MacBook Pro 2019 : le clavier papillon a bien de nouveaux matériaux, mais on ne sait toujours pas pourquoi

Mickaël Bazoge |

Les MacBook Pro lancés cette semaine ont de la puissance à revendre et surtout, un clavier papillon revu — pour la énième fois depuis 2015 (lire : Claviers Apple : l’effet papillon). Apple a été avare de commentaires sur le sujet, se bornant à préciser que le clavier intégrait de « nouveaux matériaux ». Certes, mais encore ?

Il a fallu attendre les fins limiers d’iFixit pour en savoir un peu plus. Et effectivement, Apple a bel et bien utilisé des matériaux différents ! On est bien avancés. Chaque touche du clavier papillon se compose d’un petit mille-feuille de composants :

  • Le capuchon avec le caractère marqué dessus ;
  • un support blanc articulé au cœur du mécanisme (il contrôle le mouvement de la touche tout en la stabilisant). C’est lui le « papillon » ;
  • à l’intérieur du support, un couvercle transparent qui fléchit à chaque pression de touche. Son rôle est aussi de préserver le dôme placé en dessous des contaminants et de la poussière ;
  • un interrupteur à dôme métallique à ressort, qui se déforme en appuyant sur la touche, puis qui rebondit lorsque l’on relâche la touche.

Sous cet interrupteur, on trouve six patins métalliques qui enregistrent la pression sur la touche. Cette zone est enveloppée par une membrane en silicone qui a pour mission d’empêcher la poussière et les débris de pénétrer à l’intérieur.

Apple parle de changement dans les matériaux. Le couvercle transparent de l’interrupteur du papillon 2019 est sans doute composé en polyamide (nylon) selon le travail d’identification mené par iFixit. Tandis que celui translucide du papillon 2018 est en polyacétylène.

2018 vs 2019.

Le dôme métallique qui fait fonction d’interrupteur présente également une différence dans sa finition. iFixit avance qu’Apple utilise peut-être un traitement thermique révisé, ou un nouvel alliage (acier inoxydable ferritique avec une fine couche de polymère ?), ou les deux.

2018 vs 2019.

Voilà. Apple n’a pas menti, il y a bien eu des modifications dans le clavier papillon des MacBook Pro 2019. Mais on ne sait pas à quoi elles vont servir et surtout, si elles seront le gage d’une meilleure fiabilité que les précédentes générations de ce clavier décidément bien embêtant.

La note de réparabilité de l’ordinateur est de 1 sur 10 : le processeur, la RAM, le stockage flash, tout est soudé à la carte-mère. Les différents composants du top-case (clavier, batterie, haut-parleurs, Touch Bar) sont collés les uns aux autres. Seul le trackpad peut être enlevé et remplacé relativement facilement. Ça nous fait une belle jambe.

avatar mp_ | 

Tant d’ingénierie pour au final un clavier qui a toutes ses chances de retrouver les mêmes problèmes que ses prédécesseurs ...

Espérons un retour à des claviers moins problématiques lors de la prochaine itération design.

avatar malcolmZ07 | 

@mp_

Il y a des gens qui ont des modèles de 2016 sans problème.
Mais ces claviers sont tous clairement défectueux (comprendre , trop sensible à la poussière et aux débris).
Et le problème est que ça fait trop longtemps que ça dure.
Ça en devient très embarrassant pour Apple.
Tous les problèmes des MacBook sont liés à leur obsession de la finesse (throttle , battery , clavier)

avatar SebKyz | 

@malcolmZ07

La batterie ça va nan ? Le throttle de juillet dernier réglé aussi nan ?

avatar malcolmZ07 | 

@SebKyz

Pour la batterie , on aurait une meilleur autonomie avec les anciennes capacités.
On aurait de meilleur performance pour les modèles i9 avec un tout peu plus d'épaisseur.
C'est impressionnant ce qu'Apple arrive à faire dans un tel volume et avec une toute petite alimentation.
Mais elle pourrait faire mieux un sacrifiant qlq millimètre.

avatar SebKyz | 

@malcolmZ07

Mais te vois tu avec un Mac plus lourd et plus épais ? Pas moi.

avatar malcolmZ07 | 

@SebKyz

Les MacBook Pro fin 2013 étaient parfait, pas trop lourd et pas épais

avatar SebKyz | 

@malcolmZ07

J’ai le 2015 qui est très bien aussi mais un peu plus fin il me semble.
Les nouveaux modèles sont encore plus beaux mais j’attends une révision juste pour l’attrait de la nouveauté. Avec les puces Intel en 10nm l’autonomie devrait être améliorée ou idem avec un form factor plus léger et plus fin.

avatar Deckard | 

@SebKyz Rajouter 2 mm pour avoir quelque-chose de fiable ne serait vraiment pas un problème. On ne demande pas à revenir à des laptop de 5 cm d'épaisseur...

avatar Mr Meneu | 

@SebKyz

Pour la batterie sur mon 15p 2018 sûr-équipé ça crain un max... franchement j’ai été choqué de la différence avec mon ancien (15p 2013) qui malgré son âge tenait presque 2x mieux la batterie... ça me rend un peu triste, je préférerais sacrifier un peu la légèreté au profit d’une plus grosse batterie. Parce qu’en utilisation intensive concrètement après 45min faut commencer à chercher une prise :-/ par contre en puissance rien a dire ça décalque pas mal ! ?

avatar DareMac | 

Il me semble que plus on augmente le nombre de pièces pour créer une seule touche de clavier, multiplié par autant de touches, on risque d'augmenter le potentiel de problèmes.

Moins de pièces, moins de possibilités de problèmes.

Au final, ça donne un clavier fin, trop pour bien des gens, et le reste des pièces soudées. C'est ainsi qu'on obtient un indice de réparabilité de 1 sur 10. Bravo Apple.

avatar Leborde | 

Cela fait exactement penser à l'anecdote de la station MIR. Il y avait un problème avec les stylos à bille et les stylos à encre traditionnel, car l'apesanteur faisait que l'encre ne coulait pas.

Les américains ont inventé un stylo à encre sous pression. Et en tous bons américains qu'ils sont, ils ont marqueté le truc en vendant dans le commerce le stylo Pilot de l'espace à encre pressurisée du futur qui coûte un bras, et qui bien sûr avait des fuites, donc on a sorti une v2 et relancé la machine marketing, etc…
Les américains emportaient donc dans l'espace leur stylo pressurisé (et à fuites), que par ailleurs on pouvait donc acheter dans le commerce, ou comment vendre (fort cher) du rêve aux gamins.

Les russes, eux, utilisèrent le crayon à papier…

avatar Achylle_ | 

@Leborde
Si l’anecdote est vraie elle est amusante :)
Ceci dit on peut en avoir une autre lecture :
En utilisant de bêtes crayons à papier les russes ne vendaient rien et la mission était un pur coût (ou un investissement si vous voulez) pour la nation.
Les americains, en plus de vendre un truc aux gamins, créaient des emplois pour concevoir, produire et commercialiser leur stylo tout pourri.

avatar PetitGreg | 

à lire la page Wikipedia du Space Pen sur ce sujet.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Space_Pen

avatar nicolier | 

@Leborde

En effet les russes n’ont jamais marché sur la lune, ni envoyé la moindre sonde à l’autre bout du système solaire... ils sont bien restés au crayon à papier !

avatar Leborde | 

Les russes ont gagné la "course à l'espace" (lol), mais la propagande américaine nous fait croire l'inverse.

Oui, les américains ont marché sur la lune, mais à quel prix?! Bref, dans la pure veine américaine, seule compte la fin. C'est ce que le film montre bien (First Man).

avatar McFlan | 

@Leborde

C’est l’objectif final qui compte. Comme dans toute course. Tu peux être nul tout au long des étapes qui précèdent. Si tu gères bien la dernière ligne droite, tu resteras dans l’histoire comme le gagnant. Qui se souvient de la meilleure équipe d’un championnat du monde? De celle qui a eu le plus de belles victoires? Personne. On ne se souvient que du champion.

Je ne dis pas que je cautionne. Mais c’est ce que je constate.

avatar Pintade | 

@Nicolier
Les russes ont mangés les américains dans la course à l'espace jusqu'en 69.
Ils ont entre autre envoyés des sonde sur Vénus dont les conditions à la surface sont apocalyptiques.
Ils ont créé des moteurs qui font aujourd'hui encore l'admiration des américains et du reste du monde.
Les Soyouz, créées dans les années 60 sont aujourd'hui le seul moyen de rejoindre la station spatiale internationale, et vu les derniers déboires de SpaceX avec le Crew Dragon et les retards de Boeing, ça ne va pas s'arrêter tout de suite...

Alors oui les américains ont réussi le plus gros exploit, l'homme sur la Lune, mais il ne faudrait pas réduire pour autant l'apport des russes à peau de chagrin.

avatar jean512 | 

MBP 2016 et MB 12" 2015, aucun problème.
Faut pas manger au dessus de son clavier non plus ...

avatar McFlan | 

@jean512

Je sais que c’est dans l’air du temps ce nombrilisme et que ça va vous faire un choc : mais le monde ne se résume pas à vous.

avatar Deckard | 

@jean512
À part que ce n'est pas un problème de miette et de poussière mais un défaut de conception. Ce sont souvent les touches les plus souvent sollicitées qui tombent en panne.

Et puis si c'était un problème de poussière et que l'on ne pourrait uniquement l'utiliser uniquement qu'en salle blanche, je leur dirais merde aussi.

avatar pocketalex | 

Jeeee vieeenssss de recvoir mon nouveeeeeau MBP .... pour leeeee momeent rin à signalr

avatar foxot | 

@pocketalex

Tu m’as tué x)

avatar cecemf | 

@pocketalex

XPTDR

avatar anonx | 

@pocketalex

Jpp ??

avatar Kinky | 

@pocketalex
Excellent ! :-))))))))

Pages

CONNEXION UTILISATEUR