Corel (et Parallels) repris par le fonds d’investissement KKR

Anthony Nelzin-Santos |

Corel change de mains. Le fonds d’investissement KKR annonce l’acquisition de l’éditeur canadien, sans toutefois dévoiler le montant de l’opération. Un nouveau rebondissement dans l’histoire mouvementée de Corel, qui s’est récemment lancée dans une grande vague d’emplettes.

CorelDRAW, Photo-Paint et Font Manager.

Fondée en 1985, Corel a créé quelques-unes des applications les plus emblématiques des années 1980 et 1990, comme le logiciel de traitement de texte WordPerfect et l’application de création graphique CorelDraw, sans oublier l’environnement de peinture numérique Corel Painter. En perte de vitesse, Corel s’est alliée avec Microsoft au début des années 2000, avant d’être achetée par le fonds d’investissement Vector et sortie de la cotation.

Depuis, l’éditeur canadien a multiplié les achats pour diversifier sa gamme de produits. Avec InterVideo (WinDVD), Pinnacle (Pinnacle Studio, Dazzle) et Roxio (Toast), elle s’est renforcée dans le domaine de la vidéo. Avec Gravit, elle a comblé ses lacunes dans le domaine de la création vectorielle. Avec WinZip, mais aussi et surtout Parallels, elle a confirmé son intérêt pour le monde de l’entreprise.

Création, productivité, solutions de virtualisation et de gestion des serveurs, voilà les trois piliers de Corel, qui compte désormais 90 millions de clients. Alors que Vector est un fonds d’investissement spécialisé dans le domaine des technologies, KKR est un fonds plus généraliste, investissant aussi bien dans l’énergie et les infrastructures que l’immobilier. Selon TechCrunch, le montant de l’acquisition dépasserait le milliard de dollars.

Tags
avatar TheUMan | 

C'est quoi la logique derrière ces achats ? simplement pour des investissements à court terme ?

avatar Scooby-Doo | 

@tous,

Je cite :

" Aujourd'hui, KKR est investi dans plus de 65 % des 500 plus grosses sociétés mondiales et depuis sa création en 1976, le fonds obtient en moyenne un taux annuel de rentabilité de 27%. "

(Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Kohlberg_Kravis_Roberts_%26_Co. )

Questions :

Corel et Parallels sont-ils voués à mourir ?

Vont-ils être pressés et dépecés à la découpe ?

Réponse :

Pas glop du tout...

avatar MacTouch | 

"Corel a créé quelques-unes des applications les plus emblématiques des années 1980 et 1990, comme le logiciel de traitement de texte WordPerfect"

Petite précision, même si tout le monde s'en fout... :) WordPerfect a été créé en 1988 par... WordPerfect Corp. Ensuite, le logiciel a été racheté d'abord par Novell en 1994, puis finalement par Corel Corp. en 1996. Et sans oublier que Painter a été racheté par Corel à MetaCreations en 1999, qui l'a lui même racheté à son créateur Fractal Design en 1997.

avatar Nicolas | 

@MacTouch

Pas tout le monde, j’étais en train de me faire la même remarque !

avatar BeePotato | 

@ MacTouch :
Comme Nicolas, je fais partie de ceux qui ne s’en foutent pas et qui se faisaient la même remarque. :-)
En fait, à part CorelDraw (que je n’ai jamais trouvé bien fabuleux), je ne sais pas trop ce que Corel a vraiment créé.

avatar mimot13 | 

Pas sûr du tout que ce soit une bonne nouvelle. Les investissements dans des sociétés sont, trop souvent aujourd'hui, tout d'abord faits pour garantir les meilleurs rendements et non pas en priorité pour soutenir l'activité et le développement de la société dans son domaine. Dans ce cas alors en retirant un juste bénéfice lorsque les résultats sont là.. On a surtout une vision à court terme : les $$$$ vite fait et si on a un peu de temps alors on s'occupera du reste. A savoir les produits que la société commercialise..! C'est une réalité aujourd'hui et on est pas prêt de voir ce schéma de fonctionnement changer de priorité. Faut être Apple ou approchant pour imposer, plus ou moins facilement, le chemain que la direction s'est tracée face aux investisseurs.
Les exemples dans ce genre de montage sont vraiment très nombreux depuis un bon moment et ce dans tous les secteurs d'activité, y compris l'agriculture. Aéroport Blagnac y compris !

avatar raoolito | 

"Avec InterVideo (WinDVD), Pinnacle (Pinnacle Studio, Dazzle) et Roxio (Toast), elle s’est renforcée dans le domaine de la vidéo"
racheter des softs de dvd dans les années 2000, peut-être du nez, mais bon… ca ne vaut plus guere now...

avatar Scooby-Doo | 

@raoolito,

Je confirme que cela fait un peu vieux de catalogue a date de péremption largement dépassée !

Mais bon, il peut encore rester un petit de viande à gratter sur les os.

Il n'y a pas de petits profits...

avatar raoolito | 

@Scooby-Doo

Elles sont devenues quoi les anciennes boites rachetées par ce fond de pension ?

avatar Scooby-Doo | 

Bonne question et je n'ai pas la réponse !

Les fonds de pension ne sont pas ma passion !

Mais bon pour dégager 27 % de rentabilité annuelle depuis sa création, il a fallu sabrer dans le gras des entreprises sous sa coupe pour y arriver…

Ou alors, ils ont gagné à Euro million, aux choix ;-)

avatar raoolito | 

@Scooby-Doo

Il suffit de suivre le lien que tu as donné

« L'entreprise se spécialise dans la constitution d'un montant de liquidités confié par des investisseurs pour financer des rachats hostiles d'entreprises. Les dettes ainsi contractées pour acquérir les sociétés cibles sont remboursées par la vente de branches non rentables (démantèlement de la cible) et par une réduction des coûts (délocalisation, sous-traitance, licenciements). KKR, spécialisé dans la technique du LBO, se constitue un trésor de guerre en facturant 20 % des profits de la restructuration, 1,5 % du montant de la transaction et une participation capitalistique dans chaque société rachetée »

Parmi leurs filiales, on trouve les pages jaunes france ou toyRUs...
C’est un des plus vieux et lpus puissant fond de pension américain.

avatar Scooby-Doo | 

@raoolito,

Je n'ai pas pour habitude de bégayer ou radoter !

En gros, je ne redonne pas la même réponse pour éviter de lasser...

La réponse à votre question se trouvait bien dans mon premier commentaire.

Le devenir de ces sociétés est plus ou moins sombre comme précisé dans ce commentaire :

" Vont-ils être pressés et dépecés à la découpe ? "

Quant à Toys R Us :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Toys_“R”_Us

Comment dire :

" En septembre 2017, la société se déclare en faillite, avec une dette de l'ordre de 5 milliards de dollars. En mars 2018, l'entreprise liquide tous ses magasins américains et licencie ses 33 000 salariés aux États-Unis. "

Voilà, maintenant vous pouvez être totalement rassuré sur le devenir des logiciels Corel et consorts ( entre autres Parallels pour ne pas le citer ) !

avatar raoolito | 

@Scooby-Doo

Franchement quand on lit juste la définition des activités de la société...
en plus c souvent des achats non négociés...
Bref, oui ca promet pas grand chose de bon

avatar Scooby-Doo | 

@raoolito,

100 % d'accord avec vous !

Un gros problème à venir ?

Parallels est quand même pas mal apprécié sur Mac OS (plus pratique que Boot camp par exemple).

Si cela est dépecé, quid du devenir de ce type de logiciel ?

Bon il y a d'autres logiciels de virtualisation, mais Parallels fonctionnait plutôt bien !

avatar raoolito | 

@Scooby-Doo

J'ai clot mon abo parallel le mois dernier. Plus assez de valeur ajoutée ( dans mon cas perso) comparé a un soft comme VirtualBox qui est gratuit et bien suivi

avatar Scooby-Doo | 

J'utilise aussi VirtualBox depuis longtemps…

Et concernant KKR, je me pose juste la question de savoir si c'est un fond vautour !

En fait, cette expression est franchement dégradante pour ces pauvres vautours qui n'ont rien demandé !

En plus, les vautours laissent souvent quelque chose, un peu de viande ou d'os pour d'autres charognards comme les corvidés par exemple.

Dans le cas de KKR, je pense qu'une nouvelle expression devrait être trouvée !

Par exemple :

" fond trou noir " !

Ou encore plus proche de ce qu'ils sont :

" fond trou du … "

Mais seul l'avenir de la langue française pourra nous dire si l'émergence d'une telle expression n'est qu'hypothèse ou bien ancrée dans la réalité…

Déjà les deux premières lettres de ce sigle laissent présager que le futur de ces entreprises absorbées ne sentira pas bon !

KK R Us ?

avatar Applesoft | 

@Scooby-Doo

KKR n’est pas un fonds de pension. C’est un fonds de capital-investissement (ou fonds de private equity ou encore fonds de LBO). Ce sont 2 choses très différentes.

KKR rachète en général des sociétés déjà rentables, qui génèrent du cash flow. Ce cash flow sert à rembourser la dette contractée pour payer l’acquisition de la société.

On appelle cela l’effet de levier et c’est ce qui explique les 27% de rentabilité annuelle pour les souscripteurs du fonds. La rentabilité de ces opérations s’explique généralement plus par l’effet de levier que par la compression des dépenses.

avatar Scooby-Doo | 

@Applesoft,

Un grand merci pour ces explications limpides !

Je ne suis pas expert en la matière, loin s'en faut, et j'ai fait malencontreusement l'amalgame entre fond de pension et fond d'investissement.

Enfin, vous avez bien résumé le mécanisme de fonctionnement.

Le Scooby-Doo finira plus intelligent ce soir, ce qui est un exploit compte tenu du niveau intellectuel d'un grand danois adulte...

avatar Applesoft | 

On dit souvent des choses erronées sur les fonds de "private equity" comme KKR :

- pour commencer, c'est pas juste un truc "américain". Tous les pays ont leurs fonds LBO comme la France.

- le fonds KKR est très connu dans ce métier du capital-investissement car c'est le premier fonds LBO a avoir mené un rachat de plusieurs milliards de dollars dans les 80es. A l'époque c'était inouï. Aujourd'hui, c'est banal. C'est ce qui a inspiré le film Wall Street d'Oliver Stone.

- il ne faut jamais oublier que ces opérations profitent surtout aux managers de ces entreprises quand elles réussissent. On attrape pas des mouches avec du vinaigre. Donc, s'il faut critiquer ce type d'opérations (et il y a des raisons parfois de le faire), il faut aussi toujours penser aux managers / dirigeants de ces boîtes qui gagnent bien plus d'argent que les gars qui gèrent ces fonds. La plus-value profite surtout aux patrons ce ces boîtes. C'est même souvent sur cette base (la carotte) qu'on fait venir des dirigeants très côtés.

- un fonds de private equity rachète rarement une boîte sans l'accord de ces dirigeants (ou alors le fonds sait déjà qu'ils vont virer le management au préalable mais un fonds, généralement, ça n'aime pas le risque, c'est comme une banque).

- quand une boîte se fait racheter par ce type de fonds, il y a en effet une grosse pression de la dette qui pèse. C'est comme un gros crédit immo à rembourser tous les mois donc on a moins le droit de déconner. On n'a plus le matelas de sécurité avec une trésorerie dormante qui permet de faire face aux imprévus. Là, on est condamné à toujours bien performer. D'où souvent de grands chamboulements au sein de l'entreprise dans sa gestion. Inévitable malheureusement.

CONNEXION UTILISATEUR