De Sono à Aptera, le futur des voitures avec panneaux solaires de plus en plus compromis

Nicolas Furno |

« Le futur est solaire », annonce Sono Motors dans son dernier article, une manière positive de présenter ce qui est pourtant une bien mauvaise nouvelle. En effet, le jeune constructeur allemand a finalement abandonné la Sion, sa voiture électrique alimentée en partie par des panneaux solaires placés sur toute la surface de sa carrosserie. Une idée intrigante présentée en 2019, mais qui n’a jamais suscité un intérêt suffisant pour la concrétiser.

Voiture : Sion, l’anti-Tesla qui se recharge avec le soleil

Voiture : Sion, l’anti-Tesla qui se recharge avec le soleil

La version finale de la Sion, qui ne devrait jamais être produite. Le constructeur visait le cœur du marché, avec une voiture électrique pas trop chère et capable de répondre à tous les besoins, sous la forme d’un petit monospace couvert de panneaux solaires.

L’intérêt du public semblait pourtant réel, avec 45 000 réservations enregistrées sur le site officiel. Naturellement, ces réservations gratuites n’ont pas permis de faire entrer de l’argent dans l’entreprise, mais cet intérêt public a permis à Sono Motors de trouver plusieurs investisseurs. En tout, l’entreprise a ainsi collecté 330 millions d’euros depuis sa création en 2016, une belle somme qui reste loin du compte de ce qui est nécessaire pour lancer une toute nouvelle voiture. Et ce, alors même que la production devait être assurée par un tiers, en l’occurrence Valmet Automotive, un constructeur finlandais issu de Saab.

Dans cet article, l’un des fondateurs de Sono Motors liste quelques difficultés rencontrées ces dernières années, au premier rang desquelles la pandémie de Covid-19, ou plutôt ses conséquences. Les pénuries de composants, l’inflation sur les matières premières et le climat économique peu favorable aux investissements ont freiné le développement de cette entreprise, comme tant d’autres dans le monde. Il regrette aussi l’absence d’engagement de la part des gouvernements, malgré leurs nombreuses demandes en ce sens. Enfin, il évoque des erreurs les premières années, dont une mauvaise évaluation de la difficulté qui les attendait pour lever des fonds et les conséquences financières des retards liés, notamment, aux pénuries.

Sono Motors croit toujours au solaire, et pour cause : l’entreprise ne disparaît pas et se recentre sur l’ajout de panneaux solaires à des véhicules électriques existants, essentiellement des bus et camions. Cette activité, lancée en parallèle du développement de la Sion et avec l’espoir de le financer, rapporte suffisamment pour ne pas menacer l’existence de la firme allemande. Néanmoins, les 23 clients actuels de Sono Motors ne suffiront pas à conserver tous les employés, en particulier tous ceux qui travaillaient sur la Sion. Il faudra ainsi prévoir 300 départs, annonce le cofondateur.

Sono Motors devrait conserver son activité parallèle d’ajout de panneaux solaires sur de gros véhicules électriques, une activité qui lui a permis de survivre jusque-là grâce à plusieurs contrats signés dans le monde entier.

Ces mauvaises nouvelles ne sont pas isolées dans le petit monde de la voiture à panneaux solaires. Lightyear annonçait en début d’année son intention de créer une voiture solaire de grande série, avec des objectifs extrêmement ambitieux. Quelques semaines plus tard, ambiance différente : la production de la Lightyear 0 — réalisée par le même Valmet Automotive au passage — était annulée et l’entreprise derrière le constructeur en devenir annonçait sa faillite dans la foulée.

On pouvait penser que c’était plié pour ce nouveau-venu, mais Lightyear a depuis annoncé la création d’une nouvelle entreprise qui se chargera de produire et commercialiser la Lightyear 2. Les ventes de la Lightyear 0, un coûteux vaisseau amiral affiché à plus de 250 000 €, devaient servir à financer la production de série, suivant en cela le modèle de Tesla1. À défaut, une levée de fonds devrait permettre d’assurer la production de la voiture censée être vendue à moins de 40 000 € et avec des caractéristiques difficiles à tenir à l’heure actuelle. La firme met en avant ses 60 000 réservations — sans paiements là encore —, mais est-ce que ce sera suffisant pour atteindre l’objectif ? En théorie, les premières livraisons sont prévues pour 2025.

Aptera renforce encore l’idée que rien n’est jamais gagné dans ce secteur. Le constructeur américain travaille sur un véhicule sur trois roues (mais pas une voiture) animé par des panneaux solaires et avec comme priorité absolue une consommation réduite, permise par une efficience record et un poids plume. Sa forme est dictée par les besoins aérodynamiques et ses concepteurs affichent des chiffres très faibles pour la résistance au vent et au contraire très élevés pour l’autonomie : jusqu’à 1 600 km grâce à une batterie de 100 kWh et aux appoints de la charge solaire. Le tout pour un prix de vente annoncé à partir de 26 000 $ pour une version à plus petite batterie et 400 km d’autonomie annoncée.

Cette entreprise est née à l’origine en Californie en 2006, mais elle existe sous sa forme actuelle depuis 2019. Comme Sono Motors, Aptera a affronté directement la pandémie, si bien que les promesses initiales ont vite volé en éclat. En janvier dernier, la firme a annoncé qu’elle n’avait toujours pas suffisamment de fonds pour lancer la production. Comme son homologue allemand, Aptera passe par sa communauté pour tenter de survivre et propose aux 40 000 personnes qui ont réservé un exemplaire de financer l’entreprise en l’échange de l’un des 2 000 premiers modèles qui devraient être produits dans les prochains mois.

Les participants doivent donner au minimum 10 000 $ pour participer et il y a un système d’enchères pour inciter les dons plus élevés. Est-ce que ce sera suffisant pour Aptera ou est-ce que le véhicule étrange de l’entreprise connaîtra le même sort que la Sion ? Ce programme de financement se terminera dans un mois et on aura alors sans doute la réponse à cette question. Les difficultés de ces trois entreprises sont en tout cas révélatrices des temps difficiles qui secouent l’industrie automobile depuis trois ans. Tous les nouveaux venus sont touchés, même ceux qui bénéficient d’un énorme capital sympathique à l’image de la marque Delorean qui tente un retour avec l’Alpha5 et qui pousse à commander au plus vite2.

Difficultés conjoncturelles ou pas, le concept même de voitures solaires peine à convaincre. Sauf dans quelques cas exceptionnels, les gains réels sont faibles, une trentaine de kilomètres par jour au mieux selon Sono Motors, jusqu’à 70 km dans le meilleur des cas pour Lightyear. On parle bien d’une situation optimale, où la voiture reste en plein soleil toute la journée et encore, uniquement en été et uniquement dans les pays bien ensoleillés. La moindre ombre réduit considérablement la quantité d’énergie récupérée, si bien que des panneaux solaires installés sur un toit génèrent aisément plus d’énergie, y compris en direct pour n’importe quelle voiture électrique reliée à eux.

Peut-être que la technologie évoluera, à la fois pour réduire les coûts des cellules solaires au point de les rendre plus intéressantes qu’un bout de métal ou de verre, et à la fois pour améliorer leurs rendements et offrir des autonomies dignes de ce nom en roulant. En attendant, le marché économique difficile semble avoir raison de ces projets, même si la partie n’est officiellement perdue que pour le constructeur allemand à ce stade.


  1. Qui a commencé avec des voitures de luxe à petit volume pour tendre vers la production de masse et des véhicules aujourd’hui en entrée de gamme sur leurs marchés.  ↩︎

  2. Le constructeur s’est mis en tête de faire des précommandes en vendant des NFT, mais il avait prévu à l’origine de vendre plus de 9 000 voitures et annonce désormais que la production initiale ne sera que de 4 000 exemplaires, soi-disant en raison de pénuries de composants. Les relances pressantes du constructeur semblent indiquer que ce chiffre n’est même pas atteint, le signe que tout le monde n’est pas tombé dans le panneau de la nostalgie, l’Alpha 5 n’étant qu’une voiture électrique sportive de plus et sans grands arguments, si ce n’est le nom de sa marque. Le choix des NFT ne simplifie pas la situation, avec un paiement de 83 € environ à effectuer pour s’inscrire à un « club », avant de devoir payer environ 2 370 € pour réserver un exemplaire.  ↩︎


avatar alcode | 

Vu la puissance fournie par un panneau photovoltaïque dans une configuration optimale on va gagner quoi en en mettant sur une voiture, de quoi faire 5km ? Même si ça peut être intéressant, par rapport à l’investissement requis ça ne semble pas viable.

avatar pechtoc | 

@alcode

Mouais, l'investissement se compte sur la durée, la durée de vie d'un panneau solaire est important, mais sur une carrosserie qui n'attendra pas bien long avant la première bugne, coup de portière et j'en passe, ça fera cher la réparation et surtout donnera un bilan carbonne catastrophique à la plupart des panneaux.
Sur le toit, pourquoi pas, mais la sono qui est totalement recouverte de panneaux est une fausse bonne idée.
D'ailleurs est-ce que laisser sa voiture en plein soleil pour récupérer quelques Wh compensera la clim une fois de retour dans sa voiture ?

avatar Nicolas Furno | 

@pechtoc

La question de la climatisation est intéressante en effet, même si d'expérience, cela reste nettement moins coûteux en termes d'énergie nécessaire que de réchauffer l'habitacle. Mais entre une voiture garée à l'ombre sans charge solaire et une en plein soleil avec la charge, j'imagine que ça dépend notamment du temps passé au soleil, de la température dans l'habitacle au démarrage… mais il doit y avoir quelques cas où l'opération annule les gains solaires en effet.

Enfin, après c'est comme l'histoire du verre à moitié vide : si on n'a pas le choix que de se garer en plein soleil (c'est du vécu 😢), alors on économise grâce aux panneaux solaires l'énergie sur la climatisation qui est indispensable à chaque départ en été.

avatar BeePotato | 

@ Nicolas Furno : « la climatisation qui est indispensable à chaque départ en été. »

« Indispensable », c’est peut-être un poil exagéré, non ?
Même de nos jours, on construit encore des voitures dont les vitres peuvent se baisser. 😉

avatar Nicolas Furno | 

@BeePotato

Alors oui, mais quand on parle d’un habitacle à 60°… 🥵

(C’est le problème avec les immenses toits vitrés qui sont à la mode, c’est sûr.)

avatar vince29 | 

> Même de nos jours, on construit encore des voitures dont les vitres peuvent se baisser.

Pas toutes. Si on veut tirer les prix on fait desvitres fixes =
économies directes pour le constructeur (moteurs, commandes...)
surcoût caché pour l'acquéreur (surconsommation pour la clim)

avatar BeePotato | 

@ vince29 : « surcoût caché pour l'acquéreur (surconsommation pour la clim) »

Dans les surcoûts cachés, ne pas oublier aussi le badge de télépéage. 😉

avatar kiddsoso | 

@BeePotato

La Clim c’est 10% de consommation en + alors que rouler les vitres ouvertes c’est 20% à 30% de consommation en +.

Et quand il fait 40ºC dehors, on ne va rien refroidir du tout en roulant les vitres ouvertes !

avatar marc_os | 

@ kiddsoso

> rouler les vitres ouvertes c’est 20% à 30% de consommation en +

1. D'où sortez vous vos chiffres ? (Note: L'augmentation de la consommation dépend de la vitesse. Elle est nulle à l'arrêt, alors que la clim consomme tout le temps.)
2. Vous en connaissez beaucoup des qui roulent sur l'autoroute pendant des heures vitres grandes ouvertes ? Moi pas, rien que pour le bruit. Par contre, la clim allumée en permanence ne gène personne.

avatar BeePotato | 

@ kiddsoso : « rouler les vitres ouvertes c’est 20% à 30% de consommation en +. »

Non.

« Et quand il fait 40ºC dehors, on ne va rien refroidir du tout en roulant les vitres ouvertes ! »

Je cite la réponse que m’a faite Nicolas Furno : « mais quand on parle d’un habitacle à 60°… »
Passer de 60° à 40°, on appelle ça du refroidissement.

Je ne disa pas que certaines personnes ne trouveront pas que ça reste encore trop chaud, ni que la clim apporterait un confort supplémentaire. Je faisais juste remarquer qu’elle n’était pas indispensable (la preuve étant qu’on a très longtemps vécu sans, certains arrivant d’ailleurs encore à vivre sans).

avatar marc_os | 

@ Nicolas Furno

> la climatisation qui est indispensable à chaque départ en été.

On vit une époque formidable.
(Le climat n'a qu'à bien se tenir #gaspillage)

avatar Sonic Tooth | 

@marc_os

L’expert du bac à sable de service 😮

avatar debione | 

@marc_os:

Ce que tu oublies de dire, c'est qu'il y a 40 ans, quand autant de monde roulait qu'actuellement, tout ceux qui n'avaient pas de clim (le 99%), sont mort et n'ont pas pu se reproduire.

#noussachons#Darwinestnotreami

avatar DG33 | 

@nicolasf

"si on n'a pas le choix que de se garer en plein soleil (c'est du vécu 😢),"

Rassure-nous : vécu uniquement en vacances dans le Sud de la France, pas « au travail en Bretagne » 😜 ?

avatar Nicolas Furno | 

@DG33

Tss. 🙂

(Si on pouvait avoir davantage de la mythique pluie bretonne en ce moment, on serait heureux… 😓)

avatar DG33 | 

@nicolasf

Nos vignobles ont soif 😋

avatar Nesus | 

@alcode

Le rendement des photovoltaïques et leur durée de vie est en train de croître à grand pas. Peut-être pas suffisamment pour alimenter un moteur, mais les avancées sont indéniables. D’autant que maintenant il y a des panneaux transparent pour venir se poser sur une vitre.
Quoi qu’il en soit tout cela devra se démocratiser avant d’envisager quoi que ce soit.

avatar alcode | 

@Nesus

Sachant que le rendement optimal est dans une orientation sud à 30° d’inclinaison c’est très compliqué sur une voiture.

avatar coink | 

Qui plus est, l'irradiation solaire c'est 1kWh/m2.
Même avec un rendement idéal de 100% elle va pas aller bien loin la voiture solaire (on est a 30% avec les technos actuelles quand on a la bonne orientation)

avatar Biking Dutch Man | 

@alcode

Absolument! Encore un projet mené par le marketing, jusqu’au retour à la réalité…

avatar 0MiguelAnge0 | 

@alcode

Ils etaient en mode chasse d’investisseurs neuneux….

avatar jeanCloud | 

Sinon y a l’éolien

avatar Biking Dutch Man | 

@jeanCloud

🤣 sacré hélice!

avatar Oncle Sophocle | 

Ou la voiture à voiles ? — bon, là, il faut être deux : un pour le volant, un pour les voiles... :-)

avatar Léopold FEZEU | 

Ces boîtes qui naissent, meurent et ressuscitent le font penser à un coup d’escroquerie des génies de la finance dont le but principal est de se faire du fric sur le dos des rêveurs.

avatar Sindanarie | 

(💭Réunion des immenses scientifiques en économie et ingénierie déjà commencée,,,)

avatar raoolito | 

@Sindanarie

le pire c’est que certains s’y connaissent vraiment mais ils vont vite être noyés dans la masse

avatar IceWizard | 

@Sindanarie

« (💭Réunion des immenses scientifiques en économie et ingénierie déjà commencée,,,) »

Pour moi, ce sera un grand jus d’orange 🥤et un verre d’eau glacé !

avatar Soub | 

Entre le coût des panneaux solaires, celui des batteries, l’autonomie minime même dans les meilleures conditions, c’était mort d’avance.
Sans parler du poids ajouté et de la fragilité des panneaux, de la nécessité d’avoir des surfaces lisses… quelques contraintes en plus à gérer.
Et il ne suffit pas d’avoir un « concept de génie » pour ensuite réaliser un véhicule commercialisable. La recharge, c’est 0,1% du véhicule. Il faut un moteur, 4 roues, une carrosserie, quelques fonctions d’ADAS réglementaires, un peu d’infotainment, … la liste est longue…
Bref quelques centaines de millions d’€ pour concevoir et pouvoir fabriquer.
Quand vous connaissez le monde de l’automobile, vous pouvez vous sire que ce sont soit des rêveurs, soit des arnaqueurs…

avatar pocketalex | 

@Soub

le mec à l'origine de l'entreprise est parti sur un nouveau projet : un remplisseur de piscine de la taille d'un verre d'eau

avatar IceWizard | 

@pocketalex

« un remplisseur de piscine de la taille d'un verre d'eau »

C’est le remplisseur ou la piscine qui fait la taille d’un verre d’eau, dans ce projet ?

avatar powergeek | 

Il n’y aurait pas un problème avec la première phrase de l’article ? C’est soit « annonçait » soit « annoncé par »…

avatar Nicolas Furno | 

@powergeek

Il y a un problème. Je corrige merci !

avatar MiniMac | 

30 Km/ jour représente 12000 Km par an soit la moyenne de beaucoup de monde !
Quant aux 70 Km …!!!
Cela peut donc être viable pour certains ( pas les gros rouleurs ou lors de grand trajets )

avatar Nicolas Furno | 

@MiniMac

Ce n'est pas si simple, car les 30 km gagnés sont théoriques, uniquement l'été et encore, en laissant la voiture au soleil sans ombre (même la branche d'un arbre ou un poteau peut réduire considérablement l'efficacité, selon la disposition des cellules). Sauf à habiter dans un désert pas trop loin de l'Équateur, je suppose, ça me paraît vraiment compliqué d'envisager un gain aussi important sur une année.

avatar clemens94 | 

En admettant qu'on puisse mettre 800 Wc de panneaux solaires sur une auto (en prenant par exemple un break qu'on recouvrirait intégralement des meilleurs panneaux). Si on prend l'exemple incroyable d'un ensoleillement parfait et d'une voiture en plein soleil avec des panneaux à 100% de leurs capacités pendant 12h par jour, il faudrait 6 jours pour remplir la batterie d'une Model 3.
En conditions réels on peut donc s'imaginer récupérer quelques kilomètres par jour l'été.. bref pas rentable pour un sous.

avatar Lucas | 

Merci pour cet article fouillé, et oui ça reste une illusion voire une foutaise de penser qu’on pourrait couvrir les voitures de panneaux solaires alors qu’il n’y a pas assez de ressources sur Terre pour fabriquer suffisamment de panneaux photovoltaïques pour les besoins déjà existants… alors quand ils sont beaucoup moins rentables que sur un toit ou dans un désert, c’est une aberration…

avatar oomu | 

@Lu Canneberges

pas assez de ressources sur Terre, douteux.

mais les pays, pour x raisons géopolitiques, ne fournissent pas assez de minerai pour produire autant qu'il faudrait

et de toute façon la technologie n'est pas suffisante pour les rendements fantasmés.

-
toutes ces entreprises ressemblaient à du "roman pour investisseur".

avatar laclouis5 | 

Incroyable le nombre de personnes qui tombent dans le panneau de la voiture solaire (vous l’avez ?).

avatar andr3 | 

Pffff … alors que la solution est simplisme … une éolienne sur le toit de la voiture. Quand celle-ci roule, l’éolienne produit de l’électricité qui va propulser la voiture … CQFD

avatar Nicolas Furno | 

@andr3

On a pensé à une dynamo sur chaque roue ? 🤔

avatar andr3 | 

@nicolasf

On pourrait peut-être ajouter un petit moteur thermique 🤔

Ou alors une solution type Shadoks 😇

avatar IceWizard | 

@andr3

« Pffff … alors que la solution est simplisme … une éolienne sur le toit de la voiture. »

Pas certain que Carnot et sa seconde loi de la thermodynamique soit d’accord. Il serait plus efficace de doter chaque siège passager, d’un pédalier, pour que les flemmards participent à la propulsion avec un effort musculaire. 🚴🪫🚗. Bon pour la forme, bon pour le cœur, bin pour la perte de poids, bon pour la planète !

avatar jujulec | 

@IceWizard

que neni... une abération ! la promesse d'une éradication du vivant !!

Un travail musculaire accru chez ces flemmards d'humain, c'est nécessairement une surconsommation de proteïne, donc une prolifération des élevages bovins pour un rendement protéïnique optimal, et au final, un dégagement de méthane incontrôlé fatal à la couche d'ozone...

Vous êtes juste inconséquent !!

avatar IceWizard | 

@jujulec

Beurre de cacahouète avec du pain, ou une barre de céréales ! Je n’ai jamais vu un gosse résister à un sandwich au beurre de cacahuète. Et c’est d’excellentes protéines (association cacahuète et céréales). Et pas besoin de bœufs pétomanes rejetant du méthane, ce gaz maudit à effet de serre !

avatar andr3 | 

@IceWizard

Et les allergies aux cacahuètes … elles sont potentiellement mortelles non … donc cela ne peut pas marcher …

😂

Donc le bœuf pétomane à encore un avenir …

Tiens une idée … mettre un ballot de foin devant le bœuf pour le faire avancer et relier la sortie du bœuf au moteur pour pouvoir rouler au méthane … en v’la une excellente idée 💡

avatar IceWizard | 

@andr3

L’houmous alors, un produit sain apportant toutes les protéines nécessaires, à base de Pois Chiche et de Sésame. Et en plus, c’est bon ! Sans gluten et sans glucide, une merveille de la nature !

avatar ingmar92110 | 

@IceWizard

Tes vraiment un houmous sapiens

avatar IceWizard | 

@ingmar92110

« Tes vraiment un houmous sapiens »

Un Houmous Sapiens Givré, en fait !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR