Comment Apple a appris à ses ordinateurs à lire l'heure

Jean-Baptiste Leheup |

Aujourd'hui, il paraît tout à fait naturel de disposer automatiquement de la date et de l'heure très précise sur son ordinateur. Le changement d'heure est même pris en compte automatiquement — sauf peut-être sur nos iPhone qui galèrent chaque année (sous iOS 4, sous iOS 5, sous iOS 7, sous iOS 12…). Grâce à internet, on n'a même plus besoin de procéder à un réglage initial, tout se fait tout seul. Mais il n'en a pas toujours été ainsi : l'horloge temps réel (Real-Time Clock ou RTC en anglais), cette puce électronique capable de compter le temps qui passe, a pris son temps pour s'installer dans nos machines.

Ainsi, en 1976, l'Apple I était totalement inconscient du temps qui passait. Son fonctionnement interne ne dépendait que de la fréquence de son processeur, un MOS Technology 6502 à 1 MHz. Cela ne lui posait d'ailleurs aucun problème, puisque son système d'exploitation très sommaire ne lui permettait guère de faire autre chose qu'exécuter des programmes de manière linéaire. Les temps d'attente dans l'exécution de ceux-ci étaient gérés par rapport aux cycles du processeur, tout simplement.

La suite est réservée aux membre du Club iGen.

Déjà abonné ? Se connecter
Abonnez-vous au Club iGen !