OmniPlan 4 est arrivé sur Mac et en bêta test sur iPhone et iPad

Florian Innocente |

La quatrième version du gestionnaire de projets OmniPlan est en vente, avec une version démo et une nouvelle licence associant les moutures macOS et iOS. Les amateurs de cet outil ont droit à une longue liste de nouveautés, sur la forme — avec par exemple la prise en charge du mode sombre — comme sur le fond avec pas mal d'options pour la supervision d'un projet.

Vous pouvez ainsi insérer des estimations d'effort et de coût sous les tâches ; ajouter des tâches récurrentes ; utiliser des tâches manuelles pour éviter que le logiciel ne replanifie automatiquement une opération qui n'aura pas été achevée dans les temps ; garder affichés des sous-tâches et les jalons alors même que le groupe qui les contient a été refermé, etc.

Il y a également des changements dans l'interface de l'Inspecteur et un assistant au lancement du logiciel qui aide à créer un projet avec quelques caractéristiques prédéfinies. Important aussi, le choix donné entre deux formats de fichiers pour l'enregistrement de son projet — flat ou package — selon qu'on a besoin ou non de les stocker sur des services de synchronisation comme Box ou Dropbox.

OmniPlan 4 peut être testé gratuitement pendant 14 jours (le logiciel sur macOS n'a pas été traduit en français, seules les versions iOS et iPadOS le sont) et on peut obtenir une licence macOS/iOS pour 19,99 $ par mois ou 199,99 $ (au lieu de 239 $). macOS 10.14 est requis au minimum. Les détails des tarifs ainsi que des différences entre les versions standard et Pro sont ici.

À savoir aussi que cette version 4 pour Mac n'est pas conçue pour se synchroniser avec la version 3 sur iPhone et iPad : on peut tester la prochaine mise à jour mobile en se portant candidat auprès de l'éditeur via TestFlight.


avatar Steve Molle | 

J’ai l’impression que le business des app sur Mac décline de façon continue depuis des années...quelqu’un a t-il des chiffres sur ce secteur ?

avatar dodomu | 

@Steve Molle

Qu’il décline, c’est à dire ?

avatar Sindanárië | 

📉

avatar fte | 

@dodomu

"Qu’il décline, c’est à dire ?"

Il y a de moins en moins de création d’applications nouvelles natives.

Ce qui est nouveau n’est pas natif en très large majorité : des apps Electron, des apps en provenance d’iOS... les applications nouvelles pensées et développées pour macOS sont aujourd’hui rarissimes.

Sur le marché des développeurs indépendants, il y a pour ainsi dire 0 commandes d’applications macOS. C’est mort depuis des années.

avatar melaure | 

@fte

Vraiment ?

Ce ne serait pas plutôt l’app store qui étouffe et/ou décourage les éditeurs (sans compter le rançonnage), et évidement la pdm qui reste faible à cause des prix exhorbitant du matos et la non évolutivité ...

avatar fte | 

@melaure

"Vraiment ?"

Je n’évoque pas les causes. Juste la situation des applications natives macOS quasi disparues, en tout cas sans nouveautés.

Les causes sont multiples et varient en importance selon les régions.

avatar Steve Molle | 

@fte

Je partage ce constat mais j’avoue ne pas l’expliquer. Le parc de Mac est pourtant plus conséquent qu’il y a quelques années ...

avatar fte | 

@Steve Molle

"Je partage ce constat mais j’avoue ne pas l’expliquer."

Je peux parler au moins d’une cause pour y avoir été confronté. Je faisais du dev Mac à une lointaine époque.

L’arrivée de l’iPhone (le SDK) a tué cette activité. D’une part parce que j’ai basculé sur iPhone dès que ça a été possible et que ça s’est révélé excitant, intéressant et rémunérateur, d’autre part parce que toutes les entreprises voulaient leur application, même stupide.

Ça n’a été qu’une diversion de quelques années.

Ce qui je crois a vraiment tué mon activité de développement Mac, c’est l’orientation donnée par Apple à ses gammes. Apple s’est éloigné des pros, misant sur le grand public premium.

Toutes les entreprises avec qui je travaillais et qui n’étaient qu’équipées Mac se sont équipées PC Windows, au moins un, ou deux, ou plus. Et toutes leurs commandes de développements spécifiques ont basculé sur Windows, où il y avait beaucoup plus de choix de matériels, de prestataires et beaucoup plus de concurrence, et des coûts globaux divisés par deux ou trois.

De la même manière aujourd’hui le développement indépendant iPhone est quasi-mort dans ma région. Il se produit le même phénomène macOS -> Windows avec iOS -> Android. Le gros des demandes sont pour Android, la moitié du temps avec un portage iOS envisagé, et en pratique le quart du temps avec une app iOS une fois les coûts d’un double développement connus.

J’ai arrêté le dev Mac à la sortie du SDK iOS. Depuis ce jour, je n’ai eu qu’une commande d’application Mac. Windows a gagné.

J’ai arrêté le développement iOS il y a trois ans, pas par manque de clients mais parce que j’en avais absolument raz-le-bol de dealer avec les lutins de la validation et le fonctionnement hostile de la publication d’apps iOS. Je n’ai jamais manqué de travail Android même en annonçant refuser de toucher à iOS. Aujourd’hui il n’y a plus de commandes d’apps iOS (seules). Android a gagné.

J’ai changé de carrière entièrement. Ce n’est plus mon histoire.

avatar oomu | 

le marché des apps pro sur macos a atteint son plateau.

avatar BeePotato | 

@ oomu : « le marché des apps pro sur macos a atteint son plateau. »

Je le pense aussi.
Il n’y a plus tellement de place pour des nouveautés (en tout cas nettement moins que sur les plateformes mobiles), d’où l’absence de nouvelles applications.
Mais comme on peut le voir ici, les applications existantes sont toujours bien là et mises à jour régulièrement. La fin du monde (ou juste la fin du Mac, mais c’est à peu près la même chose :-) ) prédite par certains n’est pas encore d’actualité.

avatar fte | 

@BeePotato

"La fin du monde (ou juste la fin du Mac, mais c’est à peu près la même chose :-) ) prédite par certains n’est pas encore d’actualité."

Ça, ça se discute. Le dynamisme d’une plateforme est un critère de choix pour certains.

Le Mac semble quelque peu figé dans l’ambre.

Ça ne me poserait pas de grands soucis personnellement, je suis sur une courbe de besoins et d’usage en pente descendante raide. Ça ne m’affecte en rien.

Mais c’est ce que soulignent ou demandent d’anciens clients ou nouveaux collègues, parfois très liés à Apple, parfois pas du tout.

La recherche de dynamisme, de nouveautés, d’innovation, s’oriente clairement vers Windows et Android. macOS et iOS sont perçus comme stables, figés.

Ce n’est pas la seule musique que j’entends évidemment. Mais c’est celle qui joue le plus fort. Ce n’est pas un échantillon représentatif d’aucune façon. C’est grandement subjectif. Je n’ai aucune idée du crédit à donner à ce que je rapporte ici.

Mais dans tous les cas, c’est au minimum un signe qu’il y a quelque chose de faux dans la situation actuelle.

Le Mac n’est pas mort et ce n’est pas cette année qu’il le sera. Je ne donne pas cher du Mac Pro en 2021+ par contre, dans le sens Mac et usages pro. La pente est déjà descendante et je crois glissante. Grand public par contre, ça roule, tout est au vert.

avatar fte | 

@oomu

"le marché des apps pro sur macos a atteint son plateau."

Je crois que ça fait quelques années déjà. Ce marché a atteint la pente descendante derrière le plateau.

avatar xDave | 

J’utilise Merlin depuis toujours, pas pu me faire à OmniPlan bien que j’utilise Graffle/Outliner.
Je vais tester cette version pour voir comment ça a évolué.
Le souci c’est toujours la consultation par les collaborateurs sans le logiciel.

avatar ZANTAR2054 | 
avatar fransik | 

@ZANTAR2054

...Miro a l’air d’être un outil collaboratif très sympathique, et je vais l’essayer, merci pour l’information, mais il ne s’agit pas(!) de gestion de projet.
Omni Group reste une sacrée référence dans le domaine, et c’est à ma connaissance la seule alternative si l’on travaille avec des personnes utilisant MS Project (avec quelques limitations selon les versions).

Pour ce qui est de la question des progiciels, Salesforce avait initié un aspect que les commentaires précédents n’ont pas évoqué, le fait que ces logiciels soient (d’avantage) considérés et surtout conçus comme des services qu’un désamour du Mac.
Le PC n’est, à cet égard, pas bien mieux loti.

Ensuite il reste encore beaucoup de monde qui confond part de marché et rentabilité: énormément de produits vendus via AliExpress proposent des logiciels pour plusieurs plateformes généralement sur les tandems iOS et Androïd, mais également aussi macOS et Windows.

Chacun voit midi à sa porte, et si la qualité logicielle peut se discuter, le dernier des critères est souvent sa provenance.

avatar ZANTAR2054 | 

@fransik

On se sert de Miro comme gestionnaire de projet mais on a une petite équipe (4 personnes). Miro permet de centraliser les connaissances sur une unique carte. On écrit les infos, on upload les pdf administratifs, on fait des schémas. Le point fort de Miro c’est d’être collaboratif. En temps réel tu vois les autres utilisateurs agir. Les app iOS et Android me permettent de consulter ou d’ajouter les infos depuis n’importe où.

avatar xDave | 

Miro c'est plutôt un équivalent d'Omnigraffle (à la base).
OmniPlan c'est dans la catégorie des MS Project et autres outils de type GANTT. Comme MerlinProject (https://www.projectwizards.net/fr)
Planification des taches/projets, analyse/estimation des coûts/ressources etc…

Pour votre usage vous pouvez aussi regarder du côté de Trello

CONNEXION UTILISATEUR