Sous la pression, Google reporte l'abandon des cookies tiers

Stéphane Moussie |

La révolution attendra. Google reporte à fin 2023 l'abandon des cookies tiers dans Chrome, soit un ajournement de près de deux ans sur le calendrier initial. Ce grand projet vise à remplacer les cookies tiers actuellement utilisés pour le pistage publicitaire par d'autres méthodes de personnalisation, notamment FLoC, un système regroupant les utilisateurs en « cohortes » aux intérêts similaires.

La Privacy Sandbox, qui chapeaute FLoC, est en cours d'expérimentation dans Chrome. Elle est activée par défaut, mais vous pouvez la désactiver ici si vous le voulez : chrome://settings/privacySandbox

Présenté comme une démarche en faveur de la confidentialité sur le web, le projet de Google est attaqué de toutes parts pour différentes raisons : des créateurs de navigateurs s'appuyant sur le moteur de Chrome dénoncent un pistage déguisé, Amazon bloque cette expérimentation sans doute pour protéger ses précieuses données, et les publicitaires s'inquiètent de l'avantage concurrentiel que Google pourrait obtenir grâce à ce nouveau système.

Cette crainte est d'ailleurs l'un des points sur lesquels la Commission européenne va enquêter, elle qui a lancé mardi une enquête en bonne et due forme sur les pratiques de Google dans le domaine de la publicité en ligne. L'annonce du renvoi de FLoC à plus tard n'est sûrement pas étranger à cette pression supplémentaire.

Vinay Goel, responsable de l'ingénierie de la confidentialité de Chrome, fait amande honorable sur la cuisson des cookies : « Nous devons avancer à un rythme raisonnable et laisser suffisamment de temps pour que se tienne un débat public sur les bonnes solutions à adopter, pour continuer à discuter avec les régulateurs et pour que les éditeurs et les publicitaires migrent leurs services. » Vu la crispation généralisée autour du projet, Google va avoir beaucoup de pain sur la planche pour faire apprécier sa nouvelle recette.


avatar Sindanárië | 

Quelle pression ?

Je ne leur ai encore rien dit !

Sont gonflés quand même…

avatar weagt | 

Très boulangère la dernière phrase...

avatar Kzimir | 

@weagt

J’allais faire une vanne du même acabit 🤪

avatar pga78 | 

« Vinay Goel, responsable de l'ingénierie de la confidentialité de Chrome, fait amande honorable sur la cuisson des cookies « 

Excellent 😜😜😜

avatar Zephir | 

Amusant quand c'est apple qui le fait, les produits, pardon, les clients, sont contents mais dès que c'est un autre gafam, ça ne passe plus.
Sont très très forts chez apple pour le bourrag.. marketing :-)

D'ailleurs, a-t-on des études sérieuses et indépendantes sur les agissements réels d'apple quant aux données personnelles des utilisateurs de ses produits et services ?
J'ai l'impression (j'ai bien dit *l'impression*) que la plupart des sites ne font que mollement reprendre les éléments de langage de la pomme au lieu de chercher à vérifier.

J'ai installé il y a quelques jours AdGuard sur quelques iDevices et j'ai rapidement remarqué une quantité hallucinante de requêtes vers les serveurs apple par le biais de leur fournisseur de cdn, akamai.
C'est bien simple, les échanges de données sont quasi permanents, quoi que l'on fasse (ou que l'on ne fasse rien) avec l'appareil, qu'il s'agisse d'un pc, d'un téléphone ou d'une tablette.

Problème, tout le trafic est dirigé vers et depuis les serveurs d'akamai/apple et *semble* donc légitime mais j'ai peine à croire que toutes ces requêtes ne soient qu'à notre seul bénéfice ou déclenchées par une action de l'utilisateur.
J'ai plutôt le sentiment qu'une bonne partie pour ne pas dire l'écrasante majorité des requêtes est au bénéfice du fabricant/éditeur sur nous et non pour nous.

Savez-vous donc si quelqu'un s'est réellement penché sur la question, techniquement parlant afin de passer le nuage de fumée commercial ?

avatar MarcMame | 

@Zephir

"D'ailleurs, a-t-on des études sérieuses et indépendantes sur les agissements réels d'apple quant aux données personnelles des utilisateurs de ses produits et services ?"

———
Il n’y a rien à dire tant qu’on ne trouve rien et ce n’est pas parce qu’on ne trouve rien qu’il n’y a rien, on continue juste à observer.
Mais ne t’inquiète pas, quand le discours d’Apple vient à être pris en défaut, on le sait très très vite (ex: écoutes des requêtes Siri).
En l’occurrence, jusqu’à aujourd’hui, il n’y a pas matière à douter outre mesure.

avatar marc_os | 

« Douter de tout ou tout croire sont deux solutions également commodes, qui l'une et l'autre nous dispensent de réfléchir. »
Henri Poincaré

avatar Brice21 | 

C’est le flop de FLoC.

CONNEXION UTILISATEUR