Début timide pour l'indice de réparabilité

Stéphane Moussie |

Pourtant obligatoire depuis le 1er janvier pour les smartphones, ordinateurs portables et quelques autres types de produits, l'indice de réparabilité se montre encore très discret. Cet équivalent du nutri-score qui informe notamment sur la facilité de réparation n'apparait quasiment nulle part à l'heure actuelle.

La mise en place de cette vignette supplémentaire sera très progressive, a confirmé le directeur des services et de l’expérience client de Fnac-Darty au Monde. Et pour cause, l'arrêté précisant les conditions d'affichage n'est paru que le 29 décembre et un défaut d'affichage n'entraîne aucune sanction à l'heure actuelle. C'est seulement à partir du 1er janvier 2022 que la répression des fraudes verbalisera les commerçants.

Néanmoins, on trouve la trace de cet indice à quelques endroits dès à présent. Tout ceux qui se renseignent sur le OnePlus 8T ne peuvent pas le louper, l'étiquette affichant 6,2/10 est juste à côté du nom du smartphone sur son site officiel.

Les différents critères qui composent cet indice sont détaillés en bas de la page des caractéristiques techniques du OnePlus 8T, mais ils le sont dans une mise en forme approximative qui complique la compréhension. Sur la durée de la disponibilité de la documentation technique et le prix des pièces détachées, le OnePlus 8T a tout juste la moyenne, par exemple. Il est facile à démonter, mais la durée de disponibilité des pièces détachées et leur délai de livraison ne sont pas bons.

Ces notes sont attribués par les fabricants eux-mêmes en suivant une grille d'évaluation définie par le Ministère de la transition écologique.

Le site officiel de l'indice de réparabilité tient l'inventaire des produits mesurés. Un inventaire quasiment vide pour le moment. Le OnePlus 8T n'y figure même pas, mais on y trouve le Samsung Galaxy S20 (8,1/10) et le Galaxy S10 (Samsung n'affiche pas encore ces scores sur son propre site).

Indice de réparabilité du Galaxy S10

Dans le cas de ce dernier, on peut s'amuser à comparer son indice de réparabilité « français », qui est de 5,7/10 au total, à celui d'iFixit, qui est de 3/10. L'indice français prend en compte bien plus d'aspects (documentation, dispo pièces détachées, assistance…) que celui d'iFixit, qui se concentre sur la facilité de réparation. Mais si on se focalise sur le critère de démontabilité de l'indice français, on se rend compte que la note de 6,7/20 est très proche du 3/10 d'iFixit.

Selon nos informations, des préparations sont en cours chez Apple pour apposer ces nouvelles étiquettes. Par exemple, on verra prochainement apparaître un indice de réparabilité de 7/10 pour le MacBook Pro 16".

avatar lll | 

Il faudrait sans doute qu'on intègre davantage de centres de réparation dans nos villes. Des commerces qui sauraient tout réparer et qui pourraient garantir à un produit un label "réparable localement" (pourvu que les marques s'assurent que ces centres sont approvisionnés en pièces et en méthodes). Je retirerai tout ce que je peux penser de mal sur le greenwashing d'Apple le jour où ils utiliseront leurs milliards pour innover dans ce genre d'initiatives locales et responsables.

Dernièrement, j'ai pu faire changer la batterie de mon iPhone SE par Apple mais l'appareil a pris l'avion deux fois... Difficile de faire moins écolo.

avatar hillel | 

Il serait encore plus simple que les constructeurs fournissent des pièces détachées aux réparateurs indépendants (et pourquoi pas aux particuliers)

Ce serait même plus écologique que mon réparateur du coin puisse réparer tous les téléphones plutôt que d'avoir 15 centres de réparations Apple, Xiaomi, Samsung, Huawei, ect dans tout le pays

avatar lll | 

Ah oui, je pensais aussi à quelque chose qui soit indépendant des constructeurs, mais fourni (en matériel et documentation) par eux. Je serais même pour que les constructeurs les moins verts contribuent à leur financement tant qu'ils ne sont pas propres. Enfin, ce sont des idées en l'air, mais c'est à mon avis plus sain que de mettre son argent dans des paradis fiscaux et lancer des voitures qui ont des batteries de 400 Kg pour transporter une personne de 60 kg !

avatar Krysten2001 | 

@lll

Greenwashing, le nouveau mot utilisé à outrance 😎

avatar MKO | 

Heuu l’indice est calculé par les constructeurs eux même ? J’espère qu’il y a des vérifications parce que sinon bonjour la triche potentielle
(Mais bon déjà y’a pas de flics pour faire respecter l’ordre alors vérifier un indice de réparabilité...)
Et si l’indice indique 7/10 c’est qu’a priori je peux réparer moi même ? Ah non bien sûr c’est qu’Apple peut réparer (pardon échanger) l’appareil moyennant quelques gros billets.
Bref bonne idée sur le papier encore une fois un truc qui servira à rien car quand je vois que le mbp 16p a un bon indice alors que l’accès aux composants est catastrophique. En plus avoir les composants d’origine est compliqué va trouver une batterie certifiée Apple...
Quand je regarde les critères à part l’assistance après achat je ne vois pas en quoi Apple propose les autres : pas de schéma de démontage pas d’achat possible de pièces détachées machines difficilement réparables et pièces hyper chère (pour un particulier)

avatar Salapeche | 

C'est un peu l'arnaque de ce truc, t'as beau avoir 10/10 sur un produit si le constructeur et le seul et l'unique entité ayant accès aux pièces ou aux outils nécessaire pour faire la moindre réparation ça l'empêchera pas de faire en sorte que l'achat d'un appareil neuf soit plus rentable que la réparation.

avatar Ali Baba | 

@Salapeche

Impossible d’avoir 10/10 si ça coûte plus cher que le neuf.

avatar Salapeche | 

prix des pièces =/= prix de la main d'oeuvre "nécessaire" pour réaliser l'opération.

Et en terme de surfacturation tqt pas qu'apple gère très bien ça. Ca fait même partie du comment apple france peut être dans le rouge depuis des décennies quand elle réalise des CA de plusieurs milliards en France chaque année.

avatar lll | 

J'imagine que l'indice sera affiné au fur et à mesure, cela dit. L'avantage, c'est que s'il est complexe, il est aussi assez détaillé.

avatar MarcMame | 

« Ces notes sont attribués par les fabricants eux-mêmes »
————-
Ça n’a donc aucune valeur.
Next...

avatar barbe | 

@MarcMame : Les fabricants ne partent pas d'une feuille blanche; ils suivent une grille avec des critères assez précis. De plus, et contrairement au nutriscore évoqué plus haut, la DGCCRF pourra effectuer des contrôles des fiches. Bien sur, tous ne passeront pas par le crible du contrôle, mais si certains sont épinglés, ça permettra de limiter les dérives et les abus.

avatar MarcMame | 

@barbe

"Bien sur, tous ne passeront pas par le crible du contrôle, mais si certains sont épinglés, ça permettra de limiter les dérives et les abus."

Faut vraiment être naïf pour le croire.

avatar barbe | 

Dans mon domaine d'activité les quelques contrôles qui ont été faits sur des grosses boîtes véreuses a permis de remettre la majorité dans le droit chemin donc, non je suis réaliste.

avatar MarcMame | 

@barbe

"Dans mon domaine d'activité"

Je doute que ton domaine d’activité soit aussi large et imprécis que ce que peut représenter un indice de reparabilité qui sera toujours fortement subjectif.
Ce qui veut dire que ceux qui tricheront (et ils vont TOUS tricher) ne seront jamais inquiétés.

avatar loludovic31 | 

J’ai plus confiance en ifixit perso

avatar Krysten2001 | 

@loludovic31

Ifixit ne donne une note que pour la réparation qu’on peut faire nous-mêmes.

avatar cocotux | 

A quand un score pour le CO2 émis entre la phase de conception fabrication et vente des produits ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR