NAS/DAS : Drobo et sa maison mère StorCentric se déclarent en faillite

Félix Cattafesta |

Drobo et sa maison mère StorCentric se sont déclarés en faillite. Les deux sociétés se sont simultanément placées sous la protection du chapitre 11 du code des faillites des États-Unis auprès du tribunal de San Jose, en Californie. Cela correspond à un redressement judiciaire : les deux entités vont continuer d'opérer sous la surveillance du tribunal, qui leur donne ainsi une chance d'améliorer leur situation. Pour rappel, Drobo est un spécialiste du stockage externe (NAS, DAS) visant les petites / moyennes entreprises ainsi que pour les professionnels individuels.

Drobo 5N2.

Si Drobo a su se démarquer à ses débuts, elle a rapidement dû faire face à une concurrence grandissante (Dell, HP) ainsi qu'à des problèmes matériels lui ayant fait une mauvaise publicité. En 2018, la marque a fusionné avec Nexsan afin de former StorCentric et n'a depuis accouché que d'un seul produit : le Drobo 8D.

Si celui-ci a reçu des retours élogieux, les stocks ont rapidement manqué. Le DAS a finalement été retiré de la liste de produits de l'entreprise, tout comme d'autres modèles (5D, 5Dt et B1200i) qui ont eux-aussi disparus à la même période. La pandémie de COVID-19 a visiblement été fatale à Drobo : le CEO évoquait des soucis d'approvisionnement dans un billet de blog paru en 2020 tandis que les appareils n'ont jamais été remis en stock. La boutique européenne reste désespérément vide) et les derniers posts sur les réseaux sociaux de la marque remontent au mois de février.

Si Drobo est en faillite, cela ne veut pas pour autant dire que la société va mettre la clef sous la porte. La protection du chapitre 11 implique que l'entreprise essaye de se réorganiser afin de reprendre ses activités à un moment donné. Cependant, Drobo n'a visiblement aucun produit en stock et n'a pas annoncé de nouvelles sorties pour les mois à venir. L'entreprise n'a pas communiqué officiellement sur sa situation pour le moment.


Source
avatar CorbeilleNews | 

Je ne sais pas si c’est le cas pour Drobo mais on voit de plus en plus de dirigeants de sociétés qui croquent tout le bénéfice (salaires et gros véhicules, achat de biens démesurés…) quand la boite en fait et au moindre problème la boite coule

En fait l’optimisme démesuré de certains dirigeants font qu’ils arrivent presque trop tard à l’étape de la mise en redressement judiciaire et la liquidation est presque inévitable

Est-ce une tendance de toujours en vouloir plus ou un manque de culture de gestion d’entreprise ???

avatar v1nce29 | 

Prends l'oseille et tire-toi

avatar CorbeilleNews | 

@v1nce29

Là je parle plus de pendant l’activité qu’a la fin (quand les comptes commencent à allez mal)

avatar ancampolo | 

@CorbeilleNews

As tu deja vecu un redressement judiciaire…c’est une machine a broyer, l’état se serre tu n’as plus aucun moyen de t’en sortir et finalement tu laisses mourir…

avatar CorbeilleNews | 

@ancampolo

C’est parfois comme cela que c’est vécu, cependant il y a aussi de sacrés dirigeants qui sont leurs propres fossoyeurs, ils ont mené ma grande vie sur le dos de l’entreprise

Pour eux c’est le far west et malheureusement ils se font rattraper et ne le vivent pas toujours bien : la descente est difficile

Il y a aussi le cas de dirigeants qui misent tout et ne s’en sortent pas même en ne comptant pas leur heures et de très loin !!! Pour ceux là en effet c’est plus difficile de leur faire comprendre car souvent leur salaires sont depuis des années misérables, pour les autres bin tant pis t’a jouer au con et t’a perdu mon gars, ta machine à magouiller est terminée pour toi …

avatar guillaumegete | 

Ça reste quand même très caricatural. Des margoulins, tu en auras toujours de partout, que ça soit parmi les patrons ou les employés. Et le problème, c'est que ça impacte aussi ceux qui jouent les règles du jeu. Je me suis déjà fait planter de plusieurs milliers d'euros par une boite ,juste parce que j'ai joué la confiance. Malheureusement, les règles de création des entreprises sont telles qu'il est facile de se faire planter, même par des gens qui ont l'air bien sous tout rapport.
Mais il y a énormément de patrons qui se sont lancés parce qu'ils espéraient juste vivre de leur passion, ou qu'ils pensaient avoir des idées originales, ou autre, et ça ne s'est pas passé comme ils voulaient, parce que le marché n'était pas prêt, parce qu'il a changé, parce qu'un événement imprévu (pandémie, guerre, rayez les mentions inutiles) a impacté de façon significative l'entreprise… sans compter le problème des cotisations à régler aux organismes sociaux et dont les montants sont indexés sur l'année précédente ou plus, et qui peuvent impacter l'économie d'une entreprise rendue d'un seul coup fragile.
C'est pour cela qu'effectivement, la "banqueroute" existe (redressement judiciaire en France). Pour assainir la situation, aider à faire repartir l'entreprise, éventuellement dégager le patron s'il fait du mauvais taf, voir où l'on peut améliorer les choses et remettre l'entreprise sur les rails. Pour certaines entreprises, ça fonctionne, pour d'autres, non, malheureusement.

avatar Nesus | 

@guillaumegete

Pour compléter le propos de Guillaume, il faut savoir qu’en France 40% des entreprises sont en défaillances à cause d’un manque de trésorerie. Ce qui veut dire que le patron a payé pour réaliser sa prestation (le matériel, les employés…) et que le paiement de cette prestation n’a pas eu lieu.
Et à la fin, c’est le patron qui paie…

avatar ingmar92110 | 

@Nesus

Merci ainsi qu’à Guillaume de donner à lire autre chose que des caricatures qui même si elles existent restent heureusement à la marge.

avatar Nesus | 

@ancampolo

C’est absolument faux. J’en fait 4 à 5 par an et non, un redressement fait correctement, c’est une entreprise qui est sauvée et qui repart.
Alors oui, ça demande de changer beaucoup d’éléments (parce qu’une méthode qui ne fonctionnait pas ne se met pas miraculeusement à fonctionner sous prétexte que le redressement est prononcé), certes un il y a un problème avec les contrôleurs judiciaires, mais ça reste un bon moyen de sauver des entreprises.

avatar iPop | 

@CorbeilleNews

C’est vieux comme le monde. Le patron qui chouchoute sa secrétaire en lui achetant de la fourrure et des bijoux, fait la fête tous les soirs, etc…il n’y a pas meilleur conseil que dans Scarface.

avatar sangoku | 

@iPop

Tu as oublié aussi que le patron tutoie son chauffeur en livrée, fume un gros cigare et appelle ses laquais « mon brave »
Je pense qu’on a fait le tour.

avatar ingmar92110 | 

@sangoku

😂😂

avatar CorbeilleNews | 

@iPop

Pas étonnant de les retrouver après dans ce genre de situation, je ne dis pas qu’ils sont tous comme cela mais pour certains on voit bien le train de vie : tenues, montres, lunettes, véhicule de luxe… toute la panoplie !!!

avatar iPop | 

@CorbeilleNews

C’est le cas car ces 15 dernières années le fossé c’est agrandi plus de 400 pour-cent.
J’avais vu un documentaire qui en parlait.
Les patrons on de plus en plus des salaires mirobolants tandis que les ouvriers encore moins, Uberisarion en est un exemple.

avatar guillaumegete | 

L’autre souci c’est que Drobo a acheté Retrospect y’a quelques temps. Et ça, ça va être pénible. Parce que autant le Drobo peut être assez facilement remplacé, autant Retrospect a encore pas mal de cas d’usage.

avatar huexley | 

Restrospect changera surement de maison, comme c'est le cas régulièrement pour ce soft (Dants / EMC / Iomega / Rovi et j'en oublie surement).

avatar v1nce29 | 

Du coup on peut dire que la maison-mère s'en Sort sans fric, c'était Drobo pour durer.

avatar iftwst | 

@v1nce29

Hey Mickael B. on t’a reconnu !
😂

avatar Guims | 

Drobo… Machines de m… qui m’ont fait perdre bcp de temps et d’argent avec un support client plus proche du racket que du service.
Je ne pleurerai pas pour eux désolé.

avatar cortig | 

J’ai eu plusieurs de leurs appareils en main (et j’en ai encore un), et rétrospectivement, jamais je ne referais le même choix compte tenu de mon experience. Des problèmes les uns après les autres, sans la moindre option pour savoir ce qui se passe que de payer, encore et encore, un support technique incompétent qui niait systématiquement que le souci puisse venir de leur côté (même quand tout portait à le croire et qu’une mise à jour ultérieure corrige les problèmes…). Ils ne me manqueront pas s’ils ne survient pas au Chapter 11 !

avatar pagaupa | 

Dommage! Drobo faisait du bon matos!

avatar Nesus | 

C’est dommage, synology que j’adore ça encore plus se retrouver dans une position de semi monopole, ce qui n’est jamais bon pour les prix de ventes.

avatar DP-Britto | 

@Nesus

Leboncoin mon ami

avatar ingmar92110 | 

@Nesus

Synology n’est pas le seul sur le segment heureusement (j’en ai 4 et j’adore je critique pas lol) Qnap et maintenant Xi systems avec Truenas sont de sérieux concurrents je pense.

avatar Nesus | 

@ingmar92110

Pas le seul, mais ils sont clairement les premiers du segment.

avatar sylko | 

Mmm

avatar Sillage | 

Je n’avais jamais entendu parler de Drobo.

Quel avantage au DAS alors que les NAS sont si simple d’usage ?
Techniquement un disque dur externe ou une clé usb est un DAS.

Drobo, étais ce connu ?

J’ai entendu parler de Truenas, et bien évidemment on a Synology et QNap.

L’article fait penser que Covid a bon dos. Ils ne semble pas avoir réussi à sortir un seul produit. D’autres sont retirés.

Vu leur historique, et maintenant la faillite, quand tu achètes un système de stockage, tu veux du fiable, avec un service derrière.
L’incertitude ici devrait faire fuir les clients.
Et probablement le manque de notoriété ne va pas aider.

CONNEXION UTILISATEUR