Boot Camp ne sera pas disponible sur Mac ARM ! 🆕

Anthony Nelzin-Santos |

« Les Mac resteront les Mac que vous connaissez et que vous aimez », assure Andreas Wendker, vice-prĂ©sident d’Apple en charge de l’ingĂ©nierie logicielle. Oui mais voilĂ , pour certains, le Mac est aussi un PC. Apple a bien pris soin de dĂ©montrer la virtualisation sur ses puces
 mais avec des conteneurs Docker et des systĂšmes GNU/Linux qui intĂ©ressent surtout les dĂ©veloppeurs. Faut-il craindre la fin de la compatibilitĂ© avec Windows ?

Image Apple.

Rosetta « traduit » toutes les applications, sauf les machines virtuelles x86_64, et les extensions de noyau indispensables aux applications de virtualisation1. Cela signe la fin des solutions de virtualisation
 qui refusent d’utiliser les outils fournis par Apple. Les extensions de noyau sont dĂ©prĂ©ciĂ©es depuis plusieurs annĂ©es, et doivent ĂȘtre remplacĂ©es par les extensions systĂšme conçues avec DriverKit.

DriverKit prend explicitement en charge les besoins des solutions de virtualisation. Mieux : depuis OS X Yosemite, le systĂšme possĂšde son propre hyperviseur, qui permet de concevoir des applications de virtualisation extrĂȘmement lĂ©gĂšres et parfaitement respectueuses des politiques de sĂ©curitĂ© du systĂšme. Et cela fonctionne !

Les ingĂ©nieurs d’Apple utilisent dĂ©jĂ  une prĂ©version de Parallels Desktop adaptĂ©e aux processeurs ARM. VMWare travaille sur une version de Fusion exploitant l’hyperviseur de macOS, qui sera disponible « au dĂ©but du mois de juillet ». Michael Roy, responsable du dĂ©veloppement de la solution de virtualisation de VMWare, attend de recevoir son DTK pour Ă©prouver la future version ARM.

Une chose est sure : seuls les systĂšmes compatibles avec l’architecture ARMv8-A pourront ĂȘtre virtualisĂ©s par le biais de l’hyperviseur de macOS sur les machines dotĂ©es d’un processeur Apple. Les principales distributions GNU/Linux sont dĂ©jĂ  adaptĂ©es, comme les trois grandes distributions BSD, et quelques systĂšmes plus exotiques.

Et Windows 10 ? Microsoft propose une version ARM depuis quelques annĂ©es, compatible avec les applications UWP compilĂ©es pour les architectures ARM, mais aussi les bonnes vieilles applications Win32 compilĂ©es pour l’architecture x862. Le problĂšme n’est pas la compatibilitĂ©, mais la commercialisation de cette version ARM Ă  l’unitĂ©3.

Boot Camp est toujours prĂ©sent dans macOS Big Sur, mais n’apparait pas dans la liste des applications adaptĂ©es aux processeurs Apple. Ce sera probablement le plus gros changement : si la virtualisation semble plus ou moins assurĂ©e, l’installation aux cĂŽtĂ©s de macOS semble avoir du plomb dans l’aile. Il ne faut pas paniquer, mais un peu quand mĂȘme.

MĂ J du 25 juin 2020. Ars Technica dit avoir obtenu la confirmation que « Boot Camp ne fonctionnera pas sur les Mac dotĂ©s d’une puce Apple Â». « La voie, c’est la virtualisation Â», confirme Craig Federighi dans le podcast Daring Fireball, « les hyperviseurs peuvent ĂȘtre trĂšs efficaces, donc le besoin de dĂ©marrage direct ne devrait pas ĂȘtre un problĂšme. Â» Ce qui ne rĂšgle pas la question de la disponibilitĂ© d’une version ARM de Windows 10 installable par les utilisateurs finaux, Microsoft se contentant de rĂ©pĂ©ter qu’elle la rĂ©serve pour le moment aux fabricants de PC.


  1. Ainsi que les instructions AVX, AVX2, et AVX512.  ↩

  2. ExĂ©cutĂ©es par le biais d’une couche d’émulation. Les applications x64 ne sont pas prises en charge, mais la plupart sont aussi disponibles dans une version 32 bits.  ↩

  3. Nous avons demandĂ© Ă  Microsoft si elle comptait commercialiser la version ARM Ă  l’unitĂ©, et nous mettrons Ă  jour cet article lorsque nous aurons obtenu une rĂ©ponse. De petits malins ont rĂ©cupĂ©rĂ© depuis longtemps des liens de tĂ©lĂ©chargement pour installer la version ARM de Windows 10 sur des ordinateurs comme le Raspberry Pi.  ↩

avatar Achylle_ | 

@Soner
Carrément !
Aucun problĂšme de virtualisation ou Ă©mulation.
Une simple connexion rĂ©seau et c’est parti.

D’ailleurs, ça aurai Ă©tĂ© un coup de maĂźtre d’annoncer dans la foulĂ©e le rachat de Shadow.
Mais le risque serait de ne plus vendre de machines avant la fin d’annĂ©e.

avatar Salmon7456 | 

C'est bien ça moi aussi, je viens de me frotter les mains juste à l'instant.

avatar Soner | 

@Salmon7456

Avec du savon j’espùre.

avatar pablo_altes | 

Les Crosoft sont devenus beaucoup plus pragmatiques depuis quelques annĂ©es. S'ils voient un potentiel commercial Ă  sortir un "Windows for Apple machines", ils le feront peut-ĂȘtre. Le lien de fer entre Windows et Intel s'est aussi dĂ©litĂ©...

avatar oomu | 

"windows for mac" n'est pas tant une inquiétude.

Ce sont les applications Windows que les gens veulent pour Windows _ARM_ le VRAI soucis.

l'immense majorité n'existe pas en version ARM.

et contrairement à ce qu'Apple peut promettre aux éditeurs avec le mac et macos, concernant Windows, il n'y a pas de marché prometteur, pour l'heure, d'applications windows ARM.

Microsoft fera certainement sa part et une offre commerciale sans soucis, si tÎt qu'il y aurait vraiment les Autodesk et autres Activision du monde qui s'y intéressent et poussent Microsoft.

Il faut que l'industrie et le public embrayent d'une maniÚre ou d'une autre, mais le coeur du soucis ce n'est pas le SystÚme mais les ApplicationS avec un S géant.

avatar marc_os | 

@oomu
Les gens pourront continuer Ă  utiliser les Macs actuels pendant au moins 10 ans encore.
Ça devrait suffire pour assurer la transition, non ?

avatar pocketalex | 

@marc_os

touché !

Vous avez un Mac a acheter ET un impératif de lancer Windows dessus ? Achetez un Mac Intel et basta ! ProblÚme résolu, no panique, sirotons un mojito au bord de la piscine au lieu de s'exciter pour une brochette d'utilisateurs qui achÚtent un frigo pour faire cuire des pizzas

avatar Salmon7456 | 

En effet, c'est trĂšs bien de glisser dans la piscine tout en buvant un mojito.

avatar kyzako | 

L’avantage de BootCamp reste le fait d’avoir un double boot avec l’accùs et la prise en charge totale du Mac.
J’ai l’impression qu’Apple prĂ©fĂšre se concentrer sur de la virtualisation, et j’ai envie de dire, pourquoi pas. D’ailleurs je le dis, pourquoi pas ?
Le problùme que je vois, c’est qu’une machine virtuelle est toujours moins puissante qu’un systùme qui peut boot totalement sur l’ordinateur.
Donc sauf si Apple fait des miracles, ça peut ĂȘtre problĂ©matique pour certains đŸ€”
Personnellement dans mon cas c’est surtout pour de la compatibilitĂ© de certains petits logiciels, rien de bien mĂ©chant, donc ça m’inquiĂšte un peu moins.

avatar fousfous | 

@kyzako

Si Apple sort des processeurs vraiment plus puissant que ce qui se fait actuellement, l'impact de la virtualisation au niveau des performances risque d'ĂȘtre imperceptible.
Et personnellement je préférerais lancer Windows via une machine virtuelle plutÎt que de devoir me couper totalement de macOS comme c'est le cas avec bootcamp.

avatar brunnno | 

@fousfous

Tout dĂ©pend de ton utilisation đŸ€—
La virtualisation n’exploite pas 100% de la carte graphique par exemple...

avatar fousfous | 

@brunnno

C'est pour ça que je dis si il y a une grosse augmentation de puissance que ça devient intéressant.

avatar brunnno | 

@fousfous

A voir...

avatar lmouillart | 

@brunnno 100% non, mais quasi 99% oui, il y a des solutions pour : le PCI passthrough.
Soit avec une carte dĂ©diĂ©e en plus de l'intĂ©grĂ©e, soit comme ce que faisait intel avec le GVT (un peu plus de perte tout de mĂȘme). Reste Ă  Apple de proposer une solution similaire, si le besoin est lĂ .

avatar byte_order | 

@brunnno
> La virtualisation n’exploite pas 100% de la carte graphique par exemple...

Surtout que lĂ , le GPU des Macs ARM sera trĂšs probablement purement propriĂ©taire, et nul ne dit qu'Apple fera l'effort de dĂ©velopper des pilotes sous Linux ARM ou mĂȘme Windows ARM pour exploiter leurs GPU correctement (et pas juste le probable framebuffer de la dĂ©mo...) sous autre chose que macpadOS. C'est Ă©galement vrai pour le controller SSD, l'enclave de sĂ©curitĂ© (vous pouvez oublier un support dans un autre OS !), l'accelerateur des codecs et autres co-procs proprios qui sont/seront dans le SoC "Apple Silicone".

La virtualisation propose souvent un accÚs "passthrough" pour certains composants virtualisés, mais sans pilote capable sur l'OS guest, cela ne sert à rien. Hors là, on va se heurter au bien classique mur de la techno propriétaire. Alors que GPU d'Intel, les GPU NVidia et AMD ont eu un bon support, celui des PowerVR est déjà plus limité par exemple. Et on parle des PowerVR de chez Imagination Technologies, depuis le GPU d'Apple a forké...

A un moment, quand on veut une plateforme flexible et donc qui supporte un certain nombre de standards industriels, car ils sont bien supportés par un certain nombres d'OSes, faire le choix d'embrasser en tant que consommateur une plateforme qui est de plus en plus propriétaire, faut commencer à se poser des questions sur la façon dont on fait ses choix, hein.

avatar bonnepoire | 

@ byte_order
Si Apple met autant la virtualisation en avant, je doute qu'elle ne propose pas des pilotes performants.

avatar IceWizard | 

@fousfous
"Si Apple sort des processeurs vraiment plus puissant que ce qui se fait actuellement, l'impact de la virtualisation au niveau des performances risque d'ĂȘtre imperceptible.
Et personnellement je préférerais lancer Windows via une machine virtuelle plutÎt que de devoir me couper totalement de macOS comme c'est le cas avec bootcamp."

Il ne faut pas trop rĂȘver, les jeux vidĂ©os Windows par exemple, c'est mort sur les machines ARM, mĂȘme avec une Ă©mulation/virtualisation efficace du code processeur x86.

Le problÚme c'est le graphisme. Tous les jeux Windows (sauf les petits trucs style démineur ou solitaire) sont basés sur DirectX. Ce n'est pas un simple driver vidéo, mais une machine virtuelle sophistiquée s'intercalant entre les jeux et les cartes vidéos.

Les jeux vidéos n'accÚdent jamais aux cartes graphiques, ils envoient des demandes à la machine virtuelle de DirectX qui les moulines à sa sauce, avant d'envoyer des ordres au GPU réel.

En schématisant, il y a 4 niveaux :

- Moteur graphique d'un jeu
- Machine Virtuelle DirectX (logiciel propriétaire Microsoft)
- Driver DirectX des cartes vidéo (logiciel propriétaire du fabriquant de cartes)
- GPU physique

Au démarrage, DirectX demande des informations au driver DirectX de la carte pour savoir ce qu'il peut faire et adapte son fonctionnement en fonction des possibilités existantes (nombre de cores graphiques utilisables simultanément par exemple).

Les applications Windows sur Mac (Bootcamp et virtualisation) utilisent les drivers DirectX développés par les fabricants de cartes (Intel pour les GPU intégrés, AMD pour les Radeons des Mac récents, etc..).

Est-ce qu'Apple pourrait développer un Driver pour que ses GPU maisons (Metal), soient utilisables par DirectX ? Techniquement oui, mais non en fait ! C'est une technologie propriétaire de Microsoft, qui ne laisse personne l'utiliser sans des accords de licence bien précis. A moins d'une énorme surprise, il est peu probable que Microsoft accorde une licence à Apple pour ça.

avatar pocketalex | 

@Icewiard

je prends du recul sur votre commentaire trĂšs intĂ©ressant, et trĂšs pertinent : acheter un Mac, mĂȘme un MacIntel, pour lancer Windows, et lancer des jeux DirectX ...

... est-ce que plus simplement, le plus simple du plus simple ... n'est t'il pas d'acheter un PC ?

Ou faut-il développer une énergie de fou pour contenter les 4 pécors qui veulent faire tourner du Windows sur une machine non x86, voire non PC, et en exploiter 100% des ressources ?

Parcequ'il n'y a pas que des "power users" de PC qui sont sur Mac. Il y a, majoritairement, des utilisateurs qui ont besoin d'une seule application, ou de quelques applications, qui n'existent PAS sur Mac. Des logiciels de compta, des utilitaires pour se connecter à une banque (déja vu passer), des progiciels, etc

Bien souvent, des logiciels qui n'existent pas sur Mac, mais qui n'ont pas non plus besoin de choses spĂ©cifiques comme un accĂšs direct au GPU, et qui tournent trĂšs bien dans un Fusion, un Parrallels, ou mĂȘme un VirtualBox gratuit

La vraie portion d'utilisateurs lésés ne sera au final qu'un micro-portion d'une micro-portion, bref pas grand monde, et ceux la, on va la répéter mais .... achetez un PC quoi

avatar raoolito | 

@kyzako

vous confondez virtualisation et emulation non ?
la virtualisation est quasi equivalente à une machine native, meme si il y a quelques pertes. Je dirais qu’en dehors des app utilisant massivement les GPU (softs 3D, jeux
)la virtualisation ne change pas trop.
L’emulation par contre, là c’est une autre histoire...

avatar oomu | 

la virtualisation et paravirtualisation modernes sont quasiment à offrir les performances native au systÚme hébergé.

nous Ă©voluons, lentement mais surement, vers un univers un peu similaire aux serveurs genre ZServer IBM, vers un hyperviseur qui lance TOUT, mĂȘme l'os "par dĂ©faut" (sĂ©parant et sĂ©curisant chaque environnement et mĂȘme le systĂšme que l'on qualifie encore de "natif")

donc non, il ne faut pas voir l'avÚnement de la virtualisation pour des Linux ARM comme une perte de performance. C'est l'avenir , ça s'améliore grandement, on arrive bientÎt à la virtualisation pour le grand public des périphériques PCIE (gpu, ethernet 40gbs, nvme, etc) de maniÚre transparente et à 100% des perfs, pour chaque Environnement exécuté.

Apple a toutes les cartes en main pour proposer cela de base avec ses macs, si elle le souhaite.

avatar Anthony Nelzin-Santos | 

> nous Ă©voluons, lentement mais surement, vers un univers un peu similaire aux serveurs genre ZServer IBM, vers un hyperviseur qui lance TOUT, mĂȘme l'os "par dĂ©faut" (sĂ©parant et sĂ©curisant chaque environnement et mĂȘme le systĂšme que l'on qualifie encore de "natif")

Yup yup yup.

avatar occam | 

@kyzako

"Le problùme que je vois, c’est qu’une machine virtuelle est toujours moins puissante qu’un systùme qui peut boot totalement sur l’ordinateur. "

Si vous regardez ce que l’on peut faire aujourd’hui avec la virtualisation sur Azure, il n’a a aucun souci de ce cĂŽtĂ©-lĂ .

Ça commence Ă  coincer uniquement si l’on prĂ©tend virtualiser sur une machine locale, gĂ©nĂ©ralement monoposte, d’un calibre donnĂ©, un systĂšme conçu pour donner son plein rendement sur une machine d’un calibre comparable. Il y a tout un overhead incompressible.

On peut reverser le contenu d’une canette dans une autre canette. On ne peut pas l’y mettre avec la canette d’origine, sauf à prendre une plus grosse canette.

LĂ  Ă©tait tout l’intĂ©rĂȘt de Boot Camp.

Et cela montre qu’il faut repenser la notion de virtualisation selon les rĂ©sultats recherchĂ©s, au lieu de se fixer sur la bĂ©cane que l’on a sous main.

avatar simnico971 | 

Apparemment MS plancherait sur la compatibilité des applications 64 bits (x86) sur Windows 10 ARM :

https://www.frandroid.com/marques/microsoft/712032_microsoft-veut-emuler...

avatar romainB84 | 

En mĂȘme temps, quand on regarde la majoritĂ©s des commentaires ici, les macs c’est de la merde, c’est cher, c’est tout soudĂ©, y’a pas de performances etc ... la seule plus value est macOS apparement ^^
Donc ça devrait limite ne poser aucun problĂšme ! Vu que c’est beaucoup plus intĂ©ressant de prendre une autre machine qu’un Mac ? Nan ?😁

avatar fousfous | 

@romainB84

Bah non, eux ils achĂštent des Mac pour faire tourner Windows, c'est pas des moutons qui achĂštent des PC tout soudĂ©s pour ĂȘtre Ă  la mode 😁

Pages

CONNEXION UTILISATEUR