Apple financerait secrètement un lobby de petits développeurs acquis à sa cause

Mickaël Bazoge |

À l'occasion, Apple n'a rien contre les coups tordus. On a ainsi vu l'entreprise militer à la fois pour et contre un projet de loi sur la protection de l'environnement aux États-Unis. Le nouvel exemple donné aujourd'hui par Bloomberg est assez édifiant dans sa description du fonctionnement opaque du lobbying aux États-Unis.

L'App Association (ACT) se présente comme un groupe de défense des intérêts des « petits développeurs » (l'association revendique 5 000 membres). Le lobby est régulièrement invité à participer aux travaux du Congrès US, il organise aussi des réunions entre les développeurs et le législateur.

Malgré la défense de façade des développeurs indépendants, les propositions de l'ACT sont généralement alignées sur l'agenda d'Apple. L'association s'est par exemple opposée à l'Open App Markets Act, une proposition de loi actuellement débattue qui vise à dénouer les liens entre Apple et l'App Store. Les arguments avancés par l'ACT sont ceux de la Pomme : une ouverture de la boutique menacerait la confidentialité et la sécurité de l'App Store.

Si ACT est aussi proche des propositions d'Apple, c'est pour une bonne raison : le constructeur fournit au groupe plus de la moitié de son budget. En 2020, ce budget se montait à 9 millions de dollars. L'ACT n'a pas voulu préciser le montant versé par Apple qui, selon les sources de Bloomberg, réglerait en fait la quasi-totalité des factures. Pourtant, Apple ne fait pas partie des membres de l'association, contrairement à AT&T, Intel ou encore Verizon.

Apple n'a pas voulu commenter l'histoire, en revanche l'ACT se défend d'être un faux-nez du constructeur. « Notre travail est de nous assurer que nous prêtons attention à l'impact, involontaire ou pas, des décisions du gouvernement sur toutes ces petites entreprises qui développent des logiciels cools », explique Morgan Reed, le président de l'association.

Il assure aussi que les positions de l'ACT sont prises en fonction de ses membres, sans qu'Apple soit impliquée. Mais le groupe tient aussi compte des arguments du constructeur.

Lobbying : record de dépenses pour Apple à Washington

Lobbying : record de dépenses pour Apple à Washington

Il se pourrait cependant que l'histoire soit encore plus compliquée. 9to5Mac rapporte en effet qu'Apple sponsorise — et cette fois c'est transparent — l'initiative AllThingsFRAND mise en place par ACT qui vise à réformer les brevets FRAND (brevets « justes, raisonnables et non-discriminatoires »). L'argent versé par la Pomme dans le cadre de cette mission peut-elle éponger plus de la moitié du budget annuel de l'association ? La question n'a pas de réponse pour le moment.


avatar Florent Morin | 

Je suis un petit développeur.
Je ne fais pas parti de ACT.
Je touche 0 € d’Apple.
J’ai toujours eu une bonne écoute du constructeur, y compris lors de litiges. Que ce soit au travers des feedbacks ou des retours de soumission App Store.
Et je suis en général assez en phase avec les propositions du constructeur qui répondent aux attentes des développeurs.

D’ailleurs, n’oublions pas que l’App Store lui-même est né d’une demande des développeurs.
Ça a toujours été gagnant-gagnant.

Quoi que veuillent en dire les légendes populaires du gros méchant qui écrase les touts petits.

🤷‍♂️

avatar redchou | 

@FloMo

« Je touche 0 € d’Apple. »
Assez étrange pour quelqu’un qui a des Apps sur l’AppStore quand même.

avatar Florent Morin | 

@redchou

Je n’en ai aucune en ce moment. Et ce depuis 5 à 10 ans. Faute de temps pour les maintenir.

avatar BeePotato | 

@ redchou : « Assez étrange pour quelqu’un qui a des Apps sur l’AppStore quand même. »

Pas si étrange : il y a pas mal de développeurs qui ont des applications sur l’App Store et ne touchent pas d’argent d’Apple. Et oui, les applications gratuites, ça existe. 😉

avatar redchou | 

@BeePotato

Oui, il y a pas mal de dev qui ne paye pas de commission et qui trouve complètement normal que d’autre paye pour eux.. 😅

avatar fte | 

@redchou

"Assez étrange pour quelqu’un qui a des Apps sur l’AppStore quand même."

Celui qui a des apps sur le Store paie Apple, pas l’inverse.

avatar redchou | 

@fte

D’après la version officielle, pour Apple, sans eux, rien de tout cela ne serait possible, d’ailleurs ils rappellent à chaque WWDC à quel point ils sont généreux envers les développeurs, et le montant de ce qu’il leur ont gracieusement versé… 🤣

avatar fte | 

@redchou

"et le montant de ce qu’il leur ont gracieusement versé… 🤣"

Oui alors là on touche à une autre question et je ne vais pas commenter, je n’ai pas de savon à proximité pour me laver la bouche après.

avatar redchou | 

@fte

Dois-je en conclure que vous n’êtes pas d’accord avec la version officielle ? 🤪

avatar jerome74 | 

"« Je touche 0 € d’Apple. »
Assez étrange pour quelqu’un qui a des Apps sur l’AppStore quand même."

Plait-il?? Les développeurs qui ont des apps payantes sur l'app store PAYENT des sous à Apple, et non l'inverse. 99 € / an + 15 à 30 % des ventes. Les sous qu'ils reçoivent ne viennent pas des poches d'Apple mais des clients!

avatar redchou | 

@jerome74

Oui, il y avait un côté sarcastique 😉

avatar fte | 

@FloMo

"🤷‍♂️"

C’est ton opinion. Ça se discute.

Les faits sont ce qu’ils sont. Leur interprétation se discute.

J’ai une autre opinion. Ça se discute.

avatar Captain Bumper | 

@fte : oui le développeur paye Apple, pour l’App Store, l’hébergement, le système de vente, etc. Rien n’est gratuit dans la vie, et surtout paradoxal d’être choqué par cela quand soi même on passe son temps à revendiquer la valeur de son travail ou de celui des développeurs, qu’il faut les payer plus etc. Non pas que je conteste ce point, mais il ne faut pas le renier aux autres, même quand c’est Apple. Et si ça ne convient pas, on développe pour une autre plateforme.

avatar fte | 

@Captain Bumper

?!

De quoi tu causes ? Les services d’Apple sont payants. Oui. So what ? Que justifie cette réponse véhémente ?

avatar Captain Bumper | 

@fte

Aucune véhémence, juste une réponse à ta remarque que je trouve discutable. Faut pas juste écrire « ça se discute » faut aussi l’appliquer sans se sentir agresser à la moindre contestation. Sort respirer un coup va!

avatar fte | 

@Captain Bumper

"juste une réponse à ta remarque que je trouve discutable."

Il n’y a rien à discuter.

C’est un fait. Un développeur qui a des apps sur l’App Store paie Apple.

Je n’ai rien dit d’autre, ni exprimé d’opinion, juste un fait très simple et vérifiable.

Je soupçonne que tu te trompes d’interlocuteur.

avatar Captain Bumper | 

@fte

"il n'y a rien à discuter [...] je soupçonne que tu te trompes d'interlocuteur"

Non je ne me trompe pas d'interlocuteur, mais moi je soupçonne que tu souffres de schizophrénie pour dire une chose et son exact contraire 4 messages plus bas. ("leur interprétation est discutable / c'est discutable / il n'y a rien à discuter")... Du coup je réitère le conseil : sort respirer un coup mais n'oublie pas de prendre tes comprimés au passage...

avatar fte | 

@Captain Bumper

Je n’ai pas besoin de pilules.

Mais je te suggères de prendre des cours de lecture. Il semble qu’il y ait un gros manque de ce côté.

avatar Captain Bumper | 

@fte

Laisse l’évaluation des supposées compétences à ceux qui savent le faire. En attendant tu serais inspiré d’apprendre à t’exprimer clairement plutôt que de te permettre de corriger les gens de manière fort malvenue. Ce que l’on conçoit bien…. Toussa toussa….

avatar fte | 

@Captain Bumper

"Laisse l’évaluation des supposées compétences à ceux qui savent le faire."

OH IRONIE.

"manière"

Juste, autre thème qui laisse fortement à désirer, les manières.

Passons. Je préfère utiliser mon temps ici à converser avec des adultes. Bye.

avatar anton96 | 

@Captain Bumper

"oui le développeur paye Apple, pour l’App Store, l’hébergement, le système de vente, etc. Rien n’est gratuit dans la vie"

Dans la mesure où Apple l’oblige c’est pas vraiment argument.

avatar Captain Bumper | 

@anton96

Mais dans l’absolu personne ne force qui que ce soit à développer pour les plateformes d’Apple et de se plier à ses conditions si ces dernières ne conviennent pas. My home, my rules. Si les conditions d’Apple sont jugées iniques, faut pas y aller mais en l’occurrence, cela semble encore suffisamment bon pour que beaucoup préfèrent rester à table.

avatar anton96 | 

@Captain Bumper

Dans l’absolu on peut toujours ne pas faire de business mais c’est quand même mieux de pouvoir en faire.

Mais il y que deux plateformes mobiles, ça ne laisse pas vraiment le choix.

avatar Captain Bumper | 

@anton96

Allons allons, que je sache personne n'empêche qui que ce soit de faire du business, et le développement d'application iOS ou plus généralement mobiles n'est pas le seul business... Faut arrêter de penser que tout t'es dû... Déjà c'est faire du business en profitant d'un marché et d'un business créé par d'autres, il est normal que chacun prenne sa part... Si tu veux ne rien devoir à personne, va falloir tout créer de zéro, mais bien sûr c'est pas le même TAF, et ça laissera moins de temps pour faire la pleureuse sur Twitter...

avatar Sindanárië | 

@FloMo

Ah ouais ! Punaise tes apps … ces trucs qui diffusaient plus de pubs que toutes les chaînes de la TNT réunies ?
M’en souviens 😃

avatar Lemmings | 

@Florent Morin : Syndrome de Stockholm ? 😅

avatar IceWizard | 

@FloMo

« D’ailleurs, n’oublions pas que l’App Store lui-même est né d’une demande des développeurs. « 

Euh .. vraiment ?
Faut-il rappeler que Steve Jobs voulait utiliser Linux comme OS pour l’iPhone ? Et que plusieurs de ces collaborateurs ont insistés pour avoir un système d’exploitation dérivé de MacOS afin que les développeurs Mac extérieurs puissent garder leurs habitudes et outils habituels ?

Comme ils n’arrivaient pas à trancher, Apple a développé deux projets d’OS rivaux, les fameux « Purple Projects » 1 et 2. Après comparaison des deux et moultes tests, Jobs a admis que la solution dérivée de MacOS était la meilleure pour les développeurs gravitant dans l’environnement Apple.

Si Apple n’avait pas eu l’intention d’ouvrir l’iPhone aux développeurs, la question de leurs faciliter le travail n’aurait pas eu tellement d’importance dans la phase de conception du produit.

avatar Florent Morin | 

@IceWizard

> Euh .. vraiment ?

À l’origine, lors de la présentation de l’iPhone, la solution proposée aux développeurs était de concevoir des apps web.

C’est suite aux demandes des développeurs que l’App Store est né, avec le SDK qui va bien.

Sans la plateforme App Store, aucun petit développeur n’aurait pu émergé. L’expérience en était déjà faite : les apps natives sur des plateformes aussi populaires que Nokia faisaient uniquement vivre les mastodontes.

avatar IceWizard | 

@FloMo

C’est assez contradictoire avec les révélations faites ultérieurement sur les Purple Project. Les vérités publique officielles ne sont pas toujours les mêmes que les vérités en interne.

avatar anton96 | 

@FloMo

"Sans la plateforme App Store, aucun petit développeur n’aurait pu émergé"

Des webapps, il y en a plein même si c’est plutôt des sass.
Le web en général c’est plus facile à développer et surtout Apple a déjà peu écraser des tats de petit développeur en leur barrant la route de l’app store pour des règles plus ou moins floues.

avatar Florent Morin | 

@anton96

> Des webapps, il y en a plein même si c’est plutôt des sass.
> Le web en général c’est plus facile à développer

C’est pour ça que c’était la solution initialement préconisée. Cf vidéo de présentation de l’iPhone premier du nom.

avatar byte_order | 

@FloMo
> C’est suite aux demandes des développeurs que l’App Store est né, avec le SDK qui va bien.

C'est également face aux jailbreakers et la prise de conscience qu'il y avait un intérêt financier et de contrôle considérable à proposer le support d'apps natives, via un canal monopolistique très profitable pour Apple.

Apple aurait parfaitement pu proposer le SDK, comme pour macOS, sans imposer un store pour autant. Cela aurait répondu à la demande des développeurs, qui ne ralaient pas en raison de l'absence de store monopolistique mais en l'absence de possibilité de développer des apps natives, là où ils avaient déjà des compétences, plutôt que de devoir faire des sites web, qui n'était pas franchement le domaine de compétence principal et qui limitait fortement ce qui était possible de proposer.

Avec plusieurs stores, très rapidement une app permettant de chercher des apps sur l'ensemble des stores dispos serait apparu, comme il existe des apps qui proposent de faire des recherches d'hotels, de gites, du meilleur prix pour un truc, de où voir tel vidéo on demand, etc.

Par ailleurs, cette façon de présenter les développeurs comme devant leur vie à l'existence de l'appstore est ridicule : la demande était et est là, très forte, depuis 30 ans déjà, c'est un secteur en manque de profil structurellement, les gens qui développent des apps iOS ne seraient pas des clodos sans l'existence de l'AppStore, ni même iOS : ils développeraient juste pour d'autres clients sur d'autres plateformes, rien d'autre.

Peut-être que plus d'entre-eux seraient des salariés plutôt que des indépendants, certes, mais il reste à voir si un développeur qui ne vit que de ces apps iOS est vraiment isi indépendant que ça, vu que c'est Apple qui a droit de vie et de mort sur la distribution, sur ce que l'app a le droit ou pas de faire, et même sur quelle grille tarifaire est autorisée...

D'ailleurs, vous-même semblez vivre désormais d'autres choses que du développement d'apps iOS distribuées sur l'AppStore. Croyez-vous vraiment que sans l'AppStore, en ayant un gout pour le développement, vous n'auriez pas pu faire carrière dans ce secteur général d'activité du développement de logiciels !?

avatar IceWizard | 

@byte_order

Merci de cette démonstration de la manière dont opère un lobbyiste !

avatar Lemmings | 

@FloMo : c'est en réalité un peu plus complexe que ça.

Jobs disait en effet limiter les apps aux web apps, il y avait même une page chez Apple qui faisait office de "store" qui listait les web apps disponibles un peu partout.

Sauf que très rapidement des développeurs ont "hacké" l'OS pour profiter des possibilités plus grandes du natif et ont commencé à proposer des applications.

Apple a donc rapidement évoqué un marché d'App et un SDK natif. Mais ne soyons pas crédules, il est impossible que Apple n'ait pas prévu la chose en amont ! Prévoir un SDK complet, un app store, les formules d'abonnements, le paiement en ligne, la gestion des certificats et tout...

avatar fte | 

@FloMo

"Sans la plateforme App Store, aucun petit développeur n’aurait pu émergé. L’expérience en était déjà faite : les apps natives sur des plateformes aussi populaires que Nokia faisaient uniquement vivre les mastodontes."

Il facile de dire ce qui s’est produit une fois que ça s’est produit et d’affirmer que si ça ne s’était pas produit ainsi ça ne se serait pas produit du tout. Et de produire un exemple allant dans ce sens. Il y a beaucoup d’autres exemples montrant le contraire.

Car oui, bizarrement, de petits développeurs arrivaient à vivre de leur activité avant l’App Store. Car non, stupeur, le business du développement n’a pas débuté avec l’App Store. Tiens, moi, par exemple. Je vivais avant l’iPhone. Très bien même, vraiment très bien.

Tu ne fais que propager le marketing de la pomme, assorti d’un sophisme de pente glissante. Ce que fait également Apple.

Mais ce n’est que ça : une croyance en du marketing d’une multinationale pas d’ici.

Et qu’est-ce qu’il en reste aujourd’hui de l’eldorado des débuts de l’iPhone ? Indice : c’est mort.

avatar IceWizard | 

@fte

« Et qu’est-ce qu’il en reste aujourd’hui de l’eldorado des débuts de l’iPhone ? Indice : c’est mort. »

C’est pas toi qui disait avoir payé ta maison, avec les ventes d’applications iOS des premières années. Elle a brûlé ?

avatar fte | 

@IceWizard

"C’est pas toi qui disait avoir payé ta maison, avec les ventes d’applications iOS des premières années. Elle a brûlé ?"

Il y a eu un eldorado. Je ne dis pas qu’il n’y en a pas eu. Il y en a eu d’autres avant. Je dis qu’aujourd’hui ce n’en est plus un.

Quant à ma maison, elle a été payée avant le premier iPhone grâce à un bon business de développement pas sur iOS qui donc n’existait pas encore.

Putain je suis vieux. Ça ne s’améliore pas.

avatar IceWizard | 

@fte

« Putain je suis vieux. Ça ne s’améliore pas. »

L’entropie est toujours la seule gagnante, à la fin !

avatar samesuffit | 

Moi de même

avatar redchou | 

C’est pas ce truc où les soit disant développeurs membres n’étaient même pas au courant qu’ils en faisaient parti?
Rappelons que le directeur de cette asso bidon est un ancien lobbyiste de chez Apple… 🤣
Ça mérite une petite sanction comme les US savent les faire au entreprises FR…
3 ou 4 milliard pour manipulation du processus législatif d’amende et interdiction de tout lobbying pendant 10 ans, ça me parait un minimum.

avatar occam | 

1 : « Follow the money. »
2 : « Developers, developers, developers! »

avatar Adodane | 

Les vendus ! 😅🤣
On comprend mieux les études favorables et les beaux discours 😁😂

avatar Piezi | 

🤔Y aurait-il des lobby contre Apple?

avatar AFLC7 | 

Ce qui est choquant c’est le lobbying, et ici l’association a été achetée en plus… Beaucoup « d’associations qui nous veulent du bien » au delà du marigot de la « tech » ont dans leur budget de généreuses donations qui leur fera défendre les vues de leur « mécène ». L’Europe, ce machin non élu des peuples l’a institutionnalisé. Le monde non Anglo Saxon et la langue française appellent ça de son vrai nom : la corruption.

avatar anton96 | 

@AFLC7

Oui complètement, entre les choses folles que fait l’Europe, le lobbying c’est encore bien un de ces trucs qu’on a pas demandé, qui ne jamais existé à l’échelle nationale et que personne de ne veux ( ou presque bien sûr ).

avatar Captain Bumper | 

Le problème des lobbys dépasse le cadre d’Apple ou de ces histoires qui font mouiller la culottes de bon matin aux Apple haters qui ne voient pas plus loin qu’une occasion de se faire mousser toute la journée dans les commentaires de la news.
Non, le problème du lobbying est son opacité. Du côté entreprise on s’en serait douté, mais du côté politique et institutionnel ça reste problématique : obscure, peu d’informations sur qui milite pour/contre quoi, propos/position souvent édulcorés ou ne présentant pas les tenants et aboutissants réels. Soit il faudrait l’interdire (mais je n’y croit guère ça se ferait sous le menteau et ça serait pire) soit il faut l’encadrer, le rendre parfaitement transparent voire participatif et sanctionner lourdement les transgressions d’un côté comme de l’autre.

avatar JohnWalker | 

Détendez vous la nouille les gars 😱

avatar marc_os | 

> une ouverture de la boutique menacerait la confidentialité et la sécurité de l'App Store.

Et alors, c'est faux ?

Rq: Une fois lue cette ligne, j'ai arrêté de lire cet article à charge (comme le montre la première phrase : « Apple n'a rien contre les coups tordus »).

avatar byte_order | 

@marc_os
> Et alors, c'est faux ?

C'est parfaitement contestable, oui.

La confidentialité et la sécurité n'ont pas besoin que la distribution soit monopolistique :
- les aliments, les médicaments sont distribuées par de multitudes de distributeurs, et pourtant on a pas des millions de morts pour autant pour cause d'aliments non consommables ou des médicaments aux effets secondaires hors de contrôle

- la confidentialité des communications sur Internet n'a nullement besoin que tout passe par un seul et unique opérateur de réseau, une seule infrastructure centrale. C'est même le contraire, d'ailleurs ! Internet a même été conçu pour éviter, justement, le mono-canal de distribution, afin d'être bien plus résiliant.
- la sécurité routière n'impose nullement de devoir emprunter exclusivement le réseau autoroutier d'une seule entreprise, ni de devoir forcément acheter un véhicule d'une marque particuliere, ni de l'avoif forcément acheté à un concessionnaire de la marque plutôt qu'à un revendeur tiers.

Y'a une confusion entre besoin d'un mécanisme veillant à la validation et à la certification de conformité des choses à un cahier des charges, avec un soit-disant besoin que ces choses soient ensuite distribuées aux consommateurs finaux par un distributeur unique.

La raison de cette confusion est simple : Apple ayant volontairement lié les deux en ce qui concerne les apps iOS, car, elle, elle a besoin, financièrement besoin, que la chose soit distribué par elle car c'est sur cela qu'elle capte des profits. Elle joue à faire croire qu'il serait impossible de séparer la partie qui valide et certifie conforme les apps de leur distribution sur son store (et donc sa commission sur chaque distribution et/ou abonnement) à elle.

Pourtant, rien ne l'empêcherait de proposer son service de validation d'apps iOS séparément, contre rémunération.
Mais entre toucher une rémunération à chaque validation et une rémunération à chaque distribution et/ou chaque achat in-app, elle a vite fait son choix : la distribution imposée multiplie ses profits, là où la validation, elle, ne lui apporterait qu'un label d'apps conformes au niveau de qualité qu'elle veut.

Par ailleurs, faudra expliquer en quoi refuser des apps qui se rapportent à des produits ou plateformes concurrentes a quoi que ce soit à voir avec la sécurité ou la confidentialité, hein.

avatar Terrehapax | 

@marc_os
"Rq: Une fois lue cette ligne, j'ai arrêté de lire cet article à charge (comme le montre la première phrase : « Apple n'a rien contre les coups tordus »)."

J'ai eu exactement la même réaction. Je sais que MacG mène depuis des années une guerre féroce contre l'AppStore, en particulier Bazogue (c'est son côté Antifa), mais, pour reprendre la comparaison alimentaire de byte_order, c'est comme si un type qui vend des bouteilles d'eau remplies à son robinet dénonçait du matin au soir Carrefour ou Leclerc parce qu'ils ne veulent les distribuer.

CONNEXION UTILISATEUR