iMac Retina : ce que l’on sait (et ne sait pas) sur l’écran

Nicolas Furno |

Présentés ce jeudi, le nouvel iMac et son écran Retina ont impressionné les journalistes présents lors du special event. Ils ont eu quelques minutes après la conférence pour essayer l’ordinateur et leurs retours ont été enthousiastes (lire : L'iMac Retina éblouit au premier regard). Le nouveau tout-en-un est pourtant a priori assez banal, puisque rien ne change sur l’extérieur. Mais c’est quand on allume l’écran que tout change !

Pour créer son iMac Retina, Apple a repris une méthode qui avait déjà fait ses preuves avec les iPhone et les iPad. Le constructeur a pris la définition de l’iMac 27 pouces (2560 x 1440 pixels) et l’a multipliée par deux dans les deux directions (5120 x 2880 pixels). Au total, cet écran rassemble quatre fois plus de pixels, soit 14,7 millions de pixels, pas moins. Sa résolution (217 ppp) est quasiment la même que celle d’un MacBook Pro Retina (220 ppp) : autant dire que les pixels seront en effet vraiment difficiles à voir en utilisation normale…

Cette résolution est bien meilleure que celle de l’iMac actuel, bien entendu, mais elle est aussi meilleure que les meilleurs écrans que l’on avait jusque-là. Apple n’insiste pas pour rien sur la définition de la dalle en ne parlant pas seulement d’écran Retina, mais de « Retina 5K ». L’iMac va au-delà des dalles 4K que l’on connaissait depuis la sortie du nouveau Mac Pro et la définition native est vraiment impressionnante. Vous voulez en avoir une idée ? Ouvrez cette photo fournie par Apple, dans la définition de base de l’ordinateur, vous verrez… (au passage, ça fera un excellent fond d’écran)

On connaît la fiche technique de base de cet écran, et on sait aussi qu’Apple a « réinventé chaque composant » du moniteur. Le constructeur n’a pas manqué de mettre en avant son savoir-faire, insistant notamment sur le « contrôleur de temporisation » qui est conçu spécifiquement par Apple et qui est un composant essentiel de l’ensemble. Faisons d’abord le point sur ce qu’Apple explique sur son site.

Le constructeur rappelle tout d’abord ses deux objectifs : alimenter correctement les quasiment 15 millions de pixels présents sur la dalle et améliorer au maximum la qualité de l’image, tout en préservant la finesse de l’iMac. Ainsi, le panneau d’affichage est limité à 1,4 mm et il ne doit pas dépasser cette finesse, malgré les pixels supplémentaires. Derrière la dalle de verre, le fameux contrôleur de temporisation (ou « TCON ») qui est conçu par Apple pour la première fois. Il faut dire que l’entreprise n’a pas eu le choix : il n’y a pas, à l’heure actuelle, de contrôleur capable de gérer une dalle aussi grande avec autant de pixels sur le marché.

Rappelons qu’un écran est composé d’un ensemble de pixels, qui sont en fait des carrés alignés pour former des lignes et des colonnes. Sur ce nouvel iMac, il y a 2880 lignes de 5120 pixels chacune et chaque pixel doit afficher une information à un moment donné, en clair afficher une couleur. On sait aussi que l’iMac Retina tourne à 60 Hz, c'est-à-dire que son écran est rafraichi soixante fois par seconde : à chaque seconde, les 14,7 millions de pixels qui le composent ont été mis à jour soixante fois.

Pour que ces modifications soient faites rapidement et pour que l’image soit toujours fluide et nette du point de vue de l’utilisateur, le TCON doit être capable de traiter une quantité énorme d’informations et c’est justement la particularité de celui imaginé par Apple. D’après le constructeur, le contrôleur peut gérer jusqu’à 40 Gbit/s, soit deux fois plus que celui qui est présent dans les iMac traditionnels.

Reste à savoir comment l’information passe de la carte graphique à la dalle et sur ce point, on a moins d’informations. On sait que l’iMac Retina tourne à 60 Hz et on sait aussi que le Thunderbolt 2, qui serait exploité pour un moniteur externe, ne suffirait pas. Le constructeur a-t-il simplement utilisé deux connexions en interne ?

C’est une hypothèse, mais les journalistes d’AnandTech ont posé la question après le special event et ils ont eu la confirmation qu’il n’y a qu’un seul contrôleur dans l’ordinateur. Ce qui signifie, a priori, que le constructeur n’a pas utilisé l’astuce qui consiste à générer deux images de définition standard pour créer une seule à la bonne définition. Reste que l’on entre ici dans le domaine de la spéculation et il faudra attendre les essais et les démontages pour en avoir le cœur net.

[MàJ à 21h45] : il semble qu'Apple a bien utilisé deux connexions, c'est ce qu'indique Cameron Rogers sur Twitter. Il est Senior Product Manager chez Apple.

On sait en revanche, car Apple a répondu à cette question, que l’écran Retina de cet iMac ne pourra pas servir à un autre ordinateur. Sur les iMac traditionnels, on peut utiliser l’écran intégré au tout-en-un en guise d’écran externe pour un Mac portable, par exemple, mais ça ne sera pas le cas avec celui-ci. Il faudra attendre qu’Apple mette (enfin !!) à jour son écran Thunderbolt avec la même dalle 5K pour avoir un moniteur Retina externe… si jamais c’est bien au programme. Il faudra probablement attendre le Thunderbolt 3 plus apte à prendre en charge tous ces pixels, ou alors utiliser deux câbles Thunderbolt 2… ce qui est moins élégant.

En attendant, revenons au réel : l’iMac Retina bénéficie aussi de quelques innovations sur le plan qualitatif. La dalle est construite autour d’un TFT à base d’oxyde qui alimente chaque pixel en électricité. Cette technologie n’a pas été inventée par Apple, même si l’entreprise voudrait nous le faire croire, mais elle reste encore rare et elle devrait effectivement améliorer la qualité de l’image, surtout sur un écran aussi grand. Elle permet aussi de réduire légèrement la consommation électrique… et c’est d’ailleurs l’un des points forts de cet écran.

« Quatre fois plus de pixels, 30 % d’énergie consommée en moins. » Apple peut être fier de la performance : malgré la prouesse technique liée au Retina, l’écran du nouvel iMac consomme en fait moins que celui des modèles standard. Un excellent résultat, obtenu essentiellement grâce à l’utilisation de LED plus efficaces qui consomment moins en éclairant autant. Le constructeur utilise aussi d’autres astuces, notamment un alignement parfait des pixels (lire : Retina HD : Apple change la définition du Retina) ou la « passivation organique », technologie utilisée depuis le premier iPad avec écran Retina qui indique aux pixels quand et comment ils doivent s’allumer. C’est utile à la fois pour réduire la consommation électrique et améliorer la qualité de l’image.

Pour compléter le tout, Apple a appliqué un film de compensation qui optimise le contraste, notamment quand on regarde l’écran avec un angle. Les couleurs sont aussi annoncées comme étant plus fidèles et le constructeur a manifestement soigné l’étalonnage effectué en usine. Au total, on devrait avoir un écran vraiment impressionnant… qu’on a hâte de tester. En espérant que ce qu’il y a derrière la dalle est à la hauteur de cet écran Retina prometteur…

Mise à jour — iFixit n'a pas perdu de temps. Le site spécialiste de la réparation de produits électroniques a mis la main sur un iMac Retina 5K flambant neuf et en propose un démontage en bonne et due forme. On apprend de l'opération que l'ordinateur conserve sa fameuse trappe à l'arrière qui permet de remplacer relativement facilement la RAM (la note Support du site d'Apple a d'ailleurs été mise à jour en ce sens).

Avec son iMac 5K, Apple n'a pas réinventé la roue : il s'agit grosso modo du même ordinateur de 27 pouces de l'an dernier. La carte mère est similaire, avec de nombreux composants qui sont familiers comme la carte Bluetooth/AirPort. Évidemment, l'écran est la pièce maîtresse du tout-en-un : on y trouve plusieurs composants signés Texas Instruments permettant à la dalle d'afficher ses 14,7 millions de pixels.

L'iMac Retina 5K affiche un score de « réparabilité » de 5 sur 10, avec le remplacement de la RAM, la possibilité de troquer le disque dur et le processeur (gare aux adhésifs tout de même), et des composants modulaires qui font figure de bons points. En revanche, le verre de l'écran et le LCD ont fusionné : si on brise l'un, il faudra tout changer.

avatar pickwick | 

On peut souligner également que les prix ne sont pas aussi élevés que certains le craignaient pour une pareille machine n'est-ce pas ?

avatar C1rc3@0rc | 

En fait si on prend ce qui existe de proche, pour l'écran seul on est a plus de 2000$, alors on peut considérer qu'avec une marge négociée, Apple fait payer un petit peu plus que l'écran.
On peut donc estimer que la marge que ce fait Apple sur cette machine doit être très faible…

EN fait on est dans la meme situation que le premier iPad Retina. La machine est impressionnante et l'ingénierie d'Apple encore plus. Mais on reste sur un "bricolage" qui a permis a Apple de présenter une machine avec une définition avant que l'industrie soit prête. On peut donc penser que la durée de vie de cet iMac va être aussi courte que celle du premier iPad retina. D'ici le printemps on devrait avoir plus que des machines retina, et l'iMac utilisera des composants alors standard (a commencer par un Display Port 3).

Le très gros souci avec cette machine c'est le GPU. Sachant qu'Apple fait payer surtout l'écran, cela veut dire qu'Apple a sélectionné des composants pour abaisser le prix de revient le plus possible, et que la plus grosse économie a été faite sur le GPU. Si Apple avait fait un choix plus technique que financier, on aurait eu une carte NVIDIA 97M0 et 980M, dont la consommation est bien meilleure ainsi que la puissance. Mais elles auraient aussi coutees plus cher.

Le second gros souci, c'est l'élévation de la température dans la machine.
Le GPU tire jusqu'à 100W et si on rajoute de CPU (i7 4790 probablement) on arrive a un niveau de production thermique assez incompatible avec la finesse de la machine. A moins qu'Apple ait invente un système de refroidissement secret et révolutionnaire, il est probable que la machine ne puisse jamais tirer partie des ses composants (le GPU comme le CPU passe en mode protection au dela de 95º et donc diminuent leur puissance et leur vitesse de traitement (facteur 4 a 8))

avatar John Maynard Keynes | 

@C1rc3@0rc

Assez d'accord avec ton analyse dans l'ensemble.

Particulièrement sur la question de la monté en charge qui reste un des gros pb de iMac puissants.

avatar en ballade | 

Bref j'attends de voir la gestion 3D de ces 14 millions de pixels même si ce domaine n'est pas celui de prédilection de la firme

avatar Ipadhenry97 | 

Hier soir ?

avatar guillom38 | 

En effet c'était avant hier soir ..

avatar iPomme | 

Il est vraiment pas mal !

avatar robertodino | 

Mon MBPR late 2013 a des lags. A mon avis ce ne sera pas fluide à cent pour-cent sur cet iMac.

avatar johnios | 

Pas de lag sur mon mbpr late 2013. Pour jouer je passe sur bootcamp et au passage, w8.1 est optimisé pour le retina.

avatar NestorK | 

Merci pour l'article ! La vraie question que certainement tout le monde se pose : les GPU proposés par Apple (et notamment la R9 295) pourront-ils supporter cette résolution pour pouvoir travailler de manière fluide ? A ce prix, cet iMac est-il une bonne machine de production ou simple jouet pour amateurs fortunés qui se content de surfer sur le net ? Hâte de connaître la réponse.

J'espère aussi que LG fournira une dalle qui ne marque pas, comme ce fut le cas des premiers MacBook Pro Retina ou tout simplement des dalles non Retina des iMac (mon 2012 marque).

Vivement les tests poussés !

avatar Malvik2 | 

Je rêve déjà d'un The Witcher 3 5K sur cet Imac via boot camp ...même si ça reste du fantasme, ou alors le jeu tournera en 5fps lol

avatar Malvik2 | 

Tournera en 5fps lol

avatar NestorK | 

Par contre si tu as un écran externe, un ATD par exemple en 2560 par 1440, The Witcher 3 tournera à fond sans trop de soucis avec la 295. C'est déjà plus que pas mal...

Sinon y'a toujours l'option de baisser la résolution de la dalle de l'imac mais ça va faire mal aux yeux...

avatar TotOOntHeMooN | 

Baisser la résolution en la divisant par deux (4x moins de pixels) ne piquera pas les yeux, puisque tu te retrouvera avec la résolution du iMac non Retina et une carte graphique plus puissante. Ca sera plus que suffisant pour les "joueurs"...

L'utilisation du 5K est bien plus destiné aux personnes qui travaillent avec leur Mac.
Une telle résolution permet de mieux profiter des photos prises par des réflex numériques.
Et surtout... Avec un écran 5K, il est sera enfin possible d'éditer une vidéo 4K en natif, avec différents panels autour de l'image !

Le prix de cette machine (il me semblait que c'était 2499€ annoncé) reste tout à fait correct quand on sait qu'un moniteur 4K IZGO seul coute encore 1990€.

avatar Martin Faynot | 

@Malvik2 :
Je dirais même plus, tournera à 5fps lol

avatar Doctomac | 

"En espérant que ce qu’il y a derrière la dalle est à la hauteur de cet écran Retina prometteur…
"

Il semble que oui :

http://www.marco.org/2014/10/16/retina-imac-vs-mac-pro

http://browser.primatelabs.com/geekbench3/compare/1015317?baseline=1015443

En remarque, je trouve que le prix de cet iMac est super compétitif. Rappelle-vous le prix d'un simple écran 30 pouces Cinema Display.

avatar enzo0511 | 

Et dans les faits comment vont s'afficher le 1080p, le 2.7 et 4k?
Ça va faire très SD sur cet écran non ?

avatar Hari-seldon | 

@enzo0511 :
pour le 4k et je pense jusqu au 2k pas de soucis même en cas d upscale. pour le reste effectivement en plein écran ca risque de piquer les yeux a moins qu ils aient trouvés une astuce

avatar patrick86 | 

"Et dans les faits comment vont s'afficher le 1080p, le 2.7 et 4k?
Ça va faire très SD sur cet écran non ?"

Sur écran Retina 15", le 4K c'est top,
le 1080p c'est correct
le 720p moyen
le SD ça pique les yeux !

avatar TotOOntHeMooN | 

Ca s'affichera pareil qu'avec un 1080p sur un iMac 27" actuel, sauf que 4 pixels au lieu d'un seul seront utilisés pour la même surface.
Quand on a une télé 60" avec du 1080p c'est "bien pire", pourtant ça ne dérange personne... :)

avatar Michaeel | 

Apple a l'air d'avoir fait pas mal de choses elle-même sur cet écran / pour gérer cet écran. On peut imaginer que ce savoir-faire et ces maîtrises de technologie acquis pourront servir à moyen terme pour de plus grands écrans... de télévision, non ?

avatar Fumée | 

"Apple a l'air d'avoir fait pas mal de choses elle-même sur cet écran / pour gérer cet écran"

A part le TCON, elle n'a rien fait.

avatar John Maynard Keynes | 

@Fumée

Un petit 2 sur l'échelle ouverte du troll crétin

avatar Fumée | 

Papi a oublié comment argumenter ? Imbécile...

avatar John Maynard Keynes | 

@Fumée

Avec les crétin de ton espèce, on argumente pas ... c'est inutile cela les dépasse de beaucoup ...

Te fatigues pas à changer de pseudo ta médiocrité est toujours identifiable dans tes antiennes éculée et ridicules.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR