Mac Hack #8 : pourquoi, finalement, j’ai tout laissé tomber

Jean-Baptiste Leheup |

Avouez que vous ne l’avez pas vue venir celle-là ! Car oui, ça sera ma conclusion, j'abandonne. Je précise bien : ma conclusion à moi, pas la conclusion universelle de l’histoire des hackintosh ! Chacun est libre bien entendu de trouver son bonheur là où il le souhaite1 et de me lancer des cailloux virtuels dans les commentaires pour m’apprendre à vivre.

Pourquoi ce revirement, après ce patient travail qui a porté ses fruits ? Pourquoi renoncer aux avantages d’un Mac puissant, évolutif, moins coûteux et opérationnel ? Tout simplement parce que j’ai pris conscience que le hackintosh est par nature dans un état d’équilibre instable. Cette notion scientifique, également utilisée dans les sciences politiques, décrit un système qui, à la suite d’un déséquilibre ou d’une perturbation, ne retrouve pas son état d’origine. Un hackintosh, c’est comme un funambule sur son fil : la moindre erreur peut être fatale !

Personnellement, j’attends de mon ordinateur une grande stabilité, ce que m’ont toujours offert les modèles d’Apple. Avec ce hackintosh, bien que pleinement opérationnel, j’ai ressenti l’impression d’être assis sur une caisse de dynamite.

Une solution séduisante… mais pas rassurante.

Jugez plutôt. Mon hackintosh, une fois configuré, gardait encore un petit défaut frustrant : il ne supportait pas le passage en veille. « Pas grave ! », qu’on me disait : il suffit de le savoir et de ne pas utiliser le menu Suspendre l’activité. Et puis l’écran passe en veille quand même, c’est pas mal.


avatar titi17 | 

Énorme !
Alors ça je le voyais pas venir !

avatar fousfous | 

Et sinon pourquoi ne pas l'éteindre au lieu de mettre en veille?
C'est pas comme si c'était si compliqué à faire il me semble.

avatar raoolito | 

@fousfous

coté veille, ca me semblait aussi logique

avatar lome_bbrr | 

@fousfous

c'est ce que je me suis dit, surtout avec une bête de course comme ça qui démarre en 5 secondes

avatar fabricepsb71 | 

J’éteins mon iMac le soir quand je vais faire dodo ou en journée quand je ne vais pas l’utiliser plusieurs heures.
Je sais que le démarrage de l’ordinateur contribue à son usure. Mais je préfère donner de l’argent à Apple pour une nouvelle machine plus performante plutôt que donner de l’argent à EDF

avatar fousfous | 

@fabricepsb71

Euh en quoi le démarrage d'un ordinateur contribue à son usure?

avatar Sindanárië | 

@fousfous

Bah quand tu as tous le petits engrenages qui se remettent en branle ça use le pignons plus fortement. Un surcroît de consommation d’huile. Les trucs en métal qui passe du froid au chaud quand le courant passe dedans. Pis ça use les filaments dans les bidules qui ressemblent à des petits boudins ...

avatar Ielvin | 

@Sindanárië

Les condensateurs ?

avatar lome_bbrr | 

@Sindanárië

ça s'abîme sur quelle échelle de temps ?
à 1 démarrage/jour sur 1 an, ça met quoi 10 ans peut être à s'abîmer? ou ça peut aller plus vite ?
(vraie question, je n'avais jamais pensé à ça tout simplement).

avatar YetOneOtherGit | 

@lome_bbrr

"ça s'abîme sur quelle échelle de temps ?"

Ce n’est pas tant un enjeu d’usure que de stress pouvant produire des pannes.

La phase d’allumage d’un dispositif est toujours une phase délicate, même si la situation c’est aujourd’hui nettement améliorée.

Je n’ai plus les chiffres en tête mais la proportion de défaillances durant l’usage est bien plu faible que celle lors de la phase de démarrage.

avatar Bigdidou | 

@fousfous

« Euh en quoi le démarrage d'un ordinateur contribue à son usure? »

A cause des engrenages qui frottent plus au démarrage, même avec l’huile Apple.

avatar JLG01 | 

@fousfous

Le choc thermique de la remise en température des composants autant que ke refroidissement.

avatar abalem | 

@JLG01

Eheheh

avatar frankynov | 

Bon, un cas n’est pas l’autre, mais je n’utilise absolument jamais la veille sur mes machines fixes, car je n’en vois, personnellement, pas l’intérêt.
J’ai testé pour voir sur mon hackintosh Full AMD, et ça fonctionne parfaitement. Je n’ai absolument rien du faire, ni éditer mon fichier de config, ni rajouter des kext..
J’en suis presque à avoir honte de ne jamais utiliser la veille ^^
Unibeast, multibeast, c’est « bien » pour voir si macOS a un potentiel d’installation sur sa machine. Mais du fait que c’est un outil universel, conçu pour s’installer sur le plus grand nombre de machines, il y a forcément des choses qui ne sont pas adaptées au matériel de sa machine. Ça n’est donc pas tout à fait représentatif de la faisabilité de la chose.
Pour ma part, après avoir joué avec multibeast, j’étais passé sur mon ancien hackintosh Intel à une installation propre sous clover 🍀, où déjà les choses étaient plus stables.
Lorsque j’ai pris le pari fou de vendre cette config et me lancer dans un Pc AMD, le passage à opencore était obligatoire, et le sera vraisemblablement pour Big Sur même pour Intel (du moins dans un premier temps).
Et bien en seulement une après-midi, tout était fonctionnel. Le guide Dortania est parfait pour qui prend le temps de le lire.
Quant aux kext, la majorité des cas n’ont besoin que de 3 :
- virtualsmc
- lilu
- whatevergreen
Et à ne jamais installer dans la partition système, toujours dans le EFI du disque principal.
Donc ce message pour dire à la personne qui hésite, qui a du temps et qui a envie de s’y lancer, c’est d’essayer.
Les outils évoluent de plus en plus (notamment le mapping de ports usb, bien plus facile maintenant que la méthode présentée dans cette série), la communauté est là, anglophone et francophone.
Certes, c’est sûrement une partie de soirées à s’arracher les cheveux la première fois, mais je vous garantis qu’avec un hack sous opencore configuré comme il se doit, c’est un vrai bonheur.

avatar tibcheshire | 

Haha belle fin JB ! Tu m’as peut être convaincu de re tenter l’expérience avec tes passionnants articles en tout cas, j’avais fait un hack entre 2009 et 2012 avant de passer à un Mac mini 2012 mais je pense à changer et l’équivalent de ma machine avec les composants actuels sont hors de prix pour un mini! Dire que j’avais payé le miens en quad core i7 700€ plus l’upgrade après a l’époque...
Bref merci pour ta plume et bon vent :)

avatar bobytron | 

A la lecture de l’ensemble des articles. Le Hackintosh n’est pas pour Jean-Baptiste, on le sent dès le premier article.
Et les raisons de l’abandon sont plus une question de tempérament que de vieille.
Je suis très heureux de mon hack, et comme toutes machines de travail, une fois la configuration stable, on y touche plus.
Je serais curieux de l’avis de Nicolas sur les articles.

avatar Nicolas Furno | 

@bobytron

Oh pas de mystères, je suis ravi du mien comme la note le dit, mais notamment parce que je n’utilise pas la veille en effet. Ça ne me gêne pas, mon hackintosh est aussi un serveur qui gère Plex et sert de serveur de cache pour tous les autres appareils Apple, entre autres choses. J’ai accepté que certaines fonctions n’étaient pas aussi parfaites que sur un Mac (quoi que la sortie de veille, c’est pas toujours facile même avec les « vrais » Mac) et ça me convient.

Mais même si je suis ravi du mien, c’est parce qu’il date de 2016 et tourne sans problème sous le bureau, loin des yeux donc, dans un silence quasiment parfait et sans problème majeur depuis quatre ans. MAIS, je ne pense pas que je recommanderais cette voie aujourd’hui, pas avant de savoir l’effet du passage aux Mac Apple Silicon.

Je me serais pas lancé dans l’aventure aujourd’hui, et j’ai hâte de voir ces nouveaux Mac. Voilà pour moi. 🙂

avatar remids | 

J’adore cette conclusion. Merci pour cette série, et pour cette fin épique. Tout à fait d’accord. L’occasion, c’est la qu’on trouve des macs pas chers.

avatar YetOneOtherGit | 

Le pragmatisme non dogmatique de MacGe, c’est une des grandes force de la rédaction et c’est, pour moi ce qui fait la valeur et la différence avec beaucoup de site. 👍👏👏

avatar Bigdidou | 

@YetOneOtherGit

Absolument.
« Hackintosh » est un oxymore à lui tout seul. Un oxymore valise, en quelque sorte.

Ceci étant, c’est couillu comme prise de position ici.

avatar YetOneOtherGit | 

@Bigdidou

"Ceci étant, c’est couillu comme prise de position ici."

La force de MacGe : ne pas forcément chercher à caresser la communauté des commentateurs dans le sens du poil et ne pas choir dans des postures manichéenne 🙏🖖

avatar Derw | 

Mon iMac 27 2011 est mort il y a 2 semaines (carte graphique je pense). J’ai récupéré le SSD et le HD TimeMachine, l’ai remisé pour l’instant, et ai branché le SSD sur mon MBP. Soit j’y accède en disque externe soit je démarre dessus en fonction des besoins…

Bref, il faut que je le change et un hackintosh était une option. Grâce à vos articles j’ai compris qu’en fait non. Si j’avais 20 ans, étais célibataire dans un petit appart et avais un travail pas trop prenant je me jetterai dedans. Probablement pareil si j’étais à la retraite. Mais là, ma vie actuelle fait que je n’ai pas de temps à accorder à ce genre d’activité… Il me faut un ordi avec MacOS Big Sur qui fonctionne en sortant de l’emballage… Je vais donc attendre.

Reste que j’ai 2 options encore et que je ne sais pas trancher : iMac 27 Intel ou iMac 27 ARM (en admettant qu’il sorte cet automne…).

avatar YetOneOtherGit | 

@Derw

"iMac 27 ARM (en admettant qu’il sorte cet automne…)"

Ce serait surprenant à mon avis 😉

avatar Khrys | 

@Derw

"iMac 27 Intel ou iMac 27 ARM"

Version Intel 2020, sans aucune hésitation!

avatar Derw | 

@Khrys

Pourquoi ?

Mes doutes viennent de la fin de support prévisible des Intel. Quand interviendra-t’elle ? Nul ne le sait ici, mais on peut raisonnablement imaginer dans 4 à 6 ans. Mois, je garde mes machines le plus longtemps possible (en général entre 8 et 12 ans). Mais parfois, des sauts technologiques accélèrent leur vieillissement… ce fût le cas au passage à Intel et ce sera le cas au passage à ARM. J’avoue que la mort de mon iMac « prématurément » (9 ans, cela reste correct) m’ennuie parce que je voulais justement attendre de laisser passer une génération de Mac ARM…

Pages

CONNEXION UTILISATEUR