Monterey : un raccourci pour ouvrir rapidement le gestionnaire de mots de passe de macOS

Stéphane Moussie |

Avec Monterey, le gestionnaire de mots de passe de macOS s'est encore amélioré et est devenu plus accessible, mais ce n'est toujours pas une application à part entière. Si cela vous chagrine, Ricky Mondello, responsable des mots de passe chez Apple, a conçu un petit raccourci pour ouvrir rapidement le coffre-fort. Iel a en fait adapté son raccourci qui faisait la même chose sur iOS.

Sur macOS Monterey, donc, ouvrez la page du raccourci dans Safari1, cliquez sur « Obtenir le raccourci » et autorisez l'ouverture de l'application Raccourcis. Validez ensuite l'ajout du raccourci. Une fois ajouté à votre catalogue, il est automatiquement accessible depuis le menulet des raccourcis dans la barre des menus. Un clic dessus ouvre donc le panneau Mots de passe des Préférences Système. Lors de la première activation uniquement, vous devrez autoriser le raccourci à ouvrir les Préférences Système.

Par défaut, le raccourci est aussi accessible depuis le sous-menu Services du menu principal de chaque application. Vous pouvez également en faire une action rapide disponible dans le Finder.

Il y a une autre astuce si vous passez souvent du temps dans le gestionnaire de mots de passe de macOS : vous pouvez ajouter son icône dans le Dock (dans la partie des dossiers uniquement, pas celles des apps). Pour cela, rendez-vous dans le dossier /Library/Apple/System/Library/CoreServices/SafariSupport.bundle/Contents/PreferencePanes/Passwords.prefPane et faites glisser l'icône dans la partie droite de votre Dock. Un clic sur la clé ouvrira le gestionnaire de mots de passe.


  1. Chrome et Firefox ne proposent pas d'ouvrir Raccourcis, ils redirigent vers sa fiche App Store.  ↩︎


avatar h-de-pierre | 

C’est qui iel ?

avatar Howins | 

5 minutes avant le premier commentaire sur "iel".
Pas mal, je m'attendais à mieux mais c'est déjà bien !

Si ça vous empêche de lire alors courage à vous parce que le principe d'une langue vivante c'est d'évoluer et donc d'acquérir de nouveaux mots. Et pour le coup on avait toujours pas de véritable équivalent au "it" en anglais, c'est vraiment pratique !

avatar Lemon19 | 

@Howins

Le iel n’a rien à voir avec le it qui concerne des choses et non des personnes.
Par ailleurs nier le fait que nous sommes sexués ne fait pas progresser la langue, ni la science.

avatar Howins | 

Il n'est pas question de biologie mais de psychologie.
Si cela permet à des personnes d'être plus heureuses et mieux intégrées où est le problème ?
Il y aura toujours des réfractaires malheureusement mais ce débat est stérile, on est ici pour discuter du Mac. ;)

avatar cecile_aelita | 

@Lemon19

Pour le coup je suis plutôt d’accord 🙂

avatar Dead head | 

@Lemon19

"Nier le fait que nous sommes sexués ne fait pas progresser la langue ni la science", dis-tu. J'imagine alors que tu n'emploies jamais les première et deuxième personne, car après tout JE et TU comme NOUS et VOUS ne sont pas sexués.

avatar cecile_aelita | 

@Dead head

« Je et tu » sont sexués dans le contexte 😉.
Quand je parle, « je » est donc au féminin 😉.

avatar vladimir | 

Vous prenez une très mauvaise voie avec vos "extravagances fantasmées orthographiques".

Bientôt 17 ans de macgeneration, si on m'avait dit qu'on en arriverait là, je ne l'aurais imaginer... et si c'est ça, ben ça sera sans moi 👋🏼

avatar Derw | 

@vladimir

Je ne soutien absolument pas cette décision du Robert avec ce « iel », mais ce n’est pour cet article qu’un épiphénomène. Vous faites bien sûr ce que vous voulez, mais je trouverai dommage de quitter un « magazine » pour sa forme plutôt que son contenu…

En même temps, vous n’êtes pas abonné apparemment, alors…

avatar codiwar | 

@vladimir

Ça marche, a+ boomer !

avatar cecile_aelita | 

@Howins

« Et pour le coup on avait toujours pas de véritable équivalent au "it" en anglais, c'est vraiment pratique ! »

On a bien le « ça » qui s’en approche, mais je te l’accorde que c’est moins joli🙂.
Sauf qu’en l’occurrence ici … ce monsieur Ricky est un homme … donc l’emploi d’un pronom neutre n’a pas trop de sens 🙂.

avatar Howins | 

Après une rapide recherche (grâce à la fonctionnalité clique droit -> recherche qui est super pratique au passage) j'ai vu rapidement que Ricky ne s'identifiait pas en tant qu'homme.
J'avoue que je ne savais pas qui c'était donc j'aurais dis "il" comme tout le monde mais maintenant que je le sais autant lui faire plaisir, ça ne me demande pas beaucoup d'effort intellectuel de rajouter un "e" à "il". :)

avatar cecile_aelita | 

@Howins

Au temps pour moi 😊

avatar Lucas | 

@cecile_aelita

« Sauf qu’en l’occurrence ici … ce monsieur Ricky est un homme … donc l’emploi d’un pronom neutre n’a pas trop de sens 🙂. »

Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer de façon aussi péremptoire que Ricky Mondello serait un homme, alors qu’iel est clairement une personne non-binaire ?!

Le minimum de respect et de décence c’est de respecter le genre, et donc le pronom, des personnes concernées, qui sont les seules à avoir l’autorité de définir leur genre, point.

On utilise « il » pour les hommes (cis & trans), « elle » pour les femmes (cis & trans), et « iel » (ou autres) pour les personnes non-binaire, ce n’est quand même pas compliqué…

avatar pat3 | 

@Lu Canneberges

"Le minimum de respect et de décence c’est de respecter le genre, et donc le pronom, des personnes concernées, qui sont les seules à avoir l’autorité de définir leur genre, point."

Sur ce point, « les personnes sont les seules à avoir l’autorité de définir leur genre », je ne suis pas du tout d’accord, mais passons. Et ce n’est pas le minimum de respect et de décence, c’est juste du respect à avoir pour toute personne.
On constate juste que iel n’était pas écrit par hasard par le rédacteur, et qu’il respecte par là l’identité choisie de la personne.

avatar R-APPLE-R | 

@Lu Canneberges

"Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer de façon aussi péremptoire que Ricky Mondello serait un homme, alors qu’iel est clairement une personne non-binaire ?!"
Faut juste à toucher en si y’a des yekou 🤭
Plus sérieusement vous nous soûler, bientôt faudra appeler une personne sui se prend pour un animal : ial ? 🙄
Ça devient ridicule 😩

avatar Max1000du35 | 

@R-APPLE-R

Bien vu pour « ial » !

avatar Pico | 

@Howins

Comment termines-tu la phrase :
« Il est beau » ou « Elle est belle »
Avec « iel » ?

Ah bah non ça marche pas…
Vous pourrez faire du forcing autant que vous voudrez, jamais ce système ne passera car il est mal (pas) pensé !

avatar cecile_aelita | 

@Pico

T’as pas l’astuce !!
Il suffit de parler façon « jeunes sur les réseaux sociaux » :
« Iiel è joli »
Et voilà ! Une autre question? 😋

avatar Pico | 

@cecile_aelita

Tu penses que les défenseurs du « iel » apporteront une réponse cohérente et sensée à ma question ?
J’aimerais pouvoir profiter de la même euphorie dont ils font preuve quant à la soi-disant évolution de notre langue… j’attendrai 🌜 🐼

avatar cecile_aelita | 

@Pico

Non c’était juste pour mettre une touche d’humour et détendre un peu l’atmosphère 😋😘

avatar Tomtomrider | 

@cecile_aelita

J’aurai écris joli.e moi. Sans le « e » à la fin iel est clairement un homme. Mais le pronom iel étant 50/50, j’en arrive a penser que « iel è joli » a donc un ressenti de 75% homme mais quand même 25% femme. C’est compliqué je m’y perds 🤔😅

De quoi parlait l’article sinon ?

avatar cecile_aelita | 

@Tomtomrider

« De quoi parlait l’article sinon ? »
Effectivement c’est plutôt là dessus qu’il faut se recentrer 😋😘🥰

avatar Karamazow | 

@Tomtomrider

Iel commence par le « i » de « Il ».

Le masculin doit donc l’emporter pour l’accord des adjectifs ?

avatar GREECE | 

@Pico

Et bien, ce n’est pas très compliqué. On peut soit utiliser un adjectif non genré, par exemple iel est magnifique. Ou bien si l’on souhaite toujours utiliser le terme beau, et bien on peut dire iel est bello/beau•elle.
Est il si compliqué de ne pas opprimer des minorités ?

avatar Pico | 

@GREECE

🤣 j’ai bien rigolé merci

avatar cecile_aelita | 

@GREECE

Il est bello?
Comme le stick à lèvres contre les gerçures 😋😘 (humour hein 😋)

avatar pocketalex | 

"Est il si compliqué de ne pas opprimer des minorités ?"

dire "il" au lieu de "iel" n'est en rien une "oppression", c'est juste un bon usage de la langue française qui est déja une langue pas facile à apprendre et maitriser

Le genre je n'ai rien contre, c'est un positionnement parfois réel, parfois imaginaire, parfois fantasmé, de certains, l'important c'est que chacun soit à l'aise dans son identité sexuelle

Changer la langue pour prendre en compte chaque particularisme c'est ajouter une complexité sans fin pour résoudre les lubies d'une minorité (pour qui ce n'est pas des lubies, mais quelquechose de fondamental). Ce n'est pas être réac que de dire ça, être réac c'est être contre les genre identitaires (et là il y a oppression), on peut très bien être pour sans adapter à l'envi notre belle langue et la rendre incompréhensible

C'est pareil pour le féminin par ailleurs. Pourquoi féminiser tout et n'importe quoi, en quoi cela donne t'il plus de place aux femmes dans la société. Enfin ça le fait, mais de mauvaise manière, il y a d'autres leviers à activer pour faire le job que de modifier la langue .... ce n'est que mon humble avis, j'appuie tous ces combats avec le plus grand plaisir, mais je ne pense pas qu'en torturant notre belle langue on arrive à une solution qui résout les problèmes

avatar DidTrebor | 

@Howins

Non... en anglais c'est "he" et "she" donc sexué. Mais je conçois qu'en anglais il y a moins de mots sexués qu'en français (ex: this day = ce jour - this week = cette semaine) mais par contre pour l'être humain ils font la différence du sexe.

avatar minitoine | 

@DidTrebor

Perdu, y’a They / their pour le neutre singulier. (Avec le themself en prime)

Pour info, Shakespeare l’utilisait au XVIeme siècle.

avatar Derw | 

@minitoine

Shakespear peut-être, mais le commun des anglais d’aujourd’hui ?

avatar DidTrebor | 

@minitoine
Perdu quoi ? (la tête ? le nord?)
Vous avez oublié de lire la dernière phrase : "mais par contre pour l'être humain ils font la différence du sexe."
En passant their = leurs

avatar hervemac | 

@Howins

It est donnée pour les bébé avant la naissance, ensuite ça passe à he ou she selon le sexe de l’enfant.

Tu peux aussi l’utiliser pour les animaux (chien, chat…)

Faut arrêt avec l’écriture inclusive, ça ne fait pas évoluer la langue française.

Si t’as envie d’être un chien c’est ton problème mais ne venez pas changer une langue pour ça.

avatar pocketalex | 

"Si t’as envie d’être un chien c’est ton problème"

C'est la prochaine étape ...

Et ensuite, on aura des gens qui s'estiment ni humains, ni animaux, mais encore autre chose

Et les mondes virtuels ne vont pas arranger ça car ils concrétiseront les envies d'identité de chacun, et de manière visuelle en plus. D'ici à ce que cela ruisselle dans le monde réel...

avatar jaymcfly | 

@Howins

+1

avatar Thibaud- | 

@h-de-pierre

Une faute de frappe j’imagine.. parce que si c’est intentionnel c’est très lourd de lire cette écriture "inclusive". Si on pouvait se contenter du français normal ici ça serait cool.

avatar  | 

@Thibaud-

Ce n'est malheureusement pas une faute de frappe ...

avatar Dead head | 

@Thibaud-

Ce n'est heureusement pas une faute de frappe.

avatar Mickaël Bazoge | 
C'est le pronom qui sert à désigner les personnes sans distinction de genre. Ricky se présente comme non binaire, on ne fait que le respecter.
avatar Thibaud- | 

@MickaelBazoge

Il s’identifie comme il veut, chacun est libre bien entendu.
Moi je parle de la langue française ici. Ce pronom n’est pas français et alourdit la lecture, tout comme les points du genre tout•e•s. C’est illisible et lourd (et très clivant manifestement). Quand on ajoute des mots dans le dictionnaire c’est que c’est largement utilisé et accepté dans le language courant, pas rejeté par la moitié de la population.
Bref, désolé pour le hors sujet.

avatar Pico | 

@MickaelBazoge

Au détriment du bon sens et du français…

Moi je me sens panda 🐼 et on est toute une communauté comme ça dans le monde.
J’espère qu’on trouvera une solution rapidement pour nous définir car ce manque de considération nous est difficile au quotidien.

avatar klouk1 | 

@Pico

"Moi je me sens panda 🐼 et on est toute une communauté comme ça dans le monde.
J’espère qu’on trouvera une solution rapidement pour"

Moi pareil, je me définis comme topinambour et je pense qu’on est en bonne voie pour se faire appeler Top

avatar Pico | 

@klouk1

Topons-là et croisons les doigts 🤞😁

avatar holzmann | 

@MickaelBazoge

👏🏻👏🏻

avatar Dv@be | 

@MickaelBazoge

Franchement pas fan. Ça pique aux yeux

avatar R-APPLE-R | 

@MickaelBazoge

N’importe quoi commencez par respecté la langue française déjà ( et même si je suis null en orthographe ) je trouve ça complètement idiot, car demain un mec qui boit de la gnôle va demander à se faire appeler iol ? 🤨🥸🤓🤡
Et puis je suis à peu près certains que ce monsieur ne va pas vous lire avant sa mort 💀 donc l’argument : ont le respecte ne tiens pas debout comme le mec qui boit de la gnôle 😵‍💫

avatar Rictusi | 

Tant que tu n'es pas nil ou undefined en orthographe, ça paaasse.

avatar DidTrebor | 

@Mickaël Bazoge
Oui mais, si vous aviez écrit "Ricky" à la place de "Iel" personne n'aurait réagit. C'est probablement pour ça que certains croient que c'est "intentionnel"

avatar Lucas | 

@MickaelBazoge

« C'est le pronom qui sert à désigner les personnes sans distinction de genre. Ricky se présente comme non binaire, on ne fait que le respecter. »

Merci 🙏 Si toute la presse papier et en ligne pouvait au moins vous suivre là-dessus le monde serait déjà plus vivable pour beaucoup d’entre nous !

Par contre, la nouvelle définition du Robert n’est pas exacte, « iel » et « iels » ne servent pas (uniquement) à remplacer « il/elle » ou « ils et elles », mais d’abord et avant tout à permettre de désigner les personnes (transgenres) non-binaire, c’est-à-dire qui ne se définissent ni par le masculin, ni par le féminin, mais ce n’est pas « sans distinction », puisque c’est un genre à part entière.

D’ailleurs pour les autres qui s’étranglent rien qu’à la vue de ce mot, faites attention parce que nos générations arrivent en masse : il y a 22% (qui osent le dire) des 18-30 ans qui ne se définissent ni comme garçon ni comme fille et donc comme non-binaire. Et l’essentiel des autres qui les respectent et les soutiennent. (De même que l’homophobie n’y existe presque plus, c’est impressionnant et déroutant à quel point c’est (plus) « facile » et normal de faire son coming-out, alors qu’il y a 10 ans c’était encore la peur et le danger (on rappelle que l’homophobie était la première cause de suicide et la deuxième cause de mortalité chez les jeunes). Maintenant ça vient essentiellement des générations de nos parents et grands-parents et non plus de nos pairs.

Donc c’est difficile pour vous, mais nous serons bientôt la majorité, et pour rappel la langue est vivante et évolue donc avec la société, vous ne parlez pas comme Molière et encore moins Clovis ou Cicéron voire gaulois, et surtout vous ne vous privez pas de tous les mots anglais, arabes, italiens, espagnols, latins et grecs, entre autres, de nos langues !

Vos yeux doivent piquer devant la moitié du dictionnaire, je vous plains, mais il suffit de changer de lunettes, parce que vous ne pourrez pas censurer la langue, qui n’est pas définie par l’Académie française (qui n’a aucune légitimité ni autorité sur ce sujet) mais bien par ses locuteurs & locutrices !
(Promis je vous épargne l’écriture inclusive version points médians pour le moment 😉)

En espérant que nous ayons des échanges apaisés qui mènent à un chemin de tolérance, d’écoute, de respect et d’acceptation, voire de soutien, pour que les millions de personnes qui vivent encore dans le placard et dans la peur ou l’exclusion puissent respirer, relever la tête et vivre en paix, en joie et en harmonie avec le reste de la société.

J’en attends peut-être un peu trop mais je m’autorise encore un peu de rêve et d’espoir, il en faut !

avatar Pico | 

@Lu Canneberges

Tu sors des statistiques de ton chapeau et fais des conclusions en dehors de la réalité.
Ce pronom est une aberration grammaticale. Et vouloir déplacer le débat sur la supposée intolérance de ceux qui la rejette est une escroquerie intellectuelle !
Votre système ne passera jamais, c’est ça que vous devez accepter !

Je répète donc ma question : comment terminer la phrase « il est beau » ou « elle est belle » avec « iel » ?

Bonne chance 😚

Pages

CONNEXION UTILISATEUR