Taxe sur les importations chinoises : Apple pourrait être en première ligne

Mickaël Bazoge |

Poussant toujours plus loin le protectionnisme, Donald Trump a annoncé aujourd'hui qu'il allait imposer des tarifs douaniers sur les importations de biens provenant de Chine, à hauteur de 50 milliards de dollars. On saura dans les prochaines semaines la liste des produits en question, mais il s'agira en majorité de produits high-tech. Comme l'iPhone ?

Il s'agit pour la Maison Blanche de répliquer au transfert forcé de propriété intellectuelle d'entreprises américaines vers la Chine ; les sociétés chinoises exploitent ensuite cette intelligence pour concurrencer les produits américains. Des transferts qualifiés d'« injustes » par les autorités US.

La balance commerciale américaine vis à vis du géant chinois était l'an dernier déficitaire de 375 milliards de dollars. Cela signifie que les États-Unis importent bien plus de produits depuis la Chine que la Chine n'importe de produits américains sur son sol. « Ce que je veux, c'est la réciprocité », a expliqué le président milliardaire. « Quand [la Chine] taxe une voiture [américaine] à 25%, et quand nous taxons une de leurs voitures à 2% quand elle vient aux États-Unis, ce n'est pas bon ».

Apple pourrait souffrir de cette nouvelle guerre commerciale qui pointe, quelques semaines après la hausse sensible des taxes sur l'importation de métal et d'aluminium (lire : Tarifs douaniers : comment une décision de Trump pourrait faire augmenter le prix des produits Apple).

Les produits d'Apple sont comme chacun sait fabriqués en Chine. L'an dernier, 61 millions d'iPhone ont été importés de Chine vers les États-Unis : à eux seuls, les iPhone 7 et 7 Plus ont pesé 15,7 milliards de dollars dans le déficit de la balance commerciale américaine (4,4%). Et on ne parle là que de deux appareils d'Apple.

L'iPhone X en petits morceaux. iFixit.

Le constructeur californien a tout de même une carte à jouer, et peut-être même deux, pour éviter de voir ses produits subir une taxe lors de leur entrée sur le territoire américain. D'une, la Pomme peut faire valoir les investissements qu'elle compte effectuer aux États-Unis suite à la réforme fiscale de la fin 2017 (lire : Apple veut rendre l'Amérique encore plus grande). Tim Cook l'a certainement évoqué avec le Secrétaire du Trésor Steven Mnuchin, qui a visité Apple Park la semaine dernière.

D'autre part, Apple peut tenter de convaincre la Maison Blanche que la manière dont est calculé le déficit commercial est biaisée. L'iPhone est certes assemblé en Chine, mais tous ses composants ne proviennent pas du pays : on retrouve le monde entier dans un smartphone d'Apple ! La Corée du Sud est représentée avec Samsung, LG et SK Hynix, mais il y a aussi le Japon, la Malaisie, le Brésil, l'Allemagne… et même la France avec Microchip et STMicroelectronics.

Sur la facture des composants d'un iPhone X, estimée par IHS Markit à un peu plus de 370 $, la part qui revient à la Chine ne représente que 3 à 6%, la majorité étant de l'assemblage. Mais les statistiques étant ce qu'elles sont, c'est l'ensemble de cette facture qui est pris en compte dans le calcul des exportations chinoises.

Chez Pegatron.

Le déficit commercial des États-Unis envers la Chine baisserait de 36%, soit 239 milliards de dollars, si le calcul prenait en compte la nature complexe de la chaîne d'assemblage d'Apple et des autres entreprises qui font assembler leurs produits en Chine.

Dans ces conditions, viser un pays spécifique — ici la Chine — en imposant des taxes d'importation n'est pas forcément la meilleure idée : cette mesure ferait plus de mal aux entreprises américaines qu'à l'économie chinoise. Sans oublier que la Chine aussi pourrait répliquer avec ses propres mesures…

avatar fskynet67 | 

Article intéressant mais je viens de remarquer que dans beaucoup d’article dans divers médias concernant Trump il est toujours qualifier de "président milliardaire" à la rigueur on s’en fou... commence à le savoir maintenant 😉

avatar Mickaël Bazoge | 
Oh, c'est pour éviter de répéter "Donald Trump" ou "le président américain" en fait. Mais sinon oui c'est un peu poche.
avatar spece92 | 

@MickaëlBazoge

C’est surtout péjoratif (dans ce pays).
On aime pas les riches au pays des cocos/bobos c’est connu.

avatar kyliane | 

@spece92

Les insoumis n’aiment pas les riches, nuance :)

avatar madaniso | 

Les insoumis... Ce nom...
En plus, c'est souvent les plus soumis à ce qu'ils dénoncent mais bon...

avatar Captain Bumper | 

@kyliane : même s’ils cherchent à le devenir discretos.... Le cœur à gauche, le porte-feuilles à droite...

avatar Mickaël Bazoge | 

@spece92

Bof.

Il est président, il est milliardaire (aux dernières nouvelles), il y a rien de péjoratif là dedans.

avatar spece92 | 

@MickaëlBazoge

Obama et Clinton sont millionnaires aussi je te mets au défi de sortir un article où ils sont appelés « président-millionnaire » etc. 😏

avatar Mickaël Bazoge | 

@spece92

C’est à dire que Trump a suffisamment fait étalage de sa richesse pour qu’on puisse le qualifier de milliardaire. C’est pas une injure que je sache.

avatar spece92 | 

@MickaëlBazoge

Tu t’enfonces, mets moi un lien où Mr Trump « fait l’étalage » de sa richesse. 😂

avatar Mickaël Bazoge | 
Bin, il fait pas très smicard sur ce genre de photos : https://www.chron.com/homes/article/At-home-with-Donald-and-Melania-Trump-6743792.php
avatar spece92 | 

@MickaëlBazoge

Chron c’est un tabloïd c’est pas Paris Match.
T’as pas un truc plus « officiel » (depuis qu’il fait de la politique puisque c’est le sujet de l’article) ?

avatar Mickaël Bazoge | 

@spece92

Alors attend, j’ai cette série d’images proposées par l’agence Getty Images. Pas vraiment des paparazzis... ça date de janvier 2016 à ce que je vois.

https://www.gettyimages.ca/event/donald-and-melania-at-home-shoot-679939...

avatar spece92 | 

@MickaëlBazoge

C’est SA maison et c’est sa famille.
Il est milliardaire c’est ainsi.
Je vois pas d’étalage de richesse : c’est SES goûts ce decorum.

avatar Mickaël Bazoge | 

Il est milliardaire, on est d’accord. Il est donc président et milliardaire. Ça s’arrête là, je vois pas où est le souci en fait, dans mon esprit il n’y a rien de péjoratif là dedans (mais vraiment).

avatar spece92 | 

@MickaëlBazoge

Oui laissons tomber.
Avé Trump ! 😂

avatar iPop | 

@MickaëlBazoge

Elles sont terribles , on croirait voir un péplum

avatar iPop | 

@MickaëlBazoge

Mais non, c’est une photo dans un décor de photographe 🤔🤪

avatar NORMAN49 | 

À la différence près qu'ils n'ont jamais (travaillé) fait autre chose que fréquenter les couloirs des administrations américaines et... créer des "fondations" pour mettre leur fric à l'abri.
Faire fortune dans l'administration, un exploit que les Clinton ont magistralement réalisé.
PS à quand un "crooked Hillary" accolé au nom Clinton comme président "milliardaire" ?-)))

avatar byte_order | 

Parce que parler des gens "d'en bas", d'ouvrières illettrées, de la théorie foireuse des premiers de cordée (alors que l'écart entre les riches et les autres n'a cessé de croitre depuis 30 ans dans toutes les observations statistiques), du chômeur-fainéant, de pays "de merde", c'est pas péjoratif ?

Par ailleurs, 1) c'est factuel et 2) c'est inédit dans l'histoire des présidents américains.

C'est quoi le problème ? Cela vous gène qu'on parle de richesse d'hommes politiques ?
Pourtant, eux, ne cesse de parler d'argent, de serrage de ceinture, d'efforts financiers, d'approche comptable, de (non-)rentabilité, etc.

C'est marrant comment faire référence à l'argent c'est okay dans un sens, mais dans l'autre c'est vécu comme un problème, une insulte.
Va falloir assumer de chaque coté, hein. La richesse n'est pas en soit un argument de valeur forcément négatif mais pas nan plus automatiquement positif.

Trump est milliardaire. Et président. Et c'est le premier président américain qui soit également milliardaire. C'est aussi le premier à autant tweeter, par exemple, et on lit régulièrement également l'expression "Trump l'accro du tweet".

Réagir sur ce type d'expressions est autant révélateur sur celui qui l'emploi que sur celui que cela gène...

avatar Bloodwave | 

"d'ouvrières illettrées [...] c'est pas péjoratif ?"

Dans ce cas précis non. Tout comme le niveau de richesse de Trump, l’illettrisme de certaines ouvrières de GAD est factuel.

avatar C1rc3@0rc | 

@Mickaël Bazoge

«Oh, c'est pour éviter de répéter "Donald Trump" ou "le président américain" en fait»

Et qu'est ce que repeter "Donald Trump" pose comme probleme quand il est le sujet de la phrase?
Les americains - qui ont du mal a utiliser des mots de plus de 3 syllabes - utilisent le terme POTUS pour designer le locataire de la Maison Blanche. Je n'aime guere ce genre d’abréviations, mais l'usage est courant. Entre ça et utiliser le terme officiel "le president des Etats-Unis d'Amerique Donald Trump", le designer par son nom est tout a fait legitime. Non?

Je suis d'accord avec fskynet67, d'autant plus que des présidents milliardaires il y en a un pas qu'un (on a même eu un - mème si c’est la fortune de sa femme qui lui permettait de se rengorger de cet "titre")

avatar Mickaël Bazoge | 

@C1rc3@0rc

Mais bon sang y’a pas de problèmes. Je ne veux pas utiliser les mots « Donald Trump » deux fois dans une même phrase, c’est tout. Sinon ça fait répétition et voilà.

avatar spece92 | 

@MickaëlBazoge

C’est péjoratif : c’est du Trump bashing. À l’insu de ton plein gré certainement.

avatar Mickaël Bazoge | 
On va dire ça.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR