Lobbying : record de dépenses pour Apple à Washington

Mickaël Bazoge |

Après des années de laissez faire, les législateurs des deux côtés de l'Atlantique ont désormais la main lourde quand il s'agit de rééquilibrer les rapports de force avec les grandes entreprises du numérique. On l'a bien vu avec le DMA européen, qui va imposer de profonds changements pour le modèle économique de l'App Store et de l'iPhone.

Crédit : Mike Stoll (Unsplash)

En face, les mastodontes du numérique ne sont pas désarmés. Ils ont toutes les ressources possibles pour faire entendre leur voix, et puisque les projets de loi se multiplient, les dépenses en lobbying également. Apple a ainsi englouti 2,5 millions de dollars durant le premier trimestre pour peser sur les débats en cours au Congrès américain. Pour le constructeur, c'est un record alors qu'au dernier trimestre 2021, la société avait dépensé 1,86 million.

Le précédent record d'Apple en la matière avait été de 2,2 millions, c'était au deuxième trimestre 2017. Les intérêts de la Pomme étant divers et variés, l'entreprise essaie de faire pencher la balance en sa faveur pour de nombreux projets de loi.

Mais on peut gager que ce qui préoccupe le plus le constructeur ces derniers mois, c'est l'Open App Markets Act qui interdit tout traitement de faveur aux produits des contrôleurs d'accès (dont Apple et Google). Cette loi veut aussi empêcher ces mêmes plateformes d'imposer leurs systèmes de paiement aux développeurs. Les discussions autour de ce projet avancent à bon rythme.

Concurrence : aux États-Unis, aux Pays-Bas et en Corée du Sud, la pression monte sur l

Concurrence : aux États-Unis, aux Pays-Bas et en Corée du Sud, la pression monte sur l'App Store

Alphabet, la maison-mère de Google, a de son côté investi 2,96 millions de dollars durant les trois premiers mois de l'année, soit 34% de plus qu'au précédent trimestre. Microsoft y est allé de 2,5 millions (+2,8%).

Voilà pour les États-Unis, mais les grandes plateformes doivent aussi faire du lobbying en Europe. On a récemment appris qu'Apple avait engagé de 6,5 à 7,1 millions d'euros entre octobre 2020 et septembre 2021 auprès de la Commission européenne et du Parlement européen, soit le double par rapport aux douze mois précédents.

En pleine gestation du DMA, Apple a doublé ses dépenses de lobbying en Europe

En pleine gestation du DMA, Apple a doublé ses dépenses de lobbying en Europe


avatar fredsoo | 

Lobbying et corruption, même combat ?

avatar Gladjessca | 

@fredsoo

C’est la question que je me posais justement, comment tout cet argent est dépensé ? Invitations, cadeaux, meetings…

avatar fredsoo | 

Ça doit pas être triste ça doit rincer grave…

avatar r e m y | 

Essentiellement en rémunération de cabinets de conseil ou d'avocats qui montent les dossiers (étudient les questions soulevées, préparent des réponses, soumettent des textes re rédigés aux parlementaires en charge du projet de loi ou à leurs opposants pour qu'ils proposent des amendements...) et qui ensuite vont rencontrer les parlementaires influents pour les convaincre.
Ces cabinets se font payer des fortunes (surtout aux USA)

avatar Gladjessca | 

@r e m y

Merci c’est très clair !

avatar tupui | 

@r e m y

Exactement merci enfin un commentaire au dessus 🤩

Les gens ne se rendent pas compte du prix que cela coûte. Un conseillé senior chez MCKinsey ou BCG par ex c’est autour de 150k en salaire annuel sans prime. Donc payer une équipe de 5 personnes en comptant au moins 1 manager et 1 partner de temps en temps, et ça va très vite.

avatar IceWizard | 

@Gladjessca

« C’est la question que je me posais justement, comment tout cet argent est dépensé ? Invitations, cadeaux, meetings… »

Tout cela est soumis à des règlements strictes, pour ne pas tomber dans la corruption. Le montant des cadeaux et des invitations ne peut dépasser une certaine somme.

Comme le mentionne Rémy, l’essentiel du lobbying passe dans des études d’impacts. Si une entreprise veut favoriser un projet, elle vas engager des experts du domaine qui vont monter un dossier montrant tous les bénéfices (économique, culturel, emplois, écologie, etc ..) à venir. Même démarche, mais dans le sens négatif pour les projets que la boîte veut empêcher.

avatar en chanson | 

@fredsoo

Lobbying en Europe et corruption pour les pays du sud

avatar fredsoo | 

Ça sonne mieux en anglais 😄

avatar k2r | 

Si j’ai bien tout suivi de House of Cards, ce n’est pas nécessairement de la corruption (oui parce que dans HoC, c’est parfois de la corruption).
Ce peut-être le financement d’une campagne électorale, d’un projet soutenu par un élu qui n’a pas assez de budget, etc. Je pense que de toute façon cet arrosage d’argent est scruté de très près par les régulateurs et que le moindre centime donné l’est dans un cadre légal.
Un peu comme les optimisations fiscales.

Enfin… j’espère !

avatar Shawny | 

@k2r

Tout ce vous décrivez la c’est totalement de la corruption ;)

avatar fredsoo | 

@Shawny

C’est le principe du lobbying, corruption autorisée, indispensable et nécessaire pour financer nos dirigeants mafieux.
Ceux qui se retrouvent endettés suite à leurs échecs cuisants ne sont ils pas prêts à faire des pipes à gorge déployée pour renflouer leurs caisses ?

avatar Mike Mac | 

"Apple a ainsi englouti 2,5 millions de dollars durant le premier trimestre pour peser sur les débats en cours au Congrès américain.... "

Qui a touché quoi ? Des noms, des montants d'enveloppes...

On attend l'enquête et des investigations en profondeur, la touche MacGe !

avatar Mac1978 | 

« Lobbying et corruption, même combat ? »

C’est vraiment LA question. Et il ne faut pas être naïf sur les investigations menées, ni les lois qui encadrent ces pratiques, vu que les deux sont finalement décidées par ceux qui bénéficient du lobbying.

En Suisse, au niveau national, le parlement est de milice, mais cela prend tellement de temps pour une rémunération officielle ridicule que presque tous les parlementaires ont des postes dans des conseils d’administration, ou ont un assistant subventionné par des lobbyistes. Et on y trouve des lobbyistes défendant la Russie, le tabac, l’armement, etc.

Comme en plus, le financement des partis est très très opaque, contrairement à la France, l’économie arrose largement ceux qui votent à droite. Il en va de même pour le financement des initiatives et des référendums.

C’est vraiment une des limites de la démocratie.

CONNEXION UTILISATEUR