Labo : Test de QuarkXPress 9

La redaction |
Voici maintenant plus de 25 ans que le vétéran de la mise en page est à l’ouvrage. Maquette presse, publicité… XPress est passé de l’âge d’or de la publication électronique à celle, encore plus moderne, de l’édition plurimédias avec en ligne de mire l’iPad et tout ce qui compte de tablettes sur le marché des liseuses électroniques. Lancé il y a quelques semaines, QuarkXPress 9 n’est toujours pas capable d’exporter son contenu vers l’iPad. Il faudra attendre la fin du mois de juillet pour disposer de cette possibilité sous la forme d’une mise à jour gratuite. Pour le moment, nous nous sommes contentés d’une brillante démonstration de l'éditeur de son module d’export dans Quark QPS pour vérifier tout le potentiel de l’outil « AppStudio ». Celui-ci est très simple d’usage et permettra de convertir les maquettes en contenus interactifs pour iPad.

http://static.macg.co/img/2011/4/XP9_Interface_001-20110530-174843.jpg
Rien ne distingue la version 9 de celle des précédentes, si ce n'est l'écran d'accueil du logiciel. Aucun effort de prise en main de l'interface n'est donc demandée

Publication numérique

En attendant l’extension « AppStudio », XPress se contente d’exporter son contenu vers les différents standards du marché. Nous pouvons ainsi convertir nos documents en livres électroniques au format ePub (pour l'iBooks d'Apple, le Kindle d'Amazon…) ou pour le lecteur électronique Blio eReader. Les outils d’XPress permettent très simplement de redéfinir les formats de maquettes propres à ces différents formats tout en définissant les différents sens de lecture. Des outils utilisables par n’importe quel maquettiste « papier », ce qui devrait être la même philosophie pour l’outil « AppStudio » et la transposition vers l’iPad. Reste que la mise en page pour une liseuse et pour un magazine papier ne procède pas du même imaginaire créatif et qu’il faudra s’habituer à manipuler l’outil en se débarrassant des habitudes du papier.

http://static.macg.co/img/2011/4/XP9_ExportePub_001-20110530-180059.jpg
Avant d'exporter au format ePub, ne pas oublier de redistribuer les pages du document


Publication papier

XPress n’entend pas rater le virage de la publication numérique, mais ne néglige pas pour autant son fonds de commerce. La conception et la publication de documents papier demeurent toujours son cœur de cible et cette neuvième version apporte quelques nouveaux outils. Ils composent l'essentiel des changements de cette version. On se demande d'ailleurs pourquoi certains d'entre eux (Cloner par exemple) n’ont pas été intégrés au logiciel depuis la version 3.32…

L'outil « ShapeMaker » (ci-après) permet la création de formes de la plus simple à la plus compliquée. De la simple ondulation d’un bloc à une spirale ou un polygone complexe, toutes les formes de blocs sont envisageables. La boîte de dialogue offre un aperçu temps réel bien pratique permettant de visualiser en direct l’élaboration du bloc dont tous les paramètres sont personnalisables.

http://static.macg.co/img/2011/4/XP9_ShapeMaker_001-20110530-171107.jpg

http://static.macg.co/img/2011/4/XP9_ShapeMaker_003-20110530-171144.jpg

« Cloner » va dupliquer une page ou n’importe quel élément ou groupe d’objets dans d’autres pages ou projets. Le clonage de page entière était possible avec les anciennes versions d’XPress mais nécessitait des manœuvres périlleuses (mode chemin de fer…) et ne fonctionnait que d’un document vers un autre. Cette fois, nous pouvons agir sur n’importe quelle partie du document ou sur une ou plusieurs pages au sein d’un même projet. La boîte de dialogue permet de choisir les éléments à copier et la zone de destination. Il faudra choisir dans les différentes options pour finaliser l’opération de copie dans la mise en page actuelle, dans un nouveau fichier, dans une nouvelle mise en page… ou en fractionnant en pages simples ou en fractionnant les mises en page en projet. Des options nombreuses pour un outil complet et indispensable.

http://static.macg.co/img/2011/4/XP9_Cloner_002-20110530-171345.jpg
Cloner, une fonction pratique pour la duplication d'éléments, de groupe ou de pages au sein d'un document ou d'un document à un autre


« Linkster » est également un outil que l'on peut qualifier d’évident. Il vient combler une lacune dans les options de chaînage de blocs texte. Il sait en effet délier les blocs et conserver l’intégralité du texte sans provoquer de débordements. Tout le texte de chaque bloc d’une chaîne reste donc dans le bloc après l’avoir délié. La boîte de dialogue est très bien conçue et permet, en fonction de chaque option retenue, de bien comprendre les répercussions sur le chaînage des blocs existants.

http://static.macg.co/img/2011/4/XP9_Linkster_002-20110530-171636.jpg
Linkster délie les blocs de texte et évite les débordements


La fonction « Styles de puce, de numérotation et de plan » va, elle, structurer n’importe quel type de document suivant une indentation très précise. Pas forcément très utile en maquette presse, cette fonction sera d’une aide précieuse en édition et pour tout ce qui touche de près ou de loin au livre. Elle laisse choisir et appliquer automatiquement à l’ensemble des paragraphes un style de puce ou de numérotation via un menu déroulant. Chaque style de plan dispose de neuf niveaux d’indentation. La boîte de dialogue permet de gérer très finement la totalité des paramètres d’indentation.

L’outil « Éditeur d’histoire » (Story Editor) permet d’afficher le texte d’une mise en page dans une interface proche de celle d’un traitement de texte. Le texte peut être lu dans une police et un corps différents de la maquette sans affecter le formatage de la mise en page. Les modifications de texte ont une incidence directe et sont répercutées instantanément dans la maquette. Cet outil sera utile si le texte de la maquette est très petit, pivoté ou distribué sur plusieurs pages.

http://static.macg.co/img/2011/4/XP9_Editeur_d_Histoire_001-20110530-175025.jpg
Un moyen simple et rapide pour relire et corriger du texte sans parcourir l'intégralité de la maquette


Suit « ImageGrid », une fonction ciblée pour les photographes et les graphistes. Elle aide à créer une planche contact sans trop de difficultés. L’outil peut importer un dossier d’images et construire automatiquement un catalogue avec de nombreuses options de mise en page. Chaque image pourra être associée à son nom de fichier et se voir indiquer sa résolution et sa taille. Le nombre de pages sera également déterminé en fonction du nombre d’images et de leur taille indiquée dans la boîte de paramétrage.

http://static.macg.co/img/2011/4/XP9_ImageGrid_001-20110530-175425.jpg
ImageGrid facilite la création d'une planche contact ou d'un catalogue d'images en pointant directement sur le dossier d'images concernées


http://static.macg.co/img/2011/4/XP9_ImageGrid_002-20110530-175509.jpg

Avec la fonction « Style Conditionnels », QuarkXPress se met au niveau d’InDesign en matière de gestion de styles de texte avancé. Cet outil permet d’appliquer sur le texte un ensemble de règles imbriquées jouant sur tous les paramètres de styles de texte, paragraphe par paragraphe. Les Styles Conditionnels s’appliquent donc au niveau du paragraphe et un seul style peut être appliqué à chacun d'entre eux. Si aucun style conditionnel n’est appliqué à un paragraphe, ce dernier ne pourra être reformaté par un style conditionnel appliqué à un paragraphe différent. Cette fonction suppose un formatage de la structure du texte au préalable, que ce soit dans un traitement de texte ou directement dans XPress. Une fois assimilés ces principes et le paramétrage de l’outil, la fonction montre toute sa puissance. Elle permet de formater rapidement du texte dans une imbrication de styles très complexes qui prendrait bien plus de temps appliqués manuellement.

Pour finir avec les nouveautés du logiciel, Quark a ajouté une fonctionnalité très utile (« Styles de légende ») pour le déplacement automatique des blocs. Cela permet de faire suivre un bloc selon un repère d’ancrage marqué dans le texte, permettant au bloc de suivre le texte auquel il est ancré. Lorsqu’un repère d’ancrage passe sur une page, le bloc associé se déplace automatiquement sur la page. L’ancrage se paramètre sur différents critères de placement. Suivant les réglages, les repères d’ancrages et les pointillés reliant aux blocs ancrés sont affichés. Lorsque les repères sont désactivés, seuls les points d’ancrage sont visibles.

http://static.macg.co/img/2011/4/XP9_StyleLe%CC%81gende_001-20110530-180338.jpg
Déplacement automatique de blocs (texte ou image) par rapport au point d'ancrage.


http://static.macg.co/img/2011/4/XP9_StyleLe%CC%81gende_002-20110530-180405.jpg

Conlusion

Très chahuté par son concurrent InDesign, XPress demeure un logiciel de mise en page très puissant et agréable à utiliser, même s’il n’est pas exempt de défauts comme n’importe quel logiciel. À type de maquette égale en terme de contenu, le logiciel de Quark se montre moins gourmand en ressources et plus fluide à manipuler. L’architecture du logiciel n’a que très peu bougé depuis sa création et les maquettistes retrouvent facilement leurs outils et fonctions au fil des évolutions. L’évolution vers la publication numérique se fait en douceur sans renier les fondamentaux du logiciel, ce qui rassurera les puristes de la mise en page papier.

Sur le même sujet :
- XPress 9 est disponible en démo


Tags
avatar Anonyme (non vérifié) | 
On peut signaler aussi l'amélioration de la prévisualisation des images vectorielles. Les nouvelles fonctions ne sont pas évidentes à maîtriser : la simplicité demande parfois de la formation… C'est chose faite gratuitement avec les séminaires en ligne en français, c'est un bon point. Le prochain sera consacré aux styles conditionnels. Avec cette version, les changements ne sautent pas aux yeux mais c'est toujours bon à prendre.
avatar PePeLaJoie | 
L'impression de lire un test d'InDesign CS, CS2, CS3, CS4, CS5
avatar JPTK | 
[b]Mais arrêtez un peu de nous casser les c..... avec cette énième guéguerre de bac à sable Indesign/Xpress. Vous êtes content d'indesign je m'en réjouis pour vous mais vos caricatures de commentaires on s'en bat l'os. C'est de toute façon bon pour tout le monde que les 2 existent.[/b]
avatar momo-fr | 
Ha oui JPTK, surtout que cette version enterre définitivement Indesign… CS2, peut-être CS3… LOL
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Les uns préfèrent les chaussures à lacet, les autres les mocassins… L'essentiel est de marcher et de présenter bien.
avatar JPTK | 
C'est important les outils, mais bon, l'essentiel étant celui qui s'en sert.
avatar Vieux Mac-User | 
Très bonne mouture, appréciée à sa juste valeur par les connaisseurs. Très bon labo aussi ;)
avatar macbob (non vérifié) | 
Et bien, moi qui ai travaillé avec Xpress pendant mes jeunes années et suis passé à InDesign en version 1.0, je dois avouer que la version 8 et 9 de Xpress... et bien on peut dire qu'... ils ont enfin recommencés à bouger dans le bon sens chez Quark et reprendre un peu du poile de la bête... C'est bien car je dois dire que la fonction d'export pour iPad me serait bien utile ! J'attends donc de voir pour éventuellement m'y remettre et faire l'upgrade de 2 licences du 7 que j'ai gardé. Go Quark Go

CONNEXION UTILISATEUR