Sketch : plus de versions majeures et payantes, mais des paiements réguliers

Nicolas Furno |

Jusque-là, l’éditeur vectoriel Sketch bénéficiait régulièrement de mises à jour majeures et payantes. Quand on avait acheté une licence pour la version 1.0, il fallait repasser à la caisse pour la 2.0, puis à nouveau pour la 3.0. Cette stratégie est très courante, car elle permet aux développeurs de maintenir les rentrées d’argent régulières et ainsi de poursuivre le travail sur l’application. Les créateurs de Sketch annoncent dans un billet publié sur Medium l’abandon de cette stratégie, mais cela ne veut pas dire que l’on ne paie qu’une fois pour le logiciel.

Il y aura bien une quatrième version de Sketch, mais cette 4.0 suivra la 3.9 et précédera la 4.1 sans aucune particularité. L’éditeur abandonne l’idée même de mises à jour majeures et promet à la place des nouvelles versions sorties régulièrement, toutes gratuites… pendant un an. En effet, même s’il n’y aura plus de mises à jour payantes, il faudra payer de temps en temps pour rester à la dernière version de Sketch.

Au lieu de faire payer une version, l’éditeur opte pour un modèle, encore assez rare sur les ordinateurs, mais très fréquent sur le web. Quand on achète une licence, on bénéficie aussi des mises à jour gratuitement pendant un an. Passée cette année, on peut toujours utiliser la dernière version, mais si on veut continuer à obtenir les suivantes, il faut payer pour une année de plus.

Tout achat de licence reste définitif, il n’est pas question de passer à un abonnement, comme le propose Adobe notamment. Les concepteurs de Sketch ont déjà indiqué qu’ils n’aimaient pas ce modèle et ils ne devraient pas l’adopter. Reste que cette nouvelle stratégie ressemble fort à un abonnement, et on imagine qu’elle ne plaira pas à tout le monde…

Si vous possédez actuellement une licence de Sketch 3, l’éditeur s’engage à vous offrir au minimum six mois de mises à jour. Au-delà, il faudra probablement payer pour douze mois de nouvelles versions.

avatar oomu | 

"Si vous possédez actuellement une licence de Sketch 3, l’éditeur s’engage à vous offrir au minimum six mois de mises à jour"

cool, il leur reste plus qu'à faire la sieste pendant 6 mois.

avatar FloMo | 

Formule intéressante. Plus logique que le principe des versions majeures.

avatar C1rc3@0rc | 

A condition de garantir que les versions existantes ne dureront pas au-dela du seuil de rentabilité, donc que l'utilisateur d'une version N passera obligatoirement a un N+x.
Cela veut donc dire de faire en sorte que l'application ne soit pas compatible avec une version ultérieure de l'OS, par exemple:
Sketch 4 pourrait ne pas être compatible avec MacOS 10.13.

La question c'est alors de savoir quel mécanisme d'obsolescence serait utilisé: la vérification du numéro de version de l'OS est trop facilement contournable...

L'avantage des versions majeures c'est qu'elles n'ont de sens que si elles apportent des fonctionnalités utiles et innovantes.
Elles n'impliquent aucun mécanismes d'obsolescence programmée et laissent le développeur faire de son mieux et s'améliorer.
Elles répondent aussi au principe de l'économie de marché (sélection faite par le consommateur) alors que les versions d'abonnement ou la variante proposée implique une économie planifiée et un utilisateur captif.

Faut quand meme prendre conscience que le modele d'abonnement permet de contourner les récentes lois qui rendent illégale l'obsolescence programmée: on passe d'un produit a un service, donc pas soumis aux lois en question. L'editeur prend donc le client pour un con mais prend aussi le citoyen pour un con.

Sinon, dans les logiciels que l'on peut acheter encore en licence classique et illimité, il y a l'excellent Canvas Draw 2, enfin revenu sur MacOS qui bénéficie d'un prix promotionnel jusqu'a demain

avatar r e m y | 

La différence par rapport à un abonnement, c'est qu'en arrêtant de payer, on ne reçoit plus de mise à jour, mais la version installée reste utilisable sans limite de temps. Et j'imagine que le jour où on reprend les paiements, on obtient la toute dernière version.

On peut donc choisir de ne payer qu'un an sur 2 ou un an sur 3 par exemple...

avatar PepitoLu | 

Généralement, enfin, ce qui se fait dans le monde du Web, c'est qu'après un an, au moment de renouveler ta licence, on te propose 50% de réduction. Si tu renouvelles, le renouvellement est donc deux fois moins cher. Par contre, si tu te dis "je renouvellerai l'année prochaine pour avoir les dernières nouveautés", tu payeras 100%...!

avatar oomu | 

y a un problème inhérent à ce modèle:

quid des patchs pour corrections de BUGS
et nouvelle version qui ajoute des fonctionnalités ?

Les gens paient un logiciel pour des fonctionnalités, décrite dans une liste de ce qu'il est censé faire.

Les bugs fixes ne sont pas un aimable service accordé par la miséricorde des développeurs mais bel et bien un service d'après vente pour que, on peut rêver, le logiciel arrive enfin à faire ce pour quoi il a été vendu (et cela sans exploser chaque jour de travail).

Leur article sur Medium est beaucoup trop flou et non, je considère que les bugfixes ne devraient pas être assujetti à une période "prépayée".

-
"mais très fréquent sur le web"

sur le web, il s'agit bel et bien typiquement d'un accès pendant un temps limité à un service. Service qui est, on l'espère, on peut être naïfs et se croire chez les bisounours, maintenu activement et corrigé pour qu'il rende avec fiabilité le service décrit.

-
On y gagne pas plus en planification:

il se passe quoi pendant 1 an ? no sé
engagement à bug corrigés en moins de 2 semaines ?
6 versions mineures ou 250 000 ?
fonctionnalités ajoutées régulièrement ? un planning de prévu pour les utilisateurs ?

Bref, faut payer chaque année ou voir sa copie du logiciel abandonnée en l'état même si bug bloquant ?

mystère.

-
"we don’t think it is fair:"

oeuf corse que c'est Fair et Juste:

Le modèle classique: on achète un produit décrit tel quel pour un prix fixe, et on s'en sert autant qu'on veut. Point.
On paie pas pour le plaisir de voir pendant un temps le numéro de version monter. Ce qu'ils font payer maintenant est le temps de support du produit.

avatar Powerdom | 

@oomu :
Mais qui lit des commentaires aussi long ??

avatar minipapy | 

@Powerdom :
Moi

avatar C1rc3@0rc | 

Moi.

je lis pas les commentaires de moins d'une ligne et sans arguments.

avatar Nicolas Furno | 

@ oomu : pour le web, je pensais plus aux thèmes et plugins pour WordPress et autre. Quand ils sont payants, tu payes pour une année de mises à jour, mais le code reste fonctionnel au-delà.

Donc ça revient exactement au système imaginé par Sketch.

avatar dperetti | 

Pour sortir du web stricto sensu, c'est exactement le modèle qu'utilise depuis un moment Jetbrains avec ses outils de développement.

avatar oomu | 

"L’éditeur abandonne l’idée même de mises à jour majeures"

et que se passe-t'il le jour où ils abandonnent une vielle version de Os X (mais encore utilisée) ou décident de renouveler de fond en comble l'interface pour suivre une nouvelle tendance ou nouveau paradigme ?

Les numéros de version dit "majeurs" ont un sens: ils annoncent que le logiciel est profondément changé. Les acheteurs de logiciels ont intégré cela depuis des décennies.

avatar C1rc3@0rc | 

Le principe de vendre des logiciels en beta et avec des fonctions manquantes a prix (relativement) réduit et de se rattraper sur les versions de mise a jours c'est une invention de Microsoft qui renforçait le principe de la vente d'exécutable sans le source (qui a conduit a la création de l'Opensource).

Le principe c'est de renforcer la captivité des utilisateurs, tout en les faisant payer autant mais sur un laps de temps plus long, donc le cons (terme idoine en école de commerce) a l'impression de payer moins…

L'abonnement est en fait juste une astuce marketing pour rendre ce systeme encore plus efficace: l'utilisateur ne paye meme plus pour une licence d'exploitation limitée en fonctions et en usage, mais aussi limité en temps... c'est plus fort que le modele de l'économie planifiée soviétique et ça permet de contourner les lois réglementant l'obsolescence programmée (ce qui est la coeur du problème et la cause de tous ces basculement sur l'abonnement)

avatar Gandalf | 

C'est typiquement le mode de contribution des logiciels de CAO professionnels.
Sauf que la tendance actuelle est de faire payer toutes les mises à jours pour reprendre la maintenance si vous vous êtes arrêté de payer plus d'un ans. Donc si vous vous êtes arrêté de payer la maintenance pendant deux ans il faut payer ses deux année pour avoir la dernière version.

avatar dscreve | 

Chez Ciel, ils faisaient cela...Et en fait, ils faisaient juste le minimum syndical pour que leur application soit en conformité avec la loi : aucune mise à jour fonctionnelle...
Chez JetBrains, ils font pareil, et là, par contre, c'est mise à jour tous les mois et des tarifs dégressifs suivant la durée d'engagement..
Donc, ça peut être bien ou nul suivant l'éditeur.

avatar PepitoLu | 

La question que je me pose, c'est est-ce qu'il y aura toujours les "educational pricing" à -50% ?

Ca m'énerverait bien de les voir disparaitre... :-/

avatar Domsware | 

Il n'a pas fallu attendre longtemps (après la sortie de l'App Store) pour que Sketch dévoile sa stratégie : faire toujours plus de pognon. Les beaux arguments sortis à l'époque c'était bien du pipeau donc.

Il est temps de se mettre à Affinity Designer.

avatar frankm | 

En effet depuis Affinity Designer je n'utilise plus du tout Sketch, il reste installé juste au cas où j'aurais besoin d'ouvrir un ancien fichier.
Mais attention on n'est pas à l'abri d'un coup de ce type avec Affinity.

avatar Domsware | 

@frankm

Oui, effectivement.
Concernant Sketch c'est effarant le nombre de bugs que j'ai pu avoir avec ce logiciel. Et pas sur des trucs compliqués du tout ! Mais au risque de me répéter c'est typique chez cet éditeur. Auparavant ils ont arrêté plusieurs logiciels sans prévenir pour en relancer d'autres dans le même domaine plus tard.

avatar tekikou | 

@Domsware :
Pauvre fou ! Vous allez vous faire insulter par nova313 avec de tels propos !
https://www.macg.co/logiciels/2015/11/grosse-mise-jour-daffinity-designe...
On notera au passage qu'il n'a jamais répondu. J'en ris encore.

avatar tekikou | 

Je me gausse.

avatar kornichon | 

Je me courbe de gausse. Même si Bézier est plus approprié pour ce type d'appli.

avatar kornichon | 

Est-ce que si on paye on aura droit à une mise à jour régulière des bugs qui donnent à Sketch ce charme si particulier et inimitable ?

CONNEXION UTILISATEUR