Papermaster : IBM aimerait entendre Apple

Florian Innocente |
L'affaire Papermaster - du nom de ce cadre d'IBM débauché par Apple pour superviser les équipes iPhone et iPod - continue son petit bonhomme de chemin (retour sur ce feuilleton à épisodes). IBM, qui ne lâche pas le morceau, a fait savoir au juge qu'il souhaiterait obtenir des informations de la part de quelques hauts responsables d'Apple.

Aucun nom n'a été toutefois communiqué dans cette requête. Lorsque Papermaster a été contacté par Apple, il fut reçu entre autres par Steve Jobs et Tony Fadell alors patron de la division iPod (voir l'article Papermaster : chronique d'une arrivée contrariée). De son côté Papermaster, pas en reste, a réclamé qu'IBM produise tous les documents relatifs à ses activités serveur depuis 2006.

IBM a en parallèle échoué à faire repousser la date de ce procès. Il devrait normalement se tenir entre la fin janvier ou début février. Big Blue souhaitait que soit d'abord réglé l'appel formulé par Mark Papermaster à propos de l'interdiction qui lui est faite de prendre ses nouvelles responsabilités chez Apple. Et ce, en attendant que soit réglée cette affaire.

Depuis le 4 novembre, date de l'annonce de son arrivée au poste de senior vice president of Devices Hardware Engineering, l'ancien employé d'IBM est contraint de se tourner les pouces.


avatar luxonthenet | 
Quand même, vous prenez un poste pour vos compétences, et on vous demande de pas travailler parce que justement vous avez ces compétences. Bref le type est obligé de faire le café pendant 3 ans entre chaque transition de poste pour évité de nuire au précédant employeur. Ok le domaine de recherche se retrouve sur des gros enjeux commerciaux mais bon.
avatar Zoidberg | 
Mouaip, il n'est pas pris pour ces competences, le hasard est tres peu present dans ces milieux, il est surtout pris pour ses connaissances. Et puis c'est clairement ecrit sur son contrat, alors il a tente le coup en se disant "ca passera", il a joue il a perdu, ces clauses sont tout a fait normales (elles sont fort heureusement limitees dans le temps), si ca n'existait pas de nombreuses boites se feraient voler leur savoir faire.
avatar melaure | 
Comme si ça empêchait vraiment le transfert de savoir faire ... c'est bien de croire au père-noël ! :D
avatar Ellipse | 
Ce genre de clause n'empêche pas le transfert, elle le ralentit d'un point de vue juridique. Un an dans ce domaine, c'est long. Un juriste m'a dit un jour qu'il valait mieux laisser partir quelqu'un et éviter ce genre de clause. C'est plus une source d'ennui qu'autre chose pour l'ex-employeur.
avatar Atlante | 
D'accord avec Ellipse, ces closes sont avant tout faite pour rendre le savoir des ex-employé obsolète au moment où ils rejoignent une autre compagnie
avatar YAZombie | 
Zoidberg, tu as l'air au courant de ce qui va se passer dans les deux prochains mois, parce qu'à ce jour M. Papermaster n'a pas plus perdu qu'IBM. Moi je veux bien ta boule de cristal si elle m'indique à coup sûr les 6 bons numéros du prochain Loto…
avatar Zoidberg | 
Melaure, ca ne permet pas effectivement la fuite de savoir faire, mais comme la dit Ellipse ca le ralenti bien en tout cas. YAZombie, pour le moment il ne fait rien, donc de son cote a lui c'est pas vraiment ce que j'appelle une victoire, donc c'est en ca que je dis qu'il a perdu, IBM essaye de faire trainer en longueur histoire que, s'ils perdent, un maximum d'eau ait circule sous les ponts, fevrier ca va deja les amener a 3/4 mois, si on rajoute le proces et les divers appels ca peut aller loin.
avatar michaelprovence | 
Cette news nous fait une belle jambe !!
avatar Florian Innocente | 
@ michaelprovence : assez en tous cas pour que tu remues les deux bras pour y réagir :-D
avatar romainhc | 
Et la transfert de connaissance entre IBM et les nazis pendant la WWII, ils ne veulent pas en parler ?

CONNEXION UTILISATEUR