Prise en main de l’iMac Retina 5K

Nicolas Furno |

L’iMac Retina 5K est arrivé à la rédaction ! Pour commencer, nous avons commandé un modèle d’entrée de gamme, à savoir un iMac avec un Core i5, un quadricœur cadencé à 3,5 GHz, mais qui peut monter à 3,9 GHz en cas de besoin. Nous n’avons pas touché à la configuration originale et nous avons donc 8 Go de mémoire vive (deux barrettes de 4 Go), un Fusion Drive de 1 To et une carte graphique signée AMD, une Radeon M9 M290X avec 2 Go de mémoire dédiée. Et naturellement, un écran Retina 5K avec 14,7 millions de pixels, pas un de moins.

En attendant notre test complet, voici nos premières impressions sur cet iMac haute définition vendu 2599 €. Est-il aussi impressionnant qu’Apple veut bien le dire ? On fait un rapide tour du propriétaire !

Avant de commencer, rappelons que l’iMac Retina est disponible sur l’Apple Store en ligne avec un délai de 5 à 7 jours ouvrables pour la configuration de base. Si vous voulez la modifier pour quelque chose de plus musclé, l’attente peut également s’allonger, mais a priori, toutes les configurations achetées en ligne sont livrées avec ce délai. Les boutiques Apple Store ont commencé aussi aujourd'hui à présenter l’ordinateur et vous devriez pouvoir l’acheter dès demain.

Un écran aussi impressionnant que prévu

Apple n’a pas manqué de vanter les mérites de l’écran Retina de son iMac. Pendant le keynote, le constructeur a insisté sur les 14,7 millions de pixels, sur les composants spécifiques créés pour les gérer et sur le soin apporté pour obtenir la dalle de la meilleure qualité possible (lire : iMac Retina : ce que l’on sait (et ne sait pas) sur l’écran). Le tout, sans augmenter l’épaisseur de l’ordinateur qui doit rester extrêmement fin (5 mm sur les bords) et tout en réduisant la consommation énergétique.

Les écrans Retina sont loin d’être neufs chez Apple : on a pu les expérimenter pour la première fois sur les iPhone avec l’iPhone 4 en 2010, puis les iPad et les Mac en 2012 avec l’iPad 3 et le MacBook Pro Retina. On a eu le temps de s’habituer, mais il faut reconnaître que retrouver un écran aussi défini sur 27 pouces reste une expérience impressionnante. Dès le premier allumage, on est surpris par la finesse de l’affichage et par l’absence de pixels : comme sur les autres appareils Retina, on ne voit plus les pixels, même en s’approchant de l’écran.

À l’usage, la différence est vraiment sensible, mais le gain le plus immédiat pour l’utilisateur est peut-être la souplesse apportée par les pixels supplémentaires. On n’est plus bloqué à la définition native de la dalle, on peut désormais affiner l’affichage et ainsi avoir plus d’éléments à l’écran, ou au contraire agrandir la taille de ces éléments. Pour construire son iMac Retina, Apple a suivi la même méthode que pour ses MacBook Pro Retina : le constructeur a doublé le nombre de pixels de l’iMac standard dans les deux dimensions.

Ainsi, la définition de base est de 2560 x 1440 pixels et c’est toujours celle que l’on a par défaut quand on allume l’iMac Retina. Sauf que la dalle a une définition de 5120 x 2880 pixels et chaque pixel affiché à l’écran est en fait dessiné grâce à quatre pixels physiques. Pour obtenir un affichage parfaitement net, tous les logiciels doivent utiliser des ressources adaptées, mais c’est en général le cas aujourd’hui.

Sur cette capture d’écran, on a un iMac configuré par défaut, en 2560 x 1440 pixels. Physiquement, tous les éléments font la même taille que sur l’iMac standard et pour l’utilisateur, rien ne change, si ce n’est que les éléments sont mieux définis. On ne voit plus les pixels, tout est plus net, mais l’interface occupe exactement la même place à l’écran. Le gain, à l’usage, est le même que lorsque l’on était passé de l’iPhone 3GS à l’iPhone 4, ou de l’iPad 2 à l’iPad 3.

Capture d’écran du bureau configuré en mode par défaut (équivalent 2560 x 1440 pixels) — Cliquer pour agrandir

Tout l’intérêt de la méthode suivie par Apple pour le Retina, c’est qu’elle offre plus de souplesse. Ainsi, on a le choix entre quatre autres réglages qui agrandissent (deux options) ou réduisent (deux options) la taille physique des éléments à l’écran. Sans perdre en qualité et en gardant la même finesse d’affichage, l’utilisateur peut ainsi choisir entre un affichage beaucoup plus gros à l’écran — équivalent 1600 x 900 pixels — ou beaucoup plus petit — équivalent 3200 x 1800 pixels.

Si vous avez de bons yeux, ce dernier mode est très utile pour augmenter l’espace utile de l’écran et bénéficier sur un 27 pouces de l’équivalent d’un trente pouces, voire plus. À titre de comparaison, l’écran 34 pouces 21/9" de LG a une définition de 3440 x 1440 pixels : c’est plus en largeur, certes, mais pas beaucoup plus, et c’est moins en hauteur, le tout pour un encombrement vraiment réduit (lire Test du LG 34UM95, un écran 34 pouces 21/9). Au total, cet ajustement peut être idéal si vous voulez un grand espace de travail virtuel, tout en minimisant votre espace de travail physique.

Capture d’écran du bureau configuré en mode « Plus d’espace » (équivalent 3200 x 1800 pixels) — Cliquer pour agrandir

Au passage et pour l’anecdote, les captures d’écran réalisées avec cet écran Retina sont énormes… En mode « Plus d’espace », une capture est par défaut un fichier PNG de 6400 x 3600 pixels. Le tout pour un fichier qui dépasse allègrement les 10 Mo… de quoi rapidement remplir un disque dur !

Pour le reste des caractéristiques techniques, on n’avait pas à se plaindre des iMac, mais ce nouveau modèle est également à la hauteur. Même en laissant la luminosité sous la barre des 50 %, les couleurs restent vives et saturées, les contrastes sont très bons, les angles de vue excellents… bref pour le moment, nous n’avons aucune critique à faire sur ce point.

Des performances pas tout à fait à la hauteur ?

Un écran, aussi beau soit-il, n’a aucun intérêt sans les composants à sa hauteur pour l’alimenter de manière fluide. Comme pour le MacBook Pro Retina en son temps, Apple ne devait pas lésiner sur la qualité du processeur et surtout sur la carte graphique pour que les 14,7 millions de pixels de la dalle ne se transforment pas en cauchemar pour les utilisateurs. Il est encore trop tôt pour former un jugement définitif, mais après quelques heures d’utilisation, le bilan est positif… dans l’ensemble.

Côté processeur, on n’a rien à redire : l’option Core i7 à 4 GHz n’est pas en tête du classement de GeekBench sur les tests à un seul cœur pour rien. Apple a opté pour le processeur le plus puissant qui soit en utilisation monocœur à l’heure actuelle, point final (lire : L’iMac Retina sera plus rapide que le Mac Pro dans certains cas). Ça, c’est si vous optez pour l’option qui ajoute 250 € au prix de base. Dans notre modèle par défaut, on a un Core i5 « seulement », un processeur plus modeste, mais qui ne démérite pas.

Geekbench mesure les performances du processeur dans deux cas de figure. L’un, idéal, où les quatre cœurs sont exploités au maximum de leur potentiel ; l’autre, plus courant, où un seul est utilisé par le logiciel. Le premier est utile pour savoir si l’ordinateur est capable de réaliser correctement un traitement optimisé, comme une conversion vidéo par exemple. Le second est plus utile pour connaître les performances de la machine au quotidien (aller sur le web, écrire des mail…). Notez que ce Core i5 Quad ne gère pas l'Hyperthreading, contrairement à l'i7 Quad en option qui saura faire fonctionner jusqu'à 8 coeurs.

iMac Retina Core i5 Quad 3,5 GHz

Même avec cette configuration de base, l’iMac Retina parvient à toucher les anciennes configurations haut-de-gamme de l’année dernière avec un seul cœur. Ainsi, il fait presque aussi bien que l’iMac 27 pouces sorti à la fin de l’année dernière et équipé du Core i7 à 3,5 GHz en option (une machine vendue au minimum 2200 € sans écran Retina). Une belle performance, même si ce processeur se laisse distancer dès lors que l’on fait appel à plus d’un cœur à la fois.

On imagine toutefois que l’iMac Retina configuré avec le processeur haut-de-gamme devrait avoir des arguments à faire valoir, et pas uniquement contre les autres iMac. C’est le Mac Pro qu’il vise aussi, du moins pour les logiciels les moins optimisés qui sont aussi les plus nombreux. Dans ce graphique, à titre de comparaison, on a ajouté le Mac Pro de la génération actuelle, le plus puissant en configuration single core (Xeon E5 avec 6 cœurs à 3,5 GHz), mais même cette machine vendue à partir de 3500 € fait moins bien que l’iMac Retina de base avec un seul cœur.

Naturellement, la comparaison est assez gratuite et les deux machines n’ont pas le même objectif, mais on peut déjà dire, après avoir passé quelques heures avec l’iMac, que le processeur est largement assez rapide. Le Fusion Drive d’1 To qui équipe notre modèle n’a, lui aussi, posé aucun problème ; on ne l’a sans doute pas rempli assez pour saturer le SSD de 128 Go qui a été associé au disque dur de 1 To. Quoi qu’il en soit, la machine serait parfaitement rapide au quotidien… s’il n’y avait pas cet écran Retina.

Comme sur les premiers MacBook Pro Retina, le passage à la définition supérieure a un coût et, comme pour les portables avant lui, le tout-en-un en fait les frais. Précisons d’emblée qu’il ne s’agit probablement que de bugs qu’Apple corrigera lors de futures mises à jour d’OS X Yosemite, mais en attendant notre test, voici notre avis à chaud sur l’iMac Retina en version de base.

L’expérience dépend en fait très largement du paramètre d’affichage choisi. Si vous en restez aux réglages par défaut, si vous choisissez de conserver la définition affichée similaire à celle des iMac standard (2560 x 1440 pixels), vous aurez des performances toujours correctes. Par moment, vous pourrez noter une légère baisse de performances, mais rien de dramatique. En revanche, si vous appréciez, comme l’auteur de ces lignes, le réglage qui affine tout à l’écran, les performances ne sont pas encore au rendez-vous.

Ce n’est pas que cela ne fonctionne pas, mais comme cette vidéo tournée tente de le montrer, les ralentis sont encore nombreux. Trop pour que ce soit agréable. Parfois, on passe d’un espace à l’autre, ou on affiche une image avec Coup d’œil instantanément. Et puis parfois, il faut attendre une à deux secondes pour que l’animation se fasse enfin. Cela n’a l’air de rien, mais c’est énorme : on doit attendre que son ordinateur réagisse et ce n’est pas pour lui laisser le temps de faire un calcul complexe, non c’est juste pour de l’interface !

Encore une fois, ce n’est sans doute qu’un problème temporaire, et nous avons d’ailleurs déjà trouvé une forme de solution, en attendant mieux. En réduisant la transparence (dans les Préférences Système, puis « Accessibilité » et « Affichage »), on élimine la majorité de ces ralentissements. Ce qui nous laisse penser qu’il ne s’agit bien que d’un problème logiciel… mais à ce stade on ne peut que l’espérer. Souhaitons en effet que ce n’est pas la carte graphique, une Radeon R9 M290X d’AMD adossée à 2 Go de mémoire vidéo, qui est trop faible pour gérer cet écran Retina.

Pour en avoir le cœur net, il faudra tester un iMac équipé de l’option avec la carte plus puissante (AMD Radeon R9 M295X avec 4 Go de mémoire et 250 € de plus) et attendre les premières mises à jour d’OS X Yosemite. À ce stade, on est plutôt confiant… mais le doute demeure. Si vous devez franchir le pas et que vous ne supportez pas ce genre de latence, mieux vaut attendre un peu. On aura alors plus de recul et le cœur net sur cette première génération d’écrans Retina 27 pouces.

Si vous jouez, la question se pose en revanche différemment. On ne joue pas à la définition native et la carte graphique n’a pas besoin de gérer les 14,7 millions de pixels de la dalle. Nous avons utilisé l’outil Valley Benchmark qui simule au mieux les conditions d’un jeu et nous avons obtenu des résultats tout à fait satisfaisants. En effectuant le test en 1080p (1920 x 1080 pixels), on était au-dessus des 25 FPS avec les meilleurs réglages (qualité graphique sur Ultra et antialiasing sur X8), ce qui est correct. Et en diminuant les paramètres (antialiasing notamment), on peut facilement doubler la vitesse de l’image et avoir quelques chose de parfaitement fluide, au détriment de la qualité, forcément.

On prendra le temps de tester ce Mac plus longuement pour les jeux, mais a priori, il ne devrait pas poser trop de souci. À condition, bien sûr, de ne pas espérer jouer dans la définition native de l’écran…

Premier bilan

Après quelques heures passées avec cet iMac Retina — qui, au passage, est resté gentiment tiède pendant tout ce temps —, le bilan est facile à faire : il va être très très difficile de s’en séparer. L’iMac était déjà une machine fort séduisante, avec son profil affiné, son grand écran déjà de bonne qualité, ses enceintes étonnantes — on ne croirait pas qu’un son aussi ample sorte d’enceintes aussi petites — et tous ses autres avantages. En lui ajoutant un écran Retina, Apple atteint une sorte de Graal pour l’utilisateur des produits de la marque qui a eu le temps de s’habituer aux écrans Retina avec les appareils iOS puis les MacBook Pro.

Sur le papier, l’iMac Retina est parfait. Dans les faits, ce n’est pas aussi simple, mais il faut reconnaître que cette machine est très séduisante. C’est le cas quand elle est configurée par défaut, avec la même définition affichée que les iMac standard, mais avec cet affichage beaucoup plus net et précis. C’est encore plus impressionnant, à notre avis, quand on le configure pour en afficher plus à l’écran : on a alors un écran de 27 pouces physiquement sur son bureau, mais l’équivalent d’un 32, voire d’un 34 pouces devant soi.

Il faudra surveiller la question des performances et on gardera également un œil très attentif sur le phénomène d’images fantômes qui a touché la première génération de MacBook Pro Retina (nous n’avons rien repéré jusque-là). En attendant notre test complet, cet iMac Retina est une machine enthousiasmante, incontestablement !


Tags
avatar w0rd3r | 

@Sebr2611 :
Le retina est apparu en 2010 sur l'iPhone 4. Maintenant qu'il est sur toute la gamme , il y a toujours des personnes (ici en particulier, étonnamment car c'est un site d'actu ) qui n'ont pas compris l'intérêt no ce que ça faisait.
Il y en a toujours qui diront : "5k ? Déjà sur un 1440p c'est trop petit pour moi, alors là il va me falloir une loupe..."
N'importe quoi. L'intérêt du retina est d'avoir la même taille qu'avant, mais 4fois mieux défini.

avatar qlb212 | 

@Sébastien Royer et w0rd3r :
Sympa la réaction... je n'ai pas dit que les écrans rétina n'ont pas d'intérêt, j'en utilise un tous les jours et je vois très bien la différence. C'est l'explication qui ne me paraît pas claire. Un pixel c'est un carré d'une certaine couleur, dire qu'un pixel est mieux défini n'a pas de sens.

avatar UnEtreObjectif (non vérifié) | 

Une image (pas un pixel) affichée sur cet écran paraît mieux définie :

-Sur un écran LCD, il y a une sorte de grille inter-pixels, un espace entre les pixels. Sur l'écran Retina, la grille inter-pixels est plus fine, donc il est plus difficile de distinguer les bords des pixels.

-Si vous voulez par exemple représenter un arc de cercle sur plusieurs pixels, l'arc de cercle aura des escaliers plus petits (car les pixels sont plus petits), donc il sera mieux approché (plus lisse).

avatar qlb212 | 

Tout à fait, mais les explications que l'on peut lire mélangent souvent les choses.

avatar kornichon | 

Pour les ralentissements d'affichage, ne vous faites pas trop d'illusions. C'est très certainement la carte graphique choisie par Apple qui est limite niveau puissance. Il suffit de voir à quel point ils sont radins sur les autres machines Retina pour comprendre qu'ils mettent la carte tout juste suffisante pour faire tourner le bazar correctement, mais pas plus.

avatar Sebr2611 | 

Une remarque que m'a faite un spécialiste à l'Apple Store, et qui devrait mettre tout le monde d'accord, c'est que l'écran ne peut décemment pas afficher une définition 5k, imagine un texte sur page, en taille 9, écrit "bonjour" avec une telle définition, ton mot fera à peine plus d'un ou deux millimètres... VOILÀ. :)

avatar Orus | 

"ne peut décemment pas afficher une définition 5k" En voilà une réponse extraordinaire !
Alors pourquoi nous pondre cet iMac ?

avatar patrick86 | 

"En voilà une réponse extraordinaire !
Alors pourquoi nous pondre cet iMac ?"

Il faut essayer de comprendre le fonctionnement du Reina pour trouver réponse à cette question. Et pour pouvoir essayer de comprendre le fonctionnement de l'écran Retina, il faut mettre de coté son aigreur.

avatar pistache18 | 

@Sebr2611 :
Oui très juste cela revient à lire du texte vraiment minuscule. Le principe Retina Apple est très bien conçu et je doute qu'Appe puisse mettre un iMac de vitrine technologique sur le marché sans l'avoir optimisé. L'optimisation étant il faut bien le reconnaître un art parfaitement maîtrisé par la marque a la pomme.

avatar Laurent S from Nancy | 

Le vendeur a dit une connerie et fait mal son boulot. Ce n'est pas la première fois que je lis/entends des inepties provenant de la part de "vendeurs apple"...

avatar patrick86 | 

"Une remarque que m'a faite un spécialiste à l'Apple Store, et qui devrait mettre tout le monde d'accord, c'est que l'écran ne peut décemment pas afficher une définition 5k, imagine un texte sur page, en taille 9, écrit "bonjour" avec une telle définition, ton mot fera à peine plus d'un ou deux millimètres..."

C'est faut.

Cet iMac affiche les textes à la même taille qu'un iMac non Retina, mais ils sont MIEUX DÉFINIS.

avatar Sebr2611 | 

@patrick86 :
D'une, on écrit "faux", et pas "faut", et de deux, tu reliras ce que j'ai écris, et tu verras que je n'ai absolument pas dit ça.

Le gars chez Apple a qui j'ai demandé quel définition l'écran afficherait m'a expliqué très simplement qu'un texte en taille 9 (10, 11, 12 j'm'en fout c'est un exemple) serait à peine visible si l'écran affichait sur sa résolution native (5120x2880), donc ils utilisent la même définition qu'actuellement (2560x1440) pour garder la taille des éléments à l'identique, mais 4 fois mieux définis grâce aux millions de pixels supplémentaires.

;)

avatar Lawliet | 

Quand je vois Mission Control qui ram comme pas possible avec une 9600M GT quand je branche un écran 1080p sur mon macbook pro, ça ne m'étonne pas.
Les lourdeurs de l'interface d'OSX conjugué à la radinerie d'Apple en matière de carte graphique et voilà ce que ça donne.
Pourquoi ne pas avoir mis en standard une GTX 980M sur une machine de ce prix ? Déjà mieux qu'une veille carte AMD rebadgée...
J'ai vraiment un doute quand la rédaction pense à un bug, ça marche mieux en désactivant la transparence qui justement n'est pas gratuite en matière de calcul !

En tout cas cet iMac promet sur le long terme.

avatar heero | 

mon Mac Pro 3.5ghz fait du 21.042 sur Yosemite pour comparer aux 20.754 du tableau ;-)

avatar pistache18 | 

Apple propose avec ce 5k ce que Dell propose au même prix pour un moniteur seul ! Avec châssis en plastic ! On peux comprendre les contraires économiques d'Apple pour offrir cet iMac hors norme a un prix ... Que j'ose qualifié d'abordable. Pour avoir iphone iPad Retina et un iMac classique, lire du texte sur ce dernier est presque désagréable !

avatar pistache18 | 

... Presque désagréable ...

avatar Orus | 

Conclusion : Apple par sa stupidité devenu notoire en ce qui concerne les cartes graphiques, veut nous vendre 2600€ un iMac retina 5K, qui n'est même pas capable d'avoir de bonnes performances à sa sortie. Imaginez dans 2 ans le boulet que va devenir ce modèle.
Vraiment pathétique.

avatar pistache18 | 

@Orus :
Tu conclus un peu vite. Personne ne prétend que cette machine est incapable de faire ce qu'on lui demande. Attendons les tests approfondis. A moins que ta conclusion hâtive t'arrange quelque peu.

avatar curly bear | 

Je dois aussi désactiver la transparence sur mon MacBookPro Retina pour éviter les lenteurs. Le pb semble être le process WindowServer qui monte en utilisation du CPU. J'espère qu'Apple va corriger ça dans la version suivante...

avatar Bardyl | 

@Nicolas :

Juste une question pour savoir... Ces problèmes de "lags" ont-ils lieu sur des applications en plein écran ? J'ai l'impression que ça vient vraiment de Yosemite perso. Rien à voir avec la machine. J'ai le même souci sur un Macbook Pro Retina 15" late-2013 avec carte vidéo dédié et ugradé à fond.

En espérant qu'Apple règle vite ce souci assez génant et qui l'est encore plus lorsque l'un utilise le zoom écran (accessibilité).

avatar poulpe63 | 

@Bardyl : ça, tu rêve ; car sur mon MBA, depuis le début que je l'ai (début 2011), si j'utilise un écran externe branché sur le display port => pas mal d'appli en plein écran fait monter ce WindowServer entre 50 et 100% de CPU => ventilo à fond.
Bref, j'ai laissé tomber (et certains usage, comme la vidéo plein écran sur mon écran 24" full HD => mon vieux PC Athlon X2 fait l'affaire, sans la turbine du MBA...)

avatar Bardyl | 

Ben justement, chez moi ça fonctionne très bien en plein écran ou quand un écran externe est branché, mais pas en utilisation "classique". D'où ma question.

avatar pistache18 | 

J'ai une question concernant les options disponibles sur cet iMac 5k. Est il plus judicieux de prendre soit 1/ processeur i7 4ghz carte graphique a 2 go ou 2/ processeur i5 a 3,5 et carte graphique de 4 go, en terme de fluidité ? Merci.

avatar NestorK | 

Vu le prix des deux options, il serait dommage de prendre cet iMac sans le I7 et la 295.
Si jamais tu ne peux que faire le choix, il est évident que le GPU est pour moi le maillon faible du monobloc et que tu dois prendre le meilleur sans te poser la question.

avatar fusion | 

Comparer cet imac avec un macpro est tentant mais pas vraiment très pertinent.

Un macpro "vieux" d'un an et une architecture différente et bcp plus innovante, avant gardiste et évolutive.

Sur le macpro on peut tout changer a l'intérieur. C'est un vrai investissement. L'iMac avec ses composants de portables est bcp plus limité ds le temps.

Ca en reste une belle machine non obstant.

avatar Laurent S from Nancy | 

Je sais pas si vous avez bien remarqué la copie d'écran mais il est quand même indiqué par Apple qu'utiliser tel ou tel mode peut affecter les performances. A mon avis ce n'est pas un bug logiciel mais le matériel (carte graphique) qui est limité...

avatar bugman | 

@Laurent S from Nancy : Bien possible.

J'aimerais ajouter, à titre personnel, que même si le cas s’avère, je ne le considérerais pas comme un défaut pour autant. Je me dis qu'aujourd'hui Apple propose un iMac avec en plus de la résolution de l'ancien modèle, l'avantage du Retina. Il me semble qu'il est vendu comme tel. La résolution supplémentaire, je la prends comme un bonus.

avatar Laurent S from Nancy | 

"La résolution supplémentaire, je la prends comme un bonus."

Un bonus tout de même vendu près de 700 € comparé à un 27" classique...

avatar Chamalo | 

J'ai pas non plus tout compris au niveau de la résolution. Si j'ouvre une photo prise en 5k, comment le Mac peut l'afficher complètement (sans resize) si la résolution est au mieux de 3k ?

avatar Rez2a | 

Il faut bien comprendre que la résolution est bien de 5K sur cet écran, il n'y aucun doute, c'est bien du 5120x2880.

Le Retina, au final, ça revient juste à se dire : "tiens, comparé à l'iMac 27 classique, on a 2 fois plus de pixels disponibles en longueur et 2 fois plus en hauteur ; donc on va dessiner les trucs en 2 fois plus gros".

De cette façon, tu te retrouves avec des éléments qui prennent exactement la même place à l'écran, et pour faire ça, leur taille est doublée ; un texte écrit en size 14 sur un iMac 27 classique devient un texte écrit en size 28 sur iMac Retina ; une fenêtre qui fait 500x300 sur iMac 27 devient une fenêtre de 1000x600 sur iMac Retina.

Ce procédé a du sens sur du contenu texte, parceque contrairement à ce qui est écrit au-dessus, ça ne revient pas à dire "1 pixel blanc sur iMac = 4 pixels blancs sur iMac Retina". C'est plutôt "1 pixel blanc sur iMac = 1 pixel blanc sur iMac Retina, à côté d'un pixel un peu plus gris, à côté d'un pixel moins gris, à côté d'un pixel gris". Le système a 4 fois plus de place pour faire sa sauce de nuances d'affichage de texte de d'antialiasing, ce qui rend un truc qui a une bien meilleure gueule.

Ce procédé n'a en revanche pas de sens sur du contenu graphique comme les images et les vidéos, donc une image est rendue en 1:1 : si tu ouvres une image 5K sur iMac Retina 5K, ta photo va apparaître rendue à 100%, sans zoom et occupera tout l'écran.
Si tu ouvres la même image sur iMac classique, ta photo va également occuper tout l'écran et tu verras tout le contenu de l'image, mais elle sera zoomée à 50% (ou bien à 100% mais dans ce cas, tu ne verras qu'un quart de l'image par défaut, et il faudra scroller pour voir le reste).

À noter qu'on parle bien de comportement normal en terme d'édition d'image, où ça n'a pas de sens d'afficher une image zoomée à 200% par défaut.

Dans d'autres cas, par exemple l'affichage d'une page web, la taille de l'image à l'écran a une importance et doit être respectée ; du coup, une image sur une page web affichée en 200x100 sur iMac classique va être élargie en 400x200 sur iMac Retina, et ça va se voir puisque pour le coup, c'est vraiment de l'élargissement bourrin.
Sauf si le site web est optimisé pour le Retina et propose un fichier image différent pour les écrans @2x, avec une vraie image rendue en 400x200 pour ces écrans. À ce moment-là, le fichier image à charger est plus lourd, mais on a une vraie image adaptée à son écran, qui ne dénotera pas par rapport aux éléments graphiques affichés.

Désolé du pavé, j'espère que c'est un peu plus clair... comme je l'ai dit plus haut, regardez le passage sur le Retina de la WWDC 2010, c'est très clair par l'exemple. :)

avatar Rudeboy19800 | 

@Rez2a :
Merci pour ces explications !!!

avatar Chamalo | 

Merci pour les explications c est deja plus clair.

avatar EricCham | 

On parle beaucoup de résolution et de définition, mais ce qui m'intéresserait également serait le rendu des couleurs. Si on travaille sur FCPX ou ensuite DaVinci Résolve pour l'étalonnage, que vaut cet écran au niveau de son calibrage ?
Peut-on même en faire un écran non seulement de travail mais de référence (les pros, avec DVR 11, travaillent avec 2 écrans sur leur logiciel (fichiers, Tlmeline…), et un écran (qui coûte généralement une fortune) de référence pour le visualisateur (l'image travaillée).

avatar NestorK | 

Déjà pour de l'étalonnage (très) sérieux, les écrans valables sont plus chers que le prix de l'iMac.

Après, Apple promet un calibrage sorti d'usine aux petits ognons si l'on en croit le fameux Larry Jordan (monteur). Les iMac précédents étaient à ce niveau là déjà très corrects - pas de raison que cela change pour une machine qui mise tout... Sur son écran.

avatar zellerda | 

C'est marrant ses lenteurs, ça me rappelle mon ancien macBook Retina, j'avais le même problème, maintenant j'a acheter un macBook non-retina, depuis plus de problème.

Le gros test à faire aussi c'est de lancer Aperture et naviguer dans les photos en plein écran, c'est très drôle surtout quand on arrive a saturation de la RAM (16GB) a cause de l'écran Retina !

avatar Jippi | 

Ah tiens, on vient de me dire un peu plus haut que la RAM ne servait pas à l'affichage !?!

avatar zellerda | 

Hahaha ! on vois bien qui en a qui connaissent rien au fonctionnement d'un ordinateur, lol !

avatar Ridge33 | 

il n'est peut être pas parfait mais ça doit être juste excellent de visualiser des photos extrait d'un reflex sur cet écran. Quel bonheur pour un photographe.

avatar efj | 

Question rapide et bête à la rédaction mais ... cet écran est-il sujet à un ghosting quelconque, similaire à la première génération de MBP retina ?

avatar lolo-69 | 

Bonjour.

Je cite:

"Il faudra surveiller la question des performances et on gardera également un œil très attentif sur le phénomène d’images fantômes qui a touché la première génération de MacBook Pro Retina (nous n’avons rien repéré jusque-là)."

Il faudrait lire!...

avatar FraggyFred | 

Idéal pour utiliser Pages qui ne sait toujours pas afficher 2 pages côte à côte :-/

avatar Atreidetm | 

Grand utilisateur de FCPX je n'arrive pas à me décider entre un 27' "classique" et le 27' Retina.
Pour moi c'est 600 € d'ecart avec ce choix cornelien de carte graphique :
NVIDIA GeForce GTX 775M avec 2 Go de mémoire (classique) OU AMD radon r9 M295X avec 4 Go de mémoire (Retina).

La sécurité ou la nouveauté?

avatar marc_os | 

« On prendra le temps de tester ce Mac plus longuement pour les jeux »

C'est vrai que la 4K, ça intéresse surtout les joueurs... :/
Euh... et si vous faisiez des tests avec Final Cut Pro voire iMovie ?

avatar dtb06 | 

Sur Unigine Valley en ExtremeHD, ma 290X de bureau (version non-mobile) est à 62.3fps

Pages

CONNEXION UTILISATEUR