Apple reconnait que le clavier papillon de 3e génération a encore un problème de fiabilité

Stéphane Moussie |

Les déboires des claviers papillon des Mac ne sont pas terminés. En dépit de l’ajout d’une membrane en silicone, le clavier papillon de 3e génération qui équipe les MacBook Pro 2018 et le MacBook Air 2018 est toujours sensible à la poussière et aux petits débris.

Alors que des utilisateurs s’en plaignent depuis plusieurs mois, comme nous le rapportions dès janvier, Apple a finalement reconnu le problème. « Nous sommes au courant qu’un petit nombre d’utilisateurs a des problèmes avec le clavier papillon de troisième génération et nous en sommes désolés », a déclaré un porte-parole au Wall Street Journal. Et d’ajouter : « la grande majorité des clients de Mac portables ont une expérience positive avec le nouveau clavier. » 

La journaliste du Wall Street Journal est elle-même ennuyée : quatre mois après l’achat d’un MacBook Air 2018, les lettres E et R ont commencé à se saisir en double lors d’une pression normale. Sur les trois MacBook Air 2018 passés entre nos mains à la fin de l’année dernière, la touche E de l’un d’entre eux réagissait d’une manière assez semblable.

Apple a lancé en juin dernier un programme de réparation du clavier des MacBook 2015 à 2017 et des MacBook Pro 2016 à 2017, ce qui correspond aux claviers papillon de première et deuxième génération.

À l’heure actuelle, ce programme ne concerne pas les MacBook Pro 2018 ni le MacBook Air 2018. Ces machines étant récentes, elles sont toujours sous garantie (la journaliste du WSJ a pu faire réparer gratuitement son clavier… avant que le problème ne recommence), mais se pose la problématique de leur prise en charge à l’issue de la garantie légale. Maintenant qu’elle a reconnu qu’un « petit nombre d’utilisateurs » avait des soucis, Apple va-t-elle étendre son programme de réparation ? « Un faible pourcentage » de claviers papillon 1re et 2e gen défaillants avait suffi à justifier la mise en place de ce programme.


avatar fte | 

Un camarade m'a fait une remarque saignante à propos de ces claviers tout à l'heure. Il bosse dans le management...

Il m'a dit en substance ceci : sachant le problème, communiquer tôt sur ce problème et démarrer tôt un programme de remplacement en cas de soucis, permettrait s'arrêter ce programme plus tôt aussi. Et donc de trainer un boulet coûteux moins longtemps.

Ça m'a laissé sans voix.

avatar tbr | 

C’est tout de même dingue qu’un concept foireux de design soit si savamment, selon Apple — ou si mal, selon les utilisateurs — caché (sous le clavier).

Ces macs n’ont plus que la peau de plastique sur les os d’alu...

avatar webHAL1 | 

Le créateur de Ruby on Rails et fondateur de Basecamp (pour ceux qui connaissent) s'est fendu d'un article sur le sujet :

https://m.signalvnoise.com/the-macbook-keyboard-fiasco-is-surely-worse-than-apple-thinks/

Morceaux choisis :
« I sampled the people at Basecamp. Out of the 47 people using MacBooks at the company, a staggering 30% are dealing with keyboard issues right now!! »

Presqu'un tiers de personnes ayant des soucis au moment où il a posé la question. Il précise qu'un certains nombre ont connu des problèmes par le passé et ont fait remplacer leur machine, et ne sont donc pas comptabilisées dans ces 30%.

« I backed up those figures with a Twitter poll that has over 7,000 respondents already. That’s a 63% failure rate!! But Apple is only seeing 11% of those, as the vast majority of customers are simply just living with their broken computer. »

Le chiffre le plus intéressant, c'est que sur les participants à son sondage sur Twitter plus de la moitié des gens disent avoir un souci mais "vivre avec", donc Apple ne voit jamais ces cas, ce qui lui fait totalement minimiser la situation.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR