probleme c'est pas le controle qualité -etape finale- c'est le niveau conception et realisation.

avatar je-deteste-android- | 

@NestorK

Laisse tomber, il est irrécupérable ce type.

avatar en ballade | 

@je-deteste-android-

T’es irrécupérable toi

avatar je-deteste-android- | 

@en ballade

Tu maîtrises très bien le copier-coller… ça viens de ton amour pour Microsoft ? Ou Google ? 🤣🤢

avatar Seb du 95 | 

Les bugs sont inévitables, certes, mais là franchement depuis Lion je n'avais jamais rencontré autant de régressions... et les mises à jour n'ont pas apporté des solutions à tous les problèmes, loin de là, ne serait-ce qu'imprimer est devenu un fardeau incroyable (orientation du papier bloquée soit à l'horizontal, soit à la verticale, même dans Aperçu), Mail qui rame mais qui rame...... et j'en passe de belles.

Avant, chez Apple, ils travaillaient avec OS X, est-ce toujours le cas ?

Je n'en suis pas si sur... en tout cas, plus ça va, et plus Mac OS m'agace.....

Je regrette le vieux temps d'OS X, une époque où il se passait 2 ans avant une MAJ majeure... (et où le correcteur orthographique ne prenait pas toutes ces initiatives idiotes)

avatar mat 1696 | 

@Seb du 95

"Avant, chez Apple, ils travaillaient avec OS X, est-ce toujours le cas ?"

Dans la mauvaise semaine d'Apple (ou plutôt mois voir année, mais bref), ça m'étonnerait pas qu'un de ces jours un cadre d'Apple poste une photo, où on voit des Mac à l'arrière plan... avec Windows 😂😂😂

avatar C1rc3@0rc | 

@mat 1696

Oui, mais Windows 95 ou DOS...

avatar DarthThauron | 

Question rapidité, il est nécessaire qu'ils se sortent les doigts du (beeeep) et qu'ils soient réactifs tant la gageure à relever est importante. Mais bon cela reste lent à côté de ce qui se passe dans le logiciel libre...

avatar C1rc3@0rc | 

@DarthThauron

Tu as en grande partie raison mais si Apple fait du libre aussi (enfin encore un peu) on voit que c'est pas suffisant, et la vitesse de reaction c'est bien, mais ça ne compense pas de probleme de conception ou d'objectif.

Et puis c'est pas vraiment comparable, le libre c'est un travail a la fois collaboratif et concurrent avec des objectifs mixtes, et des approches opposées.

T'as des mecs (et des filles...) qui bossent parce qu'ils sont payes et d'autres parce qu'ils aiment ça. T'en as qui ont des idees et qui les realisent du mieux qu'ils peuvent et d'autres qui cherchent a montrer que ça existe deja ou que ça a ete mal programmé.
Quand une equipe a besoin d'un soft, il y en a qui vont reprendre le travail et en deriver des librairies plus generales et integrables dans des projets qui peuvent etre totalement differents de celui d'origines... la modularisation et la hiérarchisation est poussée a ses limites et cela permet - en raffinant les objectifs - d'avoir du code plus sain, optimisé et cohérent.
Et tout ce monde collabore meme sans le vouloir.

Dans une boite commerciale comme Apple qui fait principalement du propriétaire, ça bosse sur des fractions de projets en aveugle, avec des contraintes de moyens, de temps et des objectifs de resultats.
Les equipes peuvent bosser sur une partie d'un soft sans savoir sur quoi elles travaillent au final et sans savoir ce que font les autres.
Et tout ça doit sortir selon la deadline, coute que coute, et surtout doit eviter d'impacter negativement la marge beneficiaire...
C'est pas forcement une mauvaise approche, mais ça demande que le niveau conception et gestion de projet soit sacrement performant et implacable (et dispose d'assez de temps et de ressources, avec des objectifs de moyens et pas de resultats...)

Mais comme c'est du proprietaire y a moins de pression pour ecrire du bon code ou faire de la bonne conception: y a pas de professeur ou de hacker qui va venir prendre ta production pour dire que c'est de la merde et le démontrer au monde entier (genre le prof qui prend le code en exemple de ce qu'il ne faut pas faire et qui l'utilise dans ses cours pour des annees)...

Bref, la vitesse de reaction n'est pas le principal sujet ni la premiere qualité du soft libre.
Apres, il y a un probleme dans le libre et le proprietaire, c'est que si un code n'est pas audité il doit etre considerer comme une source de probleme en puissance... et on l'a vu avec le protocole HTTPS et autres joyeusetés, la pratique de l'audit s'efface sur le principe de reputation ou d'habitude d'utilisation, helas...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR