Valéry Giscard d'Estaing, le président qui a vu naître l'informatique personnelle

Jean-Baptiste Leheup |

Valéry Giscard d'Estaing, l'ancien Président de la République entre 1974 et 1981, est décédé aujourd'hui, à l'âge de 94 ans. Il était hospitalisé au CHU de Tours depuis la mi-novembre. Nous ne reviendrons bien sûr pas sur les grandes lignes de sa biographie, d'autres s'en chargeront beaucoup mieux que nous.

Cependant, pour apprécier l'époque où « VGE » était président, il faut se rappeler qu'au moment de son élection en 1974, Apple n'avait pas encore été fondée (1976), pas plus que Microsoft (1975), et que le microprocesseur venait de fêter ses trois ans. Le TGV n'avait pas encore fait son apparition (1981), le RER A s'appelait encore Métro Régional et l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle n'avait été inauguré que deux mois plus tôt. On n'avait encore inventé ni l'ADSL (1988) ni le CD (1982), et l'ORTF n'avait pas encore laissé sa place à TF1, Antenne 2 et FR3.

Du côté de l'informatique, si l'effort français durant le septennat Giscard n'a pas laissé un souvenir impérissable, on peut cependant remarquer qu'un plan d'envergure fut décidé : le « Plan pour le développement des circuits intégrés en France », annoncé le 23 mai 1977. L'objectif de ce plan, doté d'un budget de 600 millions de francs sur cinq ans (plus de 350 millions d'euros, en tenant compte de l'inflation), était de rétablir la balance commerciale de la France, qui importait 80% de ses besoins en puces informatique à l'époque. Ce plan n'eut pas plus d'effet tangible que son prédécesseur, le « Plan Composants » de 1967, arrivé avec un train de retard sur l'évolution de la technologie.

Et François Mitterrand ?

Une nouvelle tentative vit le jour en 1982, sous le premier septennat de François Mitterrand, avec le « Plan Puces », dont l'objectif était ambitieux : *rééquilibrer une balance commerciale déficitaire de 900 millions de francs en 1982 et reconquérir une certaine indépendance technologique vis-à-vis des groupes américains à l'horizon 1986*.

Inutile de vous préciser qu'au moment de compter les points cinq ans plus tard, Thomson, Bull et Goupil avaient été laminés par la lame de fond déclenchée par Apple, IBM et Microsoft… et ceci, malgré le « Plan Informatique pour Tous », doté d'un budget de 1,8 milliard de francs et favorisant largement l'industrie française… Précisons toutefois que dans les Thomson MO5 et TO7 retenus pour équiper nos écoles, on trouvait un processeur Motorola, un paquet de puces Texas Instrument en provenance du Portugal, de Grande-Bretagne et de Malaisie, et une implémentation du BASIC de Microsoft…

Au moment de la présentation du projet de loi de finance pour l'année 1981, la commission des Affaires économiques du Sénat remarquait que malgré la hausse de leur production, les entreprises françaises de circuits intégrés (Thomson-CSF, RTC, EFCIS, MHS et Eurotechnique) ne couvraient que 1,8% des besoins du marché mondial. Car pendant le mandat Giscard, l'informatique personnelle avait pris son envol et les besoins avaient explosé. Si la France était l'un des pays les plus enthousiastes en la matière, si l'État avait lancé en 1977 le projet Minitel qui aboutira en 1982, et si quelques groupes nationaux tentaient de se faire une place au soleil sur le marché des micro-ordinateurs, l'innovation était clairement du côté des États-Unis, et la production, dans les usines asiatiques.

À l'intérieur du TO7 français, pas beaucoup de technologies hexagonales… (Image : mapetitecollection)

Le 10 avril 1981, comme pour redorer son blason, le président publiait l'une de ses dernières tribunes, en pleine campagne électorale. Rappelant qu'il avait « toujours été convaincu que la maîtrise, par l'ensemble de la société française, de son avenir scientifique et technologique revêtait la plus grande importance », il égrenait les rapports commandés, les colloques organisés, et indiquait les trois points de repères qu'il estimait alors essentiels :

  • L'informatique est appelée à apporter de profondes transformations dans notre organisation économique et sociale : ce ne doit pas être une révolution subie, mais une évolution préparée.
  • La France, grâce à son potentiel scientifique et intellectuel a une vocation naturelle à développer l'invention, la production et l'usage de l'informatique. C'est une des orientations fondamentales de l'avenir de notre économie.
  • La France doit veiller particulièrement à prévoir, et, s'il le faut, à limiter certains des impacts de l'informatique sur la vie intime et profonde de la société. Nos valeurs fondamentales de liberté et d'humanisme doivent être ici réaffirmées et respectées.

Bien sûr, le monde a changé depuis 1981, mais les réflexions de l'ancien Président continuent de résonner avec une étrange actualité. Certaines, parce que de simples prédictions, elles sont devenues une réalité quotidienne. D'autres, parce qu'elles ont été démenties par le raz-de-marée d'une révolution qu'aucun État n'avait anticipée.

  • Oui, l'informatique affecte désormais toutes les activités économiques et sociales. Oui, l'informatique, les télécommunications, les automatismes industriels et l'audiovisuel sont aujourd'hui étroitement liés. Oui, les quelques milliers d'utilisateurs d'informatique en 1981 sont devenus des millions aujourd'hui.
  • Non, nous n'avons pas assisté à « la naissance des grandes structures industrielles dont la France a besoin pour participer avec succès à la compétition mondiale ». Non, le langage français ADA n'est pas devenu « le langage informatique universel pour les vingt prochaines années ». Mais oui, on a assisté à « la création d'une capacité française pour les fusées et les satellites », avec la naissance d'Arianespace en 1980.
  • Oui, la France a très tôt donné l'exemple en termes de protection de la société face aux outils informatiques. Oui, « aucun fichier de personnes ne peut être créé en France, sans le contrôle d'une commission éminente, et sans que la décision soit prise par un responsable nommément désigné », depuis la loi Informatique et Libertés de 1978 qui donne à chacun accès aux informations collectées à son sujet.

Et alors même que le taux d'informatisation des foyers français, des administrations et même des entreprises frisait encore le 0% au moment où il s'exprimait, le Président concluait ainsi son propos :

Nous sommes confrontés à la nécessité de libérer ces nouvelles forces de croissance, pour en faire aussi de nouvelles forces d'émancipation. Ce sont les questions-clés autour desquelles tourne déjà, et devra progresser ce grand débat de l'informatisation de la société.


avatar YetOneOtherGit | 

@Malouin

"Vu comme ça, tout est plus simple en effet...."

Ce que cherche à dire Oomu, il me semble, c’est au contraire que rien n’est simple.

Soyons honnête hors USA aucun pays occidental n’est parvenu à construire une industrie informatique pérenne et les raisons ne se réduisent pas à l’incurie théorique des gouvernements. 😎

avatar vince29 | 

> Le plan calcul

Un certain nombre de Français ont laissé tomber l'aspect "cal"

avatar DamienLT | 

@vince29

🤣🤣🤣 j’ai ri

avatar axel42 (non vérifié) | 

@YetOneOtherGit

Merci pour ces précisions historiques de qualités.

Une question du coup me taraude : pourquoi les industriels français n’ont pas créés avec l’aide de l’état une structure type fondeur en France si importante aujourd’hui ?
Pourquoi l’Europe n’en a jamais fait un projet de développement et d’excellence européenne ?

Si vous avez des idées sur ces vastes questions je suis preneur.

avatar YetOneOtherGit | 

@axel42

Il reste STMicroelectronics qui est le fruit d’alliances européenne et de fusion acquisition.

Il y a un pôle autour de Grenoble très actif sur ces questions, il y eu le site IBM de Corbeil Essonnes qui devint Altis avant de faire faillite il y a quelques années.

La France et l’Europe ne sont pas absentes du secteur mais restent anecdotiques.

avatar axel42 (non vérifié) | 

@YetOneOtherGit

Merci pour ces précisions. J’avoue ma quasi ignorance dans ce domaine.

avatar oomu | 

@axel42

" J’avoue ma quasi ignorance dans ce domaine."

alors n'ayez pas d'opinions et renseignez vous

puis ensuite, vous en profiterez pour appeler votre député et demander des comptes sur le manque de financement ou leur association à des plans étatiques d'entreprises français ET européennes DEJA EXISTANTES

pourquoi vouloir du "nouveau" quand on a déjà des choses

il faut renforcer l'existant, le financer (à mort, jusqu'à notre mort), le construire.

Mais si vous ne savez rien de ce que la France fait déjà, vous continuerez à tâtonner dans le néant en disant "je veux du neuf"

avatar pagaupa | 

@YetOneOtherGit

Ah! Le serviteur de l’état nous aura gratifié aujourd’hui d’un sacré pavé ! 😂

avatar oomu | 

@pagaupa

je sers aussi l'Etat (citoyen de la république française actuellement employé dans une entreprise privé de logiciel linux) , et je ne vois pas le rapport avec le fait de rappeler des faits sur la France et Europe.

PAr exemple, rappeler aux ignares l'existence de STMicroelectronics. C'est une réalité, qu'elle vous plaise ou non, qu'elle aile dans le sens du préjugé que vous aimez ou non.

Débarrassez vous de votre goût et soyez libre.

oubliez aussi les vaines tentatives d'essentialiser (réduire quelqu'un à une "essence" qui explique tout, ici yetoneothergit=vile servant de l'Etat) pour balayer d'un revers de la main une personne.

C'est une chimère et cela vous mènera à rien.

-
Habituez vous aux pavés de texte. Les gens qui vous répondent en 3 mots ont rien à foutre de vous. Ils ne vous aiment pas.

Les gens qui prennent de leur temps pour écrire un "pavé", ils ont au moins un peu de considération envers vous. Le pavé de Yet au moins ils donnent une liste de choses à étudier, et quelques arguments pour rappeler que la France c'est pas que de la merde en barre.

Profitez en. Allez au delà, vous prenez les quelques mots qu'a donné Yet et vous fouinez wikipedia. Vous prenez l'angle qu'a donné Yet : "le plan calcul a fait émerger des grands noms de l'informatique en France", et vous cherchez ces noms et lisez de leur travaux.

Je vous donne un nom: Louis Pouzin

Dans le tas, y a du passionnant.

avatar YetOneOtherGit | 

@oomu

"je sers aussi l'Etat "

Ce n’est pas mon cas, mais j’ai eu le malheur de prendre la défense de la haute fonction publique cet été 😎

avatar YetOneOtherGit | 

@oomu

"et vous cherchez ces noms et lisez de leur travaux."

J’en fais un petit florilège plus loin ;-)

avatar pagaupa | 

@oomu

Defendez votre pote si vous voulez...
Pour ma part, j’en ai soupé des sachants doublés de soi-disants serveurs de l’état...
La vérité c’est que vous êtes formatés pour servir l’état, ce qui est totalement différent, et pas toujours pour de nobles missions...

avatar DamienLT | 

@pagaupa

Le comique est de retour... Au moins on apprend pas mal de choses avec ses « pavés », on ne peut pas vraiment dire la même chose avec toi 🙄

avatar YetOneOtherGit | 

@DamienLT

"Le comique est de retour... Au moins on apprend pas mal de choses avec ses « pavés », on ne peut pas vraiment dire la même chose avec toi 🙄"

Laissons lui son petit plaisir régressif qu’il prend visiblement en exhibant publiquement ses déjections, un retour au stade anal assez courant qu’on peut ignorer sans grande perte 😎😉

avatar DamienLT | 
avatar pagaupa | 

@DamienLT

Je ne suis pas là pour étaler ma vie... et encore moins mes diplômes...

avatar oomu | 

@YetOneOtherGit

merci d'avoir parlé de Prolog et l'Inria

il est trop facile de se contenter de se hair soi même (son propre pays) sans s'intéresser à ce qui réussi ou donné des fruits de qualité.

avatar YetOneOtherGit | 

@oomu

L’INRIA est une couveuse de monstres.

Un est d’ailleurs fortement lié à l’histoire d’Apple le regretté Jean-Marie Hullot disparu trop top (Il fît sa thèse avec un immense Monsieur : Gérard Hue)

Tant de belles choses sont nées à l’INRIA : Caml, OCaml, Esterel, Coq, MPFR, Scilab, ChorusOS...

Tant de géants sont liés à l’INRIA : Xavier Leroy, Gérard Hue, Gérard Berry, Thierry Coquand...

J’en oublie tant évidemment

avatar Tech | 
[Totalement hors sujet. MB]
avatar vincentn | 

C’est aussi sous sa présidence que la CNIL et la loi informatique et libertés sont nées, après l’affaire Safari, révélée en 1974 par Le Monde.

avatar Lucas | 

Sacré visionnaire quand même !

avatar YetOneOtherGit | 

@Lu Canneberges

"Sacré visionnaire quand même !"

Sur l’informatique ? Nous en sommes très loin (cf plus haut)

avatar YetOneOtherGit | 

@Lu Canneberges

Dans les politique français, si tant est que l’on puisse réduire son très riche parcours à ses fonctions politiques, qui ont eu une vision sur l’informatique il y a incontestablement le grand Jean-Jacques Servan-Schreiber (JJSS pour les intimes)

Un observateur attentif qui publia au début des années 80 « Le Défi mondial » grand succès de librairie où il analyse, entre autres, l’importance croissante de la révolution micro-informatique.

Il convaincra le gouvernement Mitterand de créer le Centre mondial informatique et ressource humaine où il attirera entre autres : Richard Stallman, Seymour Papert, Alan Kay, Nicholas Negroponte (qui s’inspirera fortement du concept pour créer le Media Lab du MIT) excusez du peu.

Il sera aussi à l’origine du Plan informatique pour tous auquel il avait associé Apple (qui fut écarté préférence nationale oblige)

Un sacré parcours dont je ne présente ici qu’une petite part.

avatar IceWizard | 

@YetOneOtherGit

« Il convaincra le gouvernement Mitterand de créer le Centre mondial informatique et ressource humaine où il attirera entre autres : Richard Stallman, Seymour Papert, Alan Kay, Nicholas Negroponte (qui s’inspirera fortement du concept pour créer le Media Lab du MIT) excusez du peu. »

Fichu Centre Mondial de l’informatique, conçu dans la logique geeko-masturbatoire de Seymour Papert, détaillée dans son ouvrage « Le jaillissement de l’esprit ». Projet vendu à Mitterand pour développer des outils éducatifs basés sur le langage Logo, afin de « reprogrammer l’esprit des jeunes français aux mathématiques supérieures » (modeste le Papert), et faire de la France de l’an 2000 la première puissance scientifique et technologique mondiale 🤯 !!!

Un gouffre à fric chimérique que Chirac s’est empressé de jeter aux oubliettes, dés son arrivée à la présidence française.

avatar YetOneOtherGit | 

@IceWizard

"conçu dans la logique geeko-masturbatoire de Seymour Papert"

😳😳😳

Un esprit brillantisime qui a eu une grande influence sur beaucoup des père de l’informatique moderne et un pédagogue exceptionnel.

avatar oomu | 

@IceWizard

le langage Logo et le plan informatque pour tous a permit d'initier toute une population (dont moi) à l'informatique. C'est évidemment cher, mais c'est à cela que sert l'argent: financer de tels projets.

Du temps de chirac, le bidule avait rempli son office, et on était déjà en période de démanteler thomson puis de tenter de le brader, comme des traitres à la nation, à la corée. donc bon..

-
il est inutile de sortir des formules grossières comme "geeko-masturbatoire de Seymour Papert". On sait pas où vous voulez en venir à part être condescendant et insultant.

avatar pagaupa | 

@oomu

« On sait pas où vous voulez en venir à part être condescendant et insultant. »
C’est l’hôpital qui se fout de la charité !

avatar BleuRooster | 

C’est pas une perte!

avatar quentinf33 (non vérifié) | 

@BleuRooster

Un commentaire qui respire le respect et l’intelligence encore une fois.

avatar Bruno de Malaisie | 

@quentinf33

D’accord avec toi!!!

avatar Bruno de Malaisie | 

@BleuRooster

Les mots qui s’échappent de nos lèvres sont parfois lourds de conséquences.
Matthieu Ricard

avatar DamienLT | 

@Bruno de Malaisie

Oh très belle référence merci à toi ☺️

Je me permets juste de la mettre en entier :

« Simplifier nos paroles en évitant de faire de notre bouche un moulin à bavardages inutiles qui tourne sans pouvoir s’arrêter.

Les mots qui s’échappent de nos lèvres sont parfois lourds de conséquences. »

Extrait tiré du livre : Trois amis en quête de sagesse

avatar axel42 (non vérifié) | 

@Bruno de Malaisie

Très beau. Je retiens.

avatar hledu | 

Il a notamment fait naître la télématique, le Minitel, porté le projet TGV jusqu’à sa mise en service,... un président qui a réellement voulu et réussi à moderniser la France, ce dont son successeur a largement profité, soit dit en passant.

avatar Danny Wilde | 

@hledu

Exact

avatar onclebobby | 

N'oublions pas la création de la CNIL en 1978, la France fur le premier pays au monde à se doter d'un organisme de réglementation des données privées!

avatar oomu | 

@onclebobby

et qui n'a eu cesse d'encombrer les gouvernements successifs (jusqu'à aujourd'hui encore), et qui progressivement fut privée de tout pouvoir de nuisance

mais la CNIL perdure et elle est nécessaire. C'est une très bonne chose.

avatar House M.D. | 

Le premier homme politique en fonction (ministre des finances à l’époque) à voler sur Concorde, même si un peu poussé par Pompidou ;)

avatar bugman | 

Au revoir Monsieur.

avatar padbrest | 

Ce visionnaire fut aussi le dernier à utiliser un instrument de haute technologie : la guillotine...

avatar fabricepsb71 | 

Mais il n'en fut pas l'inventeur
par contre, c'est sous son mandat que la TVA fut inventée
La France est la référence mondiale pour la fiscalité, dommage que ce ne soit pas le cas dans d'autres domaines

avatar raf30 | 

RIP VGE

avatar Mike Mac | 

Valéry Giscard d'Estaing, le président qui a vu naître l'informatique personnelle.

Valéry Giscard d'Estaing, le président qui a fait naître le regroupement familial.

avatar vincentn | 

@Mike Mac

Sympa la reprise partielle du tweet de Marine Le Pen et du RN. On vous voit.

avatar pilipe | 

@vincentn

Est ce que ça en fait un mensonge ? Non.

avatar vincentn | 

@pilipe

Est-ce que, quoique l’on pense de cette décision (bonne, pour moi, ou mauvaise chose) cela le limite à cela ? Non. Très loin de là même.
Or depuis hier soir, certains, d’une certaine obédience et/ou pensée politique, ne reprennent que cette affirmation, partout, sur les réseaux sociaux ou en commentaires d’articles sur lui, ici ou ailleurs, faisant abstraction de tout le reste en bien (majorité, IVG, femmes, Rambouillet, Europe,…) comme en mal (les divers scandales, le refus de l’abolition de la peine de mort ou de la pénalisation de l’homosexualité, le chômage et la lutte contre les diverses crises économiques, etc.)

avatar oomu | 

@vincentn

merci @vincentn.

avatar oomu | 

@pilipe

vous venez de me convaincre que VGE n'était pas un si mauvais homme.

avatar YetOneOtherGit | 

@vincentn

"Sympa la reprise partielle du tweet de Marine Le Pen et du RN. On vous voit."

Ce qui est impressionnant c’est que les opinions politiques gerbogénes des contributeurs transpirent même quand ils ne parlent que d’Apple.

Je me suis rendu compte de la corrélation forte entre les postures politiques et les postures sur des considérations plus au cœur de MacGe.

Beaucoup de ceux dont les propos sur l’informatique me donnent la nausée ont des vues politiques du même acabit.

C’est un constat, je trouve, assez intéressant 😎

avatar oomu | 

@YetOneOtherGit

oui.

et parce que + l'informatique (ou le geekisme de robot géants au cinéma, par exemple) deviennent des outils et cultures dominants (qui font parti de la vie de tout le monde), plus ils sont aussi le terrain du militantisme politique de tout un chacun

autrement dit: l'affect politique infecte tout.

je pense que via mes commentaires sur le Mac (et ma détestation de l'apple tv), l'opensource et logiciel libre, vous pourriez brosser grosso modo un portrait de mes convictions (on en est plus à des opinions à mon âge, hahah) politique : le type de monde que je pense meilleur pour le bien d'autrui (le mien propre n'a aucun intérêt).

pour en revenir à l'informatique, ce n'est pas qu'une technique, mais un domaine porteur de culture, et la culture est un sujet qui concerne que trop les politisés. On est donc obligé aussi d'y subir les fascistes.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR