Jean-Louis Gassée : « Dieu merci, Apple n'a pas acheté BeOS »

Anthony Nelzin-Santos |
skitchedLe Churchill Club, un forum californien d'entrepreneurs, réunissait il y a quelques jours quelques unes des personnalités connaissant le mieux Steve Jobs : Bill Atkinson (créateur de MacPaint et HyperCard), Jean-Louis Gassée, Andy Hertzfled (principal développeur du Mac OS original) ou encore Regis McKenna (dont la société a conçu le logo d'Apple). La discussion entière est une mine d'anecdotes, mais les prises de parole du français du groupe sont particulièrement intéressantes. On peut les résumer par un : « Dieu merci, je ne suis pas devenu PDG d'Apple ».

Fondateur d'Apple France en 1981, Jean-Louis Gassée a succédé à Steve Jobs à la direction du groupe Macintosh, sur demande de John Sculley. Il se fait remarquer par sa manière de gérer ses équipes et son uniforme (veste en cuir noir et boucle d'oreille en diamant), qu'il enfile pour présenter les nouveaux produits de la société, comme le Macintosh Portable en 1989. Fervent défenseur du mantra « 55 or die » (55 % de marge ou rien), Gassée s'oppose à la vente de Mac OS sous licence à d'autres fabricants, ou à la création d'une gamme de Mac à bas prix. En devenant directeur de la R&D d'Apple en 1988, il s'impose comme l'homme fort de la société, à tel point qu'en 1990, il se murmure qu'il pourrait devenir PDG. Menacé, John Sculley convainc le conseil d'administration de virer Gassée — trois ans plus tard, c'est Sculley qui prend la porte, remplacé par le PDG d'Apple Europe Michael Spindler.

Les chemins d'Apple et de Gassée ne tardent pas à se croiser à nouveau. En 1996, alors que le projet Copland se révèle un échec, la direction est à la recherche d'un système pour succéder à Mac OS. Windows NT est sérieusement envisagé, tout comme le NeXTSTEP de Steve Jobs et le BeOS de Jean-Louis Gassée. Après plusieurs semaines d'âpres discussions, Jobs l'emporte sur le fil : Apple achète NeXT pour 429 millions de dollars. « Dieu merci, Apple n'a pas acheté BeOS », explique Gassée. Il se justifie : « quand Apple a acheté NeXT, NeXT avait pratiquement abandonné NeXTSTEP pour se concentrer sur WebObjects. NeXTSTEP est la base qui a ressuscité Mac OS. »



Selon Gassée, NeXTSTEP n'était pas suffisamment bon pour avoir une présence sur le marché. Jobs le savait, mais était suffisamment mûr pour comprendre l'occasion qui se présentait à lui : utiliser Apple pour améliorer NeXTSTEP et en faire Mac OS X, avec le succès que l'on sait, jusqu'à aujourd'hui avec iOS, construit sur les mêmes bases. « Apple a acheté NeXT, mais en fait Steve Jobs a pris les rênes et on connaît la suite ». Apple a acheté un coup d'état que Gassée n'aurait pas été en mesure de réaliser.
avatar oomu | 
c'est peu dire que rappeler combien Nextstep était novateur et sophistiqué. mais comme tous, il ne pouvait avoir sa place face au rouleau compresseur windows.
avatar BennyLaMalice | 
Mouai, quand on lit la bio de SJ on a pas toute à fait la même vision. Déjà Gassée était détesté par Jobs depuis 1985, donc dire que ils sont proches.. Humhum ! Et secondement, il a beau dos de dire ça maintenant de BeOS alors qu'il y'a 15 ans c'était le saint graal des OS selon lui.
avatar Le docteur | 
J'ai vu des présentations de NexStep par Jobs et j'ai eu l'occasion de faire tourner un BeOS sur ma vieille machine; Ces deux systèmes étaient formidables, surtout si on se réfère à la bouse qui sévissait en face à l'époque de la grandeur (très relative en part de marché) de BeOS (et qui l'a tué à coup de vente liée plus ou moins violemment forcée)...
avatar lmouillart | 
BeOS ... quel fantastique OS ... certes ça aurait fait un saut énorme pour MacOS avec beaucoup d'incompatibilités. Les temps de boot de 4sec, les replicants, les livequery, les datatypes, etc... c'etait quand même un sacrée OS. D'ailleurs palm & HP sont vraiment idiot de ne rien avoir fait de BeOS. D'ailleurs http://haiku-os.org/ se charge de redévelopper BeOS en logiciel libre.
avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@bennylamalice : les deux se détestaient cordialement. C'est un lien fort, quand même. Et BeOS comme NeXTSTEP étaient des OS fantastiques, menés par deux hommes qui incarnaient quelque chose pour Apple.
avatar bompi | 
BeOS... J'ai toujours les CD. Il n'aurait quand même pas eu la maturité suffisante : si NeXTSTEP n'était pas parfait, il se basait sur du très solide (la base BSD).
avatar lmouillart | 
@bompi BeOS idem il y avait un paquet d'outils venant de gnu, le seul défaut est qu'il n'était pas multi utilisateur, enfin si mais avec un seul user.
avatar Florian Innocente | 
@lmouillart : 'BeOS ... quel fantastique OS ... certes' Et cette alliance du bleu et du jaune, tu l'oublie ?
avatar anton96 | 
Je n'ai jamais eu l'occasion de tester Beos mais grâce a Haiku ont peu vraiment se rendre compte que c'est os genial
avatar lmouillart | 
@innocente : Ah des jolies couleurs, des belles icônes, BeIDE, Gobe Productive, Netpositive... :') que d'émotions...
avatar SolMJ | 
Gassée alias "le mal incarné" d'après les propos de Jobs recueilli par son biographe... :p
avatar terreaterre | 
Jean Louis Gassée ? Le Jacques Attali du monde Apple, toujours une petite phrase, vide de sens, pour croire qu'il existe encore.
avatar Thierry6 | 
@terreaterre Excellent et pas faux
avatar rom54 | 
Le temps permet de réviser les opinions du moment... En ces temps la les AppleExpos réservaient un petit coin ou tournaient quelques machines sous BeOS... Gasse avait effectivement amene dans BeOS une belle vitrine technologique mais qui avait encore beaucoup de boulot pour devenir un OS de dimension commerciale. Et si ses spécificités en faisaient un concentre de concepts a l'avant garde du moment, il était quand meme très très loin de NeXTStep. Et si NeXTStep avait encore des progrès a faire, ses fondements étaient deja très en avance et stable, et il en allait de meme de son interface... De meme a cette époque, Gasse le reconnait lui meme, il n'avait pas la maturité pour diriger une entreprise de la taille d'Apple... D'ailleurs Gasse n'a pas réussi a développer BeOS, qui a existait que dans l'ombre d'Apple. C'est dommage car il y avait un bon potentiel, et si Be avait été bien geree Apple aurait eu un interressant challenger sur la durée. Cela et tout autant vrai pour l'Amiga... Si l'Europe avait réussi a condamner aussi efficacement Microsoft comme elle l'a réussi quelques années plus tard, nous aurions aujourd'hui trois constructeurs-innovateurs (Apple, Amiga inc(faut pas rêver que ce soit reste Commodore :( ), et Be inc) et l'informatique d'aujourd'hui aurait progresse plus vite sans être freiner par Microsoft... mais bon avec des si on refait le monde. Ceci dit, le choix d'Amélio de remettre Jobs a la tete d'Apple, n'avait fait pas la moindre place au doute concernant Gasse, me semble-t-il
avatar jerome_l | 
Et pourtant, BeOS était vraiment une très belle pièce de téchnologie. A mon avis une meilleure base que darwin ou NeXTStep. Jean-Louis Gassée n'avait peut-être pas la stature de Steve Jobs pour mener à bien l'avenir d'Apple, cependant BeOS c'était bien cool !
avatar Damze | 
Hum...C'est pas lui dont Steve parle dans la biographie ? Quand il disait qu'il souhaitait baisser le prix du Macintosh alors qu'on lui as demandé (ou forcer plutôt ?) de garder une grande marge. Sans ça "Apple aurait dû passer devant Microsoft" d'après lui.
avatar Jean-Jacques Cortes | 
J'ai eu la chance de tester BeOS sur un ordinateur BeBox durant une Apple Expo (1996, je crois), et c'était génial de voir plusieurs programmes tourner en même temps sur une plateforme PowerPC 603e, alors que le pauvre Mac OS 7.6 restait mono-tâche, et plantogène à mort.
avatar totorino | 
En quoi beos ou haïku sont ils si extraordinaires que ça ?
avatar ArchiArchibald | 
Jean-Louis Gassé à voulu couler Apple en revendant cet OS au prix de l'or, disant "Je les tiens par les couilles et je vais serrer bien fort"... Il ne devrait même plus avoir son droit de citer !
avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@ArchiArchibald : il demandait beaucoup plus que la valeur réelle de Be Inc., mais deux fois moins que ce qu'Apple a fini par payer pour NeXT. Donc bon.
avatar ExitToShell | 
terreaterre: [i]Jean Louis Gassée ? Le Jacques Attali du monde Apple[/i] r e m a r q u a b l e +1000
avatar ExitToShell | 
BeOS était un OS bien abouti mais qui n'aurait jamais pu évoluer comme NeXTstep le permettait.
avatar oomu | 
"BeOS ... quel fantastique OS ... certes ça aurait fait un saut énorme pour MacOS avec beaucoup d'incompatibilités. Les temps de boot de 4sec, les replicants, les livequery, les datatypes, etc... c'etait quand même un sacrée OS. D'ailleurs palm & HP sont vraiment idiot de ne rien avoir fait de BeOS. " le seul réel défaut de beos était de ne pas reposer sur unix (il avait un sous-ensemble de compatibilité posix) et aucune gestion multi-utilisateur. mais sinon, oui, BEOS avait des fonctionnalités impressionnantes, une interface sobre et efficace et de grandes performances. - par contre nextstep écrasait (et de loin) en qualité de "cadre de développement" (ce qui est cocoa maintenant) et outils de conception de logiciels (interface builder et project builder, devenu xcode maintenant) en plus de unix bsd (à ne surtout pas sous-estimer, c'est ce qui a permis au mac à la sortie de os x 10.0 de subitement réexister pour de nombreux académiciens et informaticiens, Apple capitalisa dessus avec des pubs très ciblées lors de conventions unix). - à propos d'incompatibilités : nextstep était radicalement différent de mac os, totalement incompatible, strictement sans rapport aucun. de fait mac os X n'est pas mac os 9+1. C'est une toute autre bête. le plus long fut de réintroduire des fonctions de mac classic (quicktime par exemple) dans nextstep. Beos aurait pu avoir le même traitement. - bien entendu, os/2, beos, nextstep et ma grand mère n'avaient strictement _aucune_ chance d'exister face à l'hégémonie windows dans le pc. Apple a réussi à conjurer le mauvais sort en accrochant mordicus Os X a du très bon matériel et en utilisant toutes ses réserves (qq milliards) pour faire vivre le mac, puis lui adjoindre un baladeur indispensable : l'ipod et une plateforme commerciale solide : itunes. Be Inc ou NeXT étaient en incapacité de faire ce que Apple pouvait.
avatar oomu | 
Be Inc avait pour objectif de un jour se faire racheter par apple ils n'ont pas copié Steve Jobs. - @totorino [11/11/2011 20:04] via iGeneration pour iPad "En quoi beos ou haïku sont ils si extraordinaires que ça ?" BeOs à l'époque (fin 90 de mémoire) écrabouillait totalement windows en performance brute sur le même matériel. vrai multitâche fluide, lecture simultanée de plusieurs vidéo là où windows bâclait une synchronisation entre les médias garanties (on pouvait lancer simultanément une video et un audio et Beos se chargeait de gérer la synchro) . windows en était incapable - l'interface très sobre, efficace, lisible. - le gestionnaire de fichier est encore de nos jours intéressant. On pouvait adjoindre à tout fichier des "meta infos" le décrivant en détail, par exemple : durée, auteur, compositeur, photographe, localisation, peintre etc. et le gestionnaire permettait de voir ses attributs, trier selon, etc. Les applications ne maintenaient donc pas une base des chansons et leurs auteurs, c'était le système de fichier lui même la base et le gestionnaire de fichier pouvait très bien faire gestionnaire de musique et playlist léger. Applications et gestionnaire de fichiers tapaient dans la même source : le système de fichier, sous forme de "requête" mise à jour en temps réel. Beaucoup de gens pensaient que BE était précurseur que Mac Os X ferait donc pareil. Depuis Os X 10.4 , le système peut gérer un nombre arbitraire de meta-info par fichier, mais ni le Finder, ni itunes, ni l'interface graphique n'exploite cela. Peut être que finalement HFS+ ne le permet pas avec de bonnes performances ou qu'un fichier base de donnée dédié par applications restera toujours + efficace ? je ne suis pas expert. mais au sein de Beos , c'était élégant, et à l'époque, sincèrement impressionnant. - encore une fois, imaginez que face à Nextstep , y avait DOS 5 ptet windows 2/3 et que face à BE Os y avait windows 98... cherchez des archives sur le net.
avatar oomu | 
je pense cependant que NeXTstep était un bien meilleur choix que BeOs. - micro-noyau, promettant + de facilités pour le maintenir et l'adapter à toutes sortes d'appareils imprévisibles - unix bsd (du jour au lendemain, le mac devenait compatible avec tout ce qui existait en opensource pour *BSD et linux, ou unix propriétaire avec adaptation) - méthodologie MVC et programmation orientée objet. - les classes normalisées et muries avec la collaboration de sun : openstep (cocoa). - les outils de développement - Be os a été mis dans un tiroir et oublié, par des entreprises incapable de créer un modèle business, un éco-système applicatif et des machines séduisantes. Haiku est un projet opensource de faire revivre be os, mais sérieusement, c'est un travail titanesque, et Mac Os X et Linux n'ont eu de cesse d'être constamment amélioré en plus de leur base déjà très solide. même windows a bien changé depuis Be os. C'est inhumain d'attendre de Haiku un système capable d'être comparable à ce qui se fait maintenant.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR