Affinity Publisher : premier aperçu vidéo du futur logiciel de mise en page

Mickaël Bazoge |

Après l'édition d'images (Affinity Photo) et la création vectorielle (Affinity Designer), le studio Serif ajoute une nouvelle et logique troisième corde à ses outils graphiques : la mise en page avec Affinity Publisher. Ce logiciel n'est pas une surprise, l'éditeur planche sur le sujet depuis un long moment maintenant, et à notre connaissance, c'est la première fois qu'il partage un aperçu en vidéo.

L'interface reprend les canons de la suite Affinity (une seule fenêtre), le chemin de fer est sur le panneau de gauche ; on y retrouve aussi des outils pour la couleur qui rappellent les autres logiciels du studio, en toute logique. De ce qu'on peut en voir, les utilisateurs d'InDesign ou de Quark XPress devraient y retrouver assez facilement leurs petits.

Serif prend bien soin de préciser qu'il s'agit d'une préversion en alpha et qu'il reste encore beaucoup à accomplir. Une première bêta ne sera proposée qu'à l'été prochain.

avatar Sokö | 

Ca m’a l’air bien appétissant. Certainement pas de quoi détrôner InDesign dans l’immédiat, mais ça promet.

avatar misc | 

Chic alors, depuis le temps qu'on attends. Heureusement Affinity Designer peut deja faire de la mise en page legere avec les art board.

avatar freestef | 

Pas mal mais ils vont avoir du boulot pour s’imposer. Quand on voit le temps qu’à pris InDesign pour passer devant Xpress.

avatar iPop | 

@freestef

Oui mais c’était pas bien compliqué. Entre un Xpress qui n’évoluait plus, cher, ennuyant et toujours pas à jour...

avatar Madalvée | 

Enfin ! On n’y croyait plus !

avatar Almux | 

Aaaaaaaaaah, alors enfin! Je l'appelais de tous mes voeux celle-là! 🙏🏻👍🏻
Bon, il faudra voir comment sont gérées les justifications des textes sur les pages et les valeurs d'écarts entre caractères, etc.
Cela avait été un peu la galère à la sortie d'InDesign et avait mis du temps à rendre l'application capable de remplacer Quark Xpress... Mais Affinity est assez rapidement devenu un bon produit (j'ai pratiquement abandonné Adobe - InDesign mis à part).
Pour une petite maison d'édition, tout cela est de bon augure!

avatar Lightman | 

Bien. Bien. C'est un des freins qui m'empêche de passer de Snow Léopard / InDesign CS4 à High Sierra. Je ne veux pas du modèle de l'abonnement d'Adobe.

avatar Almux | 

Exactement!
D'ailleurs, mon vieux Mac Pro, quand il n'est pas mon serveur de calculs, ne sert presque plus qu'à faire tourner mes dernières versions des applis Adobe livrées en boîtes!

avatar Jeckill13 | 

@Lightman

Je peux comprendre la réticence au modèle économique de adobe. Mais si la personne/l’entreprise avait l’habitude de prendre la Cs Master collection chaque année le coût n’était pas forcément moins élevé qu’un abonnement …! La licence était à si je me souviens bien à 2999€ ! Alors que c’est si je ne me trompe pas dans le 90€/mois pour l’abonnement ! Ça demandant plus de 2 ans avant de rentabiliser le coût de la licence.

avatar Hasgarn | 

@Jeckill13

Les charges pour les entreprises n’ont pas diminuée et faire des économies est devenu vital.
Et au delà de ça, qu’est-ce que InDesign dernière version a de vraiment mieux que la CS6 ?
La dernière chose intéressante pour InDesign était le passage à 64bits sachant que l’année d’avant, Adobe avait déclarer qu’InDesign n’en avait pas besoin.
Il semble qu’à l’heure actuelle, InDesign stagne, comme beaucoup de softs Adobe.
Alors s’il y a aussi bien et moins cher, ça fait des économies.

avatar Sokö | 

@Jeckill13

Si les gens sont passés d’X-Press à InDesign, c’est qu’ils avaient le sentiment d’être pris pour des pigeons par Quark. Il se pourrait qu’Adobe provoque de plus en plus le même genre de sentiment.

avatar Jeckill13 | 

@Sokö

Pour Quark il n’y avait pas que ça comme problème, même si ce que tu dis est vrai. À cette époque Quark déjà n’évoluait pas ou très peu, et en plus la compatibilité avec les fichiers adobe Photoshop ou illustrator était infernale alors que InDesign non seulement avait une compatibilité appréciable et surtout indesign était inclus dans la Cs Design Premium qui comprenait également Photoshop et Illustrator, le coût était d’environ 2000€ pour cette version en première licence et 700€ en renouvellement sur la dernière licence. Donc avec une formule d’abonnement de 59€ pour toutes les apps même en tenant compte d’un renouvellement tous les deux ans le coût n’est pas si éloigné l’un de l’autre.

avatar flux_capacitor | 

D'une, à l'époque il n'y avait pas "une Creative Suite par an".
De deux, toutes les boîtes de com où j'ai bossé passaient souvent une version et travaillaient avec l'avant-dernière CS voire la version encore avant. Les entreprises n'upgradaient leurs studios graphiques avec la dernière CS en date que lorsque trop de fichiers Adobe de prestas ne s'ouvraient plus sur leur version (incompatibilité descendante).

avatar Almux | 

Tout-à-fait, perso je me suis arrêté à la version 5.5. Actuellement j'ouvre et renvoie les documents Adobe via Affinity et personne ne semble en être dérangé!
InDesign était un moyen de ne plus être une vache à lait pour Quark et maintenant, Affinity me fait le même effet à l'égard d'Adobe.
Il est toujours bon de secouer les monopoles.

avatar flux_capacitor | 

Bonne astuce pour un flux de prod efficace !
Je suis bien d'accord, quant à moi je pleure de devoir me taper Dreamweaver en version CC, qui est devenue une plaie inutilisable.
Je n'aime pas trop Illustrator (Freehand revient !!!) mais j'apprécie toujours Photoshop, même si clairement Adobe s'endort sur ses lauriers et le transforme peu à peu en bloatware avec l'ajout de la 3D (à quand des filtres dynamiques natifs, depuis le temps ?!).

J'avoue que j'attendais de voir ce qu'a Pixelmator Pro vs Affinity Photo avant de me lancer dans l'apprentissage d'un nouveau logiciel de retouche d'images.
En fait j'attend encore un vrai comparatif, une fois que Pixelmator Pro aura arrêté sa frénésie de patches suite à son lancement clairement trop anticipé.

avatar pat3 | 

@flux_capacitor

"Je suis bien d'accord, quant à moi je pleure de devoir me taper Dreamweaver en version CC, qui est devenue une plaie inutilisable. "

Euh, je pensais que plus personne n’utilisait Dreamweaver?! Entre Sketch, les apps de wireframing et celles de prototypage, les apps de développement elles-mêmes et les frameworks divers et variés, sans compter les process de développement qui ont pas mal changé (styletiles et autres), je pensais vraiment que l’outil d’Adobe avait été mis à la retraite (et d’ailleurs qu’Adobe elle-même avait commencé à l’entreprise et développant Brackets puis Edge)?

avatar pat3 | 

@Jeckill13

"Mais si la personne/l’entreprise avait l’habitude de prendre la Cs Master collection chaque année le coût n’était pas forcément moins élevé qu’un abonnement …!"

Tout est dans le « si »; rien,si ce n’est le marketing Adobe, n’obligeait à changer la CS tous les ans. Ce ne sont pas les pseudo-nouveautés proposées par Adobe tous les ans qui pouvaient être un argument de renouvellement annuel.
Pour de nombreuses personnes dans mon entourage, une suite CS durait trois ans.

avatar sebv | 

YESSSSSS !

avatar Almux | 

J'imagine qu'il faudra un peu de patience, au début.
Avec InDesign pour remplacer Quark Xpress, ça n'avait pas été de la tarte avec les 2-3 premières versions.
Mais je crois qu'au vu de leurs autres applis, les devs de Serif font assez confiance!

avatar Crunch Crunch | 

Rhaaa lovely 😍😍😍

avatar Madalvée | 

Du coup peut-on commencer à acheter des applis de la suite ou il faudra repasser à la caisse pour toutes au moment de la sortie de Publisher ?

avatar xavier25 | 

Pour l’usage amateur que j’en ai cette suite fait vraiment bien le boulot et publisher va pouvoir remplacer pages / Keynote (et oui....) pour mes affiches et prospectus à moindre frais.

avatar iPop | 

@xavier25

Vous avez SWIFT PUBLISHER, et AUTODESK GRAPHIC sur Mac.
Amplement suffisant.

avatar Almux | 

Swift Publisher est plus proche de Pages que d'InDesign.
D'ailleurs, je n'ai pas compris pourquoi Apple n'a jamais amélioré le potentiel éditorial et typographique de Pages pour en faire un InDesign Killer.
Quoi qu'il en soit, il est impossible d'éditer correctement un vrai livre (avec justifications horizontale, verticales et espaces) avec autre chose que des applications complètes.

avatar pat3 | 

@Almux

"D'ailleurs, je n'ai pas compris pourquoi Apple n'a jamais amélioré le potentiel éditorial et typographique de Pages pour en faire un InDesign Killer."

Parce qu’Apple n’a aucun, aucun intérêt à faire un InDesign killer. Adobe lui rapporte des clients qui ne rechignent pas devant les prix en augmentation constante des macs.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR