Analyse de l'Apple M1 : une gifle pour Intel (et AMD)

Nicolas Furno |
Club iGen 👑

Cet article réservé initialement aux membres du Club iGen est exceptionnellement en accès libre à compter d'aujourd'hui. Pour découvrir tous les articles exclusifs du Club iGen et d'autres avantages, abonnez-vous !

La première publication de cet article date du 11 novembre 2020 (lire : Magie de Noël : ces articles du Club iGen passent en accès libre).

Pour ses Mac Apple Silicon, Apple a créé un nouveau système sur puce (SoC) basé sur l’Apple A14, sa puce dédiée aux iPhone et iPad. L’Apple M1 n’est pas encore disponible officiellement, les premiers Mac ne sortiront que la semaine prochaine, mais la puce a déjà fait parler d’elle avec des mesures de performances qui la placent devant quasiment tous les Mac Intel disponibles aujourd’hui.

Si ces résultats peuvent en surprendre, ce n’est pas le cas d’AnandTech qui a publié le soir même du keynote son analyse complète de l’Apple A14. Comme tous les ans, le site a pu mesurer très précisément les progrès réalisés par Apple avec son processeur maison et les gains de performances apportés par la mise à jour. Et quand on sait que cette puce de smartphone dépasse le meilleur processeur portable Intel du moment, les premiers scores Geekbench de l’Apple M1 ne sont pas étonnants.

En attendant de pouvoir tester les Mac Apple Silicon et vérifier ce qu’ils ont dans le ventre, l’analyse d’AnandTech est précieuse pour comprendre pourquoi Apple a choisi de basculer sur ses propres puces ARM. Et avoir une idée déjà assez précise de ce que l’on peut attendre des Mac avec Apple M1.

Les cœurs de l’iPhone, mais plus nombreux, plus rapides et avec plus de mémoire

L’Apple M1 est basée sur l’Apple A14, mais le constructeur ne s’est pas contenté d’un petit ajustement. La puce dédiée aux Mac est plus grosse, elle contient plus de transistors et des composants supplémentaires qui ne sont pas nécessaires sur les iPhone et iPad. Malgré tout, les fondations restent les mêmes et en particulier, les cœurs de son processeur sont similaires.

Analyse des composants de l’Apple M1 par AnandTech. Le processeur est divisé en deux parties, avec les quatre cœurs rapides (Firestorm) sur la gauche et les quatre efficients (Icestorm) au centre. Le GPU est en haut, on a aussi le moteur neuronal en bas et du cache partagé (SLC) entre tous ces éléments.

AnandTech s’est surtout intéressé aux cœurs rapides, nom de code « Firestorm ». Il y en a quatre dans l’Apple M1, le double de la puce dédiée aux iPhone et iPad. On sait aussi qu’ils fonctionnent à une fréquence légèrement plus élevée : 3 GHz au mieux pour la puce mobile, contre 3,2 GHz pour celle des Mac. Ces deux facteurs contribuent chacun à leur manière à améliorer les performances réelles des Mac Apple Silicon. Le nombre de cœurs est essentiel dans les tâches optimisées pour fonctionner en parallèle, la fréquence en hausse est utile sur les tâches qui n’utilisent au contraire qu’un seul cœur.

Cela étant, c’est le cache processeur qui ressort le plus de l’analyse. Depuis qu’Apple a commencé à faire ses propres puces mobiles, c’est d’ailleurs l’un des facteurs les plus importants pour comprendre l’écart avec la concurrence :

Pour faire très simple, la mémoire vive de l’ordinateur est beaucoup trop lente pour les processeurs modernes. Pour limiter les échanges entre CPU et RAM, on utilise un cache placé directement à côté du processeur ce qui limite les temps d’attente. C’est aussi de la mémoire bien plus rapide, ce qui est indispensable pour obtenir de bonnes performances, mais elle est aussi nettement plus coûteuse et donc plus rare.

Cela fait des années qu’Apple utilise des caches processeur plus gros que le reste de l’industrie et l’Apple M1 confirme cette tendance avec notamment 12 Mo de cache L2, partagés entre les quatre cœurs Firestorm. Cette configuration n’est pas commune, comme le rappelle AnandTech qui souligne que les autres constructeurs de processeurs préfèrent associer une plus petite quantité de cache L2 pour chaque cœur, plutôt qu’un cache commun. Apple persiste et signe pour ses Mac, avec un cache L2 unique qui est surtout très rapide.

Apple n’a jamais parlé de fréquence pour son processeur pendant le keynote, mais donné le détail du cache des cœurs puissants. Le constructeur sait que c’est l’un de ses plus gros avantages.

Si l’on parle de cache L2, c’est parce qu’il y a aussi, vous l’aurez deviné, un cache L1. Les processeurs peuvent aussi intégrer du cache L3, mais pas ceux d’Apple, et ce depuis plusieurs années. Chaque nombre est un indicateur de la proximité du cache par rapport à chaque cœur du processeur, mais aussi de sa rapidité et de son prix. Pour toutes ces raisons, le cache L1 est toujours le plus petit, mais le plus rapide, tandis que le L3, quand il existe, est le plus gros et le plus lent.

Dans l’Apple M1, on retrouve deux caches L1, l’un de 128 Ko pour les données et l’autre de 192 Ko dédié aux instructions du processeur. Ces chiffres peuvent sembler ridicules face aux SSD de plusieurs téraoctets que l’on a aujourd’hui, mais cette mémoire est bien plus rapide et ces valeurs sont en fait très élevées. Pour vous donner une idée, c’est trois fois plus que les processeurs ARM concurrents, et même six fois plus que dans les processeurs x86 actuels. Pour couronner le tout, ce cache L1 est non seulement plus gros, il est aussi plus rapide que ceux des processeurs concurrents.

Sur ces points, l’Apple A14 est une évolution assez mineure de l’Apple A13 sorti l’an dernier, et surtout de l’Apple A12 qui est une génération où le constructeur a creusé l’écart. Pour en savoir plus, je vous renvoie à nos précédents articles où l’importance du cache processeur et notamment de sa latence était détaillée :

Outre ses énormes caches, Apple a aussi mis en avant pendant le keynote une autre particularité de ses processeurs : leur architecture « ultra large ». On entre dans des considérations très techniques et je vous conseille de lire l’article d’AnandTech pour avoir tous les détails, mais en simplifiant, sachez que chaque cœur de processeur dispose d’un « décodeur » qui fait le lien entre les données piochées dans le cache et les unités d’exécution qui agissent sur ces données. Plus ce décodeur est large, plus le processeur peut gérer d’instructions en parallèle.

Diagramme du design estimé par AnandTech de chaque cœur Firestorm de l’Apple M1. Sur la deuxième ligne se trouve le « décodeur » qui fait l’interface entre les instructions et les unités d’exécution vers le bas. La largeur de ce décodeur est un facteur déterminant en matière de performances.

Le décodeur intégré aux processeurs x86 d’Intel comme d’AMD a une largeur de 4 ou 5, ce qui veut dire qu’il peut gérer 4 ou 5 instructions par cycle. Les processeurs ARM basés sur Cortex sont aussi à cette largeur de 4, et ils devraient passer à une largeur de 5 avec les futurs Cortex-X1. Les cœurs Firestorm intégrés au processeur des Apple A14 et M1 reposent quant à eux sur un décodeur d’une largeur de 8. Deux fois plus que la concurrence, ce qui en fait le décodeur le plus large de l’industrie à l’heure actuelle, tout simplement.

Cette différence offre à Apple un avantage que le site qualifie de « totalement disproportionné ». AnandTech a réussi cette année pour la première fois à calculer le ROB, pour Re-Order Buffer, un indicateur de la capacité d’un processeur à gérer les instructions en attente de traitement. Encore une fois, je simplifie les choses : le processeur est capable de réorganiser les instructions qu’il reçoit pour optimiser le temps de traitement, ce qui implique qu’elles sont traitées dans le désordre. Plus le processeur peut gérer d’instructions, plus sa « fenêtre dans le désordre » est grande, plus il sera performant.

Chaque cœur puissant Firestorm intégré aux Apple A14 et M1 sait gérer jusqu’à 630 instructions dans le désordre. C’est quasiment deux fois plus que les meilleurs cœurs d’Intel (350), 2,5 fois plus que ceux d’AMD (250) et quasiment trois fois plus que le futur Cortex-X1 conçu ARM (220). Apple a réussi à se hisser au-dessus de la concurrence avec une marge impressionnante pour des raisons qui restent inexpliquées. Tout ce que l’on peut suggérer, c’est que le constructeur voit un avantage décisif dans cette aptitude et qu’il a tout fait pour l’améliorer.

Ce graphique publié par AnandTech permet de connaître la « fenêtre dans le désordre » (« Out-of-order window »), c’est-à-dire le nombre d’instructions qui peuvent être traitées dans le désordre. L’Apple A14 affiche un score bien plus élevé que la moyenne de l’industrie.

Pour gérer autant d’instructions dans le désordre, le processeur doit assurer derrière une exécution en parallèle sans faille. Apple a donc équipé ses cœurs puissants de moteurs d’exécution en grand nombre et surtout capables de traiter une grande quantité de données. Les détails techniques seront mieux rendus par l’article original, je vais me contenter de noter que l’Apple A14 améliore encore les opérations liées à des vecteurs et surtout aux nombres réels à virgule flottante. Ce dernier point est particulièrement important en JavaScript et le fait qu’Apple le favorise explique en partie les très bons scores des appareils iOS dans ce domaine.

L’Apple A14 fait déjà mieux que (presque) tous les processeurs sur le marché

Ces considérations techniques sont passionnantes, mais elles sont assez éloignées de la question des performances réelles. Pour essayer de positionner l’Apple A14 par rapport à ses prédécesseurs et ses concurrents, AnandTech a utilisé la batterie de tests SPEC. Ils mesurent les performances des processeurs avec beaucoup plus de précision qu’un test simplifié comme le propose Geekbench. Autre avantage, ils permettent de connaître précisément la consommation électrique associée à chaque tâche. En contrepartie, ils prennent plus longtemps à exécuter et ils ne sont pas aussi faciles à analyser.

Les résultats mettent en valeur les progrès réalisés par Apple d’une génération à l’autre. Entre l’Apple A14 et l’Apple A13, les performances ont été améliorées de l’ordre de 18 à 25 % pour les cœurs rapides et autour de 35 % pour les cœurs efficients qui ont davantage avancé cette année. Ce n’est pas fulgurant, mais la gravure à 5 nm permet d’obtenir ces progrès sans augmenter la consommation de la puce. Sur plusieurs tests, le nouveau processeur parvient même à être plus économe tout en étant plus rapide que son prédécesseur. C’est le signe que le constructeur a une marge de manœuvre pour les années à venir, ou pour une déclinaison plus puissante.

Ces graphiques publiés par AnandTech ne sont pas jolis, mais voici comment les lire. Ce sont les résultats des tests SPEC, pour les entiers à gauche et les flottants à droite. Sur chaque graphique, il y a deux sections : la consommation énergétique à gauche et le score de performances à droite. Sur la gauche, les barres doivent être le plus court possible ; sur la droite, c’est l’inverse, elles doivent être le plus long possible.

La comparaison avec les meilleures puces trouvées dans des smartphones Android est presque injuste. L’Apple A14 fait systématiquement mieux sur les deux plans, celui des performances comme de l’énergie. Sur les tests qui dépendent de la mémoire, Apple fait jusqu’à deux fois mieux, alors même que la RAM est similaire sur tous ces appareils. C’est bien la preuve que le cache processeur mis en place par la firme est bien supérieur, c’est lui qui creuse l’écart.

Les cœurs efficients, surnommés Icestorm cette année, voient leurs performances augmenter de 35 % environ sur tous les tests, tandis que leur consommation énergétique a légèrement diminué. C’est important, car ces cœurs peuvent remplacer les puissants dans plus de cas et ainsi augmenter l’autonomie des appareils. Pendant son keynote, Apple a même glissé que les quatre cœurs Icestorm de l’Apple M1 étaient au niveau en termes de performances d’un MacBook Air Intel dual-core, tout en consommant beaucoup moins.

Synthèse des tests SPEC : entiers en haut, flottants en bas et consommation à gauche et performance à droite. En plus des puces mobiles, AnandTech a glissé le meilleur d’Intel et d’AMD en bas.

Jusque-là, on a comparé l’Apple A14 à des puces mobiles. Le site a toujours glissé un processeur x86 à titre de comparaison, mais cette année, l’Apple M1 change la donne. Le CPU conçu par Apple va aussi servir dans des Mac et affronter ainsi directement ceux d’Intel qui servaient depuis 2006. Tout en rappelant que la comparaison se fait avec le CPU d’un iPhone et pas encore celui d’un Mac, les conclusions d’AnandTech sont sans appel :

Apple n’avait tout simplement pas d’autre choix que d’abandonner Intel et l’architecture x86 au profit de sa propre micro-architecture. Ne rien changer aurait signifié stagnation et de pires produits.

Le site a concentré ses efforts sur deux processeurs x86, un chez Intel et un chez AMD. Pour le premier, c’est le Core i7-1185G7, un processeur pour ordinateurs portables de dernière génération sorti cet automne ; pour le second, le Ryzen 9 5950x, un processeur pour ordinateurs de bureau qui repose sur la dernière architecture Zen3. Ce sont deux processeurs très différents, mais AnandTech voulait comparer l’Apple A14 au meilleur de ce qu’Intel peut offrir avec un TDP de moins de 30 W qui aurait pu trouver sa place dans un Mac portable. Quant au processeur d’AMD, c’est la meilleure option dans la gamme grand public du constructeur.

Avec GeekBench 5, un test qui mesure les performances du processeur et donne un score synthétique, l’Apple A14 est coincé entre les deux CPU x86 : au-dessus de celui d’Intel, sous celui d’AMD. C’est le test mono-core qui a été utilisé et c’est le seul qui compte pour juger des performances de l’Apple M1, puisque l’iPhone n’a que deux cœurs puissants, contre quatre pour les futurs Mac Apple Silicon.

Mesures des performances avec Geekbench 5, en mono-core.

Cette position se retrouve aussi avec les tests SPEC, l’Apple A14 termine à nouveau entre ses deux concurrents conçus par Intel et AMD. C’est plus impressionnant qu’avec Geekbench, puisque ces tests sont plus exigeants et créés pour tester les processeurs des ordinateurs, pas ceux des smartphones. Et pourtant, le CPU d’Apple est souvent très proche et même devant ses concurrents x86 sur certains tests liés à la gestion de la mémoire.

Un rappel, à nouveau, de l’avantage procuré par un cache processeur aussi gros et rapide, les processeurs x86 ne peuvent pas lutter sur ce point. Et le site relève que le modèle d’AMD ne fait mieux que grâce à Zen3, la toute nouvelle architecture du fondeur. L’éternel concurrent d’Intel a pris une grosse longueur d’avance ces dernières années, sans pour autant creuser réellement l’écart avec la puce conçue par Apple.

Graphique AnandTech des moyennes des tests SPEC, pour les entiers puis pour les flottants. Les processeurs ARM sont en gris, les x86 d’Intel sont en bleu et ceux d’AMD en orange.

Même si l’Apple A14 n’est pas tout à fait en tête de ces résultats, il convient de mettre en perspective ces mesures en rappelant que l’on compare une puce de smartphone à des processeurs pour ordinateurs. Le SoC d’Apple a un TDP de 5 W et il fait mieux qu’un processeur d’ordinateur portable avec un TDP de 28 W, et à peine moins bien qu’un processeur d’ordinateur fixe avec un TDP de 49 W. Pour le dire autrement, AMD a besoin de dix fois plus d’énergie pour afficher des performances à peine meilleures.

Et si ce n’était pas déjà suffisamment la soupe à la grimace pour Intel et AMD…

L’Apple M1 n’est que le début

L’Apple M1 est le premier SoC d’Apple dédié aux Mac, mais ce sera aussi le moins puissant de l’histoire1. Le constructeur a presque fait preuve de retenue en visant dans un premier temps uniquement ses machines entrée de gamme, du MacBook Air au Mac mini, en passant par le « petit » MacBook Pro 13 pouces. Les rumeurs veulent qu’une version gonflée destinée aux iMac et aux autres MacBook Pro est attendue dans les prochains mois, et Apple devra aussi gérer son Mac Pro pour achever la transition.

Les premiers résultats très encourageants obtenus par AnandTech ne sont que le début et l’avenir des puces Apple pour Mac est brillant. Mais quand on voit ce graphique qui superpose les performances des processeurs Intel et celles des SoC Apple depuis 2015, la conclusion était inévitable. En cinq ans, Intel a amélioré ses performances d’environ 28 %. Pendant le même temps, Apple a obtenu des gains de l’ordre de 198 %, soit environ trois fois plus. Et c’est bien en 2020 que les deux courbes se croisent :

En superposant les scores SPEC des processeurs Intel (carrés bleus) et des SoC Apple (ronds gris), le graphique d’AnandTech montre deux courbes qui progressent à un rythme différent et qui se croisent en 2019. Désormais, les puces d’Apple sont au-dessus de celles d’Intel.

Si Apple peut déjà dépasser Intel avec une puce entrée de gamme, qu’en sera-t-il pour sa puce dédiée aux Mac haut de gamme ? Un « Apple M1X » prendrait le dessus face à AMD, mais pourrait-il même concurrencer les processeurs les plus puissants, comme les Xeon utilisés dans le Mac Pro et l’iMac Pro ?

Même si ce n’est pas visible sur des mesures de performance théoriques, cela pourrait toujours être le cas à l’usage. En effet, Apple n’a pas besoin de créer un processeur générique, capable de faire tourner n’importe quel système d’exploitation et de remplir n’importe quelle tâche. Contrairement à Intel, la firme de Cupertino peut se contenter d’un processeur plus spécialisé et optimisé uniquement pour ses besoins. On en voit déjà la preuve avec l’Apple M1, comme le signale sur Twitter un employé d’Apple, qui note qu’une opération effectuée constamment par les apps codées avec les API de macOS et iOS est bien plus rapide sur les Mac Apple Silicon.

Je ne vais pas entrer dans les détails et explications, si ce n’est pour noter que les NSObject sont des données enregistrées et lues dans la mémoire. Une app passe son temps à stocker des informations dans la mémoire de l’ordinateur, puis à les libérer quand elle n’en a plus besoin. Chaque opération de ce type prend environ 30 nanosecondes sur un Mac Intel, contre environ 6,5 nanosecondes sur un Mac Apple Silicon pour les apps optimisées. Et même si vous faites tourner une app Intel sur un Mac avec Apple M1, l’opération nécessite deux fois plus de temps, soit environ 14 nanosecondes. Ce qui est toujours deux fois plus court qu’avec une app optimisée pour l’architecture x86 sur un Mac Intel. 🤯

Cet exemple est très intéressant, car il témoigne bien de l’importance des choix d’Apple. Pourquoi avoir des caches processeurs aussi gros et aussi rapides ? Parce que le constructeur, qui est aussi le créateur de ses API de développement utilisées par tous les développeurs, sait que c’est un excellent moyen concret d’accélérer les apps sur sa plateforme. Intel ou AMD n’ont pas cette connaissance aussi précise et pointue des besoins des apps sur iOS et macOS et seul un acteur impliqué à tous les niveaux de la chaîne peut obtenir une telle optimisation.

Ce travail ne concerne d’ailleurs pas que le CPU, même si AnandTech s’est surtout focalisé sur lui. Tous les composants de l’Apple M1 sont optimisés pour les besoins de macOS et des apps. Le choix d’intégrer un moteur neuronal répond au développement des processus d’apprentissages automatisés, et des apps qui comptent dessus, comme Pixelmator Pro, vont voir leurs performances décupler avec la transition2. Et on peut aussi parier sur le fait que d’autres apps vont suivre la tendance et compter davantage sur cette capacité du SoC pour leurs traitements complexes.

Apple a repris le moteur neuronal de l’Apple A14 dans la puce dédiée aux Mac. Il intègre seize cœurs et peut gérer onze mille milliards d’opérations par seconde.

Dernière pièce du puzzle et non des moindres, l’Apple M1 intègre un GPU de huit cœurs, deux fois plus que dans l’Apple A14. Sur le plan des graphismes, Apple a surtout visé les puces graphiques intégrées aux processeurs d’Intel et le constructeur ambitionne de faire bien mieux, tout en consommant nettement moins d’énergie. Ce qui n’est pas trop difficile, c’est vrai, et les mesures réalisées avec l’A12Z des iPad Pro 2020 montraient déjà de meilleurs scores, et surtout une bien meilleure efficience, que les GPU Intel.

Mais surtout, le constructeur a créé un GPU taillé spécialement pour ses besoins et en l’occurrence, pour Metal, son API graphique. Les apps qui reposent sur elles vont bénéficier de cette puce graphique optimisée et les premiers résultats qui ont commencé à apparaître donnent une idée de ce que l’on peut attendre. Le responsable d’Affinity Photo, éditeur d’images qui est parmi les premiers à être optimisé Apple Silicon, a montré ces mesures de performance décoiffantes.

Son Mac avec Apple M1 obtient un score Metal de 7 907 points. Il l’a opposé à un iMac de 2019, un modèle de 27 pouces équipé d’une carte graphique dédiée Radeon Pro 580X d’AMD, l’option quasiment la plus élevée à l’époque. Sur le papier, ce GPU indépendant qui dispose de 8 Go de mémoire vive dédiée devrait afficher de bien meilleures performances. Et pourtant, le score obtenu sur l’iMac Intel n’est que de 5 568 points, des performances 42 % inférieures au Mac Apple Silicon.

Mesure de performances dans l’app Affinity Photo, sur un Mac avec Apple M1 à gauche, sur un iMac de 2019 à droite.

Il convient de noter une nouvelle fois que ces résultats ont été obtenus avec la première génération de puce pour Mac conçue par Apple, et encore, avec une génération taillée pour l’entrée de gamme. Ajoutez à cela le constat que l’Apple A14 a profité du passage à une gravure de 5 nm pour optimiser ses consommations plus que pour augmenter ses performances, et vous en arriverez à la conclusion que nous n’avons encore rien vu.

Et même avec l’Apple M1, on a encore sans doute de quoi découvrir dans les mois qui viennent. Ainsi, Apple propose uniquement deux options de mémoire vive, 8 Go par défaut et 16 Go au maximum. C’est peu par rapport aux Mac Intel et c’est peut-être une limite du SoC, mais le constructeur avait aussi insisté pendant sa présentation sur le fait que la mémoire est gérée différemment. Les gains de performance qui sont a priori liés pourraient expliquer qu’une quantité moindre sera suffisante.

Le CEO d’OTOY à qui l’on doit Octane X, un moteur de rendu 3D conçu pour Metal, note que les Mac Apple M1 devraient pouvoir stocker davantage de ressources graphiques dans leur mémoire partagée grâce à ces mécanismes de compression exclusifs à Apple. Il évoque le chiffre de 100 Go de textures stockées dans 16 Go de mémoire. C’est un premier exemple, il y en aura sûrement d’autres à l’avenir.

La mémoire vive est stockée juste à côté du SoC Apple et l’ensemble forme l’Apple M1.

Quoi qu’il en soit, cela fait bien longtemps que le Mac n’avait pas un avenir aussi radieux. La dernière fois, c’était peut-être en 2005 avec la transition vers Intel qui apportait déjà des gains de performance extraordinaires par rapport aux processeurs PPC. Est-ce qu’Apple tiendra plus de quinze ans avec ses puces ? En attendant de le savoir, on a hâte de tester les premiers Mac Apple Silicon !

Les avantages du Club iGen 👑

L'abonnement au Club iGen supprime la publicité et donne accès à du contenu exclusif sur tous nos supports : le site du Club (qui rassemble les articles de MacGeneration, iGeneration et WatchGeneration), notre application iOS, notre application tvOS et notre application Android.

Le nouveau site web du Club offre de nombreux avantages, à commencer par un confort de lecture maximal, de nombreuses options de personnalisation, des filtres pour le contenu, un flux RSS dédié…

Trois formules d'abonnement sont disponibles : 4,99 € pour un mois, 45 € pour un an (3 mois offerts), ou encore 22,50 € pour un an (faibles revenus). Tous les détails sont disponibles sur le Club iGen.


  1. En oubliant le DTK et son Apple A12Z issu de l’iPad Pro, car ce n’est pas un Mac vendu au grand public.  ↩︎

  2. L’éditeur a d’ailleurs promis des performances jusqu’à 15 fois supérieures aux Mac Intel que les nouveaux modèles avec Apple Silicon vont remplacer. 🤯  ↩︎


avatar YetOneOtherGit | 

@romainB84

"mais de là à leur répondre…"

Pas de débat évidemment, mais un petit rappel de leur vacuité pour marquer le coup 🥸🤩🥳🤗

avatar romainB84 | 

@YetOneOtherGit

si t’as le temps 😉 (mais tu publis souvent de ce que je vois ^^).
Moi perso je ne commente qu’avec les personne avec qui un débat est envisageable (oui oui… je commente pas souvent sur macG du coup lol)

avatar YetOneOtherGit | 

@romainB84

"si t’as le temps"

Je ne l’ai pas mais je le prends 🤯🙃😉

avatar romainB84 | 

@YetOneOtherGit

C’est tout à ton honneur, ^^
ca me fait penser à un viel épisode de la série MALCOM… Quand Dewey garde un caillou dans sa main pendant des jours et des jours en espérant qu’il se mette a pousser comme un arbre …. T’as beau y croire… il poussera pas 😉.
T’as beau croire qu’ils vont avoir un minimum de possibilité de débat… il n’y arriveront pas 😉

avatar Sindanárië | 

@en chanson

"Réponds lui concernant le multicoeur.... 🙄 "

💭(... rha... il à réussi à passer l’année lui... 2021 c’est déjà foutu 😕.... 😬)

avatar romainB84 | 

@Sindanárië

Le premier 💭 de l’année? 😁

avatar Sindanárië | 
avatar cherbourg | 

Bravo à Nicolas pour un article de plus que je range dans mon dossier INDISPENSABLES.
Force à toi en 2021 !

avatar starouille | 

trop d'abus sur le M1. Certes, le ratio perf/conso est bon!

Mais de là à dire que c'est une claque pour tout le monde...

la M1 est bon là où il a les bonnes instructions. Pour le reste, il est sans plus ;).

avatar YetOneOtherGit | 

@starouille

"la M1 est bon là où il a les bonnes instructions. Pour le reste, il est sans plus ;)."

👏👏👏puissante analyse 👍👍👍

avatar starouille | 

ne dites pas ce que je n'ai pas dit :). Ce M1 est un bon CPU.

C'est un bon rapport conso/perf. Sur ARM c'est un vrai bond en avant, et ça, ENFIN! car des années qu'on nous parle d'ARM à tout va, mais énormément de soucis: Perf ridicules, ou énorme prix pour avoir un CPU passable. L'Apple concurrence bien les puces laptop, c'est cool.

Ce qui m'agace c'est la comparaison hative avec les CPU desktop. Désolé mais même sous handbrake beta (je parle de mon besoin en particulier bien sûr) il se fait largement manger et j'ai envie de dire que c'est logique. Perso je cherche le meilleur rapport perf/conso/prix et le M1 n'est hélas pas pour moi. ça aurait été drôle d'avoir des baies de M1, j'aurais bien aimé pourtant.

PS: je monte des baies d'encodages vidéos, sur des étagères Ikéa, carte mères directement dessus :)... plus de 500, en majorité des Ryzen 2700 undervolté afin de consommer moins (60-68w par machine complète full load cpu).

avatar YetOneOtherGit | 

@starouille

"Ce qui m'agace c'est la comparaison hative avec les CPU desktop."

Elle n’a pas lieu d’être ce n’est pas la cible du M1 😎

avatar YetOneOtherGit | 

@starouille

"PS: je monte des baies d'encodages vidéos, sur des étagères Ikéa, carte mères directement dessus :)... plus de 500, en majorité des Ryzen 2700 undervolté afin de consommer moins (60-68w par machine complète full load cpu).

C’est très loin des cibles du M1 😉

avatar starouille | 

tout à fait d'accord, je repète le M1 est un bon CPU surtout sur MBA/MBP ou en desktop.

Pour un usage spécifique ou pro, c'est pas encore ça, mais c'est un bon début ;).
Ma grosse critique, c'est la plupart des articles indiquant que la puce M1 dépasse quasi tout le monde :/....

avatar YetOneOtherGit | 

@starouille

"Ma grosse critique, c'est la plupart des articles indiquant que la puce M1 dépasse quasi tout le monde :/.... "

pour ça il faut attendre la suite ;-)

avatar pocketalex | 

@ starouille

"Pour un usage spécifique ou pro, c'est pas encore ça, mais c'est un bon début ;)."

A ma connaissance, les MacMini, les Macbook Air et les MBP 13" ne sont pas des stations de travail, mais des machines entrée de gamme

Si on les compare à la concurrence en terme de prix et de positionnement, c'est simple, elles éclatent tout. Il n'y a aucun débat sur le sujet
Si on les compare à des machines à haute performances (station de travail, tour PC avec ou sans le boitier ;-), etc, etc) on compare des pommes et des poires, c'est juste... n'importe quoi

Dire comme tu le fais que "un bon Ryzen c'est plus puissant qu'un M1" est à la limite du ridicule, en quoi Apple devrait sortir des machines entrée de gamme qui se devraient de faire mieux que des stations de travail pour avoir le sticker "c'est bien" ????

En quoi du jour au lendemain on se mettrait à comparer des machines de gammes différentes pour tenter de tirer des conclusions ?

Vas-y, ouvre un blog ou un site d'actualité/test informatique et pond nous un article "comparaison entre un ASUS Vivobook 14 et une tour PC Ryzen 7 / 64Go de RAM / RTX 3080" et de conclure que le petit laptop "bureautique" d'Asus "c'est nul"

Tu verras, tu seras top crédibilité ... comme ton commentaire actuel

Pour les usages dont tu parles, il existes des gammes PC ou Mac, tapes dedans pour faire tes comparatif, et si tu veux vraiment y associer du Silicon, alors attends les gammes PRO de chez Apple sous Silicon, elles sortent l'année prochaine

Et là on pourra discuter sérieux

avatar YetOneOtherGit | 

@pocketalex

"A ma connaissance, les MacMini, les Macbook Air et les MBP 13" ne sont pas des stations de travail, mais des machines entrée de gamme"

Les Mac M1 ont tout simplement des performances supérieures à la plus grande part du volume des machines vendues toutes plateformes confondues.

Les machines très puissantes que ce soit en Laptop ou en Desktop représentent une PDM très minoritaire.

- Les PC Gamers c’est environs 15% à 20% de PDM
- Les vrais station de travail c’est 2% à 5% de PDM

Ce qui est impressionnant c’est que le simple M1 qui est l’offre d’entrée de gamme dépasse le niveau de performance d’une part plus que majoritaire du marché.

Et il y a des chances assez fortes que la suite des annonces fasse que les offres ARM d’Apple dépassent le niveau de performance de quasiment l’ensemble des machines concurrentes disponible sur le marché.

Il n’y que la mauvaise foi qui puisse conduire à ne pas voir la démonstration de force que représente le M1.

Le nombre de processeur dépassant son niveau de performance est faible et les PDM qu’ils représentent le sont tout autant.

Et même du côté GPU on oublie souvent que plus des 2/3 des machines vendues ne sont équipées que des GPU intégrées d’Intel que le M1 dépasse largement en performances.

Beaucoup de bêtises proférées proviennent d’une absolue méconnaissance du marché et de projections ineptes de ses besoins personnels en vérités de portées globales 😎

avatar oomu | 

@starouille

il manque un mac de nouvelle génération pour bouffer du boulot semi-pro chez soi. Sans que cela soit la ruine totale comme l'actuel mac pro.

avatar YetOneOtherGit | 

@starouille

"Perf ridicules, ou énorme prix pour avoir un CPU passable"

😳Perf ridicule 😳
😳CPU Pasable😳

avatar starouille | 

bah oui, c'est comme ça ARM depuis des années en gros :).

Mais je pense que tu n'as pas compris ma phrase. Je parle des autres CPU ARM. Pas du M1 qui n'est pas un cpu passable/perf ridicules. Justement le M1 sort du lot par rapport aux autres CPU ARM!

Et je ne parles pas de la partie logicielle. Il y a 5ans, c'était l'horreur, quasi rien de dispo, les depots quasi vides... depuis 2-3ans ça a bien évolué, ouf! :).

avatar YetOneOtherGit | 

@starouille

"Mais je pense que tu n'as pas compris ma phrase. Je parle des autres CPU ARM. Pas du M1 qui n'est pas un cpu passable/perf ridicules. Justement le M1 sort du lot par rapport aux autres CPU ARM!

Et je ne parles pas de la partie logicielle. Il y a 5ans, c'était l'horreur, quasi rien de dispo, les depots quasi vides... depuis 2-3ans ça a bien évolué, ouf! :). "

Ok, tes propos étaient pour le moins ambiguës 😉

avatar Sindanárië | 

@starouille

En plus il est toujours rectangulaire comme les autres... rien de spécial au final

avatar jeanedouard | 

la vraie question qui se pose maintenant, avec cette nouvelle puce: quelles innovations dans les usages vont bien pouvoir naître de cette débauche de puissance disponible ?

avatar YetOneOtherGit | 

@jeanedouard

"de cette débauche de puissance disponible"

Il ne faut pas exagérer quand même 😉

Ce n’est pas une débauche de puissance 😎

avatar jeanedouard | 

@YetOneOtherGit

Peut-être pas la M1, mais les suivantes, c’est explicite dans l’article.

Il y aura forcément de nouveaux usages qui vont naître.

avatar YetOneOtherGit | 

@jeanedouard

"Il y aura forcément de nouveaux usages qui vont naître."

Pourquoi forcément ?

Pourquoi lié spécifiquement au M1 ?

Par contre il est clair qu’Apple retrouve une capacité de différencier ses produits qui ne sont plus des PC faisant tourner MacOS.

Mais niveaux nouveaux usages je ne vois rien de révolutionnaire dans ce que pourrait faire naître de spécifique la transition ARM d’Apple et que ne pourrait proposer la concurrence 😎

avatar YetOneOtherGit | 

@jeanedouard

"Peut-être pas la M1, mais les suivantes, c’est explicite dans l’article. "

Oui la suite sera plus puissante, mais cela ne signifie pas pour autant l’apparition de nouveaux usages.

avatar Boboss29 | 

Je ne comprend pas les critiques negatives sur le M1... ce processeur n’a pas la prétention de concurencer directement les i9 ou les ryzen, des pc haut de gamme, il est seulement dit que comparé à eux, il n’a pas à rougir, voire les dépasses pour certaines tâches. Ce qui pour cette gamme de processeurs est exceptionnel. Mais il n’a nullement la prétention de concurencer une Ryzen d’une config gammers ultraboostée. On parle de macbook air, et de mac minis, voire de macbookpro entrée de gamme. La cible historique du Macbook Air par exemple est en général des gens qui ont des besoins modestes en puissance pour leurs usages (bureautique légère, un peu de montage vidéo , de la navigation internet, de la retouche d’image, et pourquoi pas un petit jeu), la clientèle n’a pas changé. Ceux qui achetaient un mba intel en achèteront un M1, sans se soucier de la puissance, voire même du changement d’architecture ou de la quantité de ram. Du moment que safari, le traitement de texte, la webcam fonctionnent, ça suffit à une majorité d’utilisateurs de ce produit. Ce qui change par contre, c’est que entre le dernier modèle intel, et le nouveau Apple Silicon, c’est que ce n’est pas une amélioration de 10 ou 15% mais plutôt un gain de 3 à 4 fois plus puissant que le modèle qu’il remplace. Que la machine peut se comparer sans rougir à un modèle intel plus cher et plus costaud. Et que même certains utilisateurs des modèles au dessus pensent à remplacer leur gros modèle par ces petites machine. Mais la personne qui avait un macbook 12 pouces ou un Mba entrée de gamme intel, qui en est super content, fera surement la même chose qu’avant. C’est ça qui est impressionnant, c’est que sur l’entrée de gamme Apple Silicon pour mac, on en arrive à faire la comparaison avec le haut de gamme intel, alors qu’il faut surtout comparer avec l’ancien modèle qu’il remplace et on peut dire qu’en puissance et autonomie, il le pulverise. Quand l’imac Apple Silicon sortira, ou le macbook 16 pouces, on pourra comparer avec l’ancien modèle . Idem pour les mac pro. D’ailleurs les minis intel au catalogue sont un peu largués niveau puissance par rapport au M1 de base non ? Ils n’ont pour seules avantages que de permettre d’avoir plus de ram et de faire tourner windows (et les logiciels non encore prevus pour M1, pour les pros qui ont besoin d’un système fiables et sans surprises immédiatement ). Pour la ram, le M1 semble se debrouiller très bien en etant moins gourmand. Et pour windows, tout dépend des usages, mais au pire on revient à avant 2006 : on le fait tourner sur pc... mais à chacun de voir. Pour une fois Apple laisse le choix provisoirement. et oui le M2 ou M3 sera sure plus puissant que le M1, mais ces M1 seront toujours plus puissants que des core i5 de 2020, plus autonomes aussi. Ca restera des mac de fin 2020, qui seront peut être moins puissants que les macs 2021, mais largement plus puissant que les mac intel 2019 ou debut 2020(de la même gamme), avec une croissance de performance qu’on n’a jamais vu entre 2 generations de machines.

avatar YetOneOtherGit | 

@Boboss29

"Pour la ram, le M1 semble se debrouiller très bien en etant moins gourmand"

Ça c’est de l’ordre du fantasme qui n’a toujours pas été prouvé avec des protocoles sérieux 😉

Pour le reste tu résumes assez bien les « évidences » que beaucoup ne veulent pas voir 😎

avatar Boboss29 | 

Effectivement ça n'a pas été prouvé, mais d'après les nombreux retour, c'est ce qui en ressort. Ma machine M1 possède 16go, et vu mon usage, je pense que je suis donc tranquille à ce niveau pour quelques temps. Je n'ai jamais autant été à l'aise pour faire mumuse avec After Effects par exemple, mais je n'en n'ai pas un usage pro. J'imagine que les pros du SFX auront toujours besoin d'un mac pro avec des cartes accélératrices, de plus de ram, etc. Mais comme je le dis dans mon post plus haut, je parle d'une machine entrée de gamme à 1000 euros. Que certains articles comparent par exemple à des Imac pro à 10 000 euros. Dans la gamme Intel, il n'y avait pas de match vraiment possible entre un mini Intel et un Imac pro intel. Or là, le débat existe. Avec quand même en conclusion que l'imac est plus fort (j'ai envie de dire ouf quand même). Mais vu l'écart de tarif qu'il y a entre les 2, c'est impressionnant de voir ce petit David affronter sans sourcieller tous ces Goliath ! Et j'ai hâte de voir le remplaçant de cet Imac pro à 10000 euros ! ça va faire mal !

Et sinon, tu me disais il y a quelques temps que le Mac n'était pas fait pour jouer (ce que j'ai toujours pensé) et ne le sera surement jamais. A mon boulot, j'ai accès à plusieurs compte Steam , bien rempli (plus de 500 jeux) que je peux utiliser le soir chez moi, et j'ai donc testé quelques jeux. Tomb Raider par exemple, il tourne très bien sur le mini. Je suis en Full HD, toutes options à fond, et ça marche... Je suis bluffé ! Je suis sur un Ecran 4K 28 pouces, et le jeu est magnifique. Ce n'est pas le plus récent des Tomb Raider, mais il est jouable. Il faut que je teste les autres (le problème avec Steam, c'est qu'il y a peu de jeux compatibles mac, et beaucoup en 32 bits donc incompatibles). En plus des jeux ios qui sont jouables sur mac maintenant (j'ai installé Limbo, qui se joue bien à la manette PS4 et Uncharted fortune hunter pour tester, qui se joue nickel au trackpad). Je pense donc que les nouveaux processeurs made in Apple, peuvent ouvrir des nouvelles portes à Apple. Imaginons par exemple un mac format tour, non "pro", qui permettent d'ajouter un processeur graphique externe, on a un mac gamer... (là c'est du fantasme, j'avoue), en tout cas, les dev de jeux n'ont plus trop de raison de bouder cette plateforme, car même l'entrée de gamme permet de jouer correctement. Sur intel c'était pas trop possible !

avatar YetOneOtherGit | 

@Boboss29

"Et sinon, tu me disais il y a quelques temps que le Mac n'était pas fait pour jouer (ce que j'ai toujours pensé) et ne le sera surement jamais."

Ce n’est absolument pas mon propos 😉

Ce que je dis c’est que les acteurs du marché du jeu vidéo ne feront pas d’investissement pour avoir une offre vidéo ludique équivalente à celle de l’écosystème Wintel sur Mac et que cela n’a rien à voir avec des considérations techniques mais financières.

avatar YetOneOtherGit | 

@Boboss29

"Effectivement ça n'a pas été prouvé, mais d'après les nombreux retour, c'est ce qui en ressort"

Ce qu’il en ressort c’est que le niveau de performance de ces machines et remarquables nullement que le M1 économise par miracle d’importantes quantité de RAM.

avatar YetOneOtherGit | 

@Boboss29

"Imaginons par exemple un mac format tour, non "pro", qui permettent d'ajouter un processeur graphique externe, on a un mac gamer... (là c'est du fantasme, j'avoue), en tout cas, les dev de jeux n'ont plus trop de raison de bouder cette plateforme, car même l'entrée de gamme permet de jouer correctement. Sur intel c'était pas trop possible !"

Tu te trompes de guerre 😉

Ce ne sont pas des considérations techniques qui font que le Mac n’a pas vocation à devenir le terrain de conquête des acteurs de l’industrie du Jv mais des considérations économiques.

Le marché n’est pas là et le rapport coût / bénéfice pour essayer de le faire exister n’est pas intéressant 😉😎

avatar Valiran | 

SI Apple continue sur sa lancée, il n'y aura pas besoin de GPU externes.
Je veux dire, la M1 est au niveau de quoi, une GTX1650 ou 1060 grosso modo, et on est juste sur le premier jet de l'Apple Silicon, sur le premier OS Apple Silicon. Je pense qu'il y a encore de la place à l'optimisation sur le M1 pour gratter des perf, sans compter le M2 qui viendra!

avatar marc_os | 

@ YetOneOtherGit

> Ça c’est de l’ordre du fantasme qui n’a toujours pas été prouvé avec des protocoles sérieux

Donc selon vous l'analyse d'AnandTech ne serait pas sérieuse ? 😳

avatar YetOneOtherGit | 

@marc_os

"Donc selon vous l'analyse d'AnandTech ne serait pas sérieuse ? 😳"

Où diable va tu chercher une telle ineptie 🤪😳🙄

L’analyse d’Anantech ne met nullement en avant une quelconque magie qui rendrait le M1 incroyablement plus économe en ressources mémoire.

Ils font un remarquable travail qui est une référence 😎

L’article d’anandtech se focalise sur des benchmark en temps nullement en espace 🤓

avatar Dancefloor83 | 

Bravo pour cet article. J’en profite également pour souhaiter une joyeuse année 2021 à tous. Merci pour l’actualité TECH.

avatar JLG01 | 

Un vrai saut dans l’avenir.

avatar becafouin | 

Un peu trop long cet article, je n’ai pas eu le courage de lire jusqu’au bout.
Très intéressant malgré tout , il aurait fallu en faire un résumé.

avatar YetOneOtherGit | 

@becafouin

"Un peu trop long cet article, je n’ai pas eu le courage de lire jusqu’au bout.
Très intéressant malgré tout , il aurait fallu en faire un résumé."

Feignasse 🤓

avatar Krysten2001 | 

@YetOneOtherGit

J’ai vu une répondre de ce type:

«

Ben comme je dis ça sert à rien de comparer des puces qui ne sont pas dans le même contexte. La puce est M1 c'est pour iOS, le puce Intel ou AMD ou ARM standard, c'est pour windows, android, linux, unix, arduino etc... Tu veux comparer une puce dans son ecosystem fermé avec des puces pour des systèmes ouverts, tu compares des pommes et des poires :-)
 
Qu'est-ce que les gens en ont à foutre de la performance de la puce M1 ou de sa consommation... puisqu'ils ne vont pas l'utiliser :-)
Toi tu vois le rapport prix/puissance... les clients eux voient ce qu'ils peuvent faire avec. S'ils ont une bibliothèques de jeux PC, ils vont pas passer sur iOS-M1 qui ne sait pas les faire tourner...
Au niveau particulier tu es en train de me dire que la puce M1 est beaucoup plus puissante que le haut de gamme de certains portable. En même temps, ce dont les gens ont besoin, c'est d'un machine sur laquelle ils ont un navigateur safari, une traitement de texte et une webcam... ben pour ça pas besoin d'acheter même un bas de gamme Apple qui te coûtera 3 fois le prix d'un bas de gamme intel, le bas de gamme intel fera très bien l'affaire et au moins tu n'as pas les mains liées et t'es pas obligé de payer une surtaxe de 30% parce que tu passes par le store Apple :-)

Comparer une puce M1 avec un core intel i5... mdr, y avait plus qu'apple qui vendait des machines avec un core i5, surtout au prix où il les vendait :-)

Sérieux tu crois que les fabricants vont tous passer à une puce Apple alors qu'Apple ne la vend même pas ? La PS4 tourne sur Intel et une version à eux d'une des nombreuses distribution Linux. Xbox tourne sur une version dédicacée de Windows. Tu crois qu'ils vont passer sur iOS et la puce M1 pour refiler tous leurs bénéfices à Apple ? :-) La puce M1, ça restera cantonné à iOS et c'est très bien comme ça, pas besoin de comparer les deux... 

Quant aux professionnels, on est tout de suite sur une autre planète. A part le traitement vidéos et photos, qui ne représente que quelques pourcents du monde du travail, ça sert à quoi une machine Apple ? Ouais les managers peut-être... parce que tout ce dont ils ont besoin c'est de voir des tableaux Excel et d'accéder aux mails... dans le monde réel, c'est pas les managers qui travaillent hein, c'est pas eux qui font le job. Beaucoup d'applications dans le monde du travail viennent de grosses boîtes qui n'en ont que faire d'Apple et n'ont en aucune manière l'intention de donner une partie de leurs bénéfices à Apple, encore moins de voir Apple contrôler leurs applis et devoir ensuite passer par leur store. La seule solution serait alors de passer par une application sur le cloud, interne ou public... le seul problème c'est que développer ce genre d'appli, ça coûte trois plus cher et c'est généralement moins sécurisé... et avec la politique d'Apple, t'as toujours le risque qu'il te fasse payer un jour l'utilisation de Safari des fins professionnels :-) En plus désolé mais dans le monde professionnel pas question non plus de dépendre d'Apple pour la distribution des mises à jours d'applis, encore moins de la distribution des mises à jour de l'OS...

Tu crois que Apple va détrôner avec sa puce M1, ses 8 cœurs et 16 Mb de cache les processeurs Intel à 76 cœurs et 32 Mb de cache ? Faut pas rêver, c'est pas demain la veille qu'Apple déstabilisera Intel. Sans les puces Intel, tu peux mettre une croix sur le cloud Apple, les serveurs de son store, idem pour toutes l'infrastructure internet, google, facebook, instagram etc etc... T'auras un Mac server pour tes 5 employés, t'iras pas loin avec ça...

Tu te limites à voir la machine que tu as dans les mains mais toute la puissance, elle est dans le réseau d'une part et dans les mainframes des grosses entreprises et des banques, et là Apple est totalement abscent et n'est pas prêt à y mettre les pieds. Aucun IT manager ne fera jamais l'erreur de mettre ses œufs dans le même panier, encore moins de baser son architecture informatique sur des produits ne venant jamais que d'un assembleur qui n'a aucune expérience en la matière et qui va le lier à lui par contrats totalement déséquilibrés.
Apple sort un bon CPU incorporant un GPU correct... la bonne affaire, dans un serveur, t'en a rien à foutre de la GPU hein. Le prix que tu paies, c'est pour de la puissance CPU brute, la place GPU que tu récupères sur la puce, Intel l'utilise pour des coeurs supplémentaires et de la mémoire cache. »

Que répondriez vous ? J’ai répondu mais la votre m’intrigue car vous vous y connaissez beaucoup 😎

avatar YetOneOtherGit | 

@Krysten2001

"Que répondriez vous ?"

Qu’il faut arrêter de tout mélanger cela conduit toujours à raconter n’importe quoi 😉😂

avatar Krysten2001 | 

@YetOneOtherGit

Je me disais bien ça aussi 😜 le sujet initial était le grand public pas les serveurs 🤔

avatar YetOneOtherGit | 

@Krysten2001

Je viens de faire une réponse à notre camarade pocketalex qui fonctionne aussi pour ce qui nous intéresse ici :

Les Mac M1 ont tout simplement des performances supérieures à la plus grande part du volume des machines vendues toutes plateformes confondues.

Les machines très puissantes que ce soit en Laptop ou en Desktop représentent une PDM très minoritaire.

- Les PC Gamers c’est environs 15% à 20% de PDM
- Les vrais station de travail c’est 2% à 5% de PDM

Ce qui est impressionnant c’est que le simple M1 qui est l’offre d’entrée de gamme dépasse le niveau de performance d’une part plus que majoritaire du marché.

Et il y a des chances assez fortes que la suite des annonces fasse que les offres ARM d’Apple dépassent le niveau de performance de quasiment l’ensemble des machines concurrentes disponible sur le marché.

Il n’y que la mauvaise foi qui puisse conduire à ne pas voir la démonstration de force que représente le M1.

Le nombre de processeur dépassant son niveau de performance est faible et les PDM qu’ils représentent le sont tout autant.

Et même du côté GPU on oublie souvent que plus des 2/3 des machines vendues ne sont équipées que des GPU intégrées d’Intel que le M1 dépasse largement en performances.

Beaucoup de bêtises proférées proviennent d’une absolue méconnaissance des réalités du marché et de projections ineptes de ses besoins personnels en vérités de portées globales 😎

avatar Krysten2001 | 

@YetOneOtherGit

Ce genre de réponse argumenté j’adore 🤩 Pas de grossièreté,...🥰

Juste une dernière question 😎 Où allez-vous vous informer pour savoir toutes ces informations ?

avatar YetOneOtherGit | 

@Krysten2001

" Où allez-vous vous informer pour savoir toutes ces informations ?"

Sur celles que j’ai mis dans ce commentaire elles sont disponibles en ligne pour qui veut les vérifier.

Les rapports d’activité des entreprises sont aussi une remarquable source d’information.

La presse économique anglo-saxonne reste une très bonne source.

Pour le reste j’ai la chance d’avoir accès de part une de mes activités à pas mal d’études de cabinet d’analyses et de prospectives. 😎

Mais internet regorge de ressources pour qui veut creuser un peu avant d’émettre des jugements à l’emporte-pièce ne épousant que sur ses goûts et ses dégoûts plus la contemplation coupable de son nombril.

avatar YetOneOtherGit | 

@Krysten2001

"le sujet initial était le grand public pas les serveurs 🤔"

Côté infrastructures cela risque fort de bouger pas mal aussi, Apple ne devrait pas en être l’acteur mais la domination d’Intel est elle aussi remise en question par la montée en puissance des offre ARM voir RISC V.

L’ère de la domination de l’héritage x86 commence sans doute à se terminer à un horizon plus ou moins lointain.

avatar Boboss29 | 

Ceci dit, ce n'est pas parce que les CPU d'Apple sont plus performants que les CPU Intel (à gamme équivalente) que Intel va disparaitre ou sera à jeter. Par contre ce qui m'a toujours amusé chez les utilisateurs pc qui utilisent Windows, c'est cette haine qu'on certains envers Apple : C'est fermé, obsolescence programmée, on peut pas jouer, c'est lent, etc... et je ne sais quelles autre arguments ou plutôt fantasmes. On m'a même une fois accusé de soutenir le travail d'enfants car j'avais un Iphone ! A cela je répond bien souvent de voir où est fabriqué son téléphone chinois... Et que oui, Microsoft est bien connu, il est vrai, pour être une entreprise pauvre, remplie de bénévoles philanthrope, qui n'exerce aucun monopole, ou que même pire, il utilise windows car c'est imposé sur pc de base, qu'il ne l'a pas choisi, alors que moi j'ai choisi d'utiliser un OS avec une plus petite part de marché, de me former dessus. Quand on me demande aussi de dépanner, ou d'expliquer une panne ("j'ai un virus ou je sais pas trop quoi qui fait tout bugguer"), je répond souvent, à oui j'avais parfois ça sur pc, maintenant je suis sur mac depuis 10 ans, je ne sais plus réparer un ordi, je ne sais qu'utiliser ma machine pour être productif 😀 et ça soit ça énerve l'utilisateur de Windows qui déteste le mac (sans savoir pourquoi), soit ça l'intrigue et me pose des questions sur le mac et l'écosystème. 😀

Mais je m'éloigne du sujet. Je ne suis pas concerné par l'autonomie (j'ai un mac mini), mais il est incroyable de voir que sur After Effect, j'ai fait quelques tests d'un plan 4 k d'une trentaine de seconde avec un Keylight + flou gaussien + des effets divers animés, en faisant un prévisu en qualité max, et que c'est calculé très rapidement, sans ventilation, ni chauffe ! Et qu'After Effect tourne avec Rosetta 2... Et un mac mini... Imaginons sur un Imac pro ou un mac pro dans 1 ou 2 ans... Donc oui Intel est performant, et le sera toujours, un Xeon ne va pas devenir moins bon juste parce qu'un nouveau processeur va sortir. D'ailleurs même si ça se trouve Apple va nous sortir des machines équivalentes en puissance au meilleur Xeon Intel actuel pour ses mac pro, mais ils seront peut être plus économes en consommation, intégreront une partie graphique permettant d'être dispensé de l'usage d'une carte Graphique AMD, etc... Ce qui se répercutera à l'achat et à l'usage...

avatar YetOneOtherGit | 

@Boboss29

"Ceci dit, ce n'est pas parce que les CPU d'Apple sont plus performants que les CPU Intel (à gamme équivalente) que Intel va disparaitre ou sera à jeter"

Absolument pas mon propos j’ai même difficilement défendu sur un autre fil qu’il ne fallait surtout pas enterrer Intel trop vite 😉

avatar Boboss29 | 

"Absolument pas mon propos j’ai même difficilement défendu sur un autre fil qu’il ne fallait surtout pas enterrer Intel trop vite "

Ha mais je ne te vise pas rassure toi 😀

Pages

CONNEXION UTILISATEUR