DxO PureRAW : l'optimisation des RAW à la sauce DxO devient plus accessible

Stéphane Moussie |

DxO lance une application qui occupe une nouvelle place dans sa gamme de produits et dans le flux de travail des photographes. Là où DxO PhotoLab sert à traiter ses fichiers RAW de bout en bout et de manière pointue, DxO PureRAW se concentre sur l'optimisation initiale des négatifs numériques.

Avec DxO PureRAW, l'éditeur français cherche à élargir sa clientèle en s'adressant aux nombreux fidèles de Photoshop ou Lightroom qui n'envisagent pas de basculer vers PhotoLab. L'idée, c'est de leur proposer les technologies maison de façon très simple et en amont des autres modifications.

Concrètement, cela se déroule comme ça : on commence par glisser ses fichiers RAW dans la fenêtre de PureRAW. S'il s'agit d'un nouvel appareil photo ou d'un nouvel objectif pris en charge (les DNG des iPhone récents ne sont toujours pas gérés), l'application propose de télécharger le profil correspondant. On clique sur « Optimiser les photos » et on sélectionne quelques options (méthode de traitement, format de sortie entre DNG et JPEG, dossier de destination). Une fois l'optimisation terminée, on peut soit ouvrir les nouveaux fichiers dans le Finder, soit afficher les résultats, soit les exporter vers une autre app.

L'optimisation dont il est question ici rassemble le dématriçage, la réduction du bruit (ces deux traitements sont réalisés par l'algorithme DeepPRIME qui tire parti de l'apprentissage profond), la correction optique et l'amélioration de la netteté. Ce sont autant d'opérations que l'on peut réaliser dans Lightroom, mais DxO est suffisamment confiant dans ses algorithmes pour inciter les utilisateurs à passer par les siens plutôt que ceux d'Adobe. Et il est vrai que ces traitements donnent de très bons résultats.

L'éditeur compare le passage dans PureRAW à une opération de restauration ou de préparation en vue d'éventuelles retouches supplémentaires dans une autre app. PureRAW se charge en effet exclusivement des traitements que l'on peut considérer comme objectifs — sans jeu de mots. Les opérations qui font appel à la sensibilité ou à la créativité du photographe sont mises de côté.

Bien que PureRAW rende plus accessible une partie des technologies de PhotoLab, l'application ne les insère pas de manière transparente dans le workflow d'un utilisateur de Lightroom. Si les photos ont déjà été importées dans le logiciel d'Adobe, il y a un import-export à effectuer avec PureRAW qui risque d'être fatigant à la longue. L'éditeur nous a indiqué qu'il réfléchissait à améliorer ce point.

De plus, les DNG linéaires (des DNG qui comprennent les résultats des premiers traitements appliqués) créés par PureRAW sont significativement plus lourds que les fichiers bruts originaux : on parle d'un poids plus que triplé. Les fichiers RAW étant déjà lourds par nature, on obtient des DNG linéaires très volumineux (un fichier ORF Olympus 16 MP de 16 Mo donne un DNG linéaire de 76 Mo, par exemple).

Jusqu'au 31 mai, DxO PureRAW est vendu 89 €. L'application passera ensuite à 129 €, soit 70 € de moins que DxO PhotoLab 4 Elite équipé de DeepPRIME. PureRAW n'est pas optimisée pour l'architecture Apple Silicon. L'éditeur juge que le pourcentage de Mac M1 sur le marché n'est pas encore suffisant pour en faire une de ses priorités.


Tags
avatar AKZ | 
avatar Berechit | 

J’avoue : 129€ vs 199€ pour la version complète, c’est surprenant puisqu’il faut prévoir un outil de développement (sauf si on se contente des jpg générés)...

avatar YARK | 

Idem.
J’ai bien l’impression qu’ils ne savent plus trop comment faire évoluer leur logiciel car c’est juste une déclinaison a minima.
Ils feraient mieux de faire évoluer Photolab avec des fonctions de catalogage. Mais la marche va être très haute.

avatar occam | 

@YARK

« ils ne savent plus trop comment faire évoluer leur logiciel car c’est juste une déclinaison a minima »

Disons plus crûment qu’il s’agit d’une déclinaison pour les sous-doués du labo numérique et les minimalistes argentés.

Et DxO a bien raison — surtout, bien besoin — de se tourner vers cette clientèle. Avez-vous suivi la dégringolade des chiffres CIPA, ces dernières années ? Le nombre de photoamateurs nécessitant, ou sachant utiliser, un labo numérique en post décline à vitesse croissante. Jamais la qualité moyenne des caméras numériques n’aura été aussi décente, jamais le labo numérique n’aura été aussi capable — et jamais le désamour du grand public envers cette façon de prendre et traiter des images n’aura autant augmenté.

Il faut donc se tourner vers les adeptes compétents mais paresseux de la photo au smartphone. Si DxO n’arrivait à capter qu’un pour cent de cette clientèle, son assise se verrait multipliée. Il suffirait de convaincre ces preneurs d’images de voir quelle amélioration DxO PureRAW est capable de fournir à leurs capital photo. Automatiquement, en quelques clics.

Reste le problème du positionnement.
La seule référence à un adjuvant de LR/Photoshop est malencontreuse, et potentiellement délétère.

avatar olaola | 

"Disons plus crûment qu’il s’agit d’une déclinaison pour les sous-doués du labo numérique et les minimalistes argentés."

Je pense vraiment pas, DxO part d'un constat c'est qu'aujourd'hui nombreuses sont les personnes qui ne veulent pas travailler juste avec PhotoLab et termine le travail dans un autre logiciel (Photoshop, Lightroom ou autre). Ces gens veulent les points forts de DxO mais le reste les intéresse moins parce que d'autres solutions sont plus complètres et plus abouties.
Pour ces gens là DxO a créé un outil qui contient les points forts de DxO et comme ça le client ne paye pas pour ce qu'il aurait de toutes façons fait ailleurs. Mais PureRaw n'a pas été conçu pour être utilisé seul.
Personnellement ce découpage m'intéresse parce que je fais partie des gens qui sont intéressés par le super débruitage de DxO et la correction optique mais pour le reste suivant les usages je préfère Luminar ou Lightroom.

avatar albert13 | 

@occam

——-Il faut donc se tourner vers les adeptes compétents mais paresseux de la photo au smartphone———

1/ ds ce cas ce logiciel ne sert à rien pour les iphones à partir du XS et c’est très énervant !

2/ combien de futurs photographes en herbe ou carrément d’amateurs avertis ou même photographes prennent des photos en RAW avec des smartphones surtout avec les nouveaux iphones et leurs IA exceptionnels !!!
je titille un peu la photo depuis des décennies et je peux t’assurer que même avec mes nikon DX et FX en post traitement avec les logiciels qui vont bien dont DXO eh bien... je n’arrive pas souvent à avoir le même résultat que mon iphone 11 Pro...
je précise que je ne connais pas encore le ProRaw car je n’ai pas d’iphone 12...
bien sûr je ne parle pas de définition etc...

3/ oui le réflexe et les compacts chute de manière vertigineuse because photophone ou smartphone et leurs progrès font des merveilles et ont les a tjrs sur soit...
surtout bien sûr les iphones 😉

4/ pour les amateurs qui ont des réflexes bcp se contente des jpg et ne font que très peu de RAW
c’est mon avis et je l’assume 😉
je n’ai pas de données chiffrées pour appuyâmes dites mais c’est une impression...

Conclusion simple :
je ne vois pas un grand succès pour ce logiciel SURTOUT et j’insiste au prix où ils veulent le vendre !!!
un prix entre 45 et 50 euros max peut en tenter un certain nombres pour la découverte

avatar YetOneOtherGit | 

@albert13

La pratique du labo numérique reste marginale parmi les photographe
s amateurs même relativement éclairé, c’est une niche et c’est un des soucis de DxO et des offres de ce type.

Et effectivement le JPEG brut de boîtier reste la norme pour beaucoup de monde.

avatar albert13 | 

@YetOneOtherGit

toutafé 😀
je suis de la génération argentiques et des agrandisseurs durst, kodachrome 25, cibachrome et j’en passe 😉
j’aurais été le plus heureux des « foutographes » si à mon époque je pouvais avoir les outils actuels numériques...
j’ai passé bcp de temps ( et perdu aussi) ds mes labo « chimiques » 😀
et je ne parles même pas du nombre de Polaroïds tests, etc... qui engendraient pas mal d’investissements etc.etc.
donc pour moi le labo numérique c’est comme qui dirait le Graal et je me régale à traiter aussi bien mes jpg que mes Raw.
Et une grande partie de la nouvelle génération avec les outils actuels de(appareils numériques) ne s’emmerde plus ils shoot en jpg 😉

avatar YetOneOtherGit | 

@albert13

Au passage un des trucs qui m’amuse dans les attaques contre le numérique c’est l’oubli du rôle essentiel du tireur dans l’argentique.

Il suffit de voir une fois dans la vie les négatifs d’Henri-Cartier Bresson pour se le rappeler 👀😉

avatar albert13 | 

@YetOneOtherGit

toutafé aussi 😉
j’ai acheté une photo originale de Jean-Loup Sieff il y a quelques décennies et à l’époque je lui avais montré mon travail que je défendais âprement et il m’a dit une phrase que j’ai gravé ds le marbre :
monsieur en photo tout à été fait mais tout reste à faire.
Et à la fin de cette phrase il appelle son tireur qui était ds son labo au dessus de sa tête (il m’a reçu ds son studio chez lui) et il lui a demandé de développer la photo que j’avais commandé et je peux dire que le tirage est tjrs ouf de chez ouf et n’a pas bougé 😉
Cette photo c’est ce qui m’a fait envie de faire de la photo après avoir lu le livre de Chenz et Sieff 😀
cette photo la voici

https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2016/12/7c3feeab-0637-47bd-b0c9-76c546563651/640_photo_5_derriere_anglais_cjeanloup_sieff.jpg

avatar YetOneOtherGit | 

@albert13

La grande époque de la repique au poil.

j’ai vu bosser un des tireurs de Salgado entre autre c’était incroyable.

Ton Sieff était tiré par le grand JY Bregand ?

avatar albert13 | 

@YetOneOtherGit

Honnêtement j’en sais fichtre rien 😉
Je sais que :
1/ ça m’a coûté une blinde à l’époque
2/ que Sieff avait son vaste studio chez lui et à l’étage tout autour du studio comme ds un saloon il a appelé un mec et lui a dit de me développer la photo 🧐
3/ j’étais vraiment impressionné qu’il me consacre un peu de son temps pour voir mon travail de l’époque (d’un petit jeunot) avec attention même si ce travail était en K25 sur cybachrome et lui était un adepte du N&B triX je crois ou HP5 ou autre m’en souviens plus 😀
Donc je ne me suis pas intéressé au tireur, je sais que le tirage est encore exceptionnel et qu’il est encadré par mes soins

avatar YetOneOtherGit | 

@albert13

"Honnêtement j’en sais fichtre rien 😉"

Il y a de grandes chances ce fut son compagnon de route jusqu’à sa mort et une des grandes rencontres de sa carrière.

https://www.laboimaginoir.com/a-propos-d-imaginoir

avatar albert13 | 

@YetOneOtherGit

Merci à toi sincèrement d’avoir éclairé ma lanterne, je ne connaissais ni ce Monsieur (paix à son âme) ni ce labo.
Dommage qu’il ne fasse à priori que des tirages argentiques et il faut qu’il perdure pour des négatifs et des dias auxquelles ont tient 😉 ou pour les derniers des mohicans qui persi
Dommage car leur philosophie et passion pourrait (je pense) faire des merveilles en numérique...

avatar YetOneOtherGit | 

@albert13

“Merci à toi sincèrement d’avoir éclairé ma lanterne, je ne connaissais ni ce Monsieur (paix à son âme) ni ce labo.”

Ça te donnes un petit plus sur l’histoire de l’œuvre que tu possèdes 👍🖖

avatar YetOneOtherGit | 

@albert13

"ou pour les derniers des mohicans"

Dans cette catégorie si tu ne connais pas il y a l’atelier Fresson 😋

https://fr.wikipedia.org/wiki/Proc%C3%A9d%C3%A9_Fresson

avatar albert13 | 

@YetOneOtherGit

ah au moins celui là je le connaissais depuis quelques décennies 😉
merci pour l’info qd même

avatar Macbook31 | 

Salut Occam !

Je vais te raconter mon expérience personnelle, parce que ta réponse me hérisse le poil…et que pourtant j’adore de manière générale tes commentaires.

Je me suis mis à la photo y’a 13-14 ans. Achat canon 400d, puis 40d, puis 7d.
Avec quelques objectifs qui envoient. Je n’avais jamais à l’époque pris le temps de développer. J’utilisais Aperture comme catalogueur. Et c’est tout.
Vient une longue période d’enmerdes diverses ( perte de gens proches, soucis personnels).
J’ai littéralement laissé tomber la photo.
A la naissance de mon fils (enfin) il y’a 18 mois, le goût de la photo me revient.

Là je frappe fort ( très fort) : eos r, puis r6, toute la couverture de 15 à 500 en rf, plus écran eizo coloredge, ipf pro 1000, la totale. Je me prend même une formation Lightroom…

Sauf que j’ai un job hyper prenant, un gamin d’1 an, etc.
Et que faire de la photo quand la météo et ce p… de confinement sans fin le permet, et approcher des logiciels complexes comme Lightroom et Pl4, y’a un fossé qui demande du temps à franchir.

Me faire qualifier (je sais, je ne suis pas personnellement visé évidemment) de bobo fainéant, j’ai du mal à laisser passer.
Tout le monde ne bosse pas dans l’image et ne passe le plus clair de son temps pro à photographier ET traiter.

Il faut faire attention des fiis aux commentaires que l’on laisse. Ceci dit sans rancune.

avatar YetOneOtherGit | 

@Macbook31

"de bobo fainéant"

Ce n’est pas le propos de notre camarade 😎

Il y a de l’ironie mais pas de mépris, de mon point de vue.

Et je ne vois pas Occam ce laisser aller à la vacuité intellectuelle de l’usage du terme bobo qui est la pierre de touche pou détecter ici les cretins 😄

avatar jacobinet | 

... ou... l'histoire d'un gars qui s'achète la dernière Lamborghini et qui se rend compte après coup qu'il n'a pas encore le permis, ni le temps d'apprendre à conduire et qu'en plus il craint la vitesse. Effectivement, ça ne peut pas être de la fainéantise.

avatar Macbook31 | 

@jacobinet

Ne t’inquiètes pour moi.
Je sais faire une photo.
Et je sais conduire.
Par ailleurs, je ne t’ai même pas demandé l’heure.

Je ne suis pas venu pleurer.
J’ai juste fait remarquer à Occam, dont j’apprécie franchement les commentaires, que certains usages ne sont pas faciles à appréhender sans temps et disponibilité.

Avoir le permis, c’est la base de la vie professionnelle pour au moins 70 % de la population active. Tout le monde ne vit pas en centre ville .

Par contre, quand tu colles un rf 85 f1,2 au cul d’un r6, si tu connais un minimum les bases de la photo, t’as pas forcément besoin de maquiller tes photos pour les apprécier, et les imprimer.

@get : je le sais qu’Occam n’est pas un gros nase. Il est même de ceux dont je respecte le plus sa culture et sa vision. Je n’étais pas énervé toute a l’heure, je lui ai juste fait une remarque. Un forum de discussion ne sert à rien si on ne peut pas discuter.

avatar occam | 

@Macbook31

"Un forum de discussion ne sert à rien si on ne peut pas discuter."

Justement, et je vous remercie d'avoir réagi. C'était d'ailleurs mon intention d'éliciter des réactions, et elles vont en gros dans la direction que je souhaitais.
(Bon, mon ironie oblique a irrité et encaissé quelques baffes au passage, mais j'ai l'habitude.)

À chaque fois que DxO lance une nouvelle version ou un nouveau logiciel, le même laïus surgit : DxO fait pas ci, DxO fait pas ça. En gros, on lui reproche de ne pas être un couteau suisse. Si DxO en fabriquait l'équivalent, on lui reprocherait de ne pas inclure un épluche-patates. Si ce dernier était inclus, on lui reprocherait de ne pas l'utiliser pour extraire les grains de fécule des pommes de terre, afin d'émuler le procédé des plaques autochromes des frères Lumière.

Bref, y'en a marre.

Avec PureRAW, DxO a choisi de réduire les opérations à l'essentiel, de les automatiser dans la mesure du possible, et de cibler une clientèle n'ayant pas le goût, ou pas le temps, ou pas les moyens, ou pas encore la technique, d'utiliser toute la panoplie offerte par PhotoLab. C'est une très bonne idée, mais qui reste à peaufiner, et dont je suis convaincu qu'il faut en priorité revoir l'ancrage et le positionnement, afin qu'elle puisse éclore. Je lui souhaite le succès qu'elle mérite.

avatar Macbook31 | 

@occam

Bonjour,
En tout cas, il n’empêche qu’il faudrait vraiment trouver le temps de m’y mettre, à la retouche.
J’avais relu votre poste, et vu alors l’allusion aux smartphones.

Bonne journée à tout le monde.

avatar occam | 

@Macbook31

D'abord, merci d'avoir su convertir l'irritation, ou l'ire, que mes propos ont pu faire surgir chez vous en un récit personnel circonstancié, dans lequel, je pense, nombre de lecteurs férus de photo pourraient se reconnaître. (Moi compris. Ayant eu à prendre soin d'un membre de ma famille en phase terminale, je n'avais plus une minute à moi, et si je l'avais eue, je me serais senti coupable de la consacrer à la photographie. Or, photographie et musique sont les deux passions de ma vie, sans lesquelles je me sens amputé. Quand j'ai pu m'y remettre, ce fut comme un réapprentissage de l'art de vivre.)

Après ce préambule de principe, j'aimerais vous répondre sur un point exact :
« Me faire qualifier (je sais, je ne suis pas personnellement visé évidemment) de bobo fainéant, j’ai du mal à laisser passer. »

Faites-moi le crédit d'une certain effort de précision dans mes propos. J'ai employé deux expressions spécifiques : les sous-doués du labo numérique et les minimalistes argentés. J'ai explicité la deuxième plus loin dans le texte : les adeptes compétents mais paresseux de la photo au smartphone. Le dessein est ironique, et je l'assume, mais point désobligeant : je tiens la paresse pour une des vertus majeures, source de progrès et génératrice de confort. Pour se permettre le luxe de la paresse, il faut être compétent, inventif, créateur. Il en va de même pour le minimalisme.

Quant à argenté, l'adjectif est évident : il faut débourser davantage pour un smartphone offrant une bonne caméra que pour un mirrorless APS-C décent doté d'une optique satisfaisante.

Le sous-doué du labo numérique fait écho à un mot de Glenn Gould, studio-impaired, qui visait les musiciens intimidés ou désemparés face au studio d'enregistrement et lui préférant la prise « sur le vif », même à répétition. Rubinstein ou Adrian Boult en étaient ; or Gould les appréciait...

avatar YetOneOtherGit | 

@occam

"Gould les appréciait."

L’homme qui m’a permis d’estimer l’œuvre de Petula Clark à sa juste valeur 😄😉

Pages

CONNEXION UTILISATEUR