Une cinquième version pour Safari Technology Preview

Mickaël Bazoge |

Avec la rigueur d’un métronome, un nouvel aperçu de Safari Technology Preview est désormais disponible au téléchargement (ou via le Mac App Store pour mettre à jour le logiciel), deux semaines après la précédente. Cette version du navigateur web d’OS X est une bêta qui donne à voir les nouveautés et améliorations sur lesquelles planchent les ingénieurs d’Apple. Cette cinquième preview ne déroge pas à la règle, il y a comme d’habitude beaucoup de choses à se mettre sous la souris.

Parmi les nouveautés intéressantes, figure le blocage des appels de géolocalisation (via l’API Geolocation) avec les connexions mal sécurisées : de quoi renforcer la sécurité de l’internaute. Pour le reste, ce sont surtout des correctifs JavaScript, CSS, et des améliorations pour les fonctions d’accessibilité, de sécurité, et de gestion des médias.


avatar C1rc3@0rc | 

Quel est le benefice a etre beta testeur, je veux dire pour l'utilisateur, parce que pour Apple ça evite clairement de payer des pro?

avatar bonnepoire | 

Tu crois vraiment qu'ils se passent de testeurs pro toi? T'es un comique.

avatar JLG01 | 

@C1rc3@0rc :
Il y a bien des choses que seul la multiplication des usages peut mettre en évidence, d'où l'appel aux Btesteur.
Cela existe depuis les débuts de l'informatique, et même ailleurs, comme en électroménager testé par le personnel.

avatar C1rc3@0rc | 

@JLG01

Par des beta-testeurs et le personnel, donc des gens qui sont formés et respectent un protocole, parce que "oh ça plante" ça sert a rien si on peut pas dire ou et quand ça plante.

Le problème c'est pas le beta testing c'est plutôt son absence du fait que la version est justement mise a disposition d'un public qui n'est pas du beta testeur...

Soit on lance sur le marché une version "public release" donc a priori debuggué, soit on lance une beta sur un public averti et qui comprend la responsabilité et pas que le risque. Et si on veut limiter le test des fonctions, donc pas les bug, on lance un "release" spécifique, en l'occurrence une "developper release"

avatar XiliX | 

@C1rc3@0rc :

Etant développeur, on fait souvent, dans la phase finale, des tests par des néophytes du groupe.
La raison est simple. Les tests effectués par les développeurs sont souvent très "orientés". Trop influencé par le cahier des charges.

Les tests effectués par des beta testeurs internes sont déjà plus ouvert, néanmoins ils respectent encore un "guide line".

Il y a ensuite ce qu'on appelle le "test des singes". On tape n'importe comment et on observe si l'application plante ou non...

Enfin le top du top beta public. Ces personnes utilisent l'application sans cadre. Ils peuvent recevoir des recommandations pour tester un peu plus certaines fonctionnalités.

Mais dans le cas d'Apple, les tests beta public permettent surtout de tester dans les configurations aussi hétérogènes. C'est vraiment le top.
Car un plantage, une instabilité peut être causé par rapport à une utilisation non prévue ou une autre application qui pourrait entrer en interaction avec l'application à tester.
Dans cet exemple les tests des pros ne suffiront pas du tout.

avatar C1rc3@0rc | 

@XiliX

Je connais bien que les différents niveaux de testing classiques et ils sont nécessaires, mais la question c'est pourquoi mettre en dispo publique massive un soft en beta, alors qu'on le voit bien avec la dernieres histoire d'iOS et le "brickage" des iPad Pro, la phase publique l'a laissé passer alors qu'Apple maitrise le matériel et le logiciel.

Ce que je constate c'est que l'on fait tester a une masse une vraie beta alors qu'il y a quelques années on aurait attendu une pre-release. C'est comme si les phases de debbuging étaient toujours plus courtes, que le niveau baissait toujours plus et que les phases sont de moins en moins efficaces.

Les test de masse posent le problème de la reproductibilité, le testeur ne respectant aucun protocole et étant incapable de décrire l'état de sa machine et ses actions sur plus de 5 minutes. On voit que ça plante, mais comment le mettre en évidence... L'exemple qui montre ça c'est la version d'iTunes qui efface les fichiers: le soft est une release publique et pourtant faut envoyer des ingénieurs sur place pour démonter le problème, parce qu'il est pas reproductible!

De plus la on confie le truc a des personnes qui n'ont qu'une conscience très légère, voire aucune, du risque d'un soft en beta. C'est quand meme une des meilleures façon de faire perdre la confiance dans la qualité du soft.

avatar XiliX | 

@C1rc3@0rc :
Je ne sais pas si tu reviens ici, mais je peux te rassurer que les logs envoyés à Apple est assez complet.
Au pire leurs services peuvent te contacter pour plus de renseignements.

Pour la maj 9.1, j'ai eu un prob avec la maj auto iCloud. J'ai envoyé un rapport avec l'app "Feedback" et une dame m'a contacté pour plus de renseignements en plus des logs.

Et hop maj suivante problème réglé

avatar MacOSXI | 

C'est le jour et la nuit avec Safari. Tellement plus fluide !

avatar r e m y | 

Ces tests grand public ne remplacent en rien les bêta tests effectués en interne par les équipes de développement. C'est complémentaire car ça permet de tester sur des configurations, dans des environnements beaucoup plus diversifiés que ce qui est fait en interne.

avatar Toinon | 

@r e m y :
Clair et net !
C'est la vérité toute nue

CONNEXION UTILISATEUR