Le modèle de l'abonnement fait perdre beaucoup d'argent à Autodesk

Mickaël Bazoge |

Le modèle économique de l’industrie du logiciel est de plus en plus tourné vers l’abonnement : du côté de l’éditeur, cela permet de « lisser » les résultats sur l’année, et le consommateur a l’illusion de payer moins cher des outils professionnels. Microsoft, avec Office 365, et Adobe avec son Creative Cloud sont les hérauts de ce modèle, et d’autres éditeurs ont emboîté le pas comme Autodesk (lire : Autodesk se rapproche du système de « location » de logiciels d’Adobe).

Mais la transition vers le tout-abonnement, qui devrait être achevée à la fin du deuxième trimestre pour le concepteur de Maya et d’AutoCAD, est bien difficile. Les résultats du groupe pour le premier trimestre 2016 sont mauvais : l’entreprise a perdu 173 millions de dollars sur les trois premiers mois… et 486 millions sur les quatre derniers trimestres. Pendant les quatre trimestres précédents, Autodesk avait accumulé des bénéfices de 202 millions de dollars, un profit réalisé avec l’« ancien » modèle, celui des licences perpétuelles.

Le chiffre d’affaires pour le premier trimestre s’est établi à 646 millions de dollars, en baisse de près de 21%. Et le prochain trimestre sera encore moins bon avec une fourchette estimée entre 500 et 520 millions de dollars, avec là aussi des prévisions de pertes.

Graphique Blog Nauseam.

Autodesk comptabilise 2,71 millions d’abonnés à ses différentes formules (132 000 de plus qu’au quatrième trimestre 2015). La vente de licences perpétuelles représente un chiffre d’affaires de 186 millions de dollars — en chute de 43% par rapport au même trimestre de l’année précédente, ce qui est logique étant donné la poussée vers l’abonnement. Les différentes Suites logicielles de l’éditeur ne seront d’ailleurs plus proposées sous la forme de licences perpétuelles à partir du 31 juillet.

Malgré ces difficultés, Carl Bass le CEO d’Autodesk se veut optimiste et confiant. « Nous avons eu un premier trimestre solide », explique-t-il sans rire dans le communiqué. « Nos clients et partenaires continuent d’embrasser la transition d’Autodesk vers un modèle basé sur l’abonnement et le nuage ». Il promet d’investir encore dans ce modèle encore loin d’avoir fait la preuve de sa pertinence pour l’entreprise.

Il est vrai toutefois que le modèle d’abonnement nécessite du temps et des ajustements. Mais cela peut payer : après des débuts là aussi difficiles, le Creative Cloud est devenu une machine à faire de l’argent pour Adobe (lire : Adobe : une mue vers le cloud qui paye).


Tags
avatar deltiox | 

Tous mes clients et ceux de mes confrères (dans le service IT) ne veulent pas de ce modèle de licence en "leasing". Certains font des pieds et des mains pour maintenir des OS et machines avec les "anciennes" versions.

L'attitude d'Adobe n'est pas bonne à long terme selon moi.
Des qu'une alternative sera jugée valable, cela va être très dur de garder les clients ( affinity photo se développe vite en ce moment par exemple)

avatar C1rc3@0rc | 

Il semble que le secteur vraiment pro et de l'ingénierie en particulier n'aime pas le modele leasing: peut être parce que ce sont des gens qui savent compter...

Le fait est que dans ces secteurs, on travaille sur des stations de travail et qu'on les renouvelle pas tous les 4 matins. La licence "perpétuelle" a l'avantage de protéger le matériel en place, alors que le leasing lui impose de changer le matériel quand l'éditeur le décide.

Un client GP peut se faire avoir, un ingénieur plus difficilement.

Mais bon le modele leasing plait aux financiers et comme les éditeurs sont de plus en plus soumis aux financiers, ils obéissent.
Ce que je remarque c'est que la plupart des utilisateurs Adobe que je connais sont en phase de migration, soit ils sont déjà passé sur un soft concurrent, soit ils «gèlent» leurs installation et ne mettront pas a jours leurs soft mais migreront le plus tard possible. Le probleme c'est aussi que dans le secteur pro, l'utilisation de soft dediés necessite une phase de formation onereuse a plus d'un titre et que le basculement ne peut pas se faire simplement.

avatar Link1993 | 

@C1rc3@0rc :
Je ne suis pas tout a fait d'accords avec toi sur l'industrie... Les logiciels industriels sont terriblement compliqué et surtout sur un point : les versions. Il suffit que tu ai un client qui utilise une version plus récente du logiciel que tu as (et en general, ce n'est qu'un an de différence), et tu te retrouve dans le baba. Tu dois donc racheter une licence chaque année, et le prix, ce n'est pas les malheureux 600€ d'offices business ou les malheureux 2000€ des licences CS6 de l'époque, mais bien 30000€ la licence qui n'est pas par machine, mais par utilisateur. (Et c'est un tarif négocié, et sans les modules supplémentaire pour Catia ici)
L'achat de licence est intéressant quand tu reste en privé : tout ce qui est logiciels de calculs et simulation (je suis en structures matériaux) ne nécessite pas forcément d'etre partagé, donc utiliser une version dont le code ne changera jamais vraiment sur plusieurs années ne pose pas de problèmes.

avatar iPop | 

@deltiox :
Ne le crie pas trop fort, au risque que l'histoire d'Aldus risque de se répéter. :-(

avatar Lestat1886 | 

Certains ouvrent les yeux sur "l'arnaque" que représente ce modèle d'abonnement...

avatar melaure | 

Et les logiciels liés à un compte iTunes, ça n'en est pas autant ?

avatar Domsware | 

@melaure
???
Compte iTunes = 5 licences d'installation. Où est le soucis ? Il n'y a pas d'abonnement !

avatar r e m y | 

non aucune limite d'installation.

Par contre, pour répondre à melaure, ce n'est pas du tout comparable à l'abonnement. Sur l'appStore on achete bien des licenses définitives, le soft restant utilisable indéfiniment.
Par contre, il y a des précautions à prendre.
La première c'est de bien télécharger les mises à jour régulièrement pour éviter de se retrouver coincé le jour où Apple arête de les mettre en ligne (pour ça il faut avoir un disque de test avec la dernière version d'OS X installée car certains mises à jour ne sont disponibles QUE pour la version en cours de l'OS)
La deuxième, c'est d'archiver chez soi les logiciels telechargés (pour pouvoir les réinstaller si necessaire, même s'ils disparaissent du store)

Là où ca "ressemble" aux abonnements, c'est que ces applications s'appuient sur un certificat d’authenticité, et on a vu récemment que lorsque la date du certificat en cours est dépassée, il faut en obtenir un nouveau du store faute de quoi l'application n'est plus utilisable (sauf en modifiant manuellement la date du jour sur le Mac...), et il faut retélécharger TOUTES ses applications que l'on avait sagement stockées sur un disque d'archives, les anciennes copies telechargées n'étant plus réinstallables en l'état.

avatar marc_os | 

@r e m y :
Commencent à m'énerver ces "certificats" qui de facto deviennent des bombes à retardement et correspondent en vérité à des dates de péremption.
Tiens, pour le coup personne ne parle d'obsolescence programmée. (Comme quoi l'indignation est souvent sélective.)

avatar r e m y | 

tu l'as dit!
Et pour le coup, c'est bien plus vicieux que l'abonnement.
Avec l'abonnement, tu te doutes que si tu arrêtes de payer ou si la boite qui loue le logiciel disparait, tu ne pourras plus utiliser le logiciel.

Avec ces certificats, tu en prends conscience quand il est trop tard... tu avais un Mac qui tournait comme une horloge depuis des années, et tout d'un coup, sans rien avoir changé, pouf! un soft refuse de se lancer en raison d'un certificat expiré. Tu essaies de réinstaller le logiciel dont tu avais précieusement gardé l'installeur... Pas possible! Certificat non valide!

Pour peu que la boite à l'origine du logiciel et devant renouveler le certificat ait disparu, ou que cette boite ait décidé de ne renouveler le certificat QUE pour les logiciels qu'elle ne considère pas comme obsolètes, et tu te retrouves dans la panade sans avoir vu le coup venir.

Nota: meme si ca a ete generalisé avec l'appStore, ce probleme existait déjà avec les versions boites de certains logiciels. Pour preuve les DVD d'iLife dont le certificat est expiré...

avatar marc_os | 

@ r e m y
Bon, ben y a plus qu'à trouver un moyen de contourner ces dates d'expiration arbitraires...

avatar r e m y | 

bloquer la date de son Mac sur le 21 juillet 1977 par exemple... mais je ne suis pas sûr que ce soit la solution.

avatar Dumber@Redmond | 

@melaure :

Chez toi le problème est le vide entre les 2 oreilles.

avatar vache folle | 

Dans mon bureau, on a pris des licences en réserve basée sur le modèle de la souscription, qui revient nettement moins cher que la location.
Histoire d'éviter de trop se faire tondre, vu les tarifs qu'Autodesk nous enfile à sec avec ses locations.
Ca ne nous empêche pas nous plus de nous renseigner, tester, d'autres solutions. A terme, le but est de supprimer toutes nos licences Autodesk.

avatar owen459 | 

Je suis utilisateur d'AutoCad depuis 16 ans, d'abord sous Windows puis sous OS X, j'ai fait la mise à jour chaque année. La dernière m'a coûté dans les 900€, pour passer de 2015 à 2016. Si je passe à l'abonnement annuel sa me coûterait 2000€. Ils sont totalement demeurés d'avoir appliqué c'est tarif. Conclusion, je garderais la version 2016 le plus longtemps possible, en espérant une marche arrière d'Autodesk.

avatar nicolas | 

@owen459 :
Pour quel métier l'utilisez vous? Si c'est pour l'architecture, passez au BIM, et quittez Autodesk : ARCHICAD de Graphisoft :-)

avatar Lem3ssie | 

@nicolas :
Le bim c'est déjà demain, bim manager c'est le futur métier clé du bâtiment, il faut se lancer sans réserve.

avatar nicolas | 

Je sais bien, c'est pour ça que je parle d'ARCHICAD, élu meilleur logiciel BIM pour le 5e année consécutive (au Royaume Uni)

avatar Rayban | 

@Lem3ssie :
Oui j'ai déjà l'étiquette ... Me manque juste la formation mdr ... Heureusement que j'ai des potes qui font des conférences BIM sinon aie ... Le BIM ce n'est pas juste la maquette numérique... C'est bien plus ...

avatar Rayban | 

@nicolas :
Ahhh oui archicad BIM :) je l'utilise tous les jours ... Je n'ai pas l'impression de travailler avec cet outils depuis 1993 :)

Par contre quel bibliothèque BIM utilisez vous ? Car je les trouve encore "faible" ou redondante ...

avatar TotOOntHeMooN | 

Ils ne perdent pas d'argent... Ils en gagnent moins.
Hormis, s'ils doivent reverser des sommes aux abonnées ?! :D

avatar Mickaël Bazoge | 
Ah non ils perdent de l'argent, c'est des pertes.
avatar bibi81 | 

Ils ne perdent pas d'argent... Ils en gagnent moins.

Quand le chiffre est négatif, c'est bien une perte d'argent.

Hormis, s'ils doivent reverser des sommes aux abonnées ?! :D

Il n'y a que des femmes qui sont abonnées ou il y a aussi des hommes qui sont abonnés ?

Sinon les employés (et les fournisseurs) ils vivent d'amour et d'eau fraîche ?

avatar marc_os | 

@bibi81 :
Tout travail mérite salaire en effet.
Mais les actionnaires qui spolient les travailleurs d'une partie du fruit de leur travail et qui paient moins d'impôts que les salariés sont des parasites qui en + font payer les "risques" aux salariés qu'ils mettent au chômage si leur bénéfices baissent.

avatar Mrleblanc101 | 

@TotOOntHeMooN :
Ils perdent des millions... Tu ne sais donc pas lire ?

avatar marenostrum | 

qu'ils licencient alors. leur pertes c'est les salaires, rien d'autre.

avatar TotOOntHeMooN | 

C'est ça... Car ils ont des frais généraux plus important que le prix de vente, alors que le prix d'achat est nul (ils n'achètent pas ce qu'ils vendent)

Du coup, faute de gagner de l'argent, ils perdent de la trésorerie...

avatar marc_os | 

@marenostrum :
Voilà comme toujours ce sont les salariés qui paient en vérité les risques et les mauvaises décisions prises par leurs dirigeants.
MERCI PATRON !

avatar TotOOntHeMooN | 

A ce stade, ça mériterai surtout un changement de direction...
C'est bien pour ça que le patron se montre confiant et ne parle pas de licenciement.
Car à vrai dire, il essai certainement de dédramatiser pour ne pas perdre sa place !

avatar TotOOntHeMooN | 

@Mrleblanc101 : T'inquiètes...

avatar vrts | 

Autant Adobe a une offre tarifaire interessante (enfin pour ceux que ça interesse et ne gene pas de louer des licences), autant celle d'Autodesk est complètement ridicule et hors de prix.

un peu normal qu'ils perdent du pognon.

J'espere juste qu'ils ne racheteront pas Cinema 4D un jour...

avatar smaublanc | 

ah oui c'est clair pour C4D, j'ai déjà perdu Softimage,(bande de batards)

avatar nicolas | 

Cinema4D appartient à Nemetshek, le plus gros concurrent d'Autodesk sur le marché Architecture Ingénierie Construction, et dont CineRender est intégré à Archicad, entre autre.
Ils ne sont pas prêt de les racheter, ils ont déjà le très populaire 3DS Max.

perso, je suis un aficionados d'Archicad (également du groupe Nemetshek) et j'espère qu'ils ne passeront pas aux abonnements, même si le Contrat de Service Entreprise annuel s'en rapproche (1200€/an). On est pas obligé de le renouveler....

avatar Rayban | 

@nicolas :
1200€/an ? Moi j'en ai pour 6700€/an pour 4 mise à jour ... (Archicad 19 -> 22) ... Sur 8 postes ... Contrat CSE de 36 mois ...

avatar marenostrum | 

tout dépend du logiciel en fait.
le Photoshop logiciel facile et utile, l'arrive à les capter ses clients, pour toujours ou longtemps. mais des logiciels pas facile à utiliser, et très spécifiques, n'arrivent pas à capter leur clients, qui se désabonnent vite dès qu'ils comprennent qu'ils vont jamais maitriser la chose et que ça ne sert à rien de payer un abonnement.
avec l'ancienne formule, ils se faisaient arnaquer en achetant la licence, d'un logiciel inutile, n'arrivant pas le maitriser. (ou gagner de l'argent avec)

ps: j'en connais plein de gens qui ont acheté FileMaker Pro, plein prix, sans jamais l'utiliser.

avatar macbookintel | 

Chez nous avec des gros contrats (grosse boite) on se fait assommer avec ou sans abonnement.
Le tarif de base change peu mais la "réduction exceptionnelle" sur la maintenance passe de -70% à -30%... la facture annuelle de 240000 à 500000 euros (en gros).
Mais ce n'est pas tout. Il vont chercher chez leurs fidèles clients des entorses au règlement. Un mauvais usage des licences après un renouvellement (l'ancien serveur étant resté fonctionnel) et c'est une amande monstrueuse à 5 chiffres.
Je ne comprends pas comment avec de tels tarifs pour des softs et un support très moyens ils arrivent à perdre de l'argent.
Malheureusement les autres gros éditeurs nous font tous la même chanson.

avatar oomu | 

"Je ne comprends pas comment avec de tels tarifs pour des softs et un support très moyens ils arrivent à perdre de l'argent."

en s'auto-organisant leur ruine: ils font po de sous là ils vendent les pov malheureux. TOUT leur profit est aspiré par les méchants qui leur font payer très cher une atroce propriété intellectuelle... Mais qui sont ces atroces rapaces ? EUX MEME !

(via d'habiles montages d'entreprises qui s'auto-facturent leur propre propriété intellectuelle dans des pays via des accords internationaux dûment signé par les politiciens permettant de transférer le coût de la propriété intellectuel sans fiscalité ou prou)

résultat: "ben y a po de sous mOssieur le ministre, sinon ben vi que j'aurais payé de justes impôts pour le nouvel hôpital , snirRRRRfl"

etc.

ZE CRISE !

avatar r e m y | 

"Je ne comprends pas comment avec de tels tarifs pour des softs et un support très moyens ils arrivent à perdre de l'argent."
Tout simplement parce que les clients n'ont pas suivi dans cette arnaque de l'abonnement et n'achètent pas! Ils restent sur l'ancienne version, alors qu'en licence défintive, beaucoup auraient payer la mise à jour.
Donc l'éditeur a toujours des frais de fonctionnement (faut bien payer les développeurs!) mais plus de rentrée d'argent.

J'espère que ca fera réfléchir les autres et que le modèle "license définitive" reprendra le dessus!

avatar Biking Dutch Man | 

Cette situation est la conséquence d'un modèle théorique qui consacre l'excellence obtenue par la concurrence qui en pratique se traduit en pratique par des situations de monopole. Lorsqu'il n'y a pas d'alternative au soft employé le client devient l'otage de l'éditeur. Ceci devrait stimuler le développement de solutions alternatives mais il est souvent difficile pour les utilisateurs de changer leur outil de travail. Combien de grands comptes payent des sommes astronomiques pour des licences bureautiques M$ alors qu'il y a des alternatives gratuites. L'administration publique allemande a fait le pas mais cela reste l'exception il me semble.

avatar Jacti | 

JAMAIS je n'adopterai un modèle à abonnement. C'est tout simplement de l'arnaque. Faites vos calculs.

avatar EBLIS | 

Il ne faut JAMAIS dire source... on connaît le reste.

avatar oomu | 

Adobe et Microsoft peuvent se permettre ce modèle car leurs solutions sont quasi obligatoires (inutile d'en débattre, j'ai supporté 20 ans d'utilisateurs, employés et professionnels qui me l'ont hurlé en se roulant par terre devant moi pour que j'ai fini par l'admettre)

et aussi dans des logiciels TRES verticaux (spécialisés dans des secteurs de pointe) qui n'ont pas attendu Adobe pour le faire depuis longtemps

mais si tôt qu'il y a une réelle concurrence et alternative ? tout les utilisateurs fuient autant que possible ! et c'est Normal.

avatar misc | 

Mise a part le coté abonnement, mon plus grand problème avec eux est qu'ils ont la main mise sur les documents, car obligatoirement stockés sur leur cloud.

avatar vache folle | 

@misc :
Pas Autodesk, le nuage est optionnel.

avatar misc | 

Je veut bien, mais ne vois pas ou Fusion 360 permette de ne pas sauvegarder dans le cloud. L'on peut faire "une copie de backup" chez soi, pas une copie de travail car les dialogues open / save ne permettent que le cloud et je ne trouve ni option pour le désactiver, ni post sur le net qui dise que ce soit possible. De toutes façon tout le soft est "cloud based" d'après Autodesk.. Enfin je souhaite que tu ai raison. http://www.autodesk.com/products/fusion-360/overview

avatar Mike Mac | 

Moi, j'aime bien le modèle économique appliqué par Hitfilm :

On peut acheter pour moins de 400 Euros la version complète de leur logiciel de montage vidée qui inclut un moteur de trucage vidéo type After Effects (Hitfilm 4 Pro)....

Ou disposer d'une version gratuite de leur logiciel de montage vidéo avec une partie plus réduite des effets spéciaux, et en acheter à la carte par update inteme du logiciel (Hiitfim 4 Express).

Voilà un modèle intelligent pour une solution de montage qui a en plus la bonne idée d'être compatible 0Sx et Windows.

https://hitfilm.com/

avatar Microbd | 

je ne suis pas un héros ;-)
Applement vôtre.

avatar Kelijsto | 

Ce qui fait le succès d'Adobe avec son offre Creative Cloud, c'est la simplicité offerte d'installer et mettre à jour ses logiciels, à laquelle s'ajoute les innombrables fonctions tierses comme la synchronisation des polices, sans oublier la traditionnelle synchronisation des dossiers. Exactement ce qui manque à Autodesk avec sa florilège d'offre différente compliquée en plus par le fait que de nombreux logiciels ne sont pas disponibles sur les deux plateformes.

avatar Tof211 | 

Ce serait déjà pas mal qu'autodesk redescendre un peu sur terre et qu'ils s'aperçoivent qu'ils ont de plus en plus de concurrents très sérieux ou plus spécialisés qu'eux sur certains domaines.... Et puis le coup de vendre à bas prix les licences aux étudiants en archi et BE, maintenant ça marche plus...
Les nouvelles générations d'utilisateurs sont là !
A bon entendeur....

avatar patrick86 | 

"Et puis le coup de vendre à bas prix les licences aux étudiants en archi et BE, maintenant ça marche plus..."

C'est uniquement une réduction maintenant ?

Il y a quelques années, j'avais 30 logiciels Autodesk pour pas un rond et sans être en filière architecture. :-)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR